PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

Les jeux olympiques d'été

dimanche 7 août 2016 à 21:22
J'ai toujours aimé les jeux olympiques d'été. Enfant, j'essayais de ne rater aucune compétition, enfin, aucune des compétitions retransmises à la télévision. J'ai admiré de nombreux athlètes dans des sports que je ne regardais nulle part ailleurs : haltérophilie, gymnastique, concours de saut d'obstacle, etc. Tous les sports me fascinaient et j'aimais beaucoup "l'esprit olympique", l'idée que je me faisais de la célèbre phrase de Pierre de Coubertin "l'important dans la vie n'est pas le triomphe mais le combat ; l'essentiel n'est pas d'avoir vaincu mais de s'être bien battu".

Je me souviens bien sûr de certains grands champions et grandes championnes, en particulier Nadia Comaneci aux jeux de Montreal de 1976, Jappeloup et Pierre Durand aux jeux de Séoul en 1988, et bien d'autres qui m'ont fait rêver. Mais je me souviens surtout de certaines images d'athlètes qui sont allés au bout d'eux-mêmes.

Je me souviens surtout de deux athlètes qui m'ont fait pleurer d'émotion. La première est une marathonienne qui est arrivée 20mn après la médaille d'or. Son courage et la force de sa volonté ont fait chavirer l'ensemble des spectateurs du stade. Elle s'appelle Gabriela Andersen-Schiess et participait à la première édition du marathon féminin, lors des jeux olympiques de Los Angeles en 1984. A l'époque, les marathoniens qui entraient dans le stade devaient faire un tour complet de piste pour finir la distance. Elle était tellement fatiguée qu'il lui a fallu 5mn et 44s pour faire le tour du stade sous les acclamations et encouragements du public. Des médecins la suivaient pas à pas et ne sont pas intervenus avant la ligne d'arrivée car ils avaient remarqué qu'elle transpirait encore, et donc que sa vie n'était pas en danger.

Voici la fin de son tour de piste en vidéo (à chaque fois, j'en ai les larmes aux yeux) :




Le deuxième athlète qui m'a marqué est originaire de Guinée équatoriale. Il a représenté son pays lors des jeux olympiques d'été de Sydney de 2000, lors de la compétition de natation en 100m nage libre. Il s'agit d'Eric Moussambani. Il avait obtenu son billet pour les jeux grâce à une dérogation pour les pays en voie de développement. Huit mois auparavant, il ne savait pas nager... Il n'avait jamais encore nagé 100m d'affilé et n'avait jamais vu de piscine de 50m, son entraînement ayant eu lieu dans une piscine d'hôtel de 20m. Son maillot et ses lunettes lui seront prêtés une heure avant l'épreuve par deux athlètes compatissants (source Wikipédia).

Sa course, magnifique de courage et d'honneur, a de plus la particularité d'avoir été effectuée seule dans la piscine olympique, les deux adversaires de sa série ayant été éliminés par un faux départ.

Voici sa course (merci de couper le son, les commentateurs français de l'époque ayant fait honte à leur profession) :




Le public dans les gradins n'a pas cessé d'encourager ce nageur inexpérimenté au style peu académique. Au terme de sa course, il est sorti sous des tonnerres d'applaudissements. "Les premiers 50m n'ont pas été très difficiles, mais pendant les 50 derniers j'étais vraiment inquiet et je pensais que je n'allais pas finir la course" avait-il alors expliqué à la presse. "Quelque chose est arrivé. Je pense que c'était le public qui m'encourageait. J'étais vraiment fier. Cela restera un moment inoubliable et j'ai vraiment apprécié les applaudissements du public. J'avais l'impression d'avoir remporté la médaille d'or" (source gentside.com).

Alors, faîtes comme moi : coupez le son des commentateurs, oubliez les bilans de médailles franchouillardes, et admirez les performances des athlètes pour ce qu'elles sont : un dépassement de soi.

