PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

25 ans dans une startup - billet n.3

jeudi 21 juin 2018 à 05:00
Introduction - billet précédent

Un week-end sur deux, j'allais faire de la spéléologie ou séduire ma future femme. C'est ce dernier point qui a bouleversé ma vie.

Si j'arrive parfaitement à accepter de louer dans Paris un minuscule appartement me permettant de dormir et de rester propre, le tout pour un prix parfaitement déraisonnable, pour n'y passer que mes 9h de sommeil obligatoires, il m'est très difficile d'envisager faire cela toute ma vie, à fortiori à deux, et encore moins de fonder une (grande) famille dans ces conditions.

J'ai eu la chance de rencontrer l'Amour de ma vie, et cette passion devait passer avant toutes les autres ! Une fois ma thèse en poche, je suis devenu Maître de conférences, avec un salaire moins misérable. Cela tombait bien, parce que l'Amour de ma vie et moi, nous avons décidé de nous marier, de vivre ensemble, le tout en PROVINCE.

J'ai donc tracé un cercle de 100 km centré sur Paris et je me suis mis à chercher un travail en dehors de ce cercle. Dans l'informatique, si possible dans la recherche, avec des perspectives d'avenir et un grand jardin.

J'ai fait 40 dossiers de candidature au titre de la mutation (j'étais fonctionnaire) dans toute la France. J'ai soutenu mes candidatures à l'oral en présentant mes travaux devant des jurys somnolents.

Résultat : rien. Nada.

--------------
Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Photo Pexels

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/8518268452018174806/comments/default


25 ans dans une startup - billet n.2

mardi 19 juin 2018 à 05:00
Introduction - billet précédent

Sauf que pendant mon service militaire, je m'étais mis en tête de travailler dans le domaine de l'intelligence artificielle. Et en 1989, le secteur était en pleine effervescence (déjà), mais les entreprises ne recrutaient que des gens déjà expérimentés sur le sujet. N'écoutant que mon courage et ma passion, je me suis accroché et j'ai ratissé large en appliquant ma méthode de harcèlement ciblé déjà présentée sur ce blog (lire ici).

Après de nombreux coups de téléphone et CV papiers remis en main propre, j'ai fini par décrocher un stage de pré-embauche dans un laboratoire de recherche à Paris qui travaillait sur les réseaux de neurones \o/.

Deux mois après, ce laboratoire m'embauchait comme "assistant professeur", avec salaire misérable à la clé, par comparaison avec mes camarades de promotion d'école d'ingénieurs, mais avec salaire quand même : j'étais le plus heureux des Hommes !

J'apprenais tout ce qu'il y avait à apprendre sur les réseaux de neurones. J'y consacrais toute mon énergie, toutes mes journées et toutes mes nuits. Cela allait durer 5 ans. Une fois mon doctorat en poche, je suis devenu Maître de Conférences.

A la passion de la recherche en intelligence artificielle se sont ajoutées deux autres passions : un week-end sur deux, j'allais faire de la spéléologie et séduire ma future femme.

C'est ce dernier point qui a bouleversé ma vie.

Billet suivant

--------------
Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Photo Pexels

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/960614329983424044/comments/default


25 ans dans une startup - billet n.1

jeudi 14 juin 2018 à 05:00
Billet précédent

J'ai 54 ans. Aussi loin que ma mémoire me permet de remonter, j'ai toujours été guidé dans mes choix professionnels par la passion. C'est une des clés de ma personnalité et de mon bonheur.

J'ai eu la chance de me découvrir un centre d'intérêt lorsque j'étais au collège : l'électronique. Je démontais tout ce qui passait à ma portée, et je me revois encore triturer les radios à tubes qui font aujourd'hui les délices des collectionneurs ou des décorateurs d'intérieur. Je récupérais les pièces, les vis, les condensateurs variables à air, les boutons en bakélite... J'étais abonné à la toute nouvelle revue "Électronique pratique", et je dévastais, au désespoir de mes parents, la moquette de ma chambre avec mon fer à souder.

De l'électronique à la calculatrice programmable, il n'y avait qu'un pas, rapidement franchi. La suite est une chanson connue tant cela correspond aux clichés : création du club d'informatique du lycée (en 1979 !) avec du matériel prêté par un parent d'élève, bac C, TRS80, math sup, math spé x2, école d'ingénieurs option informatique, service militaire dans le service informatique des armées, et me voilà sur le marché du travail.

Sauf que...

