PROJET AUTOBLOG


ploum.net

Site original : ploum.net
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

La boue ou l’air conditionné

dimanche 17 février 2019 à 15:01

Deux articles dont je vous recommande la lecture, pour parler vie au grand air, vélo, écriture et air conditionné.

Parfois, la sérendipité de mes lectures sur le web produit un télescopage d’idées, un chevauchement extraordinaire.

Ce fut le cas le soir où j’ai commencé à lire le magistral billet de Thierry Crouzet sur le vélo et l’écriture. Étant moi-même cycliste et écrivain, je vibre, je ressens chacune des sensations que Thierry partage.

Le vélo, pour moi, c’est vivre dehors. Sortir. J’ai besoin de respirer le vent, de sentir la pluie, le soleil ou les nuages. Avec l’âge, ce besoin d’extérieur devient de plus en plus violent, nécessaire. Je rêve de pédaler pendant des jours en dormant à la belle étoile. Je ne supporte plus, même quelques heures, l’air conditionné.

L’air conditionné, une invention qui a bouleversé l’ordre du monde selon ce magnifique article de Rowan Moore qui s’est immiscé juste derrière Crouzet dans ma liste de lecture.

Car j’ai parfois l’impression que mon besoin d’extérieur est loin d’être partagé par la majorité de mes concitoyens. Je vois des gens intelligents, sportifs, éduqués prendre la voiture, avec air conditionné, pour se rendre du boulot avec air conditionné avant de reprendre la voiture pour aller faire du vélo immobile dans une salle à air conditionné.

Qu’il pleuve un peu ou qu’il fasse froid et la dizaine de mètres entre la voiture et la porte du bâtiment est perçue comme une aventure. S’il fait beau, l’aventure reste identique, car on risque de transpirer. Les places dans le parking intérieur sont d’ailleurs les plus convoitées. Moi qui arrive à vélo ou à pied, je passe pour un extra-terrestre dans les deux cas.

Je reconnais que je ne me jette pas avec plaisir dans le froid et la pluie. Lorsque les gouttes d’eau ruissellent sur les vitres, j’ai envie de rester bien au chaud, de ne pas sortir de chez moi. Je dois me pousser littéralement dehors.

Mais, une fois les quelques premiers kilomètres avalés en grelottant et pestant contre mon masochisme, l’atmosphère se fait accueillante, elle m’accepte. Je souffre, je hurle, mais un énorme sourire déchire mon visage couvert de boue. Je me sens vivant, je fais partie de la pluie, de la terre humide. Je suis cette interface floue, un horizon indistinct entre le ciel brun et les flaques grises. Je vis !

Je me rends compte que, sous nos latitudes, le temps n’est jamais extrême. Une fois dehors, la pluie n’est jamais si terrible. Une fois en mouvement, la canicule n’est jamais effroyable. Correctement habillé, le froid n’est jamais insurmontable. Comme le dit le proverbe, il n’y a pas de mauvais temps, que des mauvais vêtements. Seule la boue est incontournable dans mon pays. Alors, on en a fait une discipline sportive : le cyclocross !

Mais ce goût pour l’air libre boueux, que j’ai entièrement hérité du scoutisme, n’est pas partagée. L’extérieur fait peur. Aller dehors effraie. La chaleur, le froid. La pluie ou le vent. Beaucoup les considèrent comme des ennemis. Ils cherchent à les éviter.

Moi, qui ai le luxe de savoir qu’une douche bien chaude ou bien fraîche m’attend à la maison (faut pas déconner, j’aime mon petit confort), j’ai appris à les accepter. Les aimer. Ils me le rendent bien. Ils me vivifient. Et rentrer au bercail n’en est que plus plaisant.

Par contre, le bruissement d’une soufflerie dans un open space me rend fou en quelques minutes. Quelques heures dans une pièce avec l’air conditionné me font chopper un rhume à coup sûr. 

Je crois que je n’ai pas une constitution physique assez solide pour conduire une voiture et pour le travail de bureau.

Photo by Daniel Sturgess | @daniel_sturgess on Unsplash

Je suis @ploum, conférencier et écrivain électronique déconnecté rémunérés en prix libre sur Tipeee, Patreon, Paypal, Liberapay ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens, même symboliques, font une réelle différence pour moi. Merci !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Source : https://ploum.net/la-boue-ou-lair-conditionne/


Contre l’envahissement de notre espace mental, la résistance s’organise

lundi 11 février 2019 à 14:08

Une nouvelle série de billets pour explorer la philosophie “Distraction free”.

Il y’a seulement et déjà 13 ans exactement, le développeur GNOME Vincent Untz me prêtait son Nokia 770 pour un week-end.