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/4697429881005567001/comments/default


La vie sociale du n3rd

mardi 19 juillet 2016 à 16:37
Source image salemoment.tumblr.com
Emporté par ma passion pour mon travail et pour ma famille, j'ai progressivement, et sans m'en rendre compte, coupé les ponts avec la société "normale". Plus exactement, je ne tisse pas beaucoup de liens avec les personnes que je rencontre dans la vie de tous les jours : je ne participe pas à la fête des voisins, je ne sors pas le soir avec des collègues, je ne pousse pas très loin les relations qui se créent dans mes activités diverses : aviron, conseil municipal, etc.

J'aime passer mon temps libre dans mon bureau, à tester des logiciels, à monter et démonter des ordinateurs, à configurer des systèmes d'exploitation. J'aime aussi beaucoup lire de la science-fiction, surfer sur internet en rebondissant de sites en sites au gré de mes envies. J'aime apprendre, la physique me fait rêver, en particulier l'espace et ses mystères.

Difficile dans ces conditions de trouver quelqu'un avec qui partager.

Sans être misanthrope, je suis plutôt un handicapé social : je deviens un ours taiseux lorsque je suis dans un groupe d'humains, alors que je peux être extrêmement bavard si je rencontre une personne "réceptive" à mes passions...  Lorsque j'ai découvert la série Dexter, j'étais fasciné par la psychopathie du personnage principal, au point de vérifier (sur internet) que je n'en avais pas les symptômes précurseurs...

J'ai plutôt l'impression d'avoir régressé au stade pré-adolescent... Je n'ai pas/plus les codes qui me permettent de communiquer avec les autres dans la société.


Premier exemple : les vêtements.

Depuis ma tendre enfance, je cherche une tenue passe-partout pour ne pas me faire remarquer. J'ai la hantise d'être ridicule. Jeune, j'étais très intéressé par la science ET par les filles, MAIS pas par les vêtements. J'ai découvert très récemment que les chemises à manches courtes (les chemisettes) faisaient l'objet d'une fatwa, alors que je pensais bêtement qu'il s'agissait de chemises d'été. Je suis capable de mettre des chaussettes dans des chaussures bateaux, uniquement parce que cela me fait moins mal aux pieds... J'ai du mal à assortir les couleurs convenablement, j’achète les jeans par trois pour minimiser la corvée d'essayage dans les magasins...

Bref, j'ai résolu le problème en adoptant quelques tenues "types" discrètes et passe-partout, validées par mon épouse qui a bien du mérite. Un peu comme John Gray dans le film "9 semaines 1/2" (et oui, ma femme est aussi belle qu'Elizabeth McGraw !).


Deuxième exemple : les rencontres Twitter.

Pour garder le contact avec les humains, les informaticiens ont développé un outil fantastique qui s'appelle internet. Une interconnexion de réseaux informatiques qui permet de relier entre eux tous les types de terminaux, quelques soient leurs connecteurs et leur système d'exploitation. Et sur ces terminaux s'exécutent des applications (que l'on appelait auparavant des "programmes", et que certains appellent, par glissement sémantique, des "algorithmes"). Parmi les applications qui relient les humains (les réseaux sociaux), celle que j'utilise principalement est Twitter.

A mes débuts sur Twitter, j'ai fait beaucoup d'expériences pour tester l'application, son fonctionnement technique, mais aussi les interactions qu'elle permet, et le monde underground qu'elle génère. J'ai même tout cassé en 2012 en me trompant de compte lors de mon test d'achat de followers (lire ce billet). Aujourd'hui, je me contente de lire les tweets des influenceurs que j'ai sélectionnés, je retweete les tweets qui me semblent intéressants et je tweete (très peu) les liens que je souhaite partager.

Twitter permet de créer des interactions qui n'auraient presqu'aucune chance d'arriver dans la vie réelle. J'ai pu échanger quelques caractères avec des personnes que j'aurais eu beaucoup de mal à approcher IRL. Puis, petit à petit, j'ai rejoint, en observateur, plusieurs communautés de twittos que j'apprécie.

