PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

En vrac

jeudi 19 septembre 2013 à 18:31
#0
C'est la première année où je vais effectuer plus d'expertises privées dans le cadre de mon activité free-lance (lire ce billet) que d'expertises judiciaires. Un signe de l'âge des temps ?

#1
J'ai une sœur formidable qui a repris le flambeau de mes parents (tous les deux instituteurs) : elle est professeur des écoles en maternelle dans une ZEP. Comme ce billet décrit exactement son travail, je vous en recommande la lecture.

#2
Je suis toujours en train de passer des entretiens pour voir ce que je vaux sur le marché du travail. Négatif côté ANSSI (dommage, j'aurais aimé travailler avec des roxors), négatif côté Google, négatif pour l'instant côté EADS... Je continue ma crise de la cinquantaine en cherchant tranquillement. Mais je ne me fais pas trop d'illusion: beaucoup de structures préfèrent investir dans la jeunesse pas trop chère. Alors, je réfléchis de plus en plus à développer mon activité d'indépendant pour voir si je peux sauter le pas (voir point #0). Encore faut-il en avoir le courage !

#3
Mon utilisation de Twitter a sensiblement évolué : je poste de moins en moins de tweets et devient de plus en plus un lecteur passif des conversations des autres. C'est assez frustrant. Mais j'ai de moins en moins de choses à dire et toujours autant de choses à apprendre. C'est ainsi. N'hésitez pas à me suivre (@Zythom), vous êtes sur de ne pas voir votre TL floodée... Par contre, je vous préviens, je RT des tweets qui peuvent être vieux de la veille, voire de plusieurs jours ;-)

#4
Le blog en version anglaise/américaine se développe. Je remercie tous les traducteurs bénévoles pour leur travail. Il y a au moins cinq billets dans les tuyaux à paraître bientôt. Il ne me reste plus qu'à trouver un Maître Eolas américain qui me prendrait dans sa blogroll sous son aile...

#5
Le billet précédent, intitulé "je suis trop faible", a fait réagir beaucoup de monde, en commentaire ou par email. Je vous remercie tous ! J'espère ne pas avoir inconsciemment abusé du procédé rhétorique qu'on appelle chleuasme, mais vos messages d'encouragement m'ont fait du bien: vous êtes mon groupe de soutien :-)

#6
Côté "défis des potes", le prochain est une participation au marathon de Jersey dans 16 jours. Je cours un relais de 7,5 km dans une équipe de 5... Je déteste courir, j'ai mal partout depuis une semaine que je m’entraîne. Mais c'est toujours pour la bonne cause, pour lutter contre le crabe.

#7
Dans six mois se dérouleront les élections municipales. J'en parlerai peu sur ce blog, mais je postule pour repartir pour une nouvelle mandature de conseiller municipal. Et peut-être comme adjoint au maire cette fois. On verra bien, car contrairement à la dernière fois, il y aura une ou plusieurs listes face à nous. En tout cas, les coups bas ont déjà commencé avec des accusations mensongères dans la presse o_O. Welcome IRL.

#8
Côté pro, la rentrée des étudiants s'est bien passée. Les dégâts liés à l'incendie de la mi-août ont été réparés. J'ai fini mes cours et TD de présentation des systèmes informatiques et techniques. J'aime bien remettre pendant une semaine ou deux ma vieille casquette de professeur, mais je préfère quand même me concentrer sur la maintenance et le développement des systèmes de l'école.

#9
Les enfants grandissent et m'apportent joie, fierté et amour. J'en parlerai de moins en moins sur ce blog pour les laisser développer leur propre vie numérique et respecter leur vie privée. Un pseudo ne cache pas grand chose. Je verse quand même une petite larme en pensant à l'un de mes premiers billets, écrit en 2006, et qui expliquait pourquoi j'ouvrais ce blog. La petite fille de 12 ans dont je parlais alors est en étude de médecine maintenant...

#A
Je n'ai pas encore pu faire le saut en parachute que mes amis m'ont offert cet été pour mes 50 ans. J'ai dépensé tout l'argent pour profiter des vacances avec ma femme et mes enfants. On ne vit qu'une fois et maintenant la cigale mange des pâtes... Mais je ne désespère pas le faire en 2013. J'ai choisi de faire au moins le premier saut des six sauts prévus dans une PAC. Pour l'instant, je regarde les autres le faire en vidéo. Vivement que je puisse m'élancer, tenu à bout de bras par un instructeur !