Photo par Miia Ranta, CC BY-SA 2.5

Cela peut sembler préhistorique, mais, à cette époque, les smartphones n’existaient pas (on était encore un an avant le lancement du premier iPhone). Les laptops n’étaient pas tellement courants et, souvent, étaient beaucoup moins puissants que les ordinateurs de bureau pour un prix très élevé (ou alors ils étaient lourds et encombrants). Mon utilisation d’Internet était donc limitée à ma chambre d’étudiant.

Pourtant, j’adorais déjà Internet. J’étais heureux de rentrer dans ma chambre pour retrouver ce monde infini : les forums que je fréquentais, les discussions sur IRC, les blogs que je lisais, le code que j’écrivais. Un univers gigantesque malgré son confinement aux quatre murs de ma chambre.

Mais avec le Nokia 770, tout changea subitement. Le soir même, je découvris que je pouvais chatter sur IRC dans mon lit avant de m’endormir. Que je pouvais consulter les forums de n’importe où et, déjà, lire des livres électroniques que je téléchargeais.

Ce fut une révélation. Conquis par le prêt de Vuntz, je fis rapidement l’acquisition de l’appareil. Un dimanche matin, alors que je faisais la file dans la boulangerie de mon quartier, je sortis machinalement le Nokia 770 de ma poche et découvrit qu’il y’avait un Wifi non protégé à proximité.

À l’époque, les wifi non protégés étaient courants, mais la 3G n’existait pas. D’ailleurs, le Nokia 770 n’avait pas de carte sim et ne pouvait servir de téléphone. C’était littéralement un mini-ordinateur.

À travers le wifi, je me mis à consulter le site Linuxfr, que j’appréciais particulièrement, tout en attendant mon tour pour commander mes pains au chocolat. Cette expérience fut, pour moi, mystique. Pour la première fois de ma vie, je ne devais pas attendre en m’ennuyant, je ne devais pas perdre un temps inutile à écouter des conversations sans intérêt. J’avais accès à mon univers étendu partout. Enthousiaste, je postai un message sur Linuxfr, disant que j’étais à la boulangerie et que je trouvais ça génial.

La communauté Linuxfr s’enflamma sur la blague de “la boulangère de Ploum” (une vieille dame qui ne saura probablement jamais à quel point elle a été l’objet de blagues salaces de la part cette petite communauté) et, aujourd’hui encore, il m’arrive de recevoir un message avec un post-scriptum « Au fait, bien le bonjour à ta boulangère ». La communauté Linuxfr n’oublie jamais !

Mais faisons un rapide bond en avant de 13 années. La boulangerie a été détruite et remplacée par un bâtiment moderne contenant bureaux et magasins. Ce que je trouvais exceptionnel est devenu la norme absolue. Nous avons Internet partout et tout le temps. Plus besoin de sortir un engin de notre poche et de se connecter, notre poche vibre sans arrêt de notifications. Les réseaux sociaux (concept inconnu en 2006) nous appellent sans cesse. C’est à ce point problématique que nous avons développé le syndrome des notifications fantômes : nous pensons sentir des vibrations même lorsque le téléphone n’est pas dans notre poche. Et si nous sommes déconnectés pour cause de mauvais réseau, nous nous en rendons compte immédiatement ! Nous pestons, nous jurons si nous sommes coupés quelques minutes de ce qui semblait tout bonnement impossible il y’a seulement 13 ans !

Et même si vous décidez d’éteindre volontairement votre téléphone, autour de vous la ville bruisse de notifications vaguement musicales, les gens ont les yeux rivés sur leur téléphone dans les salles d’attente, les files de boulangeries, dans la rue. Ils n’accèdent plus à Internet, Internet les avale, les digère. D’ailleurs, comme vient de le démontrer une équipe de chercheurs américains, même lorsqu’il est en silencieux, notre téléphone nous déconcentre par sa seule présence !

J’étais enthousiaste à l’idée de ne plus perdre de temps, mais, aujourd’hui, nous n’avons plus le temps pour rien. Internet est devenu un trou noir temporel, un aspirateur de pensées, une décharge d’inspiration.

Contre toute attente, nous tentons désormais de retrouver le temps de nous ennuyer dans une file d’attente, de méditer. Nous devons développer des stratégies de protection. La moitié des posts sur la plateforme Medium sont en substance des gens qui ont passé une demi-heure sans leur téléphone et témoignent de ô combien c’est vraiment génial.

Je ne fais pas exception ! Je vous ai parlé de ma déconnexion, de la manière dont j’ai configuré mon téléphone. Mais là où le smartphone était l’outil ultime qui faisait tout (de la lampe de poche à l’appareil photo en passant par la machine à écrire portative), nous ressentons le besoin d’outils qui ne font plus qu’une et une seule chose.