Un jour, l'une de ces communautés a organisé une rencontre IRL : la rentrée Saoulennelle, réservée aux juristes. J'ai réussi à m'y faire accepter et j'ai pu m'y rendre les deux fois où elle a été organisée. Moi qui n'ai pas connu les grandes heures de Paris Carnet... Cela a été pour moi deux occasions de rencontrer en chair et en os des personnes dont j'apprécie sur Twitter la vivacité d'esprit, l'intelligence, la tendresse ou alors la truculence : @MaitreMo (et sa charmante femme), @Maitre_Eolas, @judge_marie (et son charmant mari @maitreTi), @Tinkerbell_ring, @jugedadouche, et plein d'autres.

Mais tant d'esprits brillants, pour mon esprit d'escalier et ma timidité naturelle, c'est assez troublant et gênant. Je ne suis pas un fin bretteur de la langue française, ni un esprit brillant en société sur les sujets d'actualité. Vous ne verrez mon œil s'éclairer que sur des sujets abscons n'intéressant personne ou si peu. Au point que quand une personne s'adresse à moi, je me demande "suis-je un fat, ou serait-il vrai qu’elle a du goût pour moi" ? Si vous ajoutez à cela le fait que j'ai le tutoiement difficile, la casquette facile, un phrasé lent sinon amphigourique, et un grand corps maladroit, vous comprendrez le piteux spectacle que je donne en brillante société.


Finalement

Les années passent et je ne m'en sors pas si mal. Je suis heureux comme ça et je pense donner un peu de bonheur autour de moi. Mes enfants ne me détestent pas trop (même s'ils ont plus de lucidité sur leur père maintenant qu'ils sont grands), mon épouse me supporte et je fais des efforts de sociabilisation.

Peut-être ne suis-je pas un n3rd authentique, mais un "quitenerd", car si j'ai sans doute la nostalgie de ma période "enfant roi", je sais donner du temps aux autres et m'intéresser à eux. Mon métier de directeur informatique et technique en est la meilleure preuve, ainsi que mon activité de conseiller municipal.

J'évacue mon côté n3rd sur ce blog qui me sert de défouloir pour parler des choses qui m'intéressent et pour pouvoir faire mon intéressant, discrètement.

Zythom.qn

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/4776635914072663195/comments/default


Dans la peau d'un nerd

jeudi 7 juillet 2016 à 13:06
Depuis de nombreuses années, je me considère plus comme un nerd que comme un geek.

Extrait de la page Wikipedia consacrée à la définition de nerd :
Un nerd est, dans le domaine des stéréotypes de la culture populaire, une personne solitaire, passionnée voire obnubilée par des sujets intellectuels abscons, peu attractifs, inapplicables ou fantasmatiques, et liés aux sciences (en général symboliques, comme les mathématiques, la physique ou la logique) et aux techniques - ou autres sujets inconnus aux yeux de tous.

Apparu à la fin des années 1950 aux États-Unis, le terme est devenu plutôt péjoratif, à la différence de geek. En effet, comparé à un geek qui est axé sur des centres d'intérêts liés à l'informatique et aux nouvelles technologies, un nerd est asocial, obsessionnel, et excessivement porté sur les études et l'intellect. Excluant tout sujet plus commun ou partagé par ses pairs académiques, il favorise le développement personnel d'un monde fermé et obscur. On le décrit timide, étrange et repoussant.

Je dois dire que cette définition me correspond plutôt bien.

Aussi loin que remontent mes souvenirs, j'ai toujours été attiré par les sciences en général et par l'informatique en particulier. Je garde un souvenir brûlant d'un exposé en classe de seconde sur un sujet libre et où j'ai présenté avec passion le principe de fonctionnement d'un Tokamak. Non pas que je comprenais grand chose à ce que je présentais, mais que je puisse avoir l'idée de faire cette présentation à ma classe et, en plus trouver cela passionnant, a sidéré mes camarades et ma professeure de physique.

