PROJET AUTOBLOG


Niou Taiknolog1e: Geekeries & Cie

Site original : Niou Taiknolog1e: Geekeries & Cie
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Révélation : Batman est un pyramidiot !

vendredi 25 novembre 2016 à 19:14
J'aurais probablement du le voir venir. Après tout, le mec décide de combattre le crime à coup de bourre-pifs en cosplay de rongeurs. Mais quand même, découvrir ça au détour d'un comics, c'est moche :


Best detective evaaaaaar !!

Et non, ce n'est pas un fake. Cette image est tiré du comic “Batman : Book of the Dead” qui fait partie de la série “Elseworld” de DC Comics (aka une série d’histoires Batman se déroulant dans des univers alternatifs comme Batman au moyen âge, Batman année 30, Batman à la plage,…).

Même que cette purge est en deux tomes :


Dedans on retrouve tous les grands classiques pyramidiots rigolos comme :

Les pyramides ont trop été construites par les atlantes aliens du futur du passé !


Les archéologues nazi du FBI communiste canadiens c’est tous des salauds, même qu’ils ont tués les parents de Batman !!


Les mayas l'abeille et les égyptiens stro pareil t'entends !


L'inversion du sens des pôles va tous nous tuer en 2012 tu sens !!


Il y a trop une chambre secrète dissimulée au bout du tunnel de la chambre de la reine, tu touches !!


Les pyramides stro complexe quoi !!


Notez le bonus du gros mytho sur la provenance de l'immense majorité des blocs de la pyramide et sur l'absence de représentation de barges. Parce qu'il y a rien de tel que quelques mensonges pour être totalement pyramidiot

Omagad, en vrai le sphinx a 14 000 ans !!1


Les pyramides c'est une carte de la galaxie d'Orion gros !!1


Atlantis !!!!!!!!!!!!!111


Heureusement, au milieu de tous ces mythos déjà répétés ad-nauseum par les pyramidiots non déguisés en rongueurs, il y a aussi des trucs totalement inédit comme le Bat-logo camouflé dans des gravures Mayas :


Comme quoi, je n’étais pas si loin du compte avec mon :


Pour les deux du fond qui ne connaitraient pas encore mon article "la révélation des pyramides, le documentaire en mousse", cliquez ici !

Oh, et pour ceux qui pense que "c'est juste une BD, de la fiction", l'auteur du comics balance ce post-face :


Emphase sur "facts" et "reality-based"

Bref, à lire pour rire un grand coup, mais pas se moquer, parce que le respect c’est super important bande de gros enfoiray de bâtards de mayyyyyyrde !!!!1

Source : http://www.nioutaik.fr/index.php/2016/11/25/677-revelation-batman-est-un-pyramidiot


Projet Faille & Justice céleste

mardi 24 mai 2016 à 18:34

Oh, hey, salut ! Sans vouloir paraphraser les enfants courjeau la première fois qu’il ont ouvert un frigo : j’ai vu de la lumière, alors je suis entré !

Comment ça, tout le monde s’en fout ? Je sais bien que je n’ai pas mis à jour le blog pendant deux ans, ce qui, en temps internet correspond à six millénaires au moins, mais c’est pas très Charlie de votre part bande de salopiots ! J’avais même préparé une série d’excuse :


Mais comme je suis plus honnête que la plus honnête de tes copines, en vrai, j’étais occupé à écrire. Sauf qu’au lieu d’écrire sur Nioutaik pour me plaindre des scénarios de films pourris et autres théories du complot en carton (je sais, c’est parfaitement scandaleux), je me suis lancé dans l’aventure de l’écriture de romans (parce qu’il faut bien varier les plaisirs ma bonne dame).


Ce que j’imagine faire


Ce que je fais en réalité

Le résultat, c’est le bouquin dont la couverture illustre ce billet. Et pour ceux qui se le demandent, non, ce n’est pas l’histoire d'un type qui high-five des vitres !! Voici le résumé :

Que feriez-vous si, du jour au lendemain, vous vous retrouviez dans une école ressemblant plus à une prison qu'à un établissement scolaire ? Une école où l’échec signifie au mieux, la mort, au pire... non, mieux vaut ne pas parler du pire.

Florian va le découvrir. Entre les faux semblants et la surveillance constante, parviendra-t-il à fuir cet endroit mystérieux avant qu'il ne soit trop tard ? Et surtout, supportera-t-il la terrible vérité cachée derrière les murs de l'Institut ?


Il s’agit d’un thriller avec du suspense dedans son corps, un brin d’horreur, d’espièglerie, c’est le pays de candy !!, et beaucoup de mystérieux mystères pleins de vraies révélations derrière (aka, c’est pas du mystère "on chiera une explication vite fait en dernière saison, TKT je gère gros" façon LOST quoi). Comme je suis génétiquement incapable de ne pas raconter d’ânerie, j’ai même ajouté à tout ça une couche de l’humour idiot auquel je vous ai habitué.

Si le pitch vous plait, ou si les premiers chapitres dispos en prévisualisation sur Amazon vous donnent envie de continuer la lecture, vous pouvez le choper en ebook pour la modique somme de 2.99€ (soit le prix de 3 cafés normaux, ou une goutte d’un café Starbuck), EDIT : ou à 9.98€ en version papier ici : 2.99€ ou deu pour manjé - Projet Faille. Vous pouvez le lire sur liseuse kindle, voir sur n’importe quelle tablette ou téléphone avec l’appli Amazon (EDIT : ou avec vos mains pleines de doigts si vous l'achetez en version papier, oeuf course).


Ou en cliquant sur l’image de la couv, ça fait pro web 0.5 de cliquer sur les images

J’ajouterais que tout soutien est plus que bienvenue. C’est un gros saut dans l’inconnu assez flippant donc si vous appréciez l’histoire, le savoir motive énormément. D’ailleurs, si vous êtes bloggeur littéraire (ou tout autre type de critique de bouquins) et que vous souhaitez décortiquer le bazar, n’hésitez pas à me contacter.

Et enfin, pour ceux qui auront eu le courage de lire ma diarrhée verbale jusque là, voici en cadeau (ou punition selon les goûts !) une mes dernières nouvelles. Elle devrait rappeler pas mal de trucs aux habitués du blog. Et le plus beau, c’est qu’elle vous coutera 0€, soit le salaire annuel d’un pauvre. En joie !





Partie 1 – Justice céleste


« Foutredieu, quelle poisse », marmonna Bartholomeus alors qu'il feuilletait pour la millième fois les documents posés sur ses genoux. Difficile de faire pire dossier que celui là, et pour son premier jour au poste d'avocat du paradis en plus.

Une moue contrariée sur le visage, il se rencogna contre le dossier moelleux de son nuage-fauteuil et réajusta sa toge. L'intérieur de son crâne résonnait comme si la cloche de l'Apocalypse elle-même y jouait un concerto privé. Qu'est ce qu'il allait bien pouvoir tirer d'un cas pareil ? À moins d'un miracle, et il était bien placé pour savoir qu'ils étaient aussi rares que des doigts intacts sur la main d'un lépreux, rien ne sauverait l'âme de son client.

Des ronflements l'extirpèrent de ses ruminations. Le client en question, engoncé dans une cote de bure dont la ceinture de corde peinait à retenir le bide, dormait, roulé en boule. Des volutes de nuages remontaient dans ses narines à chacune de ses inspirations.

Bartholomeus poussa un soupir. Le passage dans l'au-delà avait tendance à assommer les nouvelles âmes et il était conseillé de les laisser s'éveiller naturellement. Malheureusement, s'il voulait une infime chance de lui sauver les miches, il devait se mettre au boulot, et vite. Cela dit, la précipitation n'excluait pas le professionnalisme. Que disait cette vieille carne d'Archange Michael déjà ? Ah oui, « L'âme du client en douceur tu accueillera ». Posant une de ses sandales sur l'épaule du curé, il le secoua légèrement.

— J'ai pas toute la journée, on se réveille, l'audience est dans moins d'une demi-heure.

L'ecclésiastique roula sur le dos ; la lumière du soleil se refléta dans sa tonsure bordée de cheveux gris. Ses ronflements reprirent de plus belle, soulevant ses poils de moustaches. Bartholomeus poussa un nouveau soupir, le second d'une longue ribambelle il le sentait.

— Allez, faites un effort ! cria-t-il en lançant une rafale de coups de la pointe de sa sandale.

Comme s'il venait de coincer son slip dans un piège à loups, le curé se releva d'un bond et hurla à pleins poumons :

— Aaaaaah ! À gauche, à gauche pour l'amour de Dieu !

En dépit de son mal de crâne qui montait dans les octaves, Bartholomeus ne broncha pas. Chaque âme réagissait très différemment à son réveil. Certaines se mettaient même à vomir partout. Trop plein d'émotion disaient certains, aussi s'estimait-il heureux de n'avoir qu'un crieur. Relaver son Cumulo-tapis dès le premier jour, non merci.

Ses vocalises terminées, le curé fit des tours sur lui-même, ses yeux écarquillés scrutant la mer de nuage qui s'étendait à perte de vue. Un sourire immense dévoilait ses dents jaunies.

— Le paradis ! (Il gloussa, comme une dinde hystérique.) Merci mon dieu, je n'ai jamais douté.

Miséricorde, s'il se mettait à pleurer de joie, lui expliquer la situation serait aussi amusant qu'un incendie d'orphelinat.

— Monsieur Levasseur, mon père ? (Bartholomeus agita sa main pour attirer l'attention du curé, qui se tourna vers lui, le regard inondé de joie.) Je me présente, ange Bartholomeus, je suis votre avocat.