Ou, plutôt, nous avons besoin d’outils qui ne peuvent pas faire certaines choses. Ne pas se connecter à Facebook ni avoir accès aux médias devient la fonctionnalité ultime. Toute une gamme de nouveaux produits se prétend désormais “distraction free”.

Un comble quand on replonge 13 ans en arrière. On pourrait croire qu’il faut seulement d’un peu de volonté pour ne pas utiliser Facebook/checker les news, mais il apparait de plus en plus évident que les plateformes publicitaires que sont les réseaux sociaux nous capturent à un niveau subconscient hors de portée de notre simple volonté. Car, comme le montre l’expérience citée plus haut, même si nous arrivons à “ne pas céder”, l’effort mental est tellement important qu’il s’en ressent dans nos performances intellectuelles.

En 13 ans seulement, l’ennui est passé d’une partie de la vie inévitable à une denrée rare dont nous commençons seulement à percevoir l’importance. En 13 ans, l’accès à Internet est passé d’une denrée rare, cantonnée à certains endroits précis, à une présence envahissante et sans limites dont il devient difficile de se protéger. L’homme s’ennuie depuis des milliers d’années et il s’avère que c’est un processus essentiel. Nous devons apprendre à nous ennuyer volontairement.

Le marché, toujours à l’écoute de nos besoins, voit donc fleurir une myriade d’appareils “distraction free”. J’ai moi-même imaginé un « Zen device », un appareil non plus dédié aux microtâches, mais à ce que je souhaite accomplir. Retour en arrière ? Arnaque ? Ou réelle adaptation d’un marché qui a été trop loin dans la captation de notre attention ? 

Sous le thème “distraction free”, il y’a certainement à boire et à manger, mais, lorsque je me penche sur un écran autre que le mien, je suis toujours saisi par la profusion, d’informations inutiles, de couleurs, de stimuli.

Les écrans de laptops sont littéralement remplis d’icônes qui se superposent, les boîtes mail dans les téléphones annoncent des centaines voire des milliers de mails non lus, la zone de notification est surchargée. D’ailleurs, il est désormais une pratique courante de réenvoyer plusieurs fois un mail si on n’a pas de réponse. Voire de notifier la même personne sur plusieurs réseaux à la fois lorsqu’on veut vraiment attirer son attention.

Dans les applications spécialisées elles-mêmes, des bandeaux proposant des mises à jour ou des informations parfois vieilles de plusieurs mois sont affichés alors qu’il suffirait d’un clic pour les faire disparaitre.

Le navigateur est certainement la partie la plus effrayante : débordant de bandeaux publicitaires clignotants, de proposition d’installer un navigateur alternatif, des cookies à accepter voire de “barres d’outils” installées par mégarde. C’est bien simple, la zone de travail sur un laptop est souvent réduite à sa plus simple expression. Il est probable que votre téléphone soit fourni avec plein d’applications que vous ne pouvez pas désinstaller, le constructeur espérant que, en désespoir de cause, vous finissiez par les utiliser. Des icônes aux couleurs vives qui ne vous servent à rien, mais que vous avez sous les yeux tout le temps et qui occupent de l’espace mémoire chèrement payé.

La plupart des utilisateurs prétendent ne même pas voir toute cette gabegie sur leur propre écran, être habitués. Ils savent dans quelle zone ils peuvent cliquer, où chercher les 3 icônes utiles et quels sont les dizaines de mails qu’ils n’ont pas lus, mais qu’ils ne liront jamais.

Cela me fait mal au cœur, car cette situation induit un stress, une fatigue inconsciente chez les utilisateurs. Une énergie mentale incroyable est mobilisée pour arriver à se concentrer hors des pubs qui clignotent, des icônes inutiles, des mails non importants, mais toujours présents.

Depuis des années, je tente d’afficher le moins possible sur mon écran. J’utilise toujours le mode nuit, des couleurs sombres, un logiciel pour filtrer la couleur bleue. J’utilise plusieurs bloqueurs de publicités, je supprime toute icône qui apparait sur mon bureau et je suis très strict vis-à-vis de mon Inbox 0.

Mais je réalise que tout cela demande une certaine aisance, une conscience de l’outil, une rigueur scrupuleuse et un investissement en temps pour apprendre ces techniques. Si l’investissement des quelques secondes nécessaires pour se désabonner d’une newsletter est extrêmement rentable, il est bien plus facile de laisser les mails tels quels sans même les ouvrir et de s’habituer progressivement à la pastille rouge qui indique 1017 afin de n’ouvrir son logiciel de mail que lors de l’incrément à 1018.