#B
J'avance très doucement sur mon retour dans les réseaux de neurones. Je passe trop de temps avec mon fils sur Xbox360 sur les différents Call of Duty... Il me reste deux enfants à la maison, j'essaye d'en profiter au maximum sans les envahir. Après, il sera trop tard ! Et je pourrai toujours revenir sur mes rêves de chercheur dans cinq ans. Stay tuned.

Si vous avez cliqué sur tous les liens de ce billet, vous avez ma considération distinguée ;-)

--------------------------------------
Source photo JSBG : les animaux sautent aussi en parachute...


Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/6605212522305147412/comments/default


Je suis trop faible

jeudi 12 septembre 2013 à 13:34
Je suis fasciné par son regard d'une infinie tristesse, malgré son sourire forcé. Le visage de cette petite fille est rempli, dévoré par ses deux grands yeux marrons. J'ai son visage sur des dizaines de photos, prises sous des angles différents. Elle regarde parfois l'objectif, parfois dans le vide. Le plus dur, c'est quand ses yeux plongent dans les miens.

Sur chaque photo d'elle, un sexe d'homme. Près de son visage, dans sa bouche ou dans ses mains. Sans être médecin, je lui donne cinq ou six ans. Je suis en pleine expertise judiciaire sur des photos pédopornographiques.

Je suis seul dans mon bureau, chez moi, porte fermée, avec interdiction donnée à mes enfants de me déranger. Je les entends passer près de ma fenêtre en riant. Il fait beau, c'est un beau week-end de printemps.

Nouvelle photo, toujours d'elle. Ses grand yeux m'obsèdent. Son petit corps nu semble si fragile qu'on a envie de la protéger, de traverser l'écran pour empêcher cet homme de l'approcher, de lui faire du mal, de la violer. Mais je suis impuissant à agir, je ne peux que regarder et prendre des notes pour mon rapport.

J'ai honte de ma faiblesse, de mes réactions, de ma sensiblerie. Tant de personnes travaillent dans des conditions difficiles: médecins, pompiers, gendarmes, policiers... Mais ils se soutiennent, se parlent, échangent, évacuent par des mots les horreurs qu'ils cotoient.

Moi, je suis seul. Je n'ai pas de formation pour gérer ce que je ressens, ce que je vois. Je suis un simple informaticien qui aide la justice. Je n'ai que ce blog.

Photo suivante. Cela fait maintenant trois heures que mon cerveau absorbe ces images, que je les inventorie. Je fais une pause, je ferme les yeux. Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à contenir mes larmes ? Je suis un homme, je dois savoir gérer mes émotions. Je laisse la crise passer. Je suis un homme, rien de ce qui est humain, je crois, ne m'est étranger (Térence).   
Je suis un faible.

Je reprends mes investigations, un peu apathique. Rien ne m'oblige à passer autant de temps sur chaque photo. J'accélère la visualisation. D'autres filles, d'autres visages, d'autres âges, d'autres hommes, tant de positions.

Il est tard, la nuit est avancée. Je termine mon rapport, je rédige les annexes, grave les DVD. Pour faciliter la lecture du rapport papier par les OPJ, greffiers et magistrats, j'évite les illustrations, je les repousse en fin de rapport, en annexe.

J'ai choisi quelques photos parmi les plus marquantes.
J'ai choisi celles où cette enfant regarde l'appareil photo avec ses grands yeux tristes, avec dans la bouche ce sexe aussi grand que sa tête.

J'ai encore cette image dans la tête.
Il faut que j'arrive à gérer mes émotions.
Les autres experts y arrivent bien.
Je suis trop faible.

---------------------------------------
Source photo: chilloutpoint.com

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/5803019724139108913/comments/default


L'incendie

mardi 3 septembre 2013 à 17:07
Samedi 17 août. C'est mon avant dernier jour de vacances et je suis en train de me faire un tour de rein déménager ma fille aînée à 200 km de chez moi. Il est midi et demi, je reçois un coup de fil du gardien de l'école: un incendie s'est déclaré dans les locaux...

