PROJET AUTOBLOG


L'Étudiant libre

Site original : L'Étudiant libre
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Le dinosaure

samedi 22 février 2014 à 16:26
Je suis tombé sur une vidéo d'un type à propos des extrêmes de richesses. Son argumentation ? C'est fantastique, ça donnera envie aux pauvres de devenir riche, vive la concurrence et le libéralisme. Et tant pis si on les a transformé en esclaves et qu'ils peuvent pas vraiment faire grand chose pour changer leur condition, parce que justement on les a asservis pour qu'on deviennent riches !
Vraiment, dans un monde de plus en plus inégalitaire (et je pense que niveau inégalité, on atteint des sommets quand on regarde l'histoire), il y a vraiment des personnes qui pensent qu'un système favorisant quelques uns (et toujours les même, cercle vicieux) pourrait vraiment être bénéfique ?
La seule solution, c'est la fin des extrêmes de richesses (d'argent qui dort a fortiori)et l'accès à l'éducation pour tous. Une société de coopération et non de compétition. C'est pas comme si ce genre de système est de plus en plus utilisé et montre ses avantages non négligeable par rapport au capitaliste et le culte d'une croissance infinie dans un monde fini.
Je suis tout simplement choqué. Vit-on dans le même monde ?

Qwerty

Source : http://etudiant-libre.fr.nf/news-249.html


Le dinosaure

samedi 22 février 2014 à 16:26
Je suis tombé sur une vidéo d'un type à propos des extrêmes de richesses. Son argumentation ? C'est fantastique, ça donnera envie aux pauvres de devenir riche, vive la concurrence et le libéralisme. Et tant pis si on les a transformé en esclaves et qu'ils peuvent pas vraiment faire grand chose pour changer leur condition, parce que justement on les a asservis pour qu'on deviennent riches !
Vraiment, dans un monde de plus en plus inégalitaire (et je pense que niveau inégalité, on atteint des sommets quand on regarde l'histoire), il y a vraiment des personnes qui pensent qu'un système favorisant quelques uns (et toujours les même, cercle vicieux) pourrait vraiment être bénéfique ?
La seule solution, c'est la fin des extrêmes de richesses (d'argent qui dort a fortiori)et l'accès à l'éducation pour tous. Une société de coopération et non de compétition. C'est pas comme si ce genre de système est de plus en plus utilisé et montre ses avantages non négligeable par rapport au capitaliste et le culte d'une croissance infinie dans un monde fini.
Je suis tout simplement choqué. Vit-on dans le même monde ?

Qwerty

Source : http://etudiant-libre.fr.nf/?id=249


Doit-on accorder des droits aux animaux ?

samedi 15 février 2014 à 08:01
De nos jours, on parle de plus en plus de vouloir accorder des droits aux animaux. Élisabeth de Fontenay dit même que accorder des droits aux animaux, c'est achever le travail fait avec les droits de l'Homme. Cependant, je pense que leur accorder des droits est un non sens. Et pour plusieurs raisons.
Tout d'abord pour avoir des droits, il faut des responsabilités. Par responsabilité, j'entends responsabilité judiciaire. Hors, pendant le Moyen-Âge, on n'a jamais condamné des animaux (ou alors aux États-Unis, dans les états ruraux).
Néanmoins, en tant qu'être supérieur, par notre intelligence et notre conscience (mythe de Prométhée), on a un devoir « protecteur » envers les animaux. Car on a une responsabilité sur leur milieu de vie. On doit prendre conscience que toute la vie est un système complexe dont chaque composant est essentiel. Si l'un manque, tout défaille. C'est en cela, pour notre propre survie, et la leur, que l'on doit les protéger. C'est donc plus un devoir moral de notre part qu'un droit pour eux. Il n'aura jamais de déclaration universelle des droits des animaux.
La partie droit étant dit, passons à l'agriculture.
L'élevage intensif est une hérésie. On fait subir des horreurs aux animaux. Ils sont devenus des biens de consommations, des machines transformant le fourrage en chair.
Néanmoins, on ne peut pas abandonner l'élevage. Ils servent à mettre en valeur des milieux, à réguler les déchets… intégrés dans un système « naturel », ils retrouvent leur sens. Je ne pense pas qu'on doit devenir végétarien, mais consommer des animaux ayant vécu et étant mort dignement. Les amérindiens expliquaient à leurs proies à quoi ils allaient servir.
Je pense que l'on devrait traiter les animaux comme on devrait traiter des êtres vivants : avec respect. Rien que par le fait qu'ils souffrent montre qu'on doit les protéger. Néanmoins, ne tombons pas dans le système inverse, l’anthropomorphisme. On doit pas faire subir aux animaux ce que fait subir certaines stars du cinéma à leurs chiens (vêtements…).
Finalement, quitte à me faire des ennemis, je pense qu'on devrait-être antispéciste, c'est à dire porter des intérêts différents selon l'animal. On n'accorde pas la même importance à un rat, dauphin, éléphant qu'à un insecte ! Il y a des gradations dans le niveau d'intérêt, mais pas dans le respect. Par nature, la vie est quelque chose de sacrée, tellement qu'elle est improbable à exister.
Finalement, je conclurai cet article en disant que l'on améliorerai la condition des animaux non par les lois, mais par la morale. Et pour cela, il suffit juste de changer de regard, d'avoir un mélange de respect et d'admiration.
Qwerty

