PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

Le procès Eolas

jeudi 24 novembre 2016 à 13:31
Maître Eolas m'a fait l'honneur de me choisir comme expert informatique afin de mener une expertise privée dans l'affaire qui l'oppose à l'association IPJ. Il y a entre Maître Eolas et moi nuls liens d'amitié comme entre Montaigne et La Boétie, mais un solide respect, teinté de ma part d'une admiration sincère pour son intelligence et sa vivacité d'esprit. Ce respect justifie que l'on puisse mener ensemble un travail de façon professionnelle, et ne m'a pas empêché de rédiger un rapport objectif et scientifique sur les questions qui m'ont été posées (ce qui a d'ailleurs été relevé par les parties du procès). Bien sur, ce travail étant demandé par une seule des parties (c'est le principe d'une expertise privée), il a fait l'objet de critiques et de suspicions de la partie adverse, ce qui a été débattu publiquement lors des différents procès (1ère instance puis appel).

J'ai assisté à la dernière étape (en date) du procès Eolas vs IPJ qui a eu lieu hier, à la Cour d'Appel de Versailles, assis simplement sur les bancs du public. Je voulais montrer concrètement à Maître Eolas mon soutien dans l'épreuve qui lui était infligée, indépendamment du travail que j'avais eu à faire pour lui. Comme je l'indiquais sur Twitter, c'est quand ils sont dans la merde, enfin dans le besoin, qu'il faut soutenir les gens qu'on apprécie.

Pour autant, je ne souhaite pas utiliser ce blog à chaud sur des affaires en cours auxquelles je participe, je m'en suis déjà expliqué et tout le monde comprendra. Vous ne trouverez donc ici aucune analyse, ni prise de position, ni avis personnel.

Je signale simplement à mes lecteurs un compte-rendu succinct d'audience réalisé par Rémi Flamant sur le site "épris de justice" (que tout curieux du fonctionnement de la justice devrait mettre dans son agrégateur de flux RSS ;-) : http://www.epris-de-justice.info/est-ce-que-lon-peut-imaginer-que-maitre-eolas-setait-torche-avec-une-association/

J'encourage également tous mes lecteurs à pousser la porte des tribunaux pour assister régulièrement aux audiences, et pas seulement à celles qui font la une des journaux. C'est passionnant.

J'invite aussi tous les experts qui me lisent à assister aux procès où leurs rapports sont débattus (quand ils ne sont pas cités comme témoin). C'est très instructif (et stressant). Le travail des avocats est extraordinaire, tant ceux qui attaquent votre travail, que ceux qui le mettent en avant.

Dans ma prochaine vie, je veux être avocat.

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/6908889104737377237/comments/default


Chiffrement, sécurité et libertés

mardi 8 novembre 2016 à 14:09
Je suis invité au colloque "chiffrement, sécurité et libertés" organisé par l'Observatoire des Libertés et du Numérique le 21 novembre 2016 à l'assemblée nationale.

J'y suis invité pour exprimer le point de vue d'un expert judiciaire. Comme je suis plutôt réservé et qu'il s'agit d'une table ronde, je risque fort de regarder tout le monde s'exprimer sans prendre d'assaut le micro pour balbutier quelques mots... Je jette donc ici quelques idées pour moi-même. 

Expert judiciaire :

Tout d'abord, je voudrais rappeler la base de ce qu'est un expert judiciaire : il s'agit d'une personne ayant des connaissances dans un domaine et qui les propose à la justice. Si la justice accepte que cette personne l'aide, elle est inscrite dans un annuaire particulier dans lequel les magistrats piochent lorsqu'ils ont besoin d'aide dans un dossier. Le fait d'être inscrit dans cet annuaire vous donne le droit d'utiliser le titre "d'expert judiciaire".

Il y a des experts en plomberie (C.1.21), en fumisterie (C.1.26), en améliorations foncières (A.1.1), en paléographie (B.1.2), en héraldique (B.3.9), en chimie des résidus de tir (G.3.2)...

Concernant l'informatique, le législateur l'a regroupée avec l'électronique dans les rubriques suivantes :

E.1. Électronique et informatique.
E.1.1. Automatismes.
E.1.2. Internet et multimédia.
E.1.3. Logiciels et matériels.
E.1.4. Systèmes d’information (mise en œuvre).
E.1.5. Télécommunications et grands réseaux.