Le père Levasseur glissa sa grosse main moite dans celle de Bartholomeus et la secoua mollement, deux fois.

— Enchanté ! Vous... vous êtes vraiment un ange ? demanda-t-il, ses yeux ronds comme des billes. Je vous imaginais avec des ailes.

— Oui, euh... (Bartholomeus toussa, gêné.) Je ne vais pas ouvrir ma toge, mais, disons que l'asexualité des anges est un autre des nombreux faits qui a été grandement exagéré à notre propos. Écoutez, j'ai beaucoup de choses à vous expliquer en peu de temps alors asseyez vous s'il vous plaît.

L'homme obtempéra et jucha son gros postérieur sur un nuage-table-basse. Misère, il n'allait quand même pas devoir aussi lui faire un cours de mobilier ?

Bartholomeus s'éclaircit la gorge :

— J'ai deux mauvaises nouvelles.

— Et bien vous n'avez qu'à commencer par la mauvaise, ah ah.

Encore ce satané gloussement. Reste professionnel mon petit Bartholomeus, « La vie du client, tu ne jugeras point » et sa face tu ne tarteras point non plus.

— La première c'est que vous êtes mort, mais ça, vous avez déjà dû le remarquer, dit-il avant de vérifier ses notes. Accident de barque apparemment. Sincèrement, je préfère ne pas savoir.

— C'est pourtant très coca...

— La deuxième, c'est que vous êtes dans la merde, rapport à votre jugement dernier. J'ai le bilan de votre comportement et c'est pas bien joli si vous me passez l'euphémisme.

— Co... comment-ça ? bégaya le curé ; son attitude joviale avait disparu, remplacée par une mine incrédule. J'ai eu une vie de piété. Je n'ai jamais brisé mon vœu de chasteté. J'ai passé quarante ans à aider les plus démunis partout dans le monde. Il y a sûrement une erreur.

Bartholomeus soutint le regard de son client un instant avant de se replonger dans le dossier.

— Je peux vous assurer qu'il n'y a aucune erreur. Le rapport reflète bien tout ce que vous venez de me dire et c'est bien là le problème.

— Je... je ne comprends pas. (Le père Levasseur sembla perdu dans ses pensées une seconde.) Mince... je sais. C'est le pêché d'orgueil pas vrai ? J'ai toujours été trop fier de mes bonnes œuvres.

— Non, non, non, ça n'a rien à voir.

Bartholomeus soupira, encore. A ce rythme, il allait se rabougrir comme un ballon de baudruche percé. Comment expliquer à ce curé l'étendue de son ignorance et la réalité de sa situation catastrophique ? Juste ciel, soutenir son regard de chien battu n'arrangeait rien à la difficulté de la tâche.

— Mon père, avez-vous déjà observé la nature ? Le fonctionnement de la faune et de la flore je veux dire ?

— Euh, oui, à l'occasion.

— Qu'avez-vous remarqué ?

Le curé couvrit sa bouche d'une main et fronça les sourcils. Après quelques secondes, comme touché par la grâce, il écarquilla les yeux et leva un doigt.

— Je sais ! La nature est magnifique parce qu'elle a été créée à l'image de Dieu. J'ai bon ?

Bartholomeus dut invoquer toute sa force de volonté pour ne pas lever les yeux au ciel. Le professionnalisme devenait un concept de plus en plus abstrait. S'il collait un petit taquet à son client, là, maintenant, tout de suite, personne n'en saurait rien. Non, non, non, pas dès le premier jour. « L'âme de votre client, patiemment vous guiderez » disait l'autre.

— Oui mais ce n'est pas vraiment à ça que je pensa... (Bartholomeus s'interrompit. A quoi bon tourner autour du pot ?) Écoutez, la nature est impitoyable. Voilà. C'est pourtant évident, non ? Entre les oiseaux qui tuent les petits des autres pour mettre les leurs à la place, les larves qui infestent le cerveau de fourmis pour les commander à leur guise tel de gentils petits zombies ou même ces insectes là, vous savez, ceux qui ont un pénis conçu comme un pieu et qui perforent leurs carapaces mutuelles pour, enfin vous voyez. Tout dans la nature est prévu pour la survie et la reproduction. Quel qu'en soit le prix !

— Euh.

— Là où je veux en venir c'est, est ce que vous voyez de la piété, de la compassion ou de la chasteté là-dedans ? Moi, pas. Et pourtant, c'est ça que Dieu a créé. Un monde ou la survie de l'espèce règne en maître, ou le faible est écrasé pour éviter de dégrader la lignée du fort. Une gigantesque machine d'amélioration constante.

— J'ai... j'ai bien peur de ne pas vous suivre.

— C'est pourtant simple. Les préceptes de la Bible sont totalement bidons. Ce qu'attendait Dieu des humains était sous votre nez depuis le début, mais vous n'avez rien vu.

— Vous... vous voulez dire que... que pour avoir droit au paradis, j'aurais dû tuer et forniquer à tout va ? demanda le père Levasseur.

— Tuer, pas forcément, même si l'élimination d'un ou deux éclopés fait toujours bien dans un dossier. Forniquer, copuler, s'en mettre plein la lampe, là par contre, carrément. Mais attention, sans préservatif. Vous voulez des descendants, pas des orgies.

Toutes couleurs avaient quitté le visage du curé, à tel point que Bartholomeus aurait pu l'utiliser pour vérifier la propreté de sa toge. Il y était peut être allé un peu fort.

— Surtout ne vous blâmez pas. Vous n'êtes pas le premier à vous faire avoir. Jésus nous aura bien emmerdé avec ses, et je le cite, "petits ajouts persos". Il devait être dans sa phase hippie ou je ne sais quoi. Laissez moi vous dire que s'il n'était pas le fils de Dieu, ça serait un beau fils de pute. Et me lancez pas sur Mohammed ou je vais m'énerver ! Ça fait des siècles que le conseil des anges demande à Dieu d'envoyer de nouveaux messies sur terre, pour clarifier un peu les choses, mais non. Soi-disant qu'il ne veut plus interférer avec le libre arbitre, vous voyez le genre. Ça ne l'empêche pas d'autoriser son fiston à faire apparaître sa tronche sur des toasts de temps à autre, juste pour rigoler.

Le gros ecclésiastique s'était mis à hocher d'avant en arrière, les yeux embués. S'il chialait, ça serait le bouquet. Déjà qu'un enfant qui pleure, c'est chiant, mais un vieux qui pleure c'est chiant et gênant.

— Je sais que cela fait beaucoup d'informations à ingurgiter d'un coup, votre vision de l'existence toute entière est bouleversée, c'est compliqué. Malheureusement, si je veux avoir une chance de vous éviter une éternité en enfer, j'ai besoin de toute votre attention, là, maintenant. (Bartholomeus se pencha en avant et tapota l'épaule du curé.) Je peux compter sur vous ?

Son client opina du chef, les yeux toujours humides ; de la morve s'écoulait entre les poils de sa moustache.

— Bien, dans ce cas, essayez de vous remémorer les fois ou vous vous êtes montré impitoyable, ou vous avez placé votre survie avant toute autre considération.

Comme un poisson rouge essayant de comprendre la théorie des cordes, le vieux curé ouvrit puis referma la bouche plusieurs fois avant de hausser les épaules.

— Et la fornication ? demanda Bartholomeus. Ça a bien dû vous arriver au moins une fois, en douce ?

— Je... j'ai bécoté Elizabeth de... derrière l'église, dit le curé aussi rouge que la culotte d'une vierge le soir de ses noces.

— Votre dossier précise aussi que vous aviez treize ans à l'époque et que vous ne l'avez même pas pelotée. A moins de lui avoir mis un polichinelle dans le tiroir, je ne vais rien pouvoir faire avec ça.

Bartholomeus secoua la tête. Pourquoi se berçait-il d'illusions ? Le dossier ne mentait pas, son client ne pouvait pas lui pondre des évènements qui n'avaient pas eu lieu. L'avocat du diable le boufferait tout cru au procès. Quelle idée stupide il avait eue en se spécialisant dans le droit divin, la justice satanique avait l'air infiniment plus simple.

Des notes de musiques stridentes tirèrent Bartholomeus de ses divagations. Foutredieu, les trompettes du jugement dernier ! Il saisit les épaules du curé et le secoua d'avant en arrière, envoyant balloter sa tête en rythme.

— Il me faut quelque chose ! N'importe quoi ? Vous n'avez jamais donné un coup de pied dans un chiot ? Mentit pour gagner un avantage sur quelqu'un ? Ré-flé-chi-ssez ! Votre éternité en dépend.

Son client se dégagea de l'étreinte d'un mouvement d'épaule. Les sourcils froncés, il fusilla Bartholomeus du regard.

— Puisque je vous dis que j'ai aidé mon prochain toute ma vie ! Malgré mes soucis de santé ! Je suis allé dans les pays les plus misérables du monde pour ça. Mon seul loisir, la seule chose que je ne faisais pas exclusivement pour les autres, était la botanique. Et non, je n'ai jamais frappé de cancéreux ou je ne sais quoi avec un Epicéa ! (Aussi vite que sa bravade l'avait réveillé, le curé s'affaissa, la tête entre les mains.) Miséricorde. Tout ça est une farce. Que va-t-il advenir de moi ?

— Qu'est ce que vous venez de dire ?

Le curé releva la tête, un filet gluant s'étirait entre son nez et sa main.

— Que... que c'était une farce.