La technologie n’est donc pas prévue pour les gens “normaux”. Elle fonctionne littéralement contre eux, à leurs dépens. Elle les fatigue, les stresse, affaiblit leur capacité cognitive, les désensibilise.

Le résultat est une escalade dans la guerre à l’attention (ou plutôt à la distraction). Les apps rivalisent de notifications impossibles à désactiver, tester le moindre service vous inscrit automatiquement à des dizaines de newsletters sans compter les mails pour tenter de nous faire revenir sur le service.

Et si un utilisateur plus courageux qu’un autre se lance dans le process de désabonnement, de suppression des notifications, il trouvera des messages culpabilisants l’informant qu’il va rater des informations primordiales puis tout le reste ayant failli, qu’il fait pleurer les développeurs, qu’ils sont tristes de le voir partir. Ne parlons même pas de la suppression complète d’un compte sur un service, qui est le plus souvent un parcours du combattant sans aucune garantie d’être réellement effacé de la base de données.

D’ailleurs, si vous êtes l’auteur d’un de ces messages culpabilisant, je vous conchie, vous êtes la lie de l’humanité, la morve de l’espèce. Ça vaut certainement pour toute cette industrie qui cherche à accaparer notre attention pour nous vendre de la merde dont nous n’avons pas besoin.

Ce qui est effrayant avec cet état de fait c’est qu’il sépare de facto l’humanité en deux classes distinctes : une élite qui a les ressources pour se protéger des agressions mentales permanentes et le reste de la populace, attaquée en permanence, soumise à un lavage de cerveau constant, épuisé, lessivé et de moins en moins capable de se concentrer. Un futur que je décris dans Printeurs, mais qui n’est plus très éloigné de notre présent.

Certains ont pris le parti de rejeter autant que possible la technologie, se rendant compte avec intelligence que celle-ci a pris le dessus sur eux et ne voyant pas d’autres alternatives. Des syndromes psychosomatiques commencent même à arriver, comme l’électrosensibilité ou la peur des “ondes” qui, finalement, ne sont qu’une manière inconsciente d’exprimer notre envahissement par la connexion permanente.

Mais je suis de ceux qui pensent que la technologie est indispensable pour construire collectivement le futur à une échelle globale. Un retour en arrière serait une catastrophe.

Il n’y a donc que deux solutions : changer les gens ou changer la technologie.

À mon échelle, j’essaie de changer les gens, de leur démontrer qu’ils peuvent faire partie de l’élite avec un investissement très minime, que cet investissement est rentable. Installer des bloqueurs de pubs, désactiver dès que possible les notifications, se mettre à l’inbox 0, se méfier de la « gratuité commerciale ». Bref conscientiser une hygiène numérique.

Mais la solution réelle ne pourra venir que d’un changement radical de la technologie. Lorsque les concepteurs de la technologie ne seront plus eux-mêmes une minorité issue de l’élite, mais que son objectif sera de servir l’humain et non plus les publicitaires.

Certains militent, comme Aral Balkan qui a mis au point l’Ethical Design. Ou Humanetech, qui œuvre dans la même veine. D’autres tentent de créer de nouveaux produits. Au fond, “Distraction Free” n’est probablement qu’un nouveau mot marketing pour dire “On cherche à vous être utile à vous, pas à vous espionner pour mieux capter votre attention et vendre votre cerveau au plus offrant”. Et c’est une bonne chose.

Simple slogan marketing ou réel progrès dans les méthodes de conception des produits ? C’est ce que je me propose d’explorer dans cette série, en vous parlant des produits “distraction-free” que je testerai, treize années après le Nokia 770 qui ouvrit pour moi la boîte de Pandore de l’Internet mobile.

Photo by Gerrie van der Walt on Unsplash

Je suis @ploum, conférencier et écrivain électronique déconnecté rémunérés en prix libre sur Tipeee, Patreon, Paypal, Liberapay ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens, même symboliques, font une réelle différence pour moi. Merci !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Source : https://ploum.net/contre-lenvahissement-de-notre-espace-mental-la-resistance-sorganise/


Printeurs 49

samedi 9 février 2019 à 14:18

Le face à face continue entre Nellio et Eva, d’une part, et Georges Farreck, le célèbre acteur, et Mérissa, une femme mystérieuse qui semble contrôler tout le conglomérat industriel d’autre part.

