PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Terminologie

vendredi 20 octobre 2017 à 16:01
J'ai été élevé dans l'amour de la langue française, et dans sa théurgie opératoire qu'est la dictée. Les années ont passé, et avec elles, ma maîtrise de l'orthographe et de la grammaire.

C'est pourquoi, lorsque j'ai publié ce blog sous forme de livres gratuits (sans DRM), j'ai demandé de l'aide auprès de ma mère institutrice.

Un jour, en installant un dictionnaire sous LibreOffice, j'ai vu apparaître une version "réforme de 1990". Je me suis renseigné (essentiellement sur cette page), et depuis le tome 2 (paru en 2012), j'essaye de tenir compte de l'évolution de la langue française.

Mais les pièges sont nombreux et il m'est souvent difficile d'éviter une cacographie, surtout en travaillant dans le domaine de l'informatique : doit-on dire "la wifi" ou "le wifi", faut-il reprendre quelqu'un qui parle de "cryptage" quand il ne parle pas de mise en crypte

Je vais prendre l'exemple qui me parle le plus : l'utilisation du mot "digital". Dans mon souvenir, la première fois où j'ai vu ce mot mal utilisé, c'était sur une affiche publicitaire "Orange - La Révolution Digitale". J'étais stupéfait de voir une énormité pareille s'étaler en 4x3.

J'écris ceci pour ma mémoire et celle de mes (petits)enfants. J'ai connu une époque où le mot "digital" était simplement un adjectif associé au substantif doigt (exemple : empreinte digitale). C'est également un mot anglais qui signifie : "Digital usually refers to something using digits, particularly binary digits."

Et comme tout le monde le sait, "digits" se sont les chiffres. Ça vient d'ailleurs du latin "digitus", qui veut dire "doigt".

Mais alors, "révolution digitale", ça veut dire "révolution des doigts" ?
Oui.

Mais on compte bien sur les doigts ?
Oui.

D'ailleurs les anglais utilisent le même mot "digit" pour doigt et chiffre.
Oui.

Finalement, "révolution digitale", c'est la révolution des chiffres ?
Moui.

Et aujourd'hui, les chiffres, on les manipule surtout avec des ordinateurs ?
Mmmmoui

Alors, "révolution digitale" et "révolution numérique", c'est pareil, non ?
Rrrrrhaaaaaaaa

Et donc l'univers marketing s'est emparé de l'univers numérique pour en faire un univers digital, parce que, Coco, l'angliche, ça sonne mieux. Au début, ça fait un peu mal, mais après ça glisse (tiiiitre!).

Les années ont passé, et maintenant, c'est moi qui passe pour un vieux con au boulot parce que j'ai osé faire une remarque sur le sujet à quelqu'un. Ça m'a quand même fait réfléchir : est-ce un combat qui vaille la peine d'être mené ?

J'ai pesé le pour et le contre. J'ai eu un flash sur les grammar nazis, ceux qui interviennent dans une conversation pour corriger une typo... Je me suis vu en train de rager à chaque fois que quelqu'un utilise le mot digital en lieu et place de numérique. Je me suis dit que c'était de l'énervement mal placé, qu'il fallait que je sois au dessus de ça pour me concentrer sur le contenu, plus que sur la forme.

Donc, je suis en train d'apprendre à accepter l'utilisation du mot "digital" imposée par le marketing. Il me reste à accepter "au jour d'aujourd'hui", "cryptage", "darkweb", "malgré que", "autant pour moi" et tant d'autres. Il en va de ma plasticité synaptique autant que de ma tranquillité d'esprit.

Vous pouvez réviser votre goétie et me faire part de votre désapprobation en commentaire ;-)


Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/713654836674101313/comments/default


Tu ne seras pas un hacker mon fils !

mardi 10 octobre 2017 à 12:38
Je suis l'heureux papa de trois enfants, qui sont maintenant grands. Il est loin le temps où j'écrivais ce billet sur l'ouverture du Skyblog de ma fille...

L’aînée est maintenant en cinquième année de médecine, la puînée en deuxième année d'école de commerce. Et le troisième entre cette année au lycée. J'ai donc encore un ado à la maison :-)

J'ai essayé d'élever mes enfants de mon mieux. Je les ai accompagné à l'école, d'abord jusque devant la grille, puis lâchés une centaine de mètres avant. Je les ai encouragé lors de leurs activités sportives et culturelles. J'ai essayé de leur transmettre des valeurs.