Pour ma part, je suis inscrit dans les rubriques E.1.2 et E.1.3 pour l'ordre administratif, et uniquement dans la rubrique E.1.3 pour l'ordre judiciaire (suite à une erreur de plume que je n'arriverai pas à faire corriger et dont j'ai fait le deuil).

J'ai une formation assez classique d'ingénieur, un doctorat, et comme beaucoup de monde, je suis passionné par l'informatique en général. Je n'ai aucune formation juridique, aucune connaissance hautement spécialisée en sécurité informatique pointue. Je suis un citoyen lambda ingénieur en informatique.

Je n'ai pas de pouvoir technique particulier, je ne guéris pas les ordinateurs par la pensée, je ne sais pas déchiffrer l'indéchiffrable, je n'écoute pas les communications téléphoniques de mes voisins, je ne mange pas le midi avec Nick Leeder, ni avec Damien Viel...

Par contre, à chaque fois que la justice me confie un scellé informatique, j'ai un défi à relever : répondre aux questions qui me sont posées, si possible sans compromettre le scellé. Pour cela, j'utilise des logiciels achetés à mes frais, des freewares, des je-donne-ce-que-je-veux-ware, des conseils glanés sur internet ou auprès de mon réseau d'entraide personnel (des listes de diffusion d'experts judiciaires en informatique) et ma propre expérience. 

Chiffrement :

J'utilise à titre privé assez souvent le chiffrement de données (Gostcrypt, pourquoi ? parce que.), pour sécuriser mes dossiers d'expertise, pour protéger mes données privées ou les échanges confidentiels que je peux avoir. J'utilise également le chiffrement à titre professionnel pour protéger les travaux de recherche des chercheurs de mon école (je suis directeur informatique et technique dans une école d'ingénieurs), pour protéger les sauvegardes ou les données confidentielles de mon entreprise.

Il m'arrive aussi d'être confronté au chiffrement lors de mes expertises judiciaires. J'en ai parlé dans le billet intitulé "face à TrueCrypt". Extrait :
Que se passe-t-il alors lorsque je tombe sur un scellé qui contient des données chiffrées avec TrueCrypt ?
Réponse : rien. Je ne peux rien faire sans avoir le mot de passe. Et encore, je peux avoir un mot de passe qui ouvre le container TrueCrypt, mais pas le container caché. Je n'ai pas de code secret universel, ni de logiciel spécial me permettant d'accéder aux données.
Je ne dis pas qu'ils n'existent pas, je dis que je n'y ai pas accès.
Pour autant, je ne baisse pas les bras immédiatement :
- je peux regarder si des données non chiffrées sont présentes et accessibles sur le disque dur (lire le billet intitulé "le disque dur chiffré").
- je peux chercher tous les mots de passe de l'utilisateur, mots de passe stockés sur internet ou sur d'autres ordinateurs non chiffrés. Sachant que beaucoup de personnes n'utilisent que quelques mots de passe, la probabilité de trouver des mots de passe ouvrant les containers TrueCrypt est forte. Lire par exemple ce billet intitulé "Perquisition".
- je peux passer par l'enquêteur pour qu'il demande les différents mots de passe à l'utilisateur.
- je peux suspecter un fichier d'être un container TrueCrypt (avec TCHunt par exemple).
Chiffrement, sécurité et libertés :