— Non, pas ça. Au début. Oh et puis laissez tomber.

Comment avait-il fait pour ne pas remarquer ce détail qui crevait pourtant les yeux ? Bon dieu, avec un peu de chance, ça pouvait marcher, il pouvait le sauver. Un sourire immense se dessina sur le visage de Bartholomeus alors qu'il saisissait le curé hébété par le bras :

— Suivez-moi, le juge déteste attendre.



Partie 2 – Jugement céleste


— ...cet homme n'a jamais trempé son biscuit. Pas une seule fois chers membres du jury. Vous ne voulez quand même pas laisser entrer un gros puceau au Paradis ? Et si ça ne suffisait pas, il a nourri des pauvres. Des pauvres ! Quel boloss fait ça je vous le demande humblement ?

Comme Bartholomeus s'y attendait, l'avocat du diable, superbe dans son costume trois pièces noir, s'en donnait à cœur joie. Au centre de la salle du jugement, dont les colonnes ceignaient un amphithéâtre émergeant des nuages, il haranguait un parterre d'une vingtaine d'anges en toges blanches. Le juge, Saint Pierre, s'endormait à moitié sur son pupitre. Son petit marteau de bois avait déjà menacé de s'échapper de ses mains par trois fois alors que sa tête s'affaissait sur son torse.

— Ça va bientôt être notre tour, détendez-vous, chuchota Bartholomeus pour essayer de calmer le curé qui se tortillait nerveusement, comme en proie à une gastro surprise.

Son plan tenait à peu de chose. Il ne pouvait pas se permettre de voir son client s'effondrer au milieu de la salle comme une loque, ça ferait mauvaise impression.

— Et le pire, poursuivait l'avocat du diable, son sourire carnassier réglé en mode séduction. Le pire, ce sont les centaines de millions, que dis-je, de milliards d'héritiers potentiels qu'il a assassinés froidement ! Étouffant leurs doux visages ronds et blanc au fond d'une chaussette, quand tout ce qu'ils demandaient était une chance, une simple chance de vivre. Oui, mesdames et messieurs du jury, cet homme se masturbait très fréquemment.

Un brouhaha d'horreur parcourut les rangs des jurés. Foutredieu, Bartholomeus avait oublié ce détail. En même temps, dur de retenir toutes les horreurs qu'entraine une vie pieuse.

— C'est vraiment n'importe quoi, grommela le père Levasseur.

— Et c'est pourquoi, continuait l'avocat du diable l'air de plus en plus satisfait. Je demande à ce que l'âme de ce pêcheur soit confié à la charge de mon employeur pour l'éternité. S'ils se complait tant à être un dégénéré, ce ne serait que justice. Ce sera tout, monsieur le juge.

L'avocat du diable reprit sa place à la gauche de l'estrade. St Pierre sursauta, sembla se rappeler ou il était avant d'annoncer la plaidoirie de la défense. La gorge sèche, Bartholomeus s'avança, sa toge volant à chacun de ses pas. Il devait rester calme. Inspirer, expirer. Comme pendant les travaux pratiques, tout allait bien se passer. Que disaient ses profs déjà ? « Une bonne plaidoirie est une plaidoirie morte. » Ah non, rien à voir. « Une bonne plaidoirie doit toucher les cœurs avant les esprits ». Oui, voilà, bien mieux.

— Chers membres du... euh... juré, jury. (Bartholomeus toussa bruyamment. Inspire, expire.) Oui, je l'admets moi-même, cette âme a commis des actes abjects. Oui, elle doit vous sembler psychopathe, déviante. Après tout, pourquoi n'a-t-elle même pas essayé de toucher les fesses de la petite Elizabeth derrière l'église alors qu'elle l'avait chauffée à mort avec sa jupe Bob l'éponge ?

Une bonne partie des membres du jury opina du chef. Parfait, il avait au moins leur attention.

— Et pourtant. Et pourtant, poursuivit-il. Cette âme a bel et bien profité de la vie comme Dieu le souhaite, mais elle l'a fait tellement subtilement, tellement vicieusement, que même mon cher collègue Avocat du diable n'y a rien vu. Observez la donc, chers membres du jury. (Bartholomeus pointa du doigt le curé voûté sur sa chaise, la mine dépitée.) Que voyez-vous ?

S'approchant d'un pas vif de son client éberlué, il agrippa à pleines mains sa bedaine et l'agita. Elle trembla comme un bol de gelée. Satisfait, il retourna au devant du pupitre des jurés.

— Mais qu'elle est obèse bien sûr ! Obèse ! Allez-vous me dire que ce corps boursouflé par la graisse est le genre de physique que l'on gagne en se nourrissant exclusivement de miches de pain et de riz ? Est-ce le genre de physique que l'on produit en vivant au milieu des plus pauvres parmi les plus pauvres ? (Il marqua une pause, jaugeant chaque juré dans le blanc de l'œil pour les laisser s'imprégner de la question.) Bien sûr que non. C'est donc la preuve évidente que, sous ses airs de dégénéré, mon client n'a jamais oublié son propre bien être. Oui, il a volé dans les réserves des pauvres. Oui, il a retiré la nourriture de la bouche de petits cancéreux pour l'enfourner dans la sienne en ricanant ! Oui il a regardé mourir des Somaliens en s'enfilant des tartines de beurre et cela, juste. Sous. Leur. Nez. Oui, c'est un gros morfal comme nous les aimons tant !

Le brouhaha s'intensifia à mesure que les jurés se concertaient, discutaient entre eux, commentaient. St Pierre dut même interrompre sa sieste pour exiger le silence. Bartholomeus dissimulait à grand peine son sourire. Il avait un peu exagéré les choses, mais, comme l'avocat du diable ne pouvait plus intervenir après sa plaidoirie, tout allait bien. Ne restait plus qu'à récolter le fruit de ses efforts :

— C'est pourquoi, mesdames et messieurs les jurés, je demande votre clémence, que dis-je, votre admiration pour l'incroyable malice dont à fait preuve mon client tout au long de sa vie. Il mérite le Paradis, rien de moins. Ce sera tout, monsieur le juge.

Bartholomeus regagna le banc des accusés le pas léger. Il avait fait de son mieux avec une situation pourrie.

— Mais c'est n'importe quoi, chuchota le curé à son approche. Je ne suis pas obèse, j'ai un problème thyroïdien.

— Taisez vous espèce d'idiot, l'interrompit Bartholomeus. Je viens de vous sauver l'éternité alors ne venez pas tout gâcher maintenant.

Le curé se renfrogna, mais ne dit rien. Toute trace d'émerveillement avait définitivement disparu de son visage. Pas trop tôt.

Le jury délibéra pendant une heure avant de revenir annoncer sa décision au juge Saint Pierre. Après quelques hochements de tête, ce dernier frappa son pupitre de son marteau.

— Silence s'il vous plait. Le jury a délibéré et son verdict est sans appel. L'âme de monsieur Claude Levasseur ici présent sera envoyé pour toute éternité...

Bartholomeus déglutit. Le temps semblait ralenti, il pouvait presque analyser chaque poil de la barbe du juge, chaque pore de ses lèvres qui s'ouvraient. Son cœur battait à ses tempes.

— Au Paradis.

Les jurés se levèrent comme un seul homme pour applaudir.

— Wouhou, hurla Bartholomeus avant de se tourner vers l'avocat du diable qui lui lançait un regard noir. Dans ta face loser.

— Un peu de tenue ! brailla Saint Pierre en le fusillant du regard. La cour attend de vous un comportement professionnel.

— Désolé votre honneur, je voulais dire que je suis modérément satisfait. Ni trop, ni trop peu. Une joie toute professionnelle.

Bartholomeus ponctua ses propos d'un rire jaune puis se tourna vers son client qui semblait ne pas en revenir. Yeux brillants, bouche bée, un maigre sourire mangeait ses traits.

— Dieu merci, vous... vous avez réussi.

— La classe hein ? A vous la grande vie ! C'est l'orgie permanente là dedans, et le top c'est que vous n'êtes même pas obligé de faire des gosses. En plus il y a des montagnes de victuailles et aucun pauvre à molester pour en avoir, enfin, à moins que ce soit votre truc, dans ce cas on vous trouvera un ou deux miséreux, on s'arrangera. Vous allez enfin pouvoir pro-fi-ter.

Comme s'il venait de pisser dans son bénitier, le curé doucha la joie de Bartholomeus d'un regard.

— Me dites pas que l'enfer c'est...

— Méditation, abstinence, bref, tous les trucs chiants. On appelle pas ça l'enfer pour rien non plus. Vous allez enfin pouvoir vous lâcher je vous dit. Elle est pas belle la mort ?

— Mais, mais, je ne veux pas y aller. A ce compte là je... je préfère l'enfer. Je refuse. (Le curé se précipita au milieu de la salle.) Monsieur le juge, mon avocat à mentit ! Je ne suis pas obèse, j'ai juste un problème de santé. Envoyez moi au purgatoire.

— Silence ! hurla Saint Pierre en frappant la table de son marteau comme s'il tentait un high-score de tape-tape marmotte. La décision est sans appel. Amenez-le.

Deux archanges tout en muscles émergèrent du pupitre, se saisirent de son client et le traînèrent, hurlant, vers les portes du paradis.

— Pitié ! Miséricorde !

Bartholomeus épongea son front en sueur. Quelle affaire. Il espérait que la prochaine soit plus reposante. Un violeur en série, ça, ça serait bien.

FIN ?