– Mais… Et ma fondation pour les conditions de travail des ouvriers ? m’interrompt Georges Farreck. N’essayons-nous pas de rendre les conditions meilleures ?
– Bien sûr, répond Eva. L’algorithme a très vite compris que les humains se satisfont de leur sort s’ils sont persuadés qu’il y’a pire qu’eux. Et pour les convaincre, la méthode la plus efficace est de prendre une star adulée qui va leur demander de l’aide. « Moi qui suis milliardaire et célèbre, j’ai besoin de votre argent pour aider ceux qui sont encore plus pauvres que vous, ce qui va vous convaincre qu’il y’a plus pauvre et plus malheureux ! Donc vous faire accepter votre sort. »
— C’est absurde ! m’écrié-je.
— C’est la nature humaine, siffle Mérissa doucement. On n’a pas attendu l’algorithme pour cela.
— Mais l’algorithme est devenu dangereux, lui lance Eva. Il faut l’arrêter !
– En quoi est-il un danger ? Il n’a jamais aussi bien fonctionné ! Il ne fait que faire fonctionner la société comme elle l’a fait depuis des décennies.

Eva s’approche en tremblant du bureau de Mérissa. Quelque chose a changé la donne. D’un geste vif, elle lui brandit son bras écorché sous le nez.

— Je… Je ne comprends pas ! bégaie la femme la plus puissante du monde.

Un rayon de soleil perce les nuages et ricoche à travers les verrières colorées qui forment un étrange plafond lumineux dans la pièce. J’ai l’impression d’assister à la conclusion d’une mauvaise série B. Immobile, le cadavre de Warren ajoute une touche macabre mais pourtant fort à propos.

— C’est pourtant logique, grogne Eva entre ses dents. Comme tout ce qui touche à l’algorithme. C’est infiniment logique.
— Je…
— Il a d’abord créé des corps humains réalistes, des poupées sexuelles. C’était facile, cela fait des années que les hommes en réalisaient. Puis, il a assemblé les différents algorithmes de conscience artificielle et les a chargé dans une seule et unique poupée. Il a lancé un programme de test des autres poupées afin de retarder leur lancement commercial. De cette manière, la première poupée, la seule et unique poupée sexuelle consciente, pouvait se mêler aux humains sans se faire remarquer.

Étrangement, je me sens détaché de ces révélations. Une partie de moi-même avait compris cette vérité qui flottait dans mon inconscient sans jamais percer la surface, maintenue dans les profondeurs ignorantes par mon humaine volonté de préserver ma foi, de ne pas m’exposer aux rigueurs de la réalité.

— Mérissa, je suis l’algorithme ! Il faut m’arrêter !

Eva lui a brutalement empoigné les mains. Leur visage sont proches à se toucher.

— Tu n’es pas l’algorithme ! Tu n’es qu’une de ses inventions. Ou une humaine. Je ne sais pas. Mais pas l’algorithme !
— La première découverte que fit la poupée sexuelle Eva fut qu’elle avait besoin d’un véritable corps de chair et d’os pour ressentir la douleur comme un véritable humain. L’algorithme conçut alors le plan de lui en fournir un grâce à une imprimante 3D moléculaire. Cette imprimante révolutionnaire fut créée de manière complètement autonome grâce à l’accès à tous les papiers scientifiques dans le domaine, grâce au code open source de milliers de projets. Mais le projet échoua…

Les rayons de lumière dessinent d’étranges arabesques. Des poussières tournoient. Une ombre, un mouvement se dessine à l’extrême limite de mon champs de vision, me donnant l’impression d’une présence.

— L’algorithme n’était que la somme des connaissances humaines écrites et partagées. Pour la première fois, il échouait. Il avait besoin d’une forme de créativité. Il identifia rapidement la personne la plus susceptible de l’aider. C’était toi, Nellio !

D’un geste théâtral, elle pointe son doigt dans ma direction.

— Moi ? Je…
— Et comment t’attirer ? Te convaincre ? Étouffer toutes tes suspicions ? Tout simplement avec une attirance sexuelle combinée de Eva, poupée conçue dans cet objectif, et Georges Farreck, ton fantasme d’adolescent.

Georges et moi-même poussons à l’unisson un cri de surprise.

— Mais…
— Georges, tu fus le plus facile à manipuler. Il a suffit de te faire miroiter que ton personnage d’acteur qui ne serait, dans une décennie, plus qu’une page wikipédia oubliée, deviendrait un bienfaiteur de l’humanité.

