PROJET AUTOBLOG


Zythom

Site original : Zythom
⇐ retour index

Comment survivre à ses utilisateurs ?

lundi 17 juin 2019 à 18:47
Une blague circule dans les milieux informatiques : tous les problèmes viendraient de l'interface entre la chaise et le clavier. C'est drôle, et cela rappelle que l'être humain est faillible, même avec toutes les protections possibles. Ce qui est moins drôle, c'est quand la blague est prise au premier degré dans un service informatique : l'ennemi, c'est l'utilisateur ! C'est un peu facilement oublier que dans "service informatique", il y a le mot "service". Donc, au lieu d'essayer de faire culpabiliser l'utilisateur, je trouve qu'il est plus sain d'essayer de le former, ou au moins de l'informer, en plus de le protéger.

L'informatique se construit sur des composants électroniques incroyablement complexes, assemblés au sein de cartes électroniques tout aussi complexes, reliées par des réseaux informatiques aux infrastructures et aux règles incroyables. L'ensemble est orchestré par des logiciels comprenant des millions d'instructions. A tous les niveaux se trouvent des humains spécialistes et dont la formation et l'expérience sont indispensables au bon fonctionnement de ce que l'on appelle l'informatique.

Et au sommet se trouve l'utilisateur.
Et parfois il fait n'importe quoi...

Plutôt que "Comment survivre à une cyberattaque ?", les articles de presse devraient s'intituler : "Comment survivre à ses utilisateurs ?". C'est une question à laquelle je vais essayer de répondre dans ma nouvelle rubrique "