Brââf. Si vous voulez suivre un peu ce virage littéraire, voici deux adresses :

- Mon compte facebook

- Mon compte sur le site Wattpad où vous pouvez lire d’autres nouvelles et mon autre histoire en cours d’écriture (un roman de fantasy). Gratuitement en plus.

Pour les autres, à dans moins de deux ans j'espère :D ! Mouhahahahahahahah ! Bisous sur les fesses quand même.

Source : http://www.nioutaik.fr/index.php/2016/05/24/676-projet-faille-justice-celeste


Final Fantasy VII, le roman-screenshot : Chapitre 3

mardi 20 mai 2014 à 19:12
Final fantasy 7 le roman screenshot chapitre 3

Pour ceux qui ne les auraient pas encore lus, retrouvez le chapitre 1 et le chapitre 2 en cliquouillant !

Final fantasy 7 : Cloud/Rohide se gaufre de trouzmilles mètres de haut, entend des voix et voit la vierge.
Final fantasy 7 : On découvre que la physique des jeux vidéo fait l’amour à Newton et Aeris n’a pas d’amour propre.
Final fantasy 7 : Aeris se présente, même qu’elle s’appelle désormais Ma Teub pour un maximum de situations cocasses.
Final fantasy 7 : Reno, le Turk de la Shinra à tendances stalker débarque dans l’église.
Final fantasy 7 : Cloud/Rohide et Aeris/Ma Teub fuient Reno par l’arrière de l’église. Aeris se boite au rez de chaussée.
Final fantasy 7 : Cloud/Rohide utilise la tactique Donkey Kong pour se débarrasser des soldats Shinra puis il tape la discut sur le toit avec Aeris/Ma Teub.
Final fantasy 7 : Cloud et Aeris rejoignent le village d’Aeris ou ils font connaissance avec l’idiot du village.
Final fantasy 7 : Cloud et Aeris se rendent dans la maison de cette dernière. Aeris présente Cloud à sa mère qui meure un peu à l’intérieure.
Final fantasy 7 : La mère d’Aeris demande à Cloud de se casser et ce dernier est attaqué par un flasback.
Final fantasy 7 : Cloud fuit la maison d’Aeris mais celle-ci le retrouve à l’entrée du secteur 6 grâce à la magie de la géométrie variable.
Final fantasy 7 : Tête à tête entre Cloud et Aeris sur un toboggan moche. Cloud passe à deux doigts de se manger un vilain râteau. On découvre que Tifa/Boobina est devenue gente du voyage.

Transcript complet du chapitre :

Final Fantasy 7, le roman-screenshot : Chapitre 3 (Botanique & Géométrie Variable)

Dans le chapitre précédent : Rohide et les grosses AVATANCHES ont fait sauter un second réacteur Mako, 24h après le premier parce que la violence n’attend pas ma bonne dame. Hélas pour eux, la Shinrâ ayant décidée d’enfin utiliser son unique neurone, elle a senti le coup venir et a intercepté nos héros à l’aide d’un Robot géant. Lors de la destruction de ce dernier, Rohide est projeté dans le vide vers une mort quasi certaine ! Une grosse arnaque scénaristique pourra-t-elle le sauver ?

[Image début chute]

Rohide > Si seulement j’avais eu des doiiiiiiigts

[Image chute ou héros tombe encore plus]

Narrateur > 25 minutes de chute plus tard (3 picosecondes selon la police)

Rohide > Punaise c’est haut !! Je suis vraiment mal ! Je veux dire, c’est connu, les blessures lors d’une cinématique sont la cause numéro 1 de mortalité chez les personnages de jeux vidéo (PETIT)juste avant les QTE surprises en milieu de cutscène et les vides infinis de bords de cartes(/PETIT)

Rohide > Je suis foutuuuuuuuuuu !

[Image noire, ajout bruitage (vertical) *CRAAAAAAAACK* (horizontal) *POC*]

[Image voix dans tête de Rohide : Ca va ? // Tu m’entends ??]

Rohide > *Mentalement* *Purée de Jésus sur son bâton ! Une voix dans ma tête ! C’est sur, j’ai un traumatisme crânien*.

[Rohide répond à la voix : "….oui…" puis la voix continue à raconter n’importe quoi avec Rohide qui tente de comprendre de quoi elle parle]

Rohide > *Ecoute voix intérieure, ça fait plaisir que tu ne sois pas une de ces voix psychopathe qui demande de tuer des gens mais si tu pouvais éviter de te biturer avant de te manifester ça ferait plaisir !*

Rohide > *Je panne rien à ton baragouin !!*

Voix intérieure > *Que se passerait il si l’air était du bois ?*

Rohide > *Hé mais j’y pense ! Il y avait pas un mec qui disait "je pense donc j’essuie" (PETIT)à moins que ça soit ma concierge, je ne sais plus.(/PETIT) ?*

Voix > Voix intérieure : *J’entend les couleurs mec !*

Rohide > *Ca veut dire que je suis vivant !! Wouhou !!*

Voix > *Les arbres bouffent le ciel t’entends !!§*

[La voix dit a rohide de bouger et la voix d’aeris se fait entendre, elle dit « Oh, ça bouge »]

Rohide > Comment ça "CA bouge" !! Je ressemble plus à un être humain ?!

Rohide > Déjà que j’avais une tronche à avoir marché sur une mine dans un champs de gravier, si mon corps est réparti façon tartare dans 3 secteurs différents, ça craint !!

Rohide > Bon allez, j’ouvre les yeux, on verra bien ! Après tout, comme disait Descartes, "YOLO".

[Rohide se réveille dans champs de fleur au milieu église]

Rohide > YEAH §§ Je suis vivant et en un seul morceau !! C’est tellement impossible que je dois être au paradis et si je suis au paradis ça veut dire que… *regarde autour de lui*

Rohide > Hé mais c’est quoi cette arnaque, j’ai droit qu’à une seule vierge ! ET LES 71 AUTRES BANDE DE RADASSES §

Aeris > Je suis pas vierge mais poisson ascendant taureau, tihihihihiquejesuisniaise ! Mais au fait…

[Aeris qui lui demande :"Ca va" ?]

Rohide > La noirceur de mon âme m’empêchera à jamais d’aller bien ! Oh ! Tragédie ! Ah ! Désespoir !!

Aeris > Euh, je voulais dire physiquement.

Rohide > Ah, oh… attend je vérifie

[Menu du jeu ou on voit qu’il a perdu 0PV]

Rohide > Je vais parfaitement bien (PETIT)étonnement(/PETIT) !

Aeris > Tu es sur, parce que tes cheveux ont quand même l’air salement amochés

Rohide > *Se passe les moignons dans les cheveux* Hé ! C’est mes cheveux normaux ok !! J’y peux rien s’ils ressemblent à un cul de chocobo à cause d’un tragique accident de gel !!

Rohide > Et non, je refuse d’en parler !!

[Aeris qui continue : "Ca m’est tombé dessus d’un coup, j’ai eu très peur."]

Rohide > C’est à cause de toi que c’est arrivé !

Aeris > Hein ? Comment ça ??

Rohide > Parce que t’as un boule à tomber bébé !! (PETIT)Oh yeah, j’ai pas perdu la main… faudra que je la note celle là(/PETIT) *regard mi torve, mi salace et re mi torve derrière*

Aeris > Hum… c’est bizarre, il ne me semblait pas qu’il y avait de chêne dans les environs…

Rohide > Hein ?

Aeries > Alors pourquoi un gland est tombé sur mes plates bandes ?!

Rohide > Hum, madame joue la difficile, j’aime ça !! Cela dit, je me demande comment j’ai survécu sans blessure…

[Aeris : "Le toit et les fleurs ont dû amortir ta chute. Tu as de la chance."]

Rohide > Mais c’est bien sur !

Rohide > Me manger 50 poutrelles après une chute de trouzmilles mètre avant d’être arrêté par 2cm de chlorophylle, c’est clairement ce qui m’a sauvé !

Aeris > Exactement ! Les fleurs sont magiques et mes pets sentent la rose tihihihi !

Rohide > Par magiques tu veux dire qu’elles posent leurs énormes testicules sur le front de la physique Newtonnienne !

Aeris > Newtoquoi ?

Rohide > C’est bien ce que je craignais !

[Aeris continue son blabla : "Il parait qu’on ne peut pas faire pousser d’herbes ou de plantes à Midgar." / "Mais pour une raison étrange, les plantes n’ont aucun mal à pousser ici."]

Rohide > Bin voyons, des plantes capables d’encaisser 5 milliards de joules d’énergie cinétique sans broncher, je suis sur qu’elles pourraient pousser dans l’anus d’un cheval.

[Aeris : "J’aime cet endroit."]

Narrateur > La jeune fille ignore totalement Rohide et poursuit son monologue…

Aeris > Sauf quand il me tombe sur le coin de la mouille bien sur, lalalala.

[Aeris continue son blabla "on s’est déjà rencontré, tu te souviens ?" // Rohide répond (choix multiple) : oui, tu es l’alcoolique des taudis]

Rohide > *(PETIT)Yeah, ça c’est une technique de vrai lover ! C’est connu , rien de mieux que de faire semblant de ne pas s’intéresser à une fille pour lui faire comprendre qu’on s’intéresse à elle !! Psychologie inversée de maternelle en force !!*(/PETIT)

[Aeris repond : "Hé mais c’est très impoli" // "Mais je te pardonne parce que tu m’as acheté des fleurs"]

Rohide > Les fleurs à 1 Gil ?

Aeris > Oui ! Et pour 2 Gils seulement tu peux me cracher au visage !