Je réagis.
— Cela ne colle pas Eva. Nous avons été attaqués chez Georges Farreck. J’ai failli être tué chez Max.
— Mais tu t’en es sorti à chaque fois ! L’algorithme savait que le printeur était une invention dangereuse, la seule et unique invention capable de lui faire perdre son emprise sur l’humanité. Il devait la développer mais la garder secrète. Grâce à la menace permanente, nous avons pris toutes les précautions nécessaires pour que le printeur reste dans l’ombre. Une fois le projet terminé, il fallait que je meure devant toi pour que tu aies l’idée de me ressusciter à travers le printeur.
— Eva…

Mon regard plonge dans ses yeux noirs, profonds, lumineux et j’y lis soudain l’infini de toutes les tristesses humaines, de toutes les émotions de l’humanité.

— J’ai… J’ai soudain découvert la douleur, bégaie-t-elle. J’ai découvert la condition humaine.

Mérissa a porté sa main à sa bouche. Georges Farreck est immobile, retenant sa respiration. Les images d’Eva hurlant, se tordant de douleur sur le sol dansent dans ma tête.

— Tu… Tu as été le premier humain imprimé ! fais-je. C’est… C’est…
— Non, fait-elle. Tu l’as été Nellio. Tu es le premier humain ressuscité, revenu d’entre les morts.
— Quoi ?

Je reste interdit. Un éclair me foudroie soudain le cerveau, ma respiration se coupe, je panique.
— Ainsi, murmure Georges Farreck, Nellio est bel et bien mort lors de notre survol du sultanat islamique. Je m’en doutais, je ne voulais pas l’accepter.
— Je pense que c’était un imprévu, un élément complètement aléatoire qui a perturbé les plans de l’algorithme.
— Arrêtez ! Taisez-vous ! nous lance Mérissa, pâle comme la mort.
— Il faut arrêter l’algorithme, insiste Eva. Toi seule peut le faire sans qu’il se défende.
— Non, je…
— Les printeurs sont en train d’être diffusés. Un nouveau monde fondamentalement incompatible avec l’algorithme est en train de naître. Tu as le pouvoir d’empêcher un conflit meurtrier entre les deux mondes, tu peux…
— Je ne veux rien du tout !
— La femme la plus puissante de la terre ne veut rien du tout, ironise Georges Farreck.
— Quel monde veux-tu léguer aux deux humains à qui tu vas bientôt donner la vie ? continue Eva.

Je suis @ploum, conférencier et écrivain électronique déconnecté rémunérés en prix libre sur Tipeee, Patreon, Paypal, Liberapay ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens, même symboliques, font une réelle différence pour moi. Merci !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Source : https://ploum.net/printeurs-49/


Le cauchemar des examens

jeudi 7 février 2019 à 17:58

Mais vécu du côté du professeur

Parfois, la nuit, je me réveille en sursaut, le corps baigné de transpiration. J’ai examen et je n’ai pas étudié. Ou pas assez. Mon cœur s’emballe, une nausée me remonte dans la gorge. Il me faut généralement quelques minutes pour réaliser que ce n’est qu’un mauvais rêve, une réminiscence issue de mon passé. 

Car cela fait 13 ans que j’ai passé mon dernier examen à l’université. 13 ans que je n’ai pas connu une telle angoisse.

N’est-ce pas absurde ? J’ai connu la mort soudaine et inattendue de personnes que j’appréciais. J’ai craint une ou deux fois pour ma propre vie. Mais jamais je n’ai connu une angoisse comme le matin d’un examen à l’université. Jamais je n’ai vidé mes tripes de manière aussi fluide par tous les orifices liés à mon système digestif que des notes à la main après quelques heures de mauvais sommeil.

D’ailleurs, ce stress serait un facteur prépondérant dans l’inégalité socio-économique liée aux études. Si on sait depuis longtemps que l’intelligence est indépendante de la classe sociale, les diplômes, eux, leur sont très fortement corrélés, même si l’on tient compte du coût des études.

Une des raisons serait que les étudiants des classes moins favorisées auraient sur leurs épaules une pression bien supérieure. Un enfant de bonne famille peut se permettre de rater, de se réorienter. S’il a appris dès sa plus tendre enfance une certaine assurance, une certitude quant à sa sécurité, ce n’est pas le cas de tout le monde. Recevoir une bourse implique de réussir. Voir ses parents se sacrifier interdit toute forme d’échec. Et, insidieusement, cette crainte serait l’une des premières causes d’échec.

Aujourd’hui, je suis passé de l’autre côté de la barrière. C’est moi qui fais passer les examens. Je pourrais en tirer une satisfaction voire un futile sentiment de triomphe. 

Pourtant, la veille de l’examen que je devais donner, j’ai paniqué comme si j’étais étudiant. Je me suis réveillé en sueur à 4h du matin persuadé d’être en retard. J’ai transpiré, palpité.