J'ai répondu sur ce sujet aux questions d'Amaelle Guiton, journaliste au pôle Futurs du journal Libération, sur le sujet du chiffrement, de la vie privée, de la police, de la justice et de l’État. Extrait :
AG: Que pensez-vous de l'argument selon lequel le chiffrement freine ou bloque les enquêtes? Est-il légitime (ou jusqu'à quel point est-il légitime) ?
Lorsqu’un enquêteur, ou un expert judiciaire, doit analyser un ordinateur ou un téléphone et que les données sont correctement chiffrées, il est bien évidemment bloqué. Si son enquête ne repose que sur cet élément, il est définitivement bloqué, ce qui est regrettable. Mais dans les dossiers que j’ai eu à traiter, ce cas de figure n’est jamais arrivé : un dossier ne repose jamais uniquement sur le contenu chiffré d’un ordinateur ou d’un téléphone. Il y a toujours d’autres éléments dans le dossier, et il s’agit d’ajouter encore des éléments de preuve (à charge ou à décharge) pour le compléter. L’argument ne me semble pas légitime, sauf dans le sens où le chiffrement complique la recherche de preuve et donc alourdit la facture de l’enquête, ce qui est déjà un problème dans notre pays où le budget de la justice est anormalement bas. Il ne faut pas oublier aussi que si les données sont chiffrées, il faut aussi qu’à un moment elles soient déchiffrées pour être utilisées par leur destinataire. L’enquêteur peut intervenir à ce moment-là.
Pour conclure, je reprendrai ma position de l'époque :
AG: Et enfin, comment vous positionnez-vous dans ce débat : en tant qu'informaticien, en tant qu'expert judiciaire, en tant que citoyen (ou les trois à la fois!).
Il m’est difficile de dissocier les trois : je suis un citoyen informaticien expert judiciaire. J’ai l’expérience de ces trois casquettes, expérience dont je fais part sur mon blog (ce qui m’est assez reproché). Ma position personnelle est de placer au-dessus de tout la protection de la vie privée individuelle. Tous les échanges et tous les stockages de données devraient être chiffrés de manière à ce que chacun puisse protéger ses données. Je préférerais d’ailleurs que l’on parle de « vie intime » plutôt que de « vie privée », car ce dernier terme prête à confusion dans un monde où beaucoup de citoyens échangent l’accès à une partie de leur vie privée avec un droit d’usage gratuit à certains services (proposés par les GAFAM). Tous les citoyens doivent pouvoir utiliser des outils garantissant leurs données contre les oreilles de l’État. Les malfaiteurs les utilisent depuis longtemps, sans que cela ne gêne trop l’État, il est temps que les honnêtes citoyens puissent les utiliser en masse. Les enquêteurs disposent d’autres moyens de poursuivre les malfaiteurs sans que l’État n’oblige tous ses citoyens à se mettre à nu. Je refuse d’être obligé de mettre une caméra dans ma chambre à coucher sous le prétexte d’une meilleure sécurité, par exemple pour une lutte soit disant plus efficace contre le terrorisme ou contre les pédophiles. Je ne crois pas en la réalité d’un État bienveillant qui surveille en masse ces citoyens pour le bien de tous. L’Histoire a plutôt démontré que ce type d’État dérive toujours très vite vers des abus en tout genre.
Quis custodiet ipsos custodes ?
Et comme tout le monde, j'attends avec effroi les premiers piratages de la base de données TES concernant les 60 millions de français créée, semble-t-il, pour supprimer 1300 postes dans les préfectures...

Pourquoi avec effroi ? Tout simplement parce que je me souviens bien du film Brazil...


Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/7026611407024923429/comments/default


Khalil, héros marocain

lundi 3 octobre 2016 à 14:50
Je ne vous ai jamais parlé de Khalil.
Khalil est le gardien de mon école installée à Casablanca. C'est un homme à tout faire, dégourdi et travailleur, toujours prêt à rendre service. Il dépanne les installations, il sait toujours trouver une solution à un problème de clefs, il fait les petites courses quand il manque quelques choses à l'école.

Il est fier de travailler pour une école d'ingénieurs, d'être utile aux étudiants, aux professeurs et au personnel administratif. Il veille sur le matériel, sur les locaux, sur les gens.

Cela fait maintenant dix ans que je vais régulièrement à Casablanca. Je ne peux pas dire que je connais le Maroc, ni les marocains. Je peux simplement dire que je connais un peu un coin de Casablanca et quelques marocains. J'aime regarder les gens, j'aime observer les différences culturelles, j'aime étudier ce pays si dynamique. Mais mon métier, c'est surtout de m'occuper des ordinateurs, et de faire en sorte que les utilisateurs puissent s'en servir le mieux possible. En cela, les personnes que je croise au Maroc ou en France sont les mêmes : l'informatique, c'est compliqué, ça tombe en panne souvent et ça ne fait pas toujours ce qu'on voudrait que ça fasse...

Avec Khalil, je n'ai pas ce problème : il n'utilise pas d'ordinateur dans l'école. Il a bien un téléphone portable sur lequel il me montre les photos de ses enfants, mais il m'avoue qu'il a du mal à bien s'en servir. Il faut dire que Khalil a plus de 60 ans et qu'il part à la retraite.

Je ne connais pas bien la vie de Khalil. Il est toujours occupé quand je viens sur le campus de l'école de Casablanca, et de mon côté, je suis toujours pris par mon travail. A chaque fois que l'on discute un peu, il me reproche gentiment de ne jamais venir pendant les périodes de fêtes, parce qu'il aimerait bien m'inviter chez lui pour me faire découvrir sa famille et "son" Maroc. Je lui explique en riant que je ne viens que pour travailler, que chaque jour est compté, et que je ne peux pas vraiment m'amuser quand je viens.