Le téléphone a cette faculté de pouvoir vous faire voyager instantanément d'un point à un autre du globe. Me voici donc d'un seul coup au travail en train de gérer un cas d'urgence, avec dans les mains une boite de rangement d'étudiante en médecine pleine d'os de tailles diverses...

J'arrive à établir rapidement la chronologie: à 11h55 le disjoncteur général de l'établissement s'est enflammé, dans un local technique hors des locaux, ce qui a déclenché l'alarme incendie. La centrale du système de sécurité incendie a aussitôt envoyé un message au gardien de l'école et à la société de gardiennage. 11h56, le gardien constate un dégagement de fumée dans le local technique désigné par le système de sécurité incendie et appelle aussitôt les pompiers.

Quelques minutes plus tard, ceux-ci sont sur place et appellent les agents d'ERDF pour qu'ils sécurisent le local Très Haute Tension (15 000 v). L'incendie s'est entre temps éteint de lui-même. L'ensemble du quartier est privé d'électricité.

C'est à ce moment-là, vers 12h30, que le gardien m'appelle sur mon lieu de vacances pour rendre compte de l'incident. Nous sommes samedi, l'école doit ouvrir lundi ses portes aux étudiants, aux chercheurs et au personnel. Plus précisément, nous sommes samedi 17 août, c'est-à-dire en plein pont de la semaine du 15 août... La semaine où le moins de gens travaillent dans les entreprises en France. Bien bien bien.

Je suis responsable informatique ET technique, c'est-à-dire que j'ai en charge le bon fonctionnement technique des locaux et des appareils de l'établissement. Le bon fonctionnement, aujourd'hui, cela signifie également son alimentation correcte en électricité: pour les ordinateurs, pour les serveurs, pour les actifs réseaux, pour les imprimantes, pour les téléphones, pour la centrale de sécurité incendie, pour les portes coulissantes, pour les systèmes d'ouverture par badge... Bref, pour tout.

Mais à distance, je ne peux pas faire grand chose. Je demande donc au gardien de me tenir au courant de l'évolution des événements. Je raccroche. Une demi-heure se passe, il me rappelle: les agents d'ERDF ont isolé l'école dont les équipements électriques Très Haute Tension sont hors service et rétabli le courant pour le reste du quartier. A charge pour moi de les recontacter dès que les réparations seront effectuées, puisque le matériel incendié appartient à l'école qui bénéficie d'un tarif vert. Les pompiers sont partis, les agents d'ERDF également, l'école est sans électricité, le gardien est tout seul... Bien bien bien.

Premier bilan: il n'y a pas de blessé, l'incendie a fait des dégâts très localisés, l'école n'a pas d'électricité, le Plan de Continuité d'Activité de la salle serveurs a bien fonctionné: notre groupe électrogène a démarré dès la coupure de courant, alimentant ainsi les onduleurs qui maintiennent la salle serveurs et les accès internet sous tension. Le temps que la cuve de gazole se vide...

L'école a des liens très fort avec les collectivités locales: ville, communauté d’agglomération, conseil général, région... J'ai dans mon téléphone mobile plusieurs numéros de cellules d'urgence de ces entités. J'appelle un premier numéro, pas de réponse, un deuxième, pas de réponse, un troisième qui sonne, sonne, sonne dans le vide, et miracle, une personne décroche. Je suis à la cellule d'urgence du conseil général. J'explique mon cas à la personne, qui visiblement utilise un talkie-walkie (!). Là, très calmement, il m'explique qu'il dispose d'une liste de personnes à contacter et qu'il va les appeler. Je laisse mes coordonnées et je raccroche.

J'ai le coeur qui bat très fort.

Peu de gens s'en rendent compte, mais on demande souvent l'impossible aux services supports. Ma mission est de faire fonctionner l'école, quelles que soient les difficultés. Les étudiants comptent sur moi, les chercheurs comptent sur moi, les enseignants comptent sur moi, les personnels administratifs comptent sur moi... Mais pour l'instant, tout le monde est en vacances, et personne ne se doute du problème qui se pose à moi: comment alimenter l'école en électricité au plus vite, en cette fin de semaine du 15 août!