Enfin, pour dire la vérité, j'ai surtout été l'assistant de mon épouse qui a encaissé l'essentiel de la charge mentale de l'organisation familiale... Mais bon, au moins j'ai été présent. Je le suis toujours.

Mon rôle principal est d'être le "scientifique" de la cellule familiale, en charge plus particulièrement des outils numériques : ordinateurs, sauvegardes, réseau, accès internet, messageries, imprimante partagée, scanner, stockage partagé, protection de la vie privée, sécurité, dépannage, récupération de données, wifi, DHCP, DNS non menteurs, consoles de jeux, etc.

Concernant le suivi des leçons, je suis le mauvais flic du couple (au sens de la stratégie bon/mauvais flic), celui dont on craint le levé de sourcil en cas de mauvaise note. Curieusement, aucun de mes enfants n'aime me demander de l'aide pour expliquer un point obscur du cours de maths, ou de physique, ou d'anglais, ou de science de la vie : "En fait, tu expliques trop longtemps. Nous, on veut juste la réponse au problème, toi tu nous expliques toute la théorie en vérifiant qu'on a tout compris... C'est lourd."

Être passionné n'a pas que des avantages ;-)

C'est pourquoi je me suis fait une raison depuis longtemps sur le fait qu'aucun de mes enfants ne sera passionné par ce que j'aime : l'informatique.

Pourtant, hier soir, mon fils m'a dit à table la chose suivante :
"Papa, tu peux m'expliquer la carte mère ?"
Moi: "..."
Lui: "Parce que mon copain, il m'a dit que pour être encore meilleur en jeux vidéo, il faudrait que je passe sur ordinateur plutôt que sur console, et que je démonte mon ordinateur pour le bidouiller. Tu es d'accord pour m'aider ?"

Dans ma tête, il s'est passé une sorte d'explosion nucléaire. Mon cœur s'est arrêté de battre, puis s'est emballé à 200 bpm. Mes mains sont devenues moites. J'ai vu un de mes enfants accéder au Graal, devenir le maître du monde, et régner sur les sans-dent-bleue. Enfin, la chair de ma chair allait aider HAL et le Maître Contrôle Principal à surmonter leur inhumanité pour rejoindre Andrew, l'homme de 200 ans.

J'ai croisé le regard de mon épouse qui rayonnait de bonheur pour moi.

C'est pourquoi ma réponse a jeté un froid glacial : "Non".

Mon visage est resté fermé. Avais-je entrevu l'immensité de la tâche qui reste à accomplir pour accéder au sommet de ma discipline ? Ou le visage écrasant de l'informatique omniprésente dans nos vies plus-vraiment-privées ? Allais-je laisser mon innocent de fils participer aux débauches numériques qui s'annoncent dans tous les objets qui vont nous encercler ?

NON.

J'ai laissé quelques secondes s'écouler. Mon épouse m'a regardé avec un regard navré. Mon fils était en plein désarroi.

Je venais de réussir ma plus belle "blague de père" de la semaine.

En effet, dans ma famille, les pères ont un humour extraordinaire, mais qui ne fait rire qu'eux-même. Le coup de klaxon dévastateur devant la grille du collège. Le jeu de mots subtil devant les ami(e)s des enfants. Bref, ce qu'on appelle dans notre petit cercle, une "blague de père".

KrkrkrkrkrKRKRKRKR
hahahahaHAHAHAHA (risus sardonicus)

ÉVIDEMMENT, c'est avec une immense fierté que je vais apprendre à mon fils à démonter son ordinateur, à l'améliorer, à le bidouiller, à le hacker.

Tu seras un hacker, mon fils !

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/401185594099584609/comments/default


Pour dévoiler le visage et embrasser le genou de Thémis

mercredi 4 octobre 2017 à 12:23
Je reçois régulièrement, comme beaucoup d'entre vous, des emails d'appel à l'aide, d'une veuve éplorée, cherchant en général à transférer des fonds d'un pays lointain vers la France, et demandant mon aide. Ces emails sont en général dirigés automatiquement vers mon dossier SPAM et je n'y prête pas attention. Il s'agit de fraudes dites "419", et Vidocq en parlait déjà au XVIIIe siècle dans son ouvrage "Les Voleurs" sous l'appellation de "Lettres de Jérusalem".

De temps en temps, mon filtre antispam laisse passer dans ma boite principale ce type de message, que je lis rapidement avec circonspection.