Khalil n'est pas très riche, mais son sourire et sa bonne humeur le transforment en roi du monde à l'accueil de l'école. Il n'aime pas me voir à quatre pattes dans la salle serveur en train de brancher un câble. Pour lui, je suis un personnage important, un directeur informatique, un ingénieur qui fait fonctionner l'informatique de l'école. Je suis un homme en costume cravate. Alors il veut m'aider, il veut porter à ma place les cartons d'ordinateurs, il allume la climatisation en trouvant la télécommande égarée, il me trouve les clefs des salles fermées où sont stockées les pièces détachées, les câbles informatiques, les tournevis...

Khalil est petit par la taille mais grand par le cœur. Cette semaine, Khalil m'a appris qu'il venait d'avoir une petite fille. Je l'ai félicité, un peu machinalement, en me demandant s'il était grand-père depuis longtemps (je n'ai pas osé demander). Il était très fier de sa petite fille en me montrant sa photo.

Ce n'est que quelques jours plus tard qu'un collègue m'a raconté l'histoire complète. Il y a quelques mois, la femme de Khalil a du être hospitalisée. Elle est resté trois jours à l'hôpital avant de rentrer chez elle. Khalil venait la voir tous les jours. Pendant ces trois jours, une petite fille a été abandonnée devant la porte de l'hôpital. Khalil, bien que loin d'être riche, s'est dit que s'il pouvait manger tous les jours, il pouvait partager avec cette petite fille. Il l'a adoptée.

A.D.O.P.T.É.E. !
Parce qu'elle était abandonnée par plus pauvre que lui.
Parce qu'il se sent capable de partager le peu qu'il a.
Parce qu'il possède encore ce sens du partage, de la solidarité, qui a presque complètement disparu de notre société du chacun pour soi.

Il y a un verset du Coran qui dit : « Celui qui sauve un seul homme, c'est comme s'il avait sauvé l'humanité tout entière, celui qui tue un seul homme, c'est comme s'il avait tué l'humanité tout entière » (Coran 5.32).

Khalil, quand je vous vouvoie, ce n'est pas pour mettre de la distance entre nous, ce n'est pas parce que je me pense supérieur, c'est parce que j'ai le plus grand respect pour vous.

Je me sens tout petit devant vous.
Vous êtes un héros.
Vous êtes cette humanité que j'ai perdue.

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/7016996579504875351/comments/default


La panne internet

dimanche 11 septembre 2016 à 19:05
Peu de gens le savent, mais les informaticiens subissent eux-aussi les petits tracas de l'informatique, eux qui maîtrisent pourtant l'imposition des mains et la réparation de l'ordinateur par leur seule présence. A force d'entendre parler de personnes frappées par la foudre, en pensant toujours que ça ne m'arrivera jamais, il m'est arrivée ce à quoi j'espérais échapper toute ma vie : une panne de mon fournisseur d'accès internet...

Jour 1.

A peine revenus (la veille) de nos vacances au pays du Pastel de nata, juste le temps pour mon fiston de faire chauffer les différentes manettes des consoles de jeu, encore sous la torpeur d'une fin de repas paisible, un cri retenti dans la maisonnée : PAPA, YA PU INTERNET !

En maîtrisant avec brio un haussement de sourcil, je m'approche de la box pour procéder à son redémarrage supposément salvateur. Rien n'y fait. Pour rester dans les sommets himalayens de l'estime de mon fils, je le rassure en lui disant que la box doit souffrir de la chaleur ambiante et qu'il faut la laisser se reposer un peu, ainsi que les consoles de jeu.

L'après-midi passe, tout le monde râle un peu, mais les téléphones portables me sauvent la mise. Le soir arrive, ainsi que sa fraîcheur réparatrice. Je tapote la box d'un geste familier, et je la rebranche. RIEN.

Je me couche contrarié.

Jour 2.

Voilà maintenant 24h que notre FreeBox affiche "étape 2" dans sa procédure de démarrage et refuse obstinément d'aller plus loin. Je sors alors ma botte secrète, mon plan B, mon ami fidèle, toujours prêt à rendre service comme si nous nous étions quittés seulement hier : mon vieux modem ADSL. Je ne vous parle pas de son ancêtre électro-acoustique (que je garde au chaud dans mon musée pour sa retraite bien méritée, un 3Com U.S. Robotics 56K Message Modem). Non, il s'agit d'un Kortex Mercure 711, compatible avec tout fournisseur d'accès internet, et que j'ai, par précaution, pré-paramétré avec mon abonnement Free ADSL. Il me permet de voir si le problème vient de ma FreeBox. Je le branche à sa place, et j'attends quelques minutes pour qu'il accroche le signal... RIEN.