Aeris > Les fleurs se nourrissent de mon amour propre, tihihihihi !

[Aeris demande à rohide s’il a des materias // Rohide "Oui, quelques unes." // "De nos jour on peut trouver des materias partout."]

Rohide > Je veux dire, des objets qui permettent de soigner instantanément du cancer du sida ou de balancer un déluge de feu simplement en les clispant sur un bracelet ou une épée, pfuuu, franchement, qui ça peut bien intéresser ? Laissons les trainer partout !

Rohide > Midgar aurait vraiment dû s’appeler Midglands.

[Aeris qui dit qu’elle a une matéria mais que la sienne est spéciale, elle ne sert absolument à rien]

Rohide > Je propose de la baptiser Materia Jesse !!

Aeris > Oh, pourquoi ?

Rohide > Pour rien… pour rien *soupir laissant transparaitre une horrible douleur à la mémoire de souvenirs récents*

[Aeris qui demande a rohide s’il a envie de parler un peu avec elle]

Rohide > Oui, bien sur, c’est pas comme si je devrais aller voir un médecin de tout urgence dès fois que j’ai un traumatisme crânien grave, hein !

Aeris > Cool, alors tu veux parler de quoi ?!

Rohide > …

Rohide > Faut vraiment que j’arrête l’ironie, tout le monde y est immunisé dans ce trou…

[Aeris continue de parler "Mais au fait, on ne connait pas nos noms !"]

Aeris > Moi c’est…

[Affichage nouveau nom : Ma teub]

Narrateur > Nous nommerons la jeune fille "Ma teub" // Parce que je trouve les dialogues à base de "Ma teub a disparue", "Ma teub s’est sacrifiée pour la planète" et autres "Ma teub est montée d’un niveau" hilarants et j’ai 2 ans d’âge mental (en âge de chien).

[Je suis Ma Teub, la jeune fille aux fleurs. Enchantée]

Rohide > Et moi je suis Rohide, le jeune homme à l’épée compensatrice. Enchanté !

[Reno débarque dans l’église]

Narrateur > Soudain, Rohide et Ma teub remarquent qu’un inconnu est entré dans l’église et les observe depuis quelques minutes sans rien faire parce que, euh… ça fait mystérieux et tout, je suppose (PETIT)il a dû aller à la même école de drague que Rohide(/PETIT)…

[Rohide s’avance vers Reno, Ma Teub l’en empêche]

Narrateur > Notre héros décide d’aller voir "quelle est la baise" comme disent nos amis anglophones, mais la jeune fille aux fleurs intervient pour l’en empêcher !

Rohide > Euh, d’accord, même si perso discuter comme si de rien n’était pendant qu’un mec chelou nous fixe ça me colle les miquettes.

[Aeris lui demande s’il a été garde du corps / Rohide répond "oui, c’est vrai"]

Rohide > Je peux protéger ton corps palpitant de désir quand tu veux poupée !!

Aeris > Je sens que je vais le regretter amèrement mais…

[Aeris : "Sors moi de la, ramène moi chez moi" / "Ok mais ça va te couter" / Aeris qui propose de sortir une fois avec lui en échange]

Rohide > Sortir c’est bien le mot des filles pour dire que je vais pouvoir mettre mon trililili dans ton tralalala ?

Rohide > Un peu comme "faire un petit câlin" qui en fait veut dire "faire du sexe hardcore" ?

Aeris > Euh, non, pas du tout !

Rohide > Je prend ça pour un oui ! C’est d’accord !! A fond !

Aeris > (petit)Je le savais(/petit)

[Rohide se rapproche du mystérieux inconnu]

Narrateur > Rohide décide de confronter le mystérieux inconnu

Aeris > Marrant, il me semblait avoir dit "ramène moi chez moi" et pas "VA PARLER AVEC LE TYPE CHELOU QUI ME STALKE" §§

Aeris > Oups, désolé, je voulais dire "Oh mon héros, tihihihi" (PETIT)achevez moi(/PETIT).

[Rohide qui dit : Je ne sais pas qui tu es mais…]

Rohide > …si tu ne bouge pas du chemin, je te chercherais, je te trouverais et je te tuerais !

Liam Neesson > Héééé !!

Rohide > Oups, mauvais script ! Je voulais dire "Tu m’fais pas peur !! J’ai survécu à une chute de 12 000 mètres sans perdre un seul PV alors cette faignasse de scénariste est clairement de mon côté !! Tu peux pas test !!

Rohide > Coup de pression coup de pression !!

Aeris > Le plagiat avait plus de gueule…

[Voix intérieure se manifeste : "je te connais !"]

Narrateur > Rohide est de nouveau envahi par sa voix intérieure.

[Rohide dit : "Je te connais, cet uniforme…"]

[3 soldat shinra débarquent, l’un d’eux dit que Rohide est cheloux]

Narrateur > 3 soldats Shinra arrivent en renfort du type cheloux. Heureusement pour Rohide, vu que si on additionne le QI de tous les membres de cette organisation on n’atteint pas un numéro à deux chiffres, sa photo n’a été diffusé nulle part et aucun d’entre eux ne reconnait donc le terroriste le plus recherché du bled ! Bien joué une fois de plus les gars !!

Soldat > Il a pas l’air bien dans sa tête chef, autorisation de la lui péter ??

Reno > Non ! Si on commence à claquer la mouille de tous les psychos des taudis, ont devrait réduire la population de 99.9%

Soldat > Et c’est un problème ? Il doit y avoir genre 50 PNJs dans tout Midgar, max.

Soldat > (PETIT)Ca prendrait pas longtemps.(/PETIT)

[Aeris intervient pour dire de ne pas abimer les fleurs]

Narrateur > La jeune fille aux fleurs interrompt l’échange.

Rohide > Perso j’aimerais surtout qu’ils n’abîment pas nos tronches !! Chacun ses priorités.

Rohide > Et puis bon, tu parles bien des fleurs qui se portent comme des charmes après s’être pris la moitié d’une église sur la truffe ?

Aeris > Oui pourquoi ?

Rohide > Oh, pour rien…

[Rohide/Aeris fuient l’église / Aeris dit : "il y a une sortie la derrière"]

Narrateur > N’écoutant pas les jérémiades de Rohide, Ma Teub l’entraîne vers une autre sortie.

Rohide > Tu pouvais pas le dire plus tôt !!

[Image Rohide & Aeris qui courrent sur des plates formes avec missile qui s’est planté dans l’église]

Narrateur > Nos héros courent aussi vite que possible pour rejoindre les étages supérieurs.

Rohide > Bigre, un missile au beau milieu de l’église ! Cet endroit attire vraiment la merde !

Aeris > Je te le fais pas dire !

Rohide > Héééé… euh… attends…

Rohide > Tu ne viens quand même pas de me traiter de caca ?

Rohide > (PETIT)Tu me dois 1Gil(/PETIT) !

[Reno qui attend sans rien dire en les regardant fuir]

Narrateur > Pendant ce temps, du côté des méchants

[Remettre deux voir même trois fois l’image de Reno qui attend sans rien faire]

Narrateur > Approximativement 500 ans plus tard en temps Marseillais.

Soldat > Euh, dites… chef… on devrait pas les poursuivre ?

Reno > Oh bordayl ! Mais oui, c’est ça !

Reno > J’avais un gros doute et j’osais pas demander.

Reno > RATTRAPEZ LES !!

[Reno qui débarque à la suite de rohide/aeris]

[Rohide qui arrive devant une passerelle effondrée ou il doit effectuer un saut. // Rohide : "On dirait qu’ils ne vont pas nous laisser tranquille" / Aeris : "Que fait on ?" / Rohide : "On ne peut pas les laisser nous attraper, il n’y a donc qu’une chose à faire"]

Aeris > Les tuer ?

Rohide > Non mais ça va pas la tête !! J’ai massacré 500 soldats depuis le début sans aucun problème mais là, il sont au moins quatre ! QUAAAATRE §§ C’EST DU SUICIDE §§ ON SAUTE C’EST LE SEUL MOYEN §§

[Rohide saute pour franchir l’obstacle puis dit a Aeris de le rejoindre / elle fait hochement négatif de la tête]

Rohide > Comment ça non ? C’est toi qui a dit de passer par là tu devais bien savoir qu’il faudrait franchir un obstacle ?? T'es sûre que tes fleurs tu te contente de les vendre et pas de les fumer ??

Aeris > Pas du tout ! C’est juste que, s’il y a bien une chose que des années de jeux vidéo m’ont appris c’est qu’en tant que personnage féminin secondaire, je dois être aussi inutile que possible en présence du héros.

Rohide > …

[Soldat tire sur les deux fuyards]

Narrateur > Les soldats tirent sur les deux fuyards, déséquilibrant Ma Teub qui tombe par terre. ©Lord Varys

Aeris > Mon devoir de demoiselle en détresse m’appeeeeeeeeeeeeeeeelle !!

[Aeris "Rohide, au secours !"]

Rohide > Rhô ça va ! Je suis bien tombé de la stratosphère sans un pet de travers, c’est pas une pauvre glissade de 6 mètre qui va t’arrêter !!

Rohide > Relève toi si t’es une femme !!

Rohide > T’AS PAS DE VAGIN OU QUOI !!

Aeris > J’ai pas eu de fleurs pour amortir ma chute moi aussi ! Forcément !

Newton > Newton : Mais vous allez me laisser tranquille à la fin !!

[Rohide "Mince !"]

Rohide > Bouge pas ! J’ai une idée !