Cette fois le message que j'ai sous le yeux est différent et l'appel à l'aide à l'air sérieux. Il s'agit d'une femme désespérée pour qui je serais le dernier recours dans une affaire judiciaire.

Je suis souvent sollicité par l'intermédiaire de ce blog, mais comme je l'indique sur ma page "Contact", je n'accepte d'intervenir dans un dossier privé que par l'intermédiaire d'un avocat. Je rédige donc ma réponse type habituelle, ce qui suffit en général à clore le débat.

Quelques jours plus tard, je reçois pourtant un email issu d'un cabinet d'avocat français confirmant les propos de l'appel à l'aide de ma mystérieuse correspondante. Diantre.

Je demande plus d'informations, et que les pièces du dossier me soient envoyées. L'avocat me prévient qu'il s'agit d'un dossier pro bono, c'est-à-dire que la personne n'a pas les moyens financiers de se payer les services d'un avocat, ni d'un expert...

Je réfléchis un peu. Je me revois postuler la première fois pour devenir expert judiciaire, il y a 18 ans. Je pensais que l'activité était bénévole, que les sachants proposaient leur aide gracieusement à la justice, pour le plaisir de la recherche de la vérité, pour le plaisir d'aider à rendre le monde meilleur. Quand j'ai compris le coût d'une expertise, le prix de l'assurance en responsabilité civile, le coût des logiciels, le temps passé en formation sur les procédures... je suis vite rentré dans le rang.

Et puis, j'ai pris la décision de réaliser gratuitement toutes les expertises judiciaires pénales qui me seraient demandées par les magistrats de mon ressort, ce qui m'a valu la réprobation d'un grand nombre de confrères (le gratuit c'est mal, ça dévalorise l'activité, etc.). Pour les rassurer, je dois avouer qu'en un an, à ma grande surprise, aucun magistrat ne m'a contacté...

Parallèlement aux dossiers où je suis désigné par un magistrat, il y a les dossiers privés (c'est-à-dire où je suis sollicité par l'une des parties). J'ai dans ce cas également choisi de travailler gratuitement à hauteur environ d'un dossier privé sur dix, en ciblant plus particulièrement les clients sans moyen. C'est une question de convictions politiques et philosophiques.

Dans le cas qui se présente, la femme qui m'a contacté est dans une situation particulièrement précaire. J'accepte d'étudier le dossier. Je demande toutes les pièces à l'avocat. Je ne suis pas déçu : le cas est réellement désespéré. Une grande entreprise française a déposé plainte pour fraude informatique contre une de ses salariés. Une enquête a eu lieu, mais biaisée par des incompréhensions techniques, par des a priori malheureux, par un manque de moyens. La machine s'est pourtant mise à écraser des vies.

La Justice se doit d'être rendue objectivement, sans faveur ni parti pris, indépendamment de la puissance ou de la faiblesse des accusés. La cécité est alors la meilleure façon de garantir cette impartialité. C'est la raison du bandeau de lin que l'on met sur les yeux des statues représentant Thémis, la déesse de la Justice.

Mais la justice peut se tromper. C'est le sens des recours. Thémis a parfois le genoux dénudé, car les écrits antiques matérialisaient le genou comme l'attribut corporel de la piété, de la magnanimité et de la clémence du puissant. La Justice se veut réceptive au malheur humain, et cette clémence est alors symbolisée par ce genou dénudé.

C'est la première fois que j'ai dans les mains un dossier où les éléments techniques clament de manière diffuse l'innocence de cette personne injustement condamnée. Comme l'avocat l'a fait avant moi, je me plonge à corps perdu dans le dossier.

Les soirées passent. Les semaines. J'arrête toutes les autres activités, les réseaux sociaux et les billets de blog, tant elles me semblent dérisoires. Je lis les pièces, les notices, les rapports, les conclusions, les réquisitions. Je prend des notes, je mets en évidence les anomalies, les failles, j'essaye de rester factuel. Je me réveille la nuit. Je pense à l'enfer vécu par cette femme accusée à tort. Face à elle, je devrais dire face à nous, la puissance de l'argent, la puissance de l'administration, la puissance du prestige de l'avis des puissants. Mais nous, qu'avons-nous ? Comment prouver l'innocence alors que l'absence de preuve de culpabilité devrait suffire ? Il y a de la passion dans les discussions que j'ai avec son avocat, persuadé comme moi de l'innocence de sa cliente.