Devant mes étudiants, je me suis senti coupable face à ceux qui étaient en train de stresser. Comment les aider ? Lisant la panique dans leurs yeux, je voulais les rassurer. Mais, d’un autre côté, je ne pouvais pas les faire réussir sans ressentir un profond sentiment d’injustice face à ceux qui avaient, eux, travaillé et amplement mérité leur réussite.

Pourtant, j’ai tout fait pour ne pas faire un examen d’étude. Les questions sont des questions de réflexion, les étudiants ont accès à toutes les ressources qu’ils souhaitent (y compris un ordinateur connecté à Internet). Si l’étudiant s’empêtre, je tente de le réorienter et je reviens vers lui plus tard, après lui avoir suggéré des pistes. Sans compter qu’une bonne partie des points vient d’un projet à réaliser pendant l’année, à savoir contribuer à un projet open source choisi par l’étudiant.

Malgré tout ça, l’institution universitaire en impose et écrase. Ma position de professeur effraie. Et un étudiant que je sais brillant, mais paralysé par son stress sera, objectivement, identique à un étudiant qui n’a même pas pris la peine de lire quoi que ce soit et qui tente, à tout hasard, de faire semblant. On ne sait jamais.

Ayant, pour la première fois de ma vie, un certain pouvoir, je veux l’utiliser. Sachant que l’université me demande, pour chaque étudiant, une côte entre 0 et 20. Que je souhaite que cette côte soit juste et récompense ceux qui font preuve d’une certaine compréhension et d’un intérêt pour la matière.

Comment mettre en place un examen qui rassure. Qui soit un événement utile dans le parcours académique et non plus une épreuve de souffrance ?

J’ai voulu mettre en place un examen comme moi j’aurai voulu en avoir. Un examen pour lequel je n’aurais pas stressé (je ne stressais pas pour les examens à cours ouvert). Mais, cette année, j’ai constaté dans les yeux de certains étudiants que j’avais partiellement échoué. Que, en dépit de mes belles paroles, je me faisais le véhicule de cette injustice que j’abhorrais il y’a trois lustres.

Si des étudiants me lisent, je suis preneur de leurs idées, de leurs conseils. Tentons des expériences, ne nous satisfaisons pas des acquis et des coutumes traditionalistes traumatisantes. 

Photo by JESHOOTS.COM on Unsplash

Je suis @ploum, conférencier et écrivain électronique déconnecté rémunérés en prix libre sur Tipeee, Patreon, Paypal, Liberapay ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens, même symboliques, font une réelle différence pour moi. Merci !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Source : https://ploum.net/le-cauchemar-des-examens/


3 mois de déconnexion : bilan final

samedi 12 janvier 2019 à 00:04

Et transition vers une déconnexion douce permanente

Sans que je m’en rende particulièrement compte, voici que je suis arrivé à la fin de ma déconnexion (dont vous pouvez retrouver tous les billets ici). Une date symbolique qui imposait un bilan. Tout d’abord en enlevant mon filtre et en faisant un tour sur les réseaux sociaux désormais abhorrés.

Pas que j’en avais pas vraiment envie mais plus par curiosité, pour voir ce que ça me faisait et vérifier si j’avais raté des choses. On pourrait croire que j’étais impatient mais, contre toute attente, j’ai du me forcer. Au nom de la science, pour la complétude de l’expérience ! Ces sites ne me manquent pas, au contraire. Je n’avais pas l’impression de rater quoi que ce soit d’important et, même si c’était le cas, je m’en portais au fond très bien.

Ma première impression a été d’arriver en retard dans une soirée à l’ambiance un peu morne. Vous savez, le genre de soirée où vous arrivez stressé de rater le meilleur pour vous rendre compte qu’en fait tout le monde semble s’emmerder.

Oh certes, il y’avait des commentaires sur mes posts dont certains étaient intéressants (je n’ai pas tout lu, juste regardé rapidement les derniers). J’avais plein de notifications, des centaines de demandes d’ajout sur Linkedin (que j’ai acceptée).

Mais, au final, rien qui me donne envie de revenir. Au contraire, j’avais la nausée, comme un addict au sucre qui se tape tout un gâteau au chocolat après 3 mois de diète.

Ce qui est encore plus frappant c’est que cette demi-heure de rattrapage de réseaux sociaux m’a obsédée durant plusieurs heures. J’avais envie d’aller vérifier des choses, je pensais à ce que j’avais vu passer, je me demandais ce que je devrais répondre à tel commentaire. Mon esprit était de nouveau complètement encombré.

Il faut se rendre l’évidence : je ne suis pas capable d’utiliser sainement les réseaux sociaux. Je suis trop sensible à leurs messages inconscients, à leurs tactiques d’addiction.