Quelques minutes après, le téléphone sonne. Un technicien du conseil général est sur place, avec son chef de service et constate les dégâts et le problème. Il me propose de contacter une entreprise qui dispose de GROS groupes électrogènes et de voir s'ils peuvent être disponibles pour lundi matin. Il me donne leurs coordonnées, ainsi que celles d'une entreprise de transport susceptible de pouvoir les livrer. Le cœur battant (et les mains dans les cartons de déménagement), j'appelle l'entreprise, qui répond, qui dispose de deux groupes électrogènes de fortes puissances et qui me les réserve. J'appelle l'entreprise de transport, qui répond et qui accepte de livrer les deux groupes. J'apprendrai ensuite que c'est le patron en personne et son fils qui se sont chargés de la livraison lundi 19 août, en pleine quinzaine de fermeture de l'entreprise...

J'envoie alors un SMS à mon chef pour lui résumer la situation et le tenir au courant des problèmes et des solutions mises en œuvre. J'ai conscience d'avoir de la chance.

J'ai passé un mauvais dimanche (mais meilleur que celui du gardien dans l'école sans électricité).

Lundi, le personnel et les étudiants découvraient une école sans électricité, et les vertus du rangement de bureau au retour de vacances. La salle serveurs fonctionnait toujours, alimenté par notre groupe électrogène de secours. Lundi, les deux groupes électrogènes étaient livrés, installés, raccordés et démarrés. Lundi soir, l'école disposait d'un des bienfaits du XXe siècle: l'électricité.

Tout le monde poussait un ouf de soulagement.
Sauf moi.

Combien de temps cela allait tenir?
Quelle est l'autonomie des cuves des groupes électrogènes?
Combien de temps pour effectuer les réparations du disjoncteur THT?
A quel prix?
Bref, la reprise était compliquée.

Le constructeur a été contacté pour savoir s'il disposait de pièces de rechange sur du matériel vieux de 20 ans. Réponse: non, mais j'ai du neuf si vous changez tout. Après avis d'ERDF qui impose une remise aux normes de tout le matériel en cas d'incident de ce type, la décision de tout changer a été prise. Rendez-vous a été pris avec le constructeur pour obtenir à prix raisonnable le matériel miraculeusement en stock (sinon temps d'attente = 12 semaines, usine fermée en août), et rendez-vous a été pris avec les différentes entreprises (livraison, démontage, installation, raccordement), dont ERDF qui a été exemplaire sur ce problème.

Deux jours et demi plus tard, l'un des deux groupes tombait en panne d'essence (à 2h30 du matin) suite à la panne d'une pompe de transfert du gazole. 1000 litres consommés en 2,5 jours, soit 400 litres par jour et par groupe, soit 800 litres de gazole par jour pour les deux groupes... Mon cœur et mon plan RSE en étaient malades.

Le dimanche 25 août, un imbécile stoppait l'un des groupes en appuyant sur l'arrêt "coup de poing", à 8h du matin...

Le lundi 26 août, un représentant des habitants du quartier venait me faire part du mécontentement du voisinage suite aux nuisances sonores des groupes électrogènes. Je rédige alors une lettre d'explication que je suis allé placarder dans les halls des immeubles alentour.

Lundi après-midi les travaux de démontage commençaient.

Le mercredi 28 août, toutes les entreprises devant intervenir sur les réparations du local technique THT avaient terminé. Le courant garanti EDF était rétabli, 11 jours après l'incendie.

Je profite de ce blog, même si j'écris ici sous pseudonyme, pour féliciter toutes les personnes d'astreinte, dans tous les services de France et de Navarre, dans les collectivités comme dans les entreprises privées, pour leur dévouement et leur efficacité. Et bravo aussi aux services supports en général!

Il reste maintenant aux assurances à intervenir, mais cela, c'est un autre problème.

Je me souviendrai de mon retour de vacances 2013.

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/4056990885343634584/comments/default


L'ANSSI et le test Google

mercredi 28 août 2013 à 13:04
Je fais partie des premières générations d'étudiants de lycéens à avoir été autorisées à utiliser une calculatrice électronique au baccalauréat. J'ai donc connu les deux systèmes: la règle à calcul et les tables de logarithmes versus la calculatrice électronique. Autant vous dire que j'ai choisi mon camp immédiatement !

Et pourtant, je me souviens des querelles sans fin opposant les "pour" et les "contre", avec en ligne de mire la disparition des capacités intellectuelles des générations futures. Au passage, si je constate effectivement une baisse des aptitudes au calcul mental de mes étudiants, je me permets de constater une hausse très nette de leurs compétences dans bons nombres de domaines utiles au métier de l'ingénieur (mais j'y reviendrai).