Mais la passion se doit d'être absente de la note technique que je rédige. Je rassemble tous les points que j'ai relevés depuis trois mois. Je m'isole dans mon bureau pendant plusieurs jours. Je cherche à retirer temporairement le bandeau des yeux de la Justice pour que celle-ci regarde pleinement les personnes auxquelles s'adressent les règles de droit et agisse en conséquence. Il me faut faire valoir le principe d'équité.

Pour que David puisse vaincre Goliath.
Pour dévoiler le visage et embrasser le genou de Thémis.

L'engagement de l'expert va parfois au delà de sa mission, pourvu qu'il ne s'en brûle pas les ailes.

Alea jacta est.

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/5549919748839421751/comments/default


Allez, à tantôt !

vendredi 21 juillet 2017 à 18:21
Les temps sont durs pour moi, avec comme conséquence un silence en ces lieux. L'avantage de cette situation est qu'elle m'incite à écrire beaucoup de billets, puisque c'est ma manière d'évacuer mon mal être. Je ne peux pas encore publier ces billets, tant que les cendres sont encore chaudes, mais j'espère que dans quelques mois, je sourirai de nouveau.

En attendant, je m'accroche au sourire de mon épouse, et à ceux de mes enfants. Le bonheur tient à la capacité que l'on a de savourer ces choses là.

Ma tribu et moi, nous partons trois semaines faire des randonnées autour du Saint Laurent au Canada, pour se vider la tête et s'enrichir des aventures que l'on va vivre ensemble. Je vais en profiter pour renouveler ma collection de casquettes, et essayer de retrouver ma confiance en moi.

Ce sera silence radio sur ce blog pendant tout ce temps.
Ensuite, je viendrai de nouveau raconter mes histoires.

Allô ça va bien ? Allez, à tantôt ;-)

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/3547870940526119901/comments/default


L'intimité mise à nu

samedi 8 juillet 2017 à 16:11
Chaque année, les étudiants de l’Année spéciale de journalisme (DUT en un an) de L’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT) réalisent de A à Z un magazine appelé Innova. Cette publication a la particularité d’être thématique et d’être réalisée intégralement au sein de l’EPJT, par des étudiants encadrés par des professionnels spécialisés en presse magazine : rédacteurs en chef, maquettistes, secrétaires de rédaction. Cette année, le numéro 24 s'intitule "L'intimité mise à nu" et contient un article qui me cite et consacré aux perquisitions : "Sortie brutale du réel".

Je reproduis ici cet article, avec l'aimable autorisation de l'étudiant journaliste, Ambre Philouze-Rousseau. J'ai également ajouté ensuite l'interview complète avec mes réponses.


PERQUISITION SORTIE BRUTALE DU RÉEL

UNE VIE FOUILLÉE, SCRUTÉE À LA LOUPE. LA PERQUISITION N’EST ANODINE POUR PERSONNE. NI POUR LES PERQUISITIONNÉS NI POUR LES PERQUISITIONNEURS. RÉCIT CROISÉ D’ISABELLE ET DE SON FILS THOMAS, PERQUISITIONNÉS EN MARS 2016 ET DE ZYTHOM, INFORMATICIEN EXPERT JUDICIAIRE

C’est un mercredi matin comme les
autres. Les parents se préparent à aller
donner leurs cours, leur fils est en
route pour sa classe préparatoire. Et
puis des coups. Des coups frappés à la
porte de la maison familiale. Il est 7 h 45, le mari va
ouvrir. Sa femme, Isabelle*, observe par la fenêtre et
voit trois personnes devant l’entrée. Lorsqu’elle
remarque les brassards rouges marqués « Police », ils
sont déjà à l’intérieur. « Nous venons pour une
perquisition, annonce froidement la policière. Je
suis inspectrice de la brigade des mineurs. » Pour
Isabelle, qui se tient au milieu de l’escalier, l’incom-
préhension est totale. Tout s’écroule : « Ça t’arrête
dans tes gestes, dans tes paroles, tu t’arrêtes de res-
pirer, tu t’arrêtes de penser. » Près d’un an après, elle
a enfin trouvé les mots : « Cette perquisition a été
une ­rupture brutale, indélébile et irrémédiable. »
Les suspects ne sont pas les seuls à être atteints par
une perquisition, c’est également le cas de leur
entourage. « C’était violent dans leur parler et leur
façon d’être, se souvient Thomas*, le fils d’Isabelle.
J’avais ­l’impression qu’ils s’en fichaient complète-
ment, comme s’ils n’étaient pas impliqués. »
Les perquisitionneurs doivent en effet se garder de
toute empathie. La police n’agit pas toujours seule.
Elle a parfois besoin de s’entourer de ­personnes
comme Zythom, informaticien expert ­judiciaire.
Les autorités font appel à ses services pour analyser
le contenu de matériel informatique. Il assiste ­depuis
1999 des huissiers de justice, des juges d’instruction
ou des policiers dans des ­perquisitions et raconte
son vécu dans son blog. Malgré sa longue expé-
rience, il ne s’habitue pas à la ­violence de cette intru-
sion. « Une maison est un lieu privé. Quand vous
entrez avec les forces de l’ordre chez quelqu’un, c’est
d’une brutalité incroyable, explique-t-il. En plon-
geant dans les données ­numériques stockées sur le
disque dur, j’entre dans la vie intime des gens, pour
le meilleur et pour le pire. » Ce sentiment de « viol
de ­l’intimité » ne le quitte jamais.