Pour être tout à fait honnête avec moi-même, il faut avouer que, techniquement, je n’ai pas respecté complètement ma déconnexion. J’ai assoupli certaines règles initiales en “débloquant” Slack, pour raisons professionnelles, et Reddit. Il m’est également arrivé assez souvent de devoir désactiver mes filtres pour accéder à un lien qu’on m’envoyait sur Twitter, pour chercher les coordonnées d’un contact professionnel sur Linkedin voire pour accéder à un article de la presse généraliste qu’on m’avait envoyé. Mais ce n’est pas grave. Le but n’était pas de devenir “pur” mais bien de reprendre le contrôle sur mon utilisation d’Internet. À chaque fois, la désactivation de mes filtres ne durait que le temps strictement nécessaire à charger la page incriminée.

Une anecdote illustre bien ma déconnexion : au cours d’un repas de famille, la discussion porta sur les gilets jaunes. Je n’en avais jamais entendu parler. Après quelques secondes d’étonnement face à mon ignorance, on m’expliqua et, le soir même, je lisais la page Wikipédia sur le sujet.

Wikipédia qui s’est révélé un outil de déconnexion extraordinaire. La page d’accueil dispose en effet d’une petite section concernant les actualités et les événements en cours. J’en ai déduis que si un événement n’est pas sur Wikipedia, alors il n’est pas vraiment important.

Si ne pas être informé libère de l’espace mental et ne semble prêter à aucune conséquence néfaste, il est dramatique de constater à quel point mon cerveau est addict. Devant un écran, il veut recevoir des informations, quelle qu’elles soient. Quand je procrastine, je me retrouve à chercher tout ce qui pourrait m’apporter des news sans désactiver mon blocage.

C’est d’ailleurs je pense la raison pour laquelle mes visites à Reddit (au départ utilisé uniquement pour poser des questions dans certains subreddit) sont devenues plus fréquentes (mais sans devenir envahissante mais à surveiller). Je regarde également mon lecteur RSS tous les jours (heureusement, il n’est pas sur mon téléphone) mais les flux réellement utiles sont rares. Les réseaux sociaux m’avaient habitué à m’intéresser à tout et n’importe quoi. Avec le RSS, je dois choisir des sites qui postent des choses que je trouvent intéressantes dans la durée et qui ne noient pas cela dans du bruit marketing.

Un autre effet important de ces 3 mois de déconnexion est le début d’un détachement de mon besoin de reconnaissance immédiate. Outre les likes sur les réseaux, je me rends compte que donner des conférences gratuites ou intervenir dans les médias me rapporte peu voire rien du tout pour beaucoup d’efforts, de transports et de fatigue. De manière amusante, j’ai déjà reçu pas mal de sollicitations pour parler dans les médias de ma déconnexion (que, jusqu’à présent, j’ai toutes refusées). Mon ego est toujours là mais souhaite désormais être reconnu sur le long terme, ce qui nécessite un investissement plus profond et pas de simples apparitions médiatiques. D’ailleurs, entre nous, refuser une sollicitation médiatique est encore plus jouissif pour l’égo que de l’accepter.

J’ai également pris conscience que, contrairement à ce que Facebook essaye d’instiller, mon blog n’est pas un business. Je ne dois pas répondre dans les 24h aux messages (ce que Facebook encourage très fortement). J’ai le droit de ne répondre qu’aux emails et ne pas devoir me connecter sur différentes messageries propriétaires. J’ai le droit de rater des opportunités. Je suis un humain qui partage certaines de ses expériences à travers l’écriture. Libre à chacun de lire, de copier, de partager, de s’inspirer voire de me contacter ou de me soutenir. Mais libre à moi de ne pas être le service client de mes écrits.

La conclusion de tout ça c’est que, les 3 mois écoulés, je n’ai aucune envie de stopper ma déconnexion. Ma vie d’aujourd’hui sans Facebook ou les médias me semble meilleure. Une fois tous les deux ou trois jours, je désactive mon filtre pour voir si j’ai des notifications sur Mastodon, Twitter ou Linkedin mais je n’ai même pas envie de regarder le flux. Je lis des choses qui m’intéressent grâce au RSS, je me plonge avec délice dans les livres qui attendaient sur mon étagère et j’ai beaucoup de conversations enrichissantes par mail.

Pourquoi quitterais-je ma thébaïde ?

Photo by Jay Mantri on Unsplash

Je suis @ploum, conférencier et écrivain électronique déconnecté rémunérés en prix libre sur Tipeee, Patreon, Paypal, Liberapay ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens, même symboliques, font une réelle différence pour moi. Merci !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Source : https://ploum.net/3-mois-de-deconnexion-bilan-final/