Billet suivant

--------------
Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Photo by Skitterphoto from Pexels

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/5607181891181202182/comments/default


25 ans dans une startup - introduction

mardi 12 juin 2018 à 12:58
Photo by Mircea Iancu from Pexels
J'ai fait ces derniers mois un point professionnel un peu éprouvant, dont je ne pouvais pas parler facilement en temps réel sur ce blog. Maintenant que tout cela est derrière moi, je vais tenter d'aborder ces questions sur ce blog, pour partager avec vous sur le sens de l'engagement professionnel, que vous soyez vieux ou jeune, actif ou retraité, maître Jedi ou jeune Padawan, parce que je pense que cela peut apporter quelque chose à vos propres réflexions.

Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas grave, car j'écris essentiellement pour moi ;-)

Comme j'utilise aussi ce blog pour tester des choses en lien avec l'écriture, je vais tenter l'expérience suivante : écrire des billets très courts, qui seront programmés pour être publiés deux fois par semaine, les mardis et jeudis, avec l'idée de travailler la narration, et un rythme plus lent que celui des réseaux sociaux.

N'étant pas un écrivain professionnel, je ne sais pas encore combien de billets je vais écrire, ni si je tiendrai le rythme, mais le titre de cette histoire est choisi. Ce sera : "25 ans dans une startup".

Je préviens mes lecteurs habituels, ce projet n'a pas vraiment d'autre intérêt que de décrire un parcours qui s'est réellement déroulé. Je ne cherche pas à décrire les parcours professionnels d'aujourd'hui tels que vécus par des millions de personnes. J'écris sur une expérience personnelle, vue depuis l'angle très réduit de ma propre perception. Je ne donne aucune leçon, à personne. Ce n'est pas l'histoire d'une entreprise, c'est plutôt l'histoire d'une personne, avec ses doutes, ses choix et ses idées. Cela a toujours été l'esprit de ce blog.

Enfin, j'ai parfaitement conscience de faire partie des privilégiés qui ont un emploi, la santé, une famille en soutien, un environnement professionnel favorable et intéressant. Être privilégié n'empêche pas de faire part de ses expériences, de son histoire ou de ses états d'âme.

Voyez cela comme une expérience d'écriture, teintée d'une légère amertume sur le temps qui passe.

Ce récit est basé sur des faits réels, les noms et certains lieux ont été changés.

Billet suivant


Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/5790140526189291197/comments/default


Les réseaux des pairs

vendredi 27 avril 2018 à 12:12
Dans une autre vie, j'ai eu l'occasion de subir un changement de directeur général. Quand vous faites partie d'un comité de direction, c'est toujours un moment "intéressant".

Lors du premier entretien en tête à tête avec mon nouveau chef, celui-ci me demande : "Bon, Zythom, si vous me parliez un peu de votre réseau". Et me voilà parti dans une présentation détaillée et passionnée de notre réseau informatique, sa complexité, sa technicité, ses risques de sécurité, les options de connexion à internet, les coûts. Je lui parle de switchs, de routeurs, de baies de brassage, d'onduleurs, de bornes Wifi, de fibres optiques, de sous-répartiteurs, de VLAN, de VPN... Au bout de quelques minutes, je remarque le visage un peu contrarié de mon patron. Inquiet, je lui demande si je manque de clarté dans ma présentation.

Il me répond : "Zythom, quand je vous pose cette question sur votre réseau, je parle de votre réseau relationnel. Les contacts que vous avez avec vos homologues, localement, régionalement etc.".

Silence gêné.

"Ah. Mais votre prédécesseur me demandait plutôt de travailler seul pour être en avance sur nos concurrents. Donc, mes contacts avec mes homologues sont très limités".

Sa réponse a changé ma vie : "Zythom, vous allez discuter avec vos homologues, échanger, vous déplacer. Je veux que vous intégriez tous les réseaux relationnels de votre domaine, avec l'idée que l'on progresse plus vite ensemble que seul dans son coin."

Je n'ai jamais cessé depuis d'appliquer cette règle, et si j'ai un conseil à donner à toutes les personnes qui me lisent : essayez.

J'ai rencontré énormément d'experts dans ma vie : d'abord comme chercheur, puis comme enseignant, puis comme expert judiciaire, comme DSI, comme pilier de bar, et enfin comme blogueur. J'en ai vu des brillants, des fiers, des qui aiment les projecteurs, la lumière. Ceux-là sont pour la plupart des solitaires. Et il y a ceux qui arrivent à partager leurs savoirs, leurs succès comme leurs échecs.