ASSISTER À LA FOUILLE DANS LA RÉSIGNATION
Pour autant, Zythom a vécu des perquisitions plus
éprouvantes que d’autres. Comme celle lors de
laquelle il rencontre Léo, 7 ans. « C’est un petit gar-
çon volontaire, écrit l’informaticien sur son blog.
Il me dévisage sans peur, mais avec une lueur
d’incompréhension dans le regard. » Zythom tente
de sauver les apparences : « Je lui fais un grand sou-
rire. Je force mon visage à se détendre, ­raconte-t-il.
“ Ta maman a un petit problème avec son ordina-
teur. Nous sommes venus pour voir si on peut le
réparer ’’, c’est la seule chose qui lui vient à l’esprit. Le
petit Léo, rassuré, reste malgré tout ­soucieux, mais
pour d’autres raisons. « J’espère que ce n’est pas mon
nouveau jeu qui a abîmé ­l’ordinateur de maman »,
s’inquiète-t-il. Une innocence ­touchante et déchi-
rante pour Zythom. « Mon cœur se brise mais au-
cun muscle de mon visage ne bouge, poursuit-il. La
dernière image que j’aurai de Léo est son départ
pour l’école tenant son petit frère par la main et
accompagné par une voisine. Je lui ai fait un petit
signe avec le pouce levé. » L’informaticien ne peut
s’empêcher de terminer son récit en avouant : « Que
c’est dur, une perquisition. »
Cette rudesse, Isabelle et Thomas l’ont ressentie.
Non sans quelques sanglots dans la voix, le jeune
homme décrit une sortie brutale du réel. « À partir
de ce moment, tu te dis que rien n’est vrai,
raconte-t-il. Tu es dans le déni. » Il souligne égale-
ment la difficulté à prendre du recul et « à accepter
que des gens viennent chez toi pour prendre tes
affaires, pour fouiller dans ta vie. » Les trois étages
de la maison, les chambres, la salle de bains, les
placards, le garage ou encore la voiture, rien n’est
laissé au hasard. C’est dans le silence et la résigna-
tion ­qu’Isabelle et Thomas ont dû assister à
ces fouilles, pires qu’un cambriolage. « Un
cambrioleur, tu ne le vois pas faire, pré-
cise Isabelle. Là, tu les vois passer
partout et ils sont maîtres chez toi.
Tu n’as plus le droit de ­parler, de
bouger, tu n’es plus rien. »
Malgré plusieurs tentatives
d’échange, ­Isabelle reste dans
l’ignorance. « Vous cherchez quoi ? »
demande-t-elle aux policiers. « Des
indices » est la seule réponse qu’elle
obtient. Au delà de l’impuissance, elle se
dit marquée par ­l’attitude des forces de l’ordre qui,
sur l’instant, lui retire sa dignité. « Je savais qu’ils
ne venaient pas pour moi. Mais dans leur façon
d’être, ils me ­culpabilisaient de la même façon,
explique-t-elle. Je n’avais plus l’impression d’être
une victime, mais une coupable. » Un sentiment
qui ne la quittera pas, même une fois la perquisi-
tion achevée, puisqu’une convocation pour un
interrogatoire lui sera remise dans la foulée.
Le moment du départ reste, pour Zythom, tout
aussi marquant que celui de l’arrivée. Il se souvient
ainsi d’une perquisition d’un domicile familial en
2010. Seule la mère de famille était présente. Au
moment de quitter le logement, il lui présente ses
excuses. « Je revois encore aujourd’hui la rage dans
son regard », raconte-t-il.
Isabelle s’est quant à elle sentie abandonnée. « Ils
sont partis de chez moi, mon mari menotté. Ils ne
m’ont rien demandé. Même pas si j’avais besoin d’un
soutien psychologique », ­déplore-t-elle. Comme si
l’après importait peu. « Tu le prends bien. Tant
mieux. Tu le prends mal. Tant pis », avance la quin-
quagénaire d’une voix entrecoupée de silences. Pen-
dant les quarante-huit heures qui ont suivi la per-
quisition, Isabelle n’a pas eu de nouvelles. Son mari
en garde à vue, elle s’est accrochée aux quelques
mots glissés par ­l’inspectrice au terme de six appels
téléphoniques : « Vous aurez des nouvelles en temps
voulu. » Face à ce mutisme, son fils évoque une
« nonchalance qui ne respecte pas les sentiments ».