Ma côte de popularité descend au niveau du sommet du terril n°49, 3 de Béthune (bien connu des constitutionnalistes) quand j'annonce à ma petite famille : "ben, euh, je pense qu'il faut attendre que ça revienne tout seul..."

Avec ma tablette android munie d'une clef 4G, je contacte Free pour leur signaler la panne. Je reçois un email m'indiquant que les équipes techniques de Free vont mener l'enquête.
Nous avons procédé à l'ouverture d'un ticket d'incident. Notre technicien va intervenir dans les prochains jours afin d'identifier les causes du dysfonctionnement que vous nous signalez.
Soyez assuré que nos équipes techniques mettent tout en œuvre pour rétablir votre connexion au plus vite.
Il ne me reste plus qu'à attendre.

Jour 3.

Toujours rien.
Comme l'accès internet de la maison sert aussi d'accès internet pour le cabinet d'avocat de mon épouse (en fait, c'est même plutôt l'inverse), ma douce et tendre me fait gentiment remarquer qu'elle reprend TRES BIENTÖT son activité professionnelle, et que j'ai intérêt qu'elle puisse lire ses emails et utiliser son "cher" RPVA...

Me voici donc en quête d'une solution de secours. J'ai ma tablette android avec clef 4G sous les yeux quand je me mets à fouiller dans ses paramètres de connexion... MAIS OUI BIEN SUR : il est possible de partager la connexion de la tablette !

Jour 4.

J'ai travaillé toute la nuit, et voici le résultat :
La tablette android avec clef 4G est branchée en USB sur mon ordinateur. Celui-ci est sous GNU/Linux (Mint) et reconnaît la tablette, ainsi que le partage de connexion. J'ai activé l'IP Forwarding, le routage et les règles IPTABLES qui vont bien. Il est transformé en passerelle acceptable pour le réseau.

La FreeBox reste allumée (à la demande de Free, pour leur permettre de tester leurs équipements), mais j'ai dû désactiver sa fonctionnalité de serveur DHCP, car elle ne connaît qu'elle même comme passerelle. J'ai donc choisi de configurer mon NAS Synology en serveur DHCP pour maîtriser et centraliser la gestion des accès des différents appareils de la maison (et du cabinet). J'ai séparé mon petit monde en deux parties : ceux qui pourront avoir accès à internet (passerelle de sortie = mon PC via la tablette android avec clef 4G) et les autres (passerelle = la FreeBox qui va se réveiller c'est sur).

Nos deux cabinets professionnels ont accès à internet, les enfants non, même si tous les appareils sont toujours sur le même réseau, et les imprimantes accessibles. Le réseau RPVA est fonctionnel et mon amour (propre) est sauf.

Les enfants découvrent que l'on peut être connecté à un réseau Wifi sans avoir pour autant accès à internet.

J'arrête mon nœud Tor pour économiser la bande passante et surtout, pour économiser la quantité d'informations qui passe par la clef 4G, avant que son débit ne soit limité fortement par Orange.

Je reçois cet email de Free :
Vous nous avez informé des difficultés techniques que vous rencontrez et nous avons ouvert un ticket d'incident pour votre abonnement Free Haut Débit.
Nous vous signalons qu'une demande de vérification des équipements Free a été effectuée et sommes dans l'attente des résultats.
Cette intervention est prévue dans les 7 jours ouvrés. Si toutefois passé ce délai vous ne constatez aucune amélioration, nous vous invitons à patienter car d'autres investigations complémentaires sont en cours.
SEPT jours !

Cela fait déjà 4 jours pleins que notre téléphone Free de fonctionne plus. Heureusement, beaucoup de nos amis ont le réflexe de nous appeler sur nos portables.
Je commence à me renseigner sur les offres alternatives de FAI, et sur la portabilité du numéro (que je souhaite conserver).

Jour 6.

Tous les jours le même rituel : aller redémarrer la FreeBox qui reste bloquée à l'étape n°2 de son initialisation. Six jours que les enfants me demandent quand internet va revenir. Six jours que ma femme et moi surfons sur internet avec modération, pour éviter les mauvaises surprises.