Les professeurs de l'époque ont du s'adapter au monde nouveau qui s'imposait à eux. Ils ont du revoir les problèmes qu'ils donnaient à leurs élèves, parfois depuis plusieurs décennies. En effet, certains problèmes devenaient ridiculement faciles dès lors que l'on disposait de ce magnifique instrument de calcul. J'appelais ces problèmes "les tests calculatrices". Certains professeurs ont mis plus de temps à s'adapter, ce qui m'a permis d'avoir parfois des notes inespérées, en particulier en chimie. Je me souviens de ces vieux professeurs qui nous grommelaient "comment ferez vous pour calculer vos logarithmes si la calculatrice tombe en panne"...

Il faut savoir accepter le progrès, s'adapter et accepter que certaines compétences deviennent obsolètes. L'utilisation des tables de logarithmes en fait partie.

L'accès facile à internet pour tous les étudiants, partout et tout le temps grâce aux téléphones mobiles, a changé la donne pour beaucoup d'enseignants et révolutionne la manière d’appréhender beaucoup de problèmes. Est-il nécessaire d'apprendre par cœur telle ou telle somme d'information quand elle est facilement accessible ? Quel type de savoir faut-il enseigner : la connaissance qu'une information existe, savoir la retrouver ou la connaissance en elle-même ? Chaque professeur répond à ce type de question selon sa pratique et son savoir-faire. Mais cela donne parfois lieu à ce que j'appelle "des tests Google", c'est-à-dire des tests où les réponses se trouvent facilement avec un moteur de recherche.

Je suis personnellement en plein questionnement sur mon devenir professionnel : je fais ma petite crise de la cinquantaine et, malgré un travail que j'aime et qui me propose encore beaucoup de défis, j'ai du mal à admettre que je ne pourrai plus jamais changer d'emploi dans les 15 années à venir, si je ne le fais pas maintenant. Je suis donc en train de répondre à des annonces et de passer des entretiens. Vu mon profil et mon expérience d'expert judiciaire, je recherche un poste dans l'analyse inforensique. Au passage, je remercie les lecteurs de ce blog et tous les twittos qui ont relayé l'information.

Et parmi les milliers centaines dizaines quelques offres sur ce créneau visibles sur le marché, j'ai répondu à une annonce de l'ANSSI. L'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information regroupe en effet de nombreux spécialistes de l'investigation numérique, dont quelques uns que j'ai pu rencontrer au SSTIC. C'est donc avec une vrai envie de travailler avec ces personnes que je me suis rendu à l'entretien d'embauche qui m'a été proposé.

J'ai accepté de ne pas dévoiler le contenu de cet entretien, aussi je ne vous donnerai pas de détails sur son déroulement, rien sur la confiscation de mes téléphones à l'accueil, je n'aborderai pas la difficulté de trouver l'adresse, ni la climatisation en panne.

Un point m'a néanmoins surpris: les recruteurs m'ont fait passer ce que j'appelle un "test Google". Appelé "test technique", il s'agit d'un long formulaire comportant de nombreuses questions techniques sur tous les aspects de l'inforensique. Toutes les réponses de ce test se trouvent facilement sur Google. Sauf que je n'avais pas accès à internet...

Le problème est que je travaille depuis de nombreuses années avec un accès internet (depuis 1990 en fait), et que j'ai pris l'habitude d'intégrer cet outil dans ma manière de travailler. A cinquante ans, je n'apprends plus par cœur les paramètres des commandes UNIX que je n'utilise que de temps en temps. Je n'apprends plus par cœur les définitions des concepts que je manipule. Lorsque j'ai besoin de construire une expression rationnelle, je le fais avec l'aide d'internet. Quand j'ai un doute sur l'orthographe d'un mot, je le googlise.

Bref, j'utilise internet comme une gigantesque encyclopédie. Et de la même manière qu'avec la calculatrice, j'ai oublié la manière de "calculer les logarithmes avec les tables", j'ai placé un certain nombre de mes connaissances "dans le nuage"... Pas toutes bien sur, mais celles qu'il me semble inutile d'encombrer mon esprit. Pareillement, je ne retiens aucun numéro de téléphone ni rendez-vous: une partie de ma vie est dans mon téléphone...