LE PREMIER JOUR DU RESTE DE SA VIE
Malgré la violence des émotions qui l’ont animé ce
jour-là, le fils d’Isabelle a réussi à prendre de la dis-
tance. « Ceux qui perquisitionnent le font à lon-
gueur de journée. S’ils ne prenaient pas les choses
froidement, ils ne pourraient pas le faire », résume le
jeune homme. Cette prise de conscience, sa mère l’a
eue lors d’une discussion téléphonique avec
l’inspectrice. « Ça a été un moment fort, parce
qu’elle m’a parlé de femme à femme, plutôt que
d’inspectrice à femme de suspect », se souvient-elle.
La policière évoque alors la nécessité qu’elle a de
s’interdire toute ­empathie. Elle concède cependant
que cela peut être extrêmement violent. Pour
Isabelle, ces mots sont libérateurs. « Cela m’a fait un
bien fou, j’ai compris que sa crédibilité était aussi en
jeu », avance-t-elle. ­
Pour Zythom, beaucoup de ­métiers impliquent de
devoir faire face à des ­situations désagréables tout
en mettant ses ­sentiments de côté : « Un pompier
choisit-il son métier pour les tragédies auxquelles il
va assister ? s’interroge-t-il. Lorsqu’on décide de
mettre ses ­compétences au service de la justice, il
n’est pas question de choisir les interventions en
fonction de ses goûts. »
Un an plus tard, Isabelle considère cette
perquisition comme « l’acte premier,
celui que l’on n’oublie pas ». Même si le
traumatisme va au-delà de la perquisi-
tion en tant que telle, c’est bel et bien
ce jour qui aura déclenché le boulever-
sement profond de sa vie intime. D’un
rire jaune, elle lance : « C’est désormais
un anniversaire supplémentaire. »

ANA BOYRIE, AMBRE PHILOUZE-ROUSSEAU
ET CLÉMENT PIOT

(*) Les prénoms ont été modifiés.

Le numéro 24 de la revue Innova est téléchargeable en cliquant sur ce lien (l'article commence en page 10).



---oOo--

Interview réalisée par Ambre Philouze-Rousseau

- Depuis quand participez-vous à des perquisitions ?

Je suis inscrit sur la liste des experts judiciaires depuis 1999. Ma première perquisition a été une assistance à Huissier de Justice l'année suivante.


- Pourquoi, en tant qu'informaticien, avoir décidé de travailler avec la justice ? Et donc de participer à des perquisitions ?

Comme je le décris sur mon blog, mon épouse est avocate. J'ai souhaité me rapprocher de son univers, qui est passionnant, et c'est elle qui m'a expliqué ce que mes connaissances pouvaient apporter à la justice. En demandant mon inscription sur la liste des experts judiciaires, je ne savais pas que ma vie allait basculer parfois dans l'horreur : recherche d'images et de films pédopornographiques, perquisition, intrusion dans la vie privée... Mais c'est le lot de beaucoup de professions : un pompier choisit-il son métier pour les tragédies auxquelles il va assister, un policier pour les insultes, un journaliste pour les chats écrasés ? Je ne me plains donc pas et j'essaye de faire mon travail du mieux possible pour aider la justice.


- Quel est votre rôle lors de ces perquisitions ?