Il a toutes sortes de réseaux d'échanges (conférences, listes de diffusion, clubs, associations, compagnies, réseaux sociaux, blogs...) mais je vais vous parler celui qui m'a fait gagner le plus de temps : le réseau des pairs.

Le réseau des pairs est plus communément appelé "communauté de pratique" en théorie de l'éducation. Voici ce qu'en dit Wikipédia :
Selon Lave et Wenger (1991), par qui le concept de communauté de pratique est apparu, et Kirschner and Wopereis (2003), une communauté de pratique est constituée de groupes d’individus engagés dans la même occupation ou dans la même carrière. Ces individus interagissent sur une base continue en vue de maîtriser et d’améliorer les savoirs et savoir-faire de leur domaine d’intérêt. Ainsi, la participation par qui l’apprentissage se déploie, demeure un élément moteur dans une communauté de pratique et revêt un double sens d’implication et d’engagement. Lave et Wenger (1991) désignent cette forme d’apprentissage par Legitimate periphiral participation, qui décrit l’investissement du membre au sein de cette communauté, du stade de noviciat jusqu’à sa pleine reconnaissance par ses pairs. L’engagement mutuel, l’entreprise conjointe et le répertoire partagé sont parmi les caractéristiques importantes des communautés. On retrouve les communautés de pratique dans les structures informelles.
Comme je n'ai pas la prétention de théoriser ce domaine, je vais simplement partager avec vous ma modeste expérience : quel que soit votre métier, je vous conseille de prendre contact avec un groupe de personnes ayant les mêmes préoccupations et qui sont d'accord pour partager leurs connaissances.

Exemple 1 : A force de fréquenter des salons informatiques dans ma région, j'ai fini par rencontrer des responsables informatiques avec qui j'ai sympathisé. D'abord par des discussions informelles, puis autour d'une table dans un bar. "Et si on se voyait plus souvent entre nous pour discuter de nos métiers ?". L'idée était lancée et a abouti à la création d'un club de DSI local où l'on échange autour de nos idées, de nos problèmes, de nos projets, de nos fournisseurs, de nos coûts, de nos utilisateurs, de nos organisations métiers... Après chaque réunion, je ressors avec plein d'idées, d'envies, de solutions. Je gagne un temps colossal sur la majorité de mes projets !

Exemple 2 : Lorsque je me retrouve face à un problème que je ne sais pas résoudre dans une expertise judiciaire, après avoir cherché de manière approfondie une solution (histoire quand même de ne pas être trop ridicule si la solution est évidente), j'ai la chance de pouvoir solliciter l'aide confraternelle d'experts judiciaires sur une liste de diffusion spécialisée. Face à un problème qui me semble insurmontable, il y a très souvent quelqu'un qui s'est trouvé face au même problème et qui a trouvé une solution qu'il accepte de partager. Bien entendu, je réponds de même si j'ai moi-même quelque chose à apporter. Nous n'avons rien inventé, ce type de forum / liste de diffusion existe depuis la création d'internet.

Par ce billet, je voudrais remercier toutes les personnes qui, à un moment ou à un autre, m'ont aidé par leurs conseils ou leurs mises en garde. Que ce soit par un commentaire sous un billet du blog, un tweet, un email ou un coup de téléphone. Et aussi toutes celles et ceux avec qui j'ai pu discuter dans le "social event" d'une conférence (SSTIC/JRES/PSES ).

Par ce billet, je voudrais encourager les nerds, les geeks un peu solitaires, à surmonter leurs égos, leurs craintes du ridicule, leurs phobies relationnelles éventuelles, et à faire l'effort de rencontrer des personnes partageant leurs passions. Après tout, ce n'est pas comme si l'on manquait d'associations, de projets communautaires, de forums, de conférences...

Plusieurs conseils encore : soyez tolérants. Tolérance aux noobs, aux autres, à celles et ceux qui sont différents ou qui pensent différemment. Écoutez les idées des autres jusqu'au bout. Ayez le courage de poser des questions, de communiquer le plus clairement possible avec les autres, afin d'éviter les malentendus, les conflits. Ne sur-réagissez pas : ce que les autres disent et font ne sont qu'une projection de leur réalité et de leurs propres rêves. Lorsque vous êtes immunisés contre les opinions et les actes d'autrui, vous n'êtes plus la victime de souffrances inutiles. C'est certainement le point le plus difficile, sur lequel j'ai le plus de progrès à faire.

Ces conseils valent pour les réunions, mais aussi pour la vie en général.

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/670028925045564943/comments/default