Source : http://etudiant-libre.fr.nf/news-248.html


Doit-on accorder des droits aux animaux ?

samedi 15 février 2014 à 08:01
De nos jours, on parle de plus en plus de vouloir accorder des droits aux animaux. Élisabeth de Fontenay dit même que accorder des droits aux animaux, c'est achever le travail fait avec les droits de l'Homme. Cependant, je pense que leur accorder des droits est un non sens. Et pour plusieurs raisons.
Tout d'abord pour avoir des droits, il faut des responsabilités. Par responsabilité, j'entends responsabilité judiciaire. Hors, pendant le Moyen-Âge, on n'a jamais condamné des animaux (ou alors aux États-Unis, dans les états ruraux).
Néanmoins, en tant qu'être supérieur, par notre intelligence et notre conscience (mythe de Prométhée), on a un devoir « protecteur » envers les animaux. Car on a une responsabilité sur leur milieu de vie. On doit prendre conscience que toute la vie est un système complexe dont chaque composant est essentiel. Si l'un manque, tout défaille. C'est en cela, pour notre propre survie, et la leur, que l'on doit les protéger. C'est donc plus un devoir moral de notre part qu'un droit pour eux. Il n'aura jamais de déclaration universelle des droits des animaux.
La partie droit étant dit, passons à l'agriculture.
L'élevage intensif est une hérésie. On fait subir des horreurs aux animaux. Ils sont devenus des biens de consommations, des machines transformant le fourrage en chair.
Néanmoins, on ne peut pas abandonner l'élevage. Ils servent à mettre en valeur des milieux, à réguler les déchets… intégrés dans un système « naturel », ils retrouvent leur sens. Je ne pense pas qu'on doit devenir végétarien, mais consommer des animaux ayant vécu et étant mort dignement. Les amérindiens expliquaient à leurs proies à quoi ils allaient servir.
Je pense que l'on devrait traiter les animaux comme on devrait traiter des êtres vivants : avec respect. Rien que par le fait qu'ils souffrent montre qu'on doit les protéger. Néanmoins, ne tombons pas dans le système inverse, l’anthropomorphisme. On doit pas faire subir aux animaux ce que fait subir certaines stars du cinéma à leurs chiens (vêtements…).
Finalement, quitte à me faire des ennemis, je pense qu'on devrait-être antispéciste, c'est à dire porter des intérêts différents selon l'animal. On n'accorde pas la même importance à un rat, dauphin, éléphant qu'à un insecte ! Il y a des gradations dans le niveau d'intérêt, mais pas dans le respect. Par nature, la vie est quelque chose de sacrée, tellement qu'elle est improbable à exister.
Finalement, je conclurai cet article en disant que l'on améliorerai la condition des animaux non par les lois, mais par la morale. Et pour cela, il suffit juste de changer de regard, d'avoir un mélange de respect et d'admiration.
Qwerty

Source : http://etudiant-libre.fr.nf/?id=248


L'Empire contre-attaque

mardi 11 février 2014 à 07:11
BD montrant quelqu'un déguisé en corsaire et disant je suis prêt. Son ami lui dit qu'on ne sait pas comment contre-attaquer
Que faire ? Parler autour de vous et vulgariser des solutions de chiffrement et de services autohébergés au lieu d'utiliser des produits d'entreprises.
Qwerty

Source : http://etudiant-libre.fr.nf/news-247.html


Error happened ! 0 - Undefined variable: xml In: /home/anadrark/anadrark/autoblog/autoblog.php:75 http://anadrark.com/autoblog/0e2e472b2e543d2375ef02374766429874444bec/?24 #0 /home/anadrark/anadrark/autoblog/autoblog.php(75): exception_error_handler(8, 'Undefined varia...', '/home/anadrark/...', 75, Array) #1 /home/anadrark/anadrark/autoblog/autoblog.php(361): VroumVroum_Feed_Exception::getXMLErrorsAsString(Array) #2 /home/anadrark/anadrark/autoblog/autoblog.php(845): VroumVroum_Blog->update() #3 /home/anadrark/anadrark/autoblog/0e2e472b2e543d2375ef02374766429874444bec/index.php(1): require_once('/home/anadrark/...') #4 {main}