PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

25 ans dans une startup - épilogue

lundi 18 mars 2019 à 05:00
Introduction - billet n.62

Quand j'ai écrit l'introduction de cette série de billets, en juin 2018, je n'avais pas encore trouvé d'emploi, et je ne savais pas comment la série allait se terminer. J'avais besoin d'écrire sur tout ce que j'avais ressenti pendant cette période pour évacuer tout ce mal être qui menaçait de m'envahir.

J'avais à l'époque deux chemins possibles : soit je trouvais un nouveau travail passionnant, soit je ne trouvais pas de nouvel emploi et il me fallait transformer celui que j'occupais en travail passionnant.

Après tout, j'ai parfaitement conscience que le différent stratégique que j'ai eu avec mon directeur général est assez banal, même si je l'ai mal vécu, et que j'aurais pu/dû le surmonter.

Lorsque j'ai donné ma démission, j'ai tenu à ce que les raisons de mon départ ne soient connues que par la DRH et le directeur général. Pendant sa période de préavis, le salarié conserve un devoir de loyauté envers son employeur. Je ne voulais pas semer la zizanie dans la startup, en étalant un différend stratégique qui pouvait décrédibiliser la direction, je n'ai donc parlé à personne des raisons exactes de mon départ, expliquant qu'une proposition d'emploi que je ne pouvais pas refuser m'avait été faite dans une belle entreprise (ce qui n'est pas complètement faux).

C'est aussi la raison de l'arrêt de la publication des billets en octobre 2018 et du mystérieux billet n°37.5 qui se terminait par ces mots :
2019 sera pour moi une année de grands changements. Le blog va également changer d'orientation. J'en parlerai dans l'épilogue de la série des "25 ans dans une startup". Merci pour votre patience.
J'ai effectué ma période de préavis de trois mois, en terminant le plus proprement possible tous les projets que j'avais engagés, en formant du mieux que je pouvais, comme je l'ai toujours fait, mon nouveau chef de projets. J'ai également eu la chance de pouvoir côtoyer ma successeure pendant deux mois et lui transmettre le plus d'informations possibles, y compris tout le savoir informel accumulé pendant 25 ans. J'ai pu la présenter aux réseaux professionnels d'échanges de bonnes pratiques auxquels j'ai participé et que j'ai pu apprécier pendant tant d'années.

Le plus difficile pendant cette période de préavis a été de ne pas pouvoir démarrer les projets importants de transformation numérique que j'avais détaillés dans le schéma directeur présenté au personnel de la startup, faute de pouvoir en assumer le bon déroulement et les difficultés. Les derniers jours ont également été très éprouvants, car je quittais certaines personnes que j'avais beaucoup appréciées (et sans pouvoir leur dire pourquoi j'abandonnais le navire).

Et au mois de janvier 2019, j'ai donc démarré un nouveau métier, en prenant un poste de RSSI dans une grande école de commerce qui m'a fait confiance. Le défi est important, car non seulement je change de métier, mais aussi d'entreprise, de collègues, de région, de mode de vie... Jusqu'ici tout va bien, et l'avenir dira si j'ai bien fait ou si je me suis lamentablement vautré... L'année 2019 sera pour moi, de toutes manières, une année de grands changements. Je vais commencer par essayer de finir correctement ma période d'essai...

En écrivant cette histoire, je ne pensais pas qu'elle aurait autant de succès parmi les lecteurs de ce blog. J'en ai été surpris. Il s'agissait surtout pour moi d'un travail d’autothérapie par l'écriture, mais je ne vais pas me plaindre, et j'espère que quelques-uns d'entre vous, surtout parmi les plus jeunes, pourront en tirer des leçons profitables. Merci aussi pour tous vos emails de soutien, les échanges et les interactions.

Le blog va changer d'orientation. La thématique va changer : je voudrais partager avec vous ma découverte du monde de la sécurité informatique. C'est un monde où la discrétion est reine, où les échanges sont plutôt souterrains et où la technique est très importante. C'est drôle, c'est exactement comme l'univers des experts judiciaires...

Justement, à propos des expertises judiciaires, du fait des difficultés que je rencontrais dans la startup, j'ai énormément diminué mon activité expertale, en renvoyant toutes les demandes vers des experts compétents et disponibles. Je vais attendre de voir un peu comment se passe cette année 2019, mais sans doute m'acheminé-je doucement vers une fin d'activité et un non-renouvellement de mon inscription sur la liste des experts judiciaires. Quand j'ai commencé en 1999, j'avais 35 ans et je ne comprenais pas comment le suivant en âge de la liste pouvait avoir 20 ans de plus que moi dans un domaine aussi technique et changeant que celui de l'informatique. J'ai aujourd'hui cet âge-là et, même si je me sens encore dynamique, je pense qu'il faut savoir laisser la place et ne pas finir par porter ce titre d'expert judiciaire uniquement pour la carte de visite. On verra bien. Je me donne un an pour prendre une décision.

Concernant le télétravail, c'est un sujet dont je parlerai dans un billet dédié, tant j'ai été surpris par la difficulté que l'auto-discipline demande. Heureusement, j'ai été bien conseillé et je ne m'en sors pas trop mal.

La téléfamille, c'est plus difficile. Là aussi j'en parlerai dans un billet dédié.

Merci à tous ceux et à toutes celles qui m'ont lu jusqu'ici.
Je transmets également mon bonjour aux anciens collègues qui me lisent ici (j'ai les noms ;-)

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Tweet du 5 janvier 2019. Maintenant vous faites partie de ceux qui savent ;-)

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/3899966031385702868/comments/default