Je vais faire tomber les tonneaux sur la tête de tes agresseurs !! Après tout, j’étais un membre du SOLDAT et rien ne dit plus "Militaire surentrainée" que l’utilisation d’une tactique inventée par Donkey Kong !!!

[Soldat qui avance vers Aeris]

Aeris > Euh, ok, mais dépêche toi, Un des soldat se précipite trèèèèèèèèèèèèèèèèèès leeeeeeeentement vers moaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!

Soldat > Rhâ ! Je savais bien que je n’aurais pas dû mettre mes rangers en plomb ce matin. L’erreur bête !

[Tonneaux qui tombe sur la tête des soldats]

Narrateur > Rohide écrabouillant sauvagement trois soldats et étanchant ainsi temporairement sa soif grandissante de sang d’innocents.

[Aeris saute pas dessus trou]

Narrateur > Cela laisse à Ma Teub suffisamment de temps pour le rejoindre et sauter par-dessus le trou de la passerelle ...saut qu’elle peut désormais faire sans encombre maintenant que sa mission de boulet humain est remplit.

[Toit de l’église]

Narrateur > Nos deux héros atteignent une ouverture dans le toit de l’église.

[Rohide s’envole]

Narrateur > Et Rohide... euh… prend son envol ou je ne sais quoi. (PETIT)La physique dans ce jeu est très troublante(/PETIT).

Rohide > Vers l’infini et au-delà !!

[Sur le toit de l’église]

Narrateur > Rohide et Ma teub reprennent leurs esprits sur le toit de l’église qui semble se trouver dans le monde parallèle des Polly Pockets vu l’échelle du bazar !

[Aeris qui dit : "Ha, ha..... Ils sont encore à ma recherche." / Rohide : "Tu veux dire que ce n’est pas la première fois qu’ils en ont après toi ?" / Aeris : "...non."]

Rohide > Whoâ, je sais bien que même si on jetait les mecs de la Shinra dans un lac ils seraient incapable de reconnaitre de l’eau mais se faire dominer à plusieurs reprise par une jardinière à la sauvette, c’est moche.

Rohide > Tout ce qu’ils auraient à faire pour te gauler c’est badigeonner ton parterre de fleurs avec du GHB ou je ne sais quoi. Les caves !

Aeris > Je vais même pas chercher à comprendre d’où tu sors des idées pareilles espèce de sociopathe.

Aeris > Au fait, c’est qui ces gars au juste ?

[Rohide : Ce sont les Turks]

Rohide > Ils viennent d’un lointain pays dont la capitale est Ystanboule.

[Rohide : "Les Turks son tune organization de la Shinra. Ils recherchent des candidats potentiels pour le SOLDAT." / Aeris qui demande : Aussi violemment ? J'ai pensé qu'il s'agissait d'un kidnapping"]

Aeris > …un kidnapping au cours duquel ils ont tentés de me tuer en me tirant dessus à l’arme à feu.

Aeris > …

Aeris > Tu as raison, ils ont vraiment les fils qui se touchent à la Shinrâ.

Rohide > Et encore, tu devrais les voir essayer d’assassiner quelqu’un en envoyant un bataillon de soldat qui se contente de le regarder de longues minutes.

[Rohide : Ils sont aussi impliqué dans ma mal de trucs sales, espionnage, meurtre...]

Rohide > Comme ne pas mettre les bouteilles en plastique dans les poubelles jaunes ou changer de slip seulement une fois par an.

[Rohide "Mais pourquoi en ont ils après toi ? Il doit bien y avoir une raison non ?"]

Rohide > Oh… Attend… Je sais !

Rohide > Ils veulent connaître tes secrets de botanique qui te permettent de faire pousser des plantes invulnérables afin de construire des tanks indestructibles avec ?

Rohide > Non, mieux, ils veulent coller tes plates bandes sous les chaussures de leurs escadrons de parachutistes pour s’affranchir des parachutes ?

Rohide > J’ai bon ?

[Aeris : "Non, pas vraiment. Je pense qu’ils croit que j’ai ce qu’il vaut pour entrer au SOLDAT" / Rohide : "C’est peut être le cas, tu veux le rejoindre" / "Je ne sais pas mais en tout cas je ne veux pas être capturé par CES personnes"]

Rohide > Oh, ça doit donc être pour ça qu’on reste sur le toit de l’église à taper la discut alors qu’il reste des Turks dans l’église !! On est vraiment très mauvais.

Aeris > Mais non, ça s'appelle juste se mettre au niveau de la concurrence.

[Rohide qui dit > "Alors, partons !"]

[Rohide/Aeris sautent de toits en toits]

Narrateur > Rohide et Ma Teub fuient ENFIN les lieux en sautant de toits en toits, chose rendu possible par le fait que chaque toit de maison est à peine plus large qu’un être humain. Enfin je dis maison mais il s’agit probablement de manoirs de 250 pièces à l’intérieur.

[Aerith : "Attend… Attend…" // "Ralenti… Ne me laisse pas…." // Rohide : "Amusant..." "Je pensais que tu avais ce qu’il faut pour être au SOLDAT"]

Aeris > Euh, que je comprenne bien, pour devenir SOLDAT il faut donc savoir se battre avec des armes anachroniques qui font 12 fois sa taille et sauter de toits en toits comme Mario sous acide ?

Aeris > Ça doit être le groupe militaire le plus stupide de l’univers !

Aeris > (murmure)(PETIT)Pas étonnant que tu en fasse parti.(/PETIT)

Rohide > Quoi ?

Aeris > Tihihihih j’ai rien dit !…

[Aeris "Allez, en avant garde du corps"]

[Arrivé dans la ville d’Aeris]

Narrateur > Après quelques secondes de trajets, nos deux héros débarquent dans la ville de Ma Teub dans le secteur 5.

Rohide > Tu habites à 300 mètres de l’église dans un village de 12 habitants et les Turks ont toujours pas pigé ou tu crèches ??

Aeris > Yep, mais je pensais que ça allait de soit vu qu’on a conclu à leur extrême nullité tout à l’heure.

Rohide > C’est vrai, c’est juste que je ne m’y habituerais jamais.

[Rohide discute avec un PNJ qui passait par la. Le type dit un mec dit "uuuuh et aaaah" dans un tuyaux]

Narrateur > Rohide décide de taper la discut avec un type qui passait par là.

Aeris > Cool, un mec chtarbé, mes préférés !! Allons voir !

[Tu vas lui venir en aide?]

Cloud > Je peux lui coller un coup d'épée dans la tronche si tu veux !

Cloud > Mais ça ne guérit pas de la connerie, ça ne fait que l'arrêter !

[Rohide et aeris rentre dans tuyaux et cause au mec qui dit "aaah et ooooh"]

Rohide > En plus il dit juste "Ooooh et aghhhhh" ?? Le mec dehors m’avait promis du "uuuuuh" et du "oooh" !

Rohide > L’arnaque !! Remboursé !!

Aeris > Hum, j’en conclus donc que les fleurs n’ont pas amorti la chute de ton cerveau. Intéressant.

[Se rendent à la maison d’aeris]

Narrateur > Après cette petite visite à l’idiot du village, nos deux héros arrivent à la maison de Ma Teub

Rohide > *Sifflement admiratif* La vache ! Ca rapporte la vente d’herbe sous le manteau. Ta maison fait genre 4 fois la taille de toutes les autres baraques du coin !

Rohide > Si sa géométrie fonctionne comme l’église, on doit pouvoir y ranger 6 stades de France !

Aeris > (murmure)(PETIT)Ce qui ne serait même pas suffisant pour y stocker l’ensemble de ta lourdeur !(/PETIT)

Rohide > Hé, j’ai entendu cette fois !!!

Aeris > Quoi ? De quoi tu parles ? La la la les oiseaux chantent !

[Rohide aperçoit le jardin plein de fleurs]

Narrateur > Notre héros aperçoit le jardin à l’arrière de la maison.

Rohide > Heureusement que les fleurs ne poussent QUE dans l’église hein ! Tu as pensée à regarder dans ton propre jardin avant de me sortir ça ??

Aeris > Ah oui mais non, celles là ne sont pas montées de série avec du crachat dans la face des lois de gravitation universelle.

Aeris > Ça n’a rien à voir, hihihi !

Aeris > Allez viens, je vais te présenter à ma mère !

Rohide > Tu es Amish ou quoi ? Tu sais qu’on peut faire de la sexualité sans l’accord des parents de nos jo...

Aeris > RAMENE TA FRAISE ET TAIS TOI A LA FIN §§ GAAAAH §§

[Aeris : "Maman, je suis à la maison" / Mère arrive / "Voici Rohide, mon garde du corps"]

Rohide > Yep, personne n’a le droit de rentrer ou sortir de ce corps sexy sans mon accord Madame, si vous voyez ce que je veux dire *clin d’œil clin d’œil*

Mère adoptive d’Aeris > Pour le bien de tous je vais faire semblant de ne pas du tout voir ce que vous voulez dire et mourir un peu à l’intérieur, en silence.

[Mère : "Garde du corps ? Tu veux dire que tu étais encore suivi ??"]

Mère adoptive d’Aeris > A moins que ce ne soit encore une de tes excuses en bois pour ramener le premier boulet que tu croises à la maison ?

[Mere "Ca va !? Tu n’es pas blessée au moins !?" / Aeris : "Je vais bien, Rohide était avec moi."]

Mère > Oh...Merci Rohide.

Rohide > De rien m’dame, vous savez moi, je suis toujours prêt à aider quand j’entrevois la moindre possibilité de faire des Chocapics.