Nouvel email de Free :
Dans le cadre du ticket d'incident ouvert pour le dysfonctionnement que vous nous avez signalé, une vérification des équipements Free a été effectuée.
Cette intervention a permis d'établir que les équipements Free dont vous dépendez présentent une anomalie.
Nos techniciens travaillent actuellement sur sa résolution.
Que devez-vous faire ? - Veuillez patienter le temps de l'intervention de nos techniciens réseau, jusqu'à 7 jours ouvrés.
- Laissez votre Freebox branchée afin de récupérer automatiquement la connexion en cas de rétablissement.
J'ai vraiment l'impression d'être face à un système déshumanisé, les emails que je reçois sont envoyés d'une adresse "pasdereponse@assistance.free.fr", avec cette impression que quelqu'un jette un coup d’œil de temps en temps à mon problème et décide qu'il peut encore attendre une semaine...
Je décide de changer de fournisseur d'accès à internet. En existe-t-il un qui propose un accès internet stable avec garantie de temps de rétablissement en cas de panne ? J'appelle à l'aide sur Twitter.

Jour 8.

Mon graal n'existe pas. Plusieurs personnes m'ont convaincu que la seule sécurité réaliste est d'avoir des accès internet chez deux fournisseurs différents. Je choisis d'aller (à reculons) chez l'opérateur historique qui gère ma boucle locale de cuivre : Orange. En effet, pour des raisons professionnelles, nous avons toujours souhaité conserver une ligne de téléphone non dégroupée pour recevoir et émettre de façon fiable des fax.

Je souhaite donc continuer à rester en dégroupage partiel, changer de fournisseur internet ET garder mon numéro 09 Free.

Je choisis l'offre Orange LiveBox Zen sur ligne fixe.

Et bien, croyez moi, aucun des conseillers clientèle de chez Orange que j'ai contactés (via le chat en ligne, via téléphone et via la boutique Orange) n'a été capable de me vendre cette offre AVEC la portabilité du numéro SANS m'obliger à prendre une nouvelle ligne (payante). Bien que la loi les y oblige, Orange n'est pas capable de proposer une portabilité du numéro dans ce cas-là... Exit Orange.

Jour 10.

Je décide de porter mon numéro moi-même.
Je contacte OVH chez qui je crée un compte et achète une ligne téléphonique à 1,2 euros par mois et vers laquelle je demande la portabilité de mon numéro 09 Free.

Jour 11.

Je reçois un email de Free :
Bonjour,
Conformément à votre demande, la résiliation avec portabilité de votre numéro 09xxxxxxxx est programmée.
Vous conservez l'usage de vos services Free jusqu'au jour du portage effectif, date à laquelle votre contrat Free sera automatiquement résilié. La portabilité du 09xxxxxxxx est prévue pour le [Jour 19] sauf report ultérieur demandé par votre nouvel opérateur. Pour plus d'information, veuillez contacter le service client de votre nouvel opérateur.
Merci de la confiance que vous nous témoignez.
L'équipe Freebox
Ils m'annoncent de la résiliation de mon contrat et me remercie de la confiance que je leur témoigne... 15 années de fidélité qui se terminent en eau de boudin.

Jour 18.

Mon numéro de téléphone 09xxxxxxxx fonctionne chez OVH suite à la portabilité que j'ai demandée. J'ai enfin récupéré mon numéro de téléphone.

Le même jour, je reçois cet email de Free :
Bonjour,
Nous vous informons avoir reçu une demande de portabilité sortante de votre numéro 09xxxxxxxx vers un autre opérateur.
Cette portabilité est effective depuis ce jour.
Conformément à la législation, cette demande de portabilité vaut résiliation de votre abonnement Freebox. Celle-ci entraine la perte de tous les services liés à votre abonnement.
Si vous ne l'avez pas encore fait, merci de retourner votre Freebox (tous les boitiers et accessoires) à l'adresse suivante (...)
Je renvoie donc l'ensemble des équipements Free à l'adresse indiquée (en RAR).

Je cherche donc un FAI avec une équipe support compétente et facile à joindre. Ça tombe bien, le courant est bien passé avec l'équipe support d'OVH qui m'a été recommandée via Twitter par des barbu(e)s.
Je décide de contacter OVH et de contracter avec eux sur leur offre internet ADSL Express. Cela devrait prendre moins de 10 jours. Au point où j'en suis...

Jour 25.

C'est la rentrée des classes. L'estime de mon fils envers moi sonde les profondeur du Krubera-Voronja.