Je sais, c'est mal pour exercer sa mémoire. J'ai longtemps un peu lutté contre cette fainéantise, mais mon naturel a pris le dessus. Pourquoi faire cet effort, quand tant d'autres efforts sont à faire !

Ce qui fait que je me suis trouvé ridicule à ne pas savoir répondre à certaines questions du formulaire ANSSI, telle que "quelle est la différence entre un processus et un thread". Ne riez pas.

Pourtant, je suis persuadé que la mesure des connaissances, que ce soit pour évaluer un étudiant ou un candidat à l'embauche, doit être autre chose qu'un "test Google". J'aurais préféré qu'on ai un peu plus confiance en ma capacité à apprendre, à m'adapter. J'aurais préféré qu'on regarde un peu plus mon parcours, mes réalisations, mes succès et mes échecs.

J'aurais préféré qu'on ne me dise pas "bossez un peu plus l'inforensique des systèmes live et revenez dans deux ans". Même si c'est vrai.

Dans deux ans, j'aurai des lunettes Google et je réussirai tous les tests Google!
Dans deux ans, j'aurai peut-être réussi à travailler avec les meilleurs de l'ANSSI!
Mais dans deux ans, j'aurai 52 ans.

xkcd "Tar" http://xkcd.com/1168/

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/1329615193180990660/comments/default


Les défis des potes

mercredi 21 août 2013 à 17:30
Comme beaucoup de personnes, j'ai perdu des proches à cause de la maladie. J'ai ainsi perdu ma tante, ma grand-mère et ma belle sœur, toutes les trois mortes d'un cancer. J'aimais ces personnes et elles me manquent beaucoup.

Avec un groupe d'amis, nous nous retrouvons, depuis plus de vingt ans, pour faire la fête, des randonnées, des activités sportives et des visites, dans différentes régions de France. Les enfants de chacun sont venus grossir la troupe, ce qui fait qu'il n'est pas rare qu'on soit une quarantaine de personnes à hurler chanter, danser, boire et s'amuser dans un gîte loué pour l'occasion. Et comme les enfants deviennent enfin grands, nous allons même pouvoir enfin reprendre nos chansons paillardes...

Et depuis que l'une d'entre nous est partie, mangée par le crabe, nous lui dédions toutes nos activités sportives, en général sous la forme d'un défi.

Le prochain défi, ce sont les 24h du Mans vélo...

Notre première participation à cette épreuve d'endurance de 24h remonte à l'année dernière. J'en avais parlé dans ce billet. D'ailleurs, quand je relis le billet, je me demande pourquoi j'ai accepté de recommencer... même si je l'avais inscrit comme résolution n°6 pour l'année 2013 !

Évidemment, comme l'année dernière, je n'ai rien fait comme préparation physique. Je continue simplement à faire mon trajet quotidien boulot-dodo en vélo, ce qui me paraît nettement insuffisant. J'ai beau faire de l'aviron de temps en temps, mon objectif d'un IMC à 25 est loin d'être atteint et s'est même éloigné assez fortement pendant ces dernières vacances. Et je me suis fait un tour de rein pas plus tard que samedi dernier en déménageant ma grande fifille...

C'est mal parti.

Pourtant, j'attends avec impatience ce week-end qui promet d'être infernal.
Parce que c'est chouette de retrouver ses amis et sa famille.
Parce qu'il faut se lancer des défis de temps en temps.
Parce qu'il faut manger-bouger.
Parce qu'on a la chance de pouvoir le faire.

Ce week-end, je vais donner mon maximum en pensant à mes douleurs et en maudissant mes amis. Je vais faire 87,885 km, soit 21 tours du circuit Bugatti, en 4 séries (5+5+5+6, oui notre coach pense que je vais être meilleurs sur la dernière série!) en relais dans une équipe de huit personnes. Je vais faire fonctionner certains des 650 muscles dont je ne soupçonne pas encore l’existence. Je vais haïr cette selle incompatible avec mon postérieur douillet. Je vais anathématiser les vélocipédistes et abominer l'objet de leur adoration.

Mais surtout, je penserai à toi Manu.
 

Source : http://zythom.blogspot.com/feeds/4073504682401558850/comments/default