J'adorais lire des articles du magasine "Pour La Science" auquel j'étais abonné et dont j'attendais avec impatience l'arrivée dans la boite aux lettres familiale. J'étais passé maître dans l'art du démontage des appareils électroniques (y compris des postes de radio à tubes, oui, j'ai plus de cinquante ans...). J'aimais beaucoup les énigmes de mathématique et en particulier les paradoxes. Je faisais des expériences de chimie dans ma chambre (et ma moquette s'en est longtemps souvenue, surtout dans ma période "feu de Bengale"...).

Personne ne pouvait rivaliser avec moi dans la création de programmes de moins de cinquante "pas" capable de tenir dans ma calculatrice programmable TI-57. C'est ainsi que j'ai découvert la programmation (j'en parle dans ce vieux billet). De nerd, je suis devenu n3rd...

Bien entendu, j'étais obligé d'avoir une double vie : solitaire et secrète chez moi, et sociale à l'école. Car malgré tout, j'étais intégré dans la vie sociale, et j'étais me semble-t-il plutôt populaire. Pourtant, j'avais un réel défaut : j'étais à la recherche de l'Amour et de l'Amitié, façon chevaleresque.

Pour l'Amour, j'ai eu la chance de rencontrer la femme de ma vie, et elle me supporte (dans les deux sens du terme acceptés maintenant) depuis 23 ans.

Pour l'Amitié, je dois avouer que je n'ai jamais rencontré quelqu'un avec qui vivre une relation comme celle qui liait Montaigne et La Boétie.

La Boétie : "L’amitié, c’est un nom sacré, c’est une chose sainte : elle ne se met jamais qu’entre gens de bien et ne se prend que par mutuelle estime, elle s’entretient non pas tant par bienfaits que par bonne vie. Ce qui rend un ami assuré de l’autre, c’est la connaissance qu’il a de son intégrité : les répondants qu’il en a c’est son bon naturel, la foi et la constance. Il ne peut y avoir d’amitié là où est la cruauté, là où est la déloyauté, là où est l’injustice"

Montaigne : "Au demeurant, ce que nous appelons ordinairement amis et amitiés, ne sont qu’accointances et familiarités nouées par quelque occasion ou commodité par le moyen de laquelle nos âmes s’entretiennent [NdZ: Facebook n'existait pas encore!]. En l’amitié de quoi je parle, elles se mêlent et se confondent l’une en l’autre, d’un mélange si universel qu’elles s’effacent et ne retrouvent plus la couture qui les a jointes. Si l’on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne se peut exprimer qu’en répondant : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi ». 5Il y a, au-delà de tout mon discours et de ce que je puis dire particulièrement, je ne sais quelle force inexplicable et fatale médiatrice de cette union. Nous nous cherchions avant que de nous être vus et par les rapports que nous oyions l’un de l’autre qui faisaient en notre affection plus d’efforts que ne le porte la raison des rapports, je crois par quelque ordonnance du ciel ; nous nous embrassions par nos noms. Et à notre première rencontre, qui fut par hasard en une grande fête et compagnie de ville, nous nous trouvâmes si pris, si connus, si obligés entre nous que rien dès lors ne nous fut si proches que l’un à l’autre."

Quand j'ai fait le constat, à table devant mes enfants, que personne ne traverserait la France pour moi en cas de problème grave (ou moi pour lui ou elle), qu'en fait je n'avais pas de véritable ami, ils m'ont répondu en chœur :
"prend un Curli".

Au moins, ça m'a fait sourire ;-)



Dans le prochain billet, je vous parlerai de la vie sociale du n3rd, façon Zythom.

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/7938491128050494235/comments/default


La gratuité des expertises judiciaires - 2e partie

mercredi 22 juin 2016 à 11:36
En janvier dernier, j'ai écrit un billet intitulé "la gratuité des expertises judiciaires", qui m'a valu pas mal de remarques de mes confrères experts judiciaires, positives et négatives.