Jour 28.

Je reçois les paramètres de ma (future) ligne ADSL OVH. J'apprends que la box OVH devrait arriver bientôt. J'en profite pour paramétrer mon vieux modem Kortex Mercure 711 (cf jour 2) pour le jour où la box OVH tombera en panne...

Jour 29.

Je reçois un SMS de mon épouse m'indiquant que la box OVH est arrivée \o/
Je me dépêche de rentrer le soir pour tout brancher quand tout à coup, je reçois l'email suivant d'OVH :
Bonjour,
Nous avons rencontré une erreur lors de la réalisation de votre commande 56xxxxxx.
Celle-ci a été rejetée par notre opérateur de collecte pour le motif suivant: "Commande en surcharge par un autre opérateur".
Nous vous invitons à nous contacter le plus rapidement possible via notre support pour que nous puissions faire le point ensemble. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée.
J'appelle aussitôt OVH qui me confirme bien que Free n'a toujours pas libéré la place pour qu''OVH puisse s'y mettre...

J'ai alors une idée lumineuse. Le cabinet de mon épouse, outre sa ligne FAX, dispose d'une autre ligne téléphonique fixe chez l'opérateur historique : sa ligne principale pour les clients. Je demande à mon interlocuteur s'il pense qu'il est possible chez eux de modifier la commande 56xxxxxx concernant l'ADSL sur la ligne FAX, pour la passer sur une autre ligne. Cela va-t-il créer une pagaille chez OVH, l'envoi d'une autre box, l'ouverture d'un trou noir qui va tout engloutir.

"Oui Monsieur, c'est possible, et non, cela ne posera pas de problème".

Je croise les doigts.

Jour 32.

A ma grande surprise, je reçois cet email de Free :
Dans le cadre du ticket d'incident ouvert pour le dysfonctionnement que vous nous avez signalé, une vérification des équipements Free a été effectuée.
Cette intervention a permis d'établir que les équipements Free dont vous dépendez fonctionnent correctement.
Que devez-vous faire ?
- Si vous ne constatez aucune amélioration de votre côté, nous vous invitons alors à patienter : le problème est situé ailleurs sur la ligne et nos équipes techniques entament de nouvelles investigations, pendant une période allant jusqu'à 7 jours ouvrés.
(...)
- Si l'incident n'est plus d'actualité, nous espérons que votre Freebox vous apporte entière satisfaction.
(...)
Je vérifie aussitôt avec mon vieux et fidèle modem ADSL : aucun signal. Je n'ai aucun moyen de savoir si Free se moque de moi, si leurs équipements, en panne précédemment ont été réparés. De toutes façons, je m'en moque un peu.
 
N'ayant plus aucun moyen de fermer le ticket via l'interface d'administration de mon compte ADSL Free (puisque celui-ci est clos), j'ai donc appelé le numéro surtaxé du support Free pour les anciens clients (le 0825-622-732) pour leur expliquer de ne surtout pas envoyer (à mes frais) un technicien chez moi, puisque j'avais renvoyé tout leur matériel et que je ne suis plus client chez eux. J'ai été très poli, la dame que j'ai eu au téléphone aussi.

Par précaution, j'ai supprimé l'autorisation de prélèvement de Free sur mon compte bancaire, sur les conseils de plusieurs forums d'entraide. On ne sait jamais ;-)

Jour 34.

J'ai reçu un questionnaire de satisfaction de Free dans le cadre de l'amélioration continue de leurs services...

J'y ai répondu.

Jour 35.

Cette nuit, la box OVH a accroché un signal ADSL sur la ligne de téléphone ad hoc. Mon fils s'est rué sur la console de jeu pour tester le lag de la connexion avec ses serveurs de jeu.
Je vous écris depuis cette nouvelle connexion, avec une certaine satisfaction.

Il me reste à transférer une deuxième fois mon 09 depuis la ligne OVH dédiée, vers mon abonnement ADSL OVH. Le support m'a dit que c'était facile à demander. Cela va me permettre de brancher mes téléphones privés sur la box OVH plutôt que de gérer des appels SIP sur mon téléphone portable. Je dois également redémarrer mon nœud Tor, vérifier le bon fonctionnement de mon Raspberry Pi qui me sert de serveur VPN et serveur DNS (non menteur).

Conclusion.