Mère > (Se tourne vers Ma Teub) Il ne s'arrête jamais ?

Aeris > A moins de lui coller un coup sec derrière la nuque...jamais.

Mère > Bon bah, dans ce cas je vous laisse, je ressens l’étrange besoin d’aller me rouler en boule pour pleurer à l’étage.

[Aeris "Donc, tu vas faire quoi ?" // Rohide "...Le secteur 7 est loin d’ici ? Je veux aller au bar de Boobina." // Aeris "Boobina est… une fille ?"]

Rohide > Devine !

[Aerith "Une petite amie ?"]

Rohide > Disons que je stalke son facebook et qu’elle exploite mon irrésistible attraction envers les seins polygonés pour me soutirer des services allant de lui sauver les miches à devenir terroriste international, ça compte ?

[Aerith "Et bien, c’est très bien." // "Voyons voir, Secteur 7, je vais te montrer le chemin !"]

Aeris > Parce que même si je ne te connais que depuis 20mn, maintenant que tu as parlé d'une autre je vais me comporter comme une petite ami possessive en ne te lâchant pas d’une semelle !! Les mecs adorent ça, non ? NON ? SOIT D’ACCORD AVEC MOI SINON JE BOUDE §§

[Rohide qui lui dit qu’elle ne devrait pas se mettre en danger, Aeris répond "J’ai l’habitude"]

Aeris > Tu sais, ramener chez moi le moindre type chelou croisé par hasard n’est pas sans risque ! Je suis ceinture noire 3ème dan de lacrymo dans les yeux maintenant !

[Rohide "Je ne sais pas trop… recevoir de l’aide d’une fille…"]

Rohide > D’ailleurs, ça va faire plusieurs minutes que tu es hors d’un environnement de type cuisine, tu devrait pas déjà être dans le coma ou totalement hystérique ?

[Aerith "Une fille ? Qu’est ce que tu veux dire par là ! Après avoir entendu un truc pareil tu espère que je vais rester là sans rien faire ?"]

Rohide > Oui, c’est exactement ce que je crois !

Rohide > Parce que bon, c’est bien joli de m’amener jusqu’au secteur 7 mais tu vas rentrer comment chez toi après ? Faudra que je t’escorte à nouveau jusque à ta baraque du secteur 5 et après tu me fera un caca nerveux pour me raccompagner au secteur 7 d’où je devrais à nouveau t’escorter au secteur 5 créant une boucle infini de stupide !!

Aeris > Tu crois vraiment que je vais te laisser retourner voir cette grosse pute de Boobina tout seul !! Baisse les yeux quand tu croises d’autres filles !! Qu’est ce que tu as fait pendant 2 minutes dans la pièce avec écrit "WC" dessus ? Tu parlais à une autre fille !! C’est qui cette pute ??? Donne moi ton téléphone que je lise tes SMS !!!

[(Aeris prévient sa mère à l’étage.) "Maman ! J’amène Rohide au secteur 7. A tout à l'heure."]

Mère d’Aeris > Queuaaah ?!

Aeris > JE DISAIS, je pars avec le mec chelou à la grosse épée que je connais à peine dans un des secteurs les plus dangereux de la ville pendant une durée indéterminée, bisous.

[La mere revient : "Mais ma chérie…j’abandonne…Une fois que tu as pris ta décision tu n’écoutes jamais."]

Rohide > IN-CROY-ABLE § Je ne pensais pas vivre assez longtemps pour assister un jour à la légendaire tactique du "Non... bon d’accord" ! Impressionnant !

Rohide > Clairement, personne ne pourra dire que vous n’aurez pas fait tout ce qui était en votre pouvoir pour la convaincre de ne pas partir !

[Mère dit de retarder le départ au lendemain et d’aller préparer les lits]

[Mère demande à Rohide de partir pendant la nuit sans prévenir sa fille]

Narrateur > Ma Teub se rend à l’étage, laissant Rohide seul avec sa mère.

Mère > Je sens qui si elle part avec toi, il va lui arriver quelque chose de grave !

Rohide > Grave ?? Pfuuu, je me suis vautré de la stratosphère sans une égratignure et j’ai 5 queues de phénix d’avance dans mon sac, qu’est ce vous voulez qui lui arrive de grave ?

Rohide > Vous vous inquiétez trop !!

Internet > Internet : Ah ah ah *rire tellement jaune qu’on pourrait l’utiliser comme surligneur*

Mère > *S’approche de Rohide et lui glisse dans l’oreille* Si tu ne le fais pas, je te fais bouffer ta propre épée !

Mère > ET PAS PAR LA BOUCHE !! (scinder chaque mot avec sa propre boite de dialogue)

Rohide > Oui madame, d’accord madame, votre haleine est un délice madame, merci de me laisser partager le même air que vous madame !

Mère > J’aurais vraiment mieux fait d’adopter une plante en pot.

[Aeris "Tu dois traverser le secteur 6 pour aller au secteur 7. Le secteur 6 est un peu dangereux."]

Narrateur > Notre héros rejoint Ma Teub à l’étage.

Rohide > Tu veux dire que les secteurs de la ville ont été rangés dans l’ordre tel un camembert Trivial Pursuit et que j’aurais pu le deviner tout seul ?

Rohide > Heureusement que tu as insisté pour m’accompagner, comment je me serais trop paumé sinon!!

Aeris > …

Aeris > J’ai eu ma dose de sarcasmes pour les 3 prochains millénaires, je vais me pieuter !

[Aerith "Bonne nuit."]

Rohide > Hé, attend, il y a que deux chambres et comme avec ta mère on est trois dans la baraque, ça veut dire que… *clin d’œil clin d’oeil*

Mère > *Du rez de chaussée* (EN CAPS_LOCK FURY) Ca veut dire que je préfère dormir la tronche contre le carrelage plutôt que de te laisser mettre tes sales moignons sur ma fille !! PIGEEEEE §§

Rohide > (PETIT)Oui Madame, votre ouïe n’a d’égal que votre brillant intellect Madame(/PETIT)

[Rohide va se coucher et commence à se parler // "Ca fait un moment que je n’ai pas dormi dans un lit comme ça… un long moment"]

Narrateur > Rohide se la met derrière l’oreille et tente de s’endormir.

[Flashback, rohide parle avec ce qui semble etre sa mère qui lui dit qu’il a bien grandi et qu’il devrait se trouver une copine plus âgée que lui"]

Narrateur > Quand un nouveau flashback sauvage apparait !!

[Rohide "Je ne suis pas intéressé."]

Rohide > Car comme disait Edith Piaf "J’ai deuuuuuux amouuuuurrrrrrs ! Ma main droite et… euh… ma maiiiiin droite"

[Le flashback s’arrête]

Narrateur > Le flashback s’achève aussi soudainement qu’il a commencé.

Rohide > Sainte crotte !!

Rohide > Déjà que les voix dans ma tête sont bourrés, maintenant j’ai des visions qui me conseillent de me taper des MILF ! Faut vraiment que je consulte.

[Rohide quitte la maison de Ma teub]

Narrateur > Après ce petit repos pas franchement mérité, Rohide s’esquive discrétos de la maison de la jeune fille aux fleurs.

Rohide > Ça craint, j’ai l’impression de m’être fait un coup d’un soir mais uniquement avec les inconvénients.

Rohide > La vie c’est vraiment trop noir !

[Rohide se rend à l’entrée du secteur 6]

Narrateur > Une fois dehors, Rohide se précipite à l’entrée menant au secteur 6…

[Aeris est déjà là // Rohide "Comment je pouvais te demander de m’accompagner en sachant à quel point le trajet est dangereux ?"]

Narrateur > …et tombe nez à nez avec Ma Teub qui l’attend de pied ferme.

Rohide > Et surtout, comment tu as fait pour arriver ici AVANT moi alors que tu es partie APRES ?!

Rohide > Sérieux, les distances et dimensions dans ce bled feraient pleurer Escher !! Pleurer DU SANG §§

Aeris > C’est grâce aux fleurs ! Non ?

Rohide > …

Rohide > Non…

[Aerith "Tu as fini ?" // "Je t’accompagne, allez viens" ]

Rohide > Je n’ai pas vraiment le choix n’est ce pas ?

Aeris > Nope ! Mais t’inquiète, dans mon secteur les monstres aléatoires sont bien plus balaises que dans le tiens de toute façon. Je suis grave entraînée !

Rohide > Maintenant que tu le mentionne, j’ai quand même fais un service militaire de plusieurs années avant d’être intégré au groupe d’élite des SOLDAT tout ça pour démarrer niveau 6 !! Et toi, simplement en cueillant deux trois pissenlits, tu es déjà niveau 10 !! Ca n’a aucun sens !! J’exige une explicat…

[Aeris se barre dans sect 6 et rohide la suit]

Narrateur > Ma Teub ignore royalement cette question existentielle et se précipite dans le secteur 6. Rohide part la rejoindre.

[Image secteur 6]

Narrateur > Sur le chemin vers le secteur 7…

[Image combat avec un monstre qui est tout simplement une maison]

Narrateur > Nos héros sont attaqués par… euh… la crise immobilière ? Je ne sais pas… je ne sais plus… mon cerveau saigne…

[Aeris qui donne un coup de baton au monstre]

Rohide > Je dois dire que tu manies ce gros bâton à merveille !