Je me posais la question de la gratuité du travail de l'expert judiciaire.

J'ai bien réfléchi à mon cas particulier :
- je suis un tout petit expert judiciaire de province ;
- je ne représente personne d'autre que moi ;
- je ne suis adhérent à aucune compagnie d'expert de justice ;
- je suis fier de proposer mes connaissances informatiques aux magistrats qui souhaitent un éclairage dans leur dossier ;
- j'ai deux autres métiers qui me nourrissent correctement (directeur informatique et technique, et consultant informatique) ;
- j'ai toujours la volonté farouche d'aider les enquêteurs dans la recherche de la vérité ;
- j'ai les moyens financiers de payer mes frais fixes annuels sans l'aide de personne (lire le billet intitulé "le prix de la liberté", ces frais sont constitués essentiellement par 1200 euros d'assurance en responsabilité civile).

J'aime beaucoup la légende du Colibri racontée par Pierre Rabhi :
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »
Je constate un déclin terrible des moyens financiers que les politiques mettent à la disposition de la justice française, dans l'indifférence générale. Tout le système judiciaire est atteint. Je suis de moins en moins désigné (peut-être parce que je ne suis pas apprécié, mais aussi peut-être pour faire des économies, je ne peux pas savoir). Les discussions que je peux avoir avec des magistrats, des greffiers, des avocats ou des OPJ me confirment l'état de délabrement de l'institution, sans parler de son épuisement.

J'ai donc pris la décision de réaliser gratuitement toutes les expertises judiciaires pénales qui me seront demandées par les magistrats de mon ressort.

Cela signifie que je vais prendre en charge moi-même le temps passé, mes frais de déplacements, les logiciels achetés, les matériels achetés (disques durs, bloqueurs, connectique diverse) et bien entendu mon assurance en responsabilité civile. Le temps passé avec les magistrats instructeurs ou les OPJ sera pris sur mes congés payés de salarié.

Ce sera ma modeste contribution.

Je me considère déjà largement rétribué par le prestige de l'inscription sur la liste des experts judiciaires et les missions privées que cela m'a apportées.

Et si en plus ça me permet d'éviter d'utiliser Chorus ;-)

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/7310639168107914081/comments/default


La petite fille et le réseau Tor

vendredi 10 juin 2016 à 12:56
Le gendarme dépose le scellé dans l'entrée. Je lui propose de prendre un rafraîchissement. "Je veux bien un verre de jus d'orange" me dit-il. Nous discutons de la difficulté de son métier, du manque de moyens, surtout en matière numérique.

A un moment, il me dit : "j'ai vu que le scellé que je vous ai amené concernait un dossier pédopornographique". Je hoche la tête sans laisser apparaître d'émotion particulière. En me saluant sur le pas de ma porte, il ajoute "vous savez, j'ai moi aussi des enfants..."

Je le regarde partir.

Le soir venu, je ferme la porte de mon bureau à clef pour éviter l'intrusion joyeuse de mes enfants (mes écrans sont visibles depuis la porte de mon bureau), et je commence le rituel de l'ouverture d'un scellé : photos, prises de notes, etc. Comme à chaque fois, j'essaye d'ouvrir l'ordinateur sans briser le scellé, petit défi personnel avec l'OPJ qui a réalisé le scellé. Cette fois-ci j'arrive à faire glisser la vieille ficelle sans la casser. Petite victoire inutile.

Comme souvent, l'intérieur de l'ordinateur a sa propre odeur. Un mélange de tabac et de poussières un peu particulier. J'extrais le disque dur, je vérifie qu'il n'y a rien dans le lecteur de DVD, et qu'il n'y a pas de support original de stockage.

Être expert judiciaire en informatique ne fait pas de moi un superman de la technologie. Je suis loin d'avoir les compétences d'un roxor du SSTIC ou d'un agent de l'ANSSI. Mais j'ai un atout sur eux : j'ai le temps. Je place le disque dur du scellé dans mon ordinateur de prise d'image et démarre la copie.