J'ai gardé plusieurs leçons de cette panne :
- je préfère désactiver le serveur DHCP de ma box et gérer moi-même ce service
- j'ai appris beaucoup sur les lourdeurs des grosses sociétés en matière de service client, surtout quand il y a une panne
- mon fils n'a aucune rancune envers moi et est capable de lire des tonnes de livres papiers sans broncher. Il sait aussi redécouvrir les jeux de consoles qui ne nécessitent pas un accès internet pour fonctionner.
- OVH dispose d'un service support accessible et compétent (billet non sponsorisé)
- il faut toujours un plan B pour sa connexion internet : pour ma part, je garde précieusement ma tablette et sa clef 4G, car je sais qu'elle pourra me resauver la mise en cas de besoin. J'ai même trouvé un routeur Wifi + Clef 4G qui fait ça très bien.

Bref, j'ai survécu à une panne internet.

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/211802673526554678/comments/default


Les débuts de l'expert judiciaire débutant

jeudi 8 septembre 2016 à 17:15
Vous avez reçu un courrier à entête du ministère de la justice en provenance de votre cour d'appel vous annonçant d'une manière assez sèche simple que vous êtes accepté à l'inscription sur la liste des experts judiciaires, pour une période probatoire de deux ans.

BRAVO \o/

Mais soudain, une inquiétude vous prend : que faut-il faire maintenant ? Voici quelques éléments de réponses.

Tout d'abord, prenez contact avec l'association regroupant les experts judiciaires de votre cour d'appel. Il y en a toujours une, et on appelle ces associations des "compagnies pluridisciplinaires d'experts de justice". Mieux, adhérez-y immédiatement pour au moins bénéficier d'une assurance en responsabilité civile à bas coût (sinon, il vous en coûtera au moins 1200 euros, lire ce billet). La cotisation à cette association vous couvrira en plus de permettre à ses membres de s'offrir de bons repas une à deux fois par an (cela s'appelle une AG) et vous permettra d'assister à des formations (obligatoires ou en tout cas très fortement recommandées). Par contre, le niveau de conseils dans votre domaine d'activité est très fluctuant selon les compagnies.

Préparez vous ensuite pour votre prestation de serment (en général début janvier). Entraînez vous à dire "je le jure" à l'appel de votre nom, et ressortez le costume réservé aux grandes occasions (essayez le bien avant la prestation de serment, vous pouvez avoir des surprises. On ne se voit pas toujours tel que l'on est, et on oublie assez vite comment on a été).

Il faudra ensuite intégrer des listes de diffusion spécialisées dignes de ce nom. Dans mon domaine, il y a celle du LERTI, gratuite et de très bonne qualité. Vous pourrez y appeler à l'aide lorsqu'un magistrat trouvera très naturel que vous sachiez contacter le service légal d'Orange ou de Free pour leur transmettre une commission rogatoire afin de remplir la mission qui vous est demandée. Si vous êtes coincés par un problème technique compliqué (ou pas), il y aura toujours une bonne volonté pour vous renseigner.

Ensuite, il faudra suivre une formation sur la procédure expertale. Si vous n'avez aucune formation juridique, il me semble de bon conseil de vous dire d'acheter tous les ouvrages consacrés à l'expertise judiciaire que vous pourrez trouver, et à les étudier consciencieusement. Tout le monde n'est pas marié à une avocate...

Pour la veille concernant l'activité expertale, certains magistrats animent des groupes de discussion (je participe à l'un d'entre eux sur Google Groups) où toutes les informations publiées sur ce sujet sont remontées. Discutez-en dans votre compagnie pour savoir si c'est le cas dans votre cour d'appel.

Il faudra réfléchir à votre prix de marché concernant vos notes de frais et honoraires (lire ce billet par exemple), à votre structure juridique permettant d'établir des factures (j'ai choisi le statut d'auto-entrepreneur) et à votre déclaration fiscale (lire ce billet). Ne me contactez pas sur ces sujets que je ne maîtrise pas du tout : parlez-en avec votre compagn(i)e.

Enfin, il faudra attendre votre première désignation par un magistrat. Certains experts ne sont pas désignés du tout pendant leurs deux années de probation, ce qui ne manque pas de les laisser perplexes. Surtout que le dossier de renouvellement demande le nombre de missions effectuées... Mystère de la procédure.

Quoi qu'il arrive, je vous félicite d'avoir choisi de servir cette admirable administration qu'est la justice, et d'avoir été choisi. Faites honneur à votre serment, et restez indépendant.

Bon courage.

Et si vous avez des anecdotes à raconter, c'est par ici ;-)


Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/7402676744672589755/comments/default