En général, j'assiste un Huissier de Justice, ou un Juge d'instruction, ou un policier, dans sa recherche de la vérité. Surtout si celle-ci se trouve sur un ordinateur...


- Combien de temps dure une perquisition, en moyenne ?

Celles auxquelles j'ai participé ont duré environ une journée.


- A combien de perquisitions avez-vous assisté ?

Dix perquisitions, entre 1999 et 2016.


- De quand date votre dernière perquisition ? Pouvez-vous nous la raconter ?

Elle date de l'année dernière et je ne peux pas la raconter. Par contre, j'ai raconté plusieurs de mes perquisitions, en les anonymisant, sur mon blog (voir billets :
https://zythom.blogspot.fr/2007/04/assistance-lors-dune-perquisition.html
https://zythom.blogspot.fr/2010/06/perquisition.html
https://zythom.blogspot.fr/2014/12/perquisitionner-un-informaticien.html

- Avez-vous souvenir d'une perquisition plus difficile que les autres ? Si oui, pourquoi ?

Elles sont toutes difficiles, surtout celles chez les particuliers. Je garde le souvenir d'un enfant de 7 ans qui réagissait à l'entrée très matinale d'un groupe de personne dans sa maison. Je raconte cette histoire dans ce billet : https://zythom.blogspot.fr/2013/02/leo-7-ans.html


- Vous dites ne pas aimer participer à des perquisitions chez des particuliers ? Qu'est-ce-qui vous dérange ? 

Je n'arrive pas à m'habituer à la violence d'une intrusion chez les particuliers.


- Dans l'un de vos billets, vous parlez de « viol de l'intimité ». Qu'entendez-vous par intimité ?

Une maison est un lieu privé. Vous acceptez parfois d'inviter des personnes que vous connaissez à entrer chez vous, dans une partie de votre vie privée : le séjour, la cuisine, la salle à manger. Quand vous entrez avec les forces de l'ordre chez quelqu'un, c'est d'une brutalité incroyable (même si les policiers et les Huissiers avec lesquels j'ai travaillé ont toujours fait preuve d'une grande humanité et de respect). Vous entrez dans l'intimité des personnes : bureau, chambres à coucher, pièces des enfants, salle de bains, etc.
Je ressens la même chose quand j'analyse chez moi le contenu d'un ordinateur mis sous scellé par la police : en plongeant dans les données numériques stockées sur le disque dur, j'entre dans la vie intime des gens, pour le meilleur et pour le pire. Ce n'est pas une sensation agréable.


- Est-ce-qu'en fouillant dans l'ordinateur d'un perquisitionné, vous ressentez également ce sentiment de « viol de l'intimité » ?

Oui.


- Vous n'êtes évidemment pas seul dans ce genre d'intervention. Combien êtes-vous ? Pensez-vous qu'ils ressentent tous la même gêne que vous ?

Il y a en général deux ou trois policiers (ou gendarmes), un serrurier, l'Huissier de Justice et moi.
Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui aime faire cela, mais tout le monde est concentré sur sa mission et souhaite qu'elle se passe le mieux possible.
Les policiers parlent correctement aux personnes et à leurs enfants, et tout le monde essaye de faire baisser la tension initiale de l'entrée dans les lieux.


- Comment réagissent ceux qui sont perquisitionnés ? (Même si les réactions doivent toutes être différentes, comment réagissent ceux que vous avez pu voir?)

Il y a un grand stress dans le premier quart d'heure, puis la tension baisse quand tout le monde a compris le rôle de chacun des intervenants.


- Enfin, malgré le fait que l'intrusion vous dérange, allez-vous continuer à participer à des perquisitions ? Et pourquoi ?

Quand on choisit de mettre ses compétences au service de la justice, il n'est pas question de choisir les interventions en fonction de ses goûts. Par contre, j'accepte moins souvent d'intervenir lors de perquisitions, simplement parce qu'avec l'âge, mon niveau et mon agilité technique diminuent. Il n'est pas facile de rester au contact de toutes les technologies de stockage, surtout que je n'ai pas de compétences en téléphonie mobile. Il m'est difficile de dire aux personnes que j'accompagne que je ne peux pas analyser le contenu d'un téléphone portable, alors que les données intéressantes s'y trouvent peut-être. Il y a dans mon ressort des experts judiciaires plus jeunes et plus expérimentés que moi. Je leur laisse maintenant ma place.


Échanges du 19/03/2017


Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/3116608483759763011/comments/default