Pendant que la copie s'effectue, je commence la rédaction du rapport, le tri des photos et des notes déjà prises, la mission confiée par le magistrat instructeur. Je dois vérifier la présence d'images ou de films de nature pédopornographique sur le disque dur, et si possible en déterminer la source de téléchargement.

Le week-end suivant, je m'enferme à nouveau dans mon bureau et je commence à analyser les images et les films. Il y a toutes les images miniatures de type thumbnail, très nombreuses et très instructives car rarement effacées. Il y a les fichiers effacés, les fichiers archives, les fichiers chiffrés.

Des images de vie de famille, avec son lot de mariages, de fêtes, de vacances. Des films piratés plus ou moins récents. Puis viennent toutes les images pornographiques, en cache des navigateurs ou bien rangées dans des dossiers aux noms explicites. Et dans toute cette sexualité visuelle, je tombe sur toute la gamme de photos pédopornographiques...

Je regarde, triste et ému aux larmes, les visages de ces enfants maltraités, torturés, qui ont perdu trop tôt leur enfance. Je classe les images et les films par âge apparent supposé. Parfois le nom du fichier m'aide un peu : moins de cinq ans, moins de sept ans, moins de dix ans... Une petite fille revient de temps en temps, avec son sourire forcée et son regard triste. J'en ai déjà parlé sur ce blog : je l'ai appelé Yéléna. Les images sont difficiles à regarder, les films encore plus. Avec le temps, je me suis un peu endurci et mon corps ne réagit plus. La petite fille sourit pendant qu'un homme s'approche d'elle avec un sexe bien trop grand pour elle. Je continue mon classement, seul dans mon bureau. Je regarde passer quelques blagues sur Twitter. Je n'arrive pas à sourire.

Je n'oublie pas la mission qui m'est confiée : trouver les images et films pédopornographiques et essayer de savoir d'où elles viennent.

J'établis la liste de tous les programmes installés ou ayant été installés sur le disque dur de l'ordinateur. Plusieurs attirent mon attention : du VPN, du Tor-browser, du P2P, du FTP et bien entendu tous les navigateurs.

Une fois cette liste établie (à partir de l'explorateur de fichiers, de la liste des fichiers effacés et des ruches de la base de registres), je m'attelle à analyser l'historique disponible pour chaque programme. Les choses sont plutôt intéressantes : le réseau Tor est utilisé après connexion à un VPN (ce qui signifie que même le point d'entrée vers le réseau Tor est masqué). Cependant, étant en possession du disque dur de l'utilisateur, j'ai accès à la majeure partie de l'historique des connexions, et l'utilisateur ne maîtrise pas assez les traces qu'il laisse sur son propre disque pour être complètement furtif. J'ai accès à la trace de différents téléchargements, aux noms des services utilisés et aux mots de passe employés.

Je me doute bien que les serveurs utilisés auront disparu rapidement, et je ne me risque pas à le vérifier. Je n'ai pas envie que mon adresse IP apparaisse dans un serveur NSA au détour d'une DPI quelconque. La France étant particulièrement bien équipée également en la matière, je n'aimerais pas que le gendarme venu me déposer le scellé revienne pour mettre mes propres ordinateurs sous scellés...

Je rédige mon rapport pour être le plus clair possible. Entre deux paragraphes, mon esprit fatigué s'évade et je regrette qu'un outil créé pour lutter contre la censure soit détourné pour un usage de cette nature. En imprimant une sélection des photos gravées sur les DVD que je joins au rapport, je tombe sur Yéléna et son sourire triste. Je me souviens alors que son prénom signifie en russe "éclat du soleil", que Tor est également le dieu du tonnerre dans la civilisation nordique, et par association d'idée me vient l'image d'un de mes films cultes de ma jeunesse : "Métal Hurlant" (voir l'illustration de ce billet, cliquez sur l'image pour l'agrandir). Je me surprends à sourire.

On peut sourire de tout.













Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/4163714612557700219/comments/default