Aeris > …

Rohide > Et par gros bâton je veux bien sur dire grosse bit…

Aeris > J’AVAIS COMPRIS LE SOUS ENTENDU !! JE TENTAIS DE L’IGNORER POUR NOTRE DIGNITE MUTUELLE §§

Aeris > *tousse* Tihihihi

[Arrivent au secteur 7 : Aeris "C’est la porte du secteur 7." ]

Narrateur > Après avoir combattu l’équivalent du catalogue de 2 agences immobilières, nos héros arrivent au abords du secteur 7.

Rohide > Quoi ? Déjà ? Le secteur 6 doit être le plus petit de tout Midgar parce qu’on a à peine parcouru 20 mètre depuis le secteur 5 !!

Rohide > *Chuchote* Bon sang, je m'étais promis d'arrêter de chercher à m’orienter spatialement dans cette maison de fous…

[Aeris "On peut se reposer ?"]

Rohide > Bien sur, c’est pas comme si on avait dormi il y a pas deux minutes et marché l’équivalent de dix pauvres pas. Il est grand temps de reprendre notre souffle !!

Rohide > …

Rohide > Pourquoi je dis ça en fait ? Elle va encore totalement m’ignorer…

[Aeris va vers un toboggan // Aeris : "Rohide, viens ici !"]

Aeris > Tu vas voir, c’est amusant !

Rohide > J’en doute…

Rohide > Je me suis amusé une fois, c’était horrible.

[Rohide y va quand même // Aeris “tu étais en quelle classe ?]

Rohide > CE2 mais j’ai redoublé deux fois ! C’est trop galère le coloriage avec ces mains !

Aeris > Euh… ce n'est pas vraiment à ça que je pensais...

[Aeris : "Tu sais bien, dans le SOLDAT" // Rohide "Oh, j’étais 1ère classe"]

Rohide > Ça t’en bouche un coin poupée ! Tu peux tâter mes gros muscles d’élite si tu veux !

[Aeris : "Oh, comme lui !" // Rohide : "Comme qui ?" // Aeris : "Mon premier petit ami" // "C’était sérieux ?" // "Non mais je l’ai aimé pendant un temps"]

Rohide > Pfiuuuu ! Je suis tellement pas passé loin du râteau que j’ai le goût du bois du manche dans la bouche !!!

Rohide > Me refais pas un coup pareil !

[Rohide : "Je le connaissais probablement, c’était quoi son nom ?"]

Rohide > Pitié pitié pité ne répond pas Sepiroth !!! Il m’a déjà cassé mon coup avec le Président de la Shinrâ ce fumier !!

[Aeris : "Ce n'est pas vraiment important"]

Rohide > Cheloux comme nom.

Rohide > Il a pas dû avoir une enfance facile !

[Un gitan débarque.]

Narrateur > Tout à coup, un gitan sauvage apparaît !

[Rohide : "Hé, a l’arrière" // Rohide Boobina ?" // Le gitan se barre // Aeris : "C’était bien boobina, tu es sur ??"]

Narrateur > Le gitan s’éloigne.

Rohide > Certain !

Rohide > Je reconnaîtrais ces boobs en résolution 8bits entre 1000 (PETIT)ce qui fait 500 paires ! Ouais, je suis balaise en maths aussi, j’ai vraiment tout pour moi(/PETIT).

[Aeris part à la poursuite du gitan]

Narrateur > Ma Teub part à la poursuite de la caravane, probablement pour expliquer à Boobina qu’elle ne doit plus s’approcher de son petit ami ou je ne sais quoi.

[Conclu]

Narrateur > Qu’est-il arrivé à Boobina pour qu’elle devienne une gente du voyage ? Rohide trouvera-t-il enfin l’amour ?

Narrateur > Vous le découvrirez, et plus encore, dans le chapitre 4 !!


Si vous avez trouvé l'article "fort sympatoche", comme disent les jeunes branchés, n'hésitez pas à partager cette page tel un joyeux hippie voir à "Lâcher 1 ou 2 coms pour manjer", ce serait fort urbain :

|

<script>!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

Source : http://www.nioutaik.fr/index.php/2014/05/20/675-final-fantasy-vii-le-roman-screenshot-chapitre-3


Résultats du concours des titres de jeux vidéo honnêtes

mardi 13 mai 2014 à 18:54
Résultats concours jeux vidéo honnête

Après plusieurs semaines de travail intensif impliquant 12 supercalculateurs de la NASA de compter sur mes doigts jusqu’à 3, les résultats du concours des titres de jeu vidéo honnêtes sont arrivés !! Wouhou !!


Comment ça j’en fait trop ??

Histoire de ne pas faire de suspense inutile de toute façon je sais très bien que vous avez matté les résultats avant même de lire mon introduction bande de sagouins, voici le Top 5 classé à l’envers pour que scroller devienne une activité empli de mystère !!



Champignon Numéro 5 (Raahr avec 31pts)
Concours jeux vidéo honnête



Champignon Numéro 4 (River avec 32pts)
Concours jeux vidéo honnête



Champignon Numéro 3 (Hyhh & Gybrian ex aequo avec 35pts)
Concours jeux vidéo honnête

Concours jeux vidéo honnête



Champignon Numéro 2 (ADream avec 39pts)
Concours jeux vidéo honnête



Champignon Numéro 1 (Bovllov avec 41pts)
Concours jeux vidéo honnête



Pour l’ensemble des résultats des votes, je vous ai fait un beau graphique Excel en FULL 3D histoire de faire pro. Pour mémoire, la première image choisie gagnait 3pts, la seconde 2pts et la dernière 1pt :

Résultats concours jeux vidéo honnête

Pour faire encore plus pro, voici la même chose qu’au dessus mais en mode totalement illisible pour que vous puissiez briller en société en hochant la tête d’un air entendu et en disant "oui, hum, c’est très clair" :

Résultats concours jeux vidéo honnête

Bravo donc à Bovllov qui gagne le jeu To the Moon (ou n’importe quel titre équivalent sur Steam) ainsi que la reconnaissance infinie de l’humanité toute entière ! Ca lui fera 9€ dat phat pognon d'économisé qu’il pourra dépenser en drogues et en prostituées au lieu de ce loisir de fou dangereux que sont les jeux vidéo !

Et pour que cet article contienne un peu d’inédit pour les courageux qui l’ont parcouru en entier, voici plusieurs images bonux qui n’ont pas pu participer au concours (car hors délais) ainsi que diverses idées qui n’avaient pas été mises en image et que Adream a amoureusement photoshoppé pour vous !

Par Adream sur une idée de Olonrae :
Résultats concours jeux vidéo honnête

Par Adream sur une idée de Santo :
Résultats concours jeux vidéo honnête

Par Adream sur une idée de Lisore :
Résultats concours jeux vidéo honnête

Par Adream sur une idée de Lisore :
Résultats concours jeux vidéo honnête

Par UltraMegaNinjaFan tout seul :
Résultats concours jeux vidéo honnête

Et en bonus quelques images random pour le plaisir :

Résultats concours jeux vidéo honnête

Résultats concours jeux vidéo honnête

Résultats concours jeux vidéo honnête

Bref, encore bravo à tous les participants et à l’enthousiasme des votants d’avoir fait de ce concours un succès. Je vous fait tous une bise sur les fesses, même les poilues ! Et sinon, le prochain article devrait arriver début de la semaine prochaine si tout se passe bien ;)

|

<script>!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

Source : http://www.nioutaik.fr/index.php/2014/05/13/673-resultats-du-concours-des-titres-de-jeux-video-honnetes


Final Fantasy VII, le roman-screenshot : Chapitre 2

lundi 5 mai 2014 à 18:58
Final fantasy 7 le roman screenshot chapitre 2

Si vous n'avez pas encore lu le chapitre 1, découvrez le ici !

Final fantasy 7 : Résumé des aventures précédents de nos grosses avatanches
Final fantasy 7 : Un PNJ qui se frotte joyeusement à un grillage
Final fantasy 7 : Cloud discute avec le type chelou et Barret joue les videur de bar
Final fantasy 7 : Cloud découvre un mioche qui fait des choses pas très catholiques
Final fantasy 7 : L'hypocrisie d'Avalanche et le passage secret le moins secret du monde
Final fantasy 7 : Cloud drague Tifa avant de s'aventurer dans la base top secrète
Final fantasy 7 : Flashback arnaque
Final fantasy 7 : Négociation pécuniaire entre Cloud et Barret, cette radasse !
Final fantasy 7 : Repos hardcore contre un tuyau et éducation foireuse avant d'aller faire péter le réacteur 5
Final fantasy 7 : Dans le train en route vers le réacteur 5
Final fantasy 7 : Alerte rouge dans le train, Cloud et Avalanche ont été repérés
Final fantasy 7 : Cloud, Barret et Tifa se fraye un chemin dans le métro jusqu'au réacteur 5
Final fantasy 7 : Mise en place de la bombe, Flashback troublant et système de sécurité par synchronisation des bras
Final fantasy 7 : Pris au piège par les soldats de la Shinra et le président de la Shinra qui vient faire coucou (et se mettre en danger inutilement comme un branque)
Final fantasy 7 : Le robot géant explose, propulsant Cloud dans le vide !

Le chapitre 3 est déjà sorti, petits veinards, cliquez ici !

Si vous avez trouvé l'article "fort sympatoche" comme disent les jeunes branchés, n'hésitez pas à partager cette page tel un joyeux hippie voir à "Lâcher 1 ou 2 coms pour manjer", ce serait fort urbain :

|

<script>!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src="https://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

Source : http://www.nioutaik.fr/index.php/2014/05/05/672-final-fantasy-vii-le-roman-screenshot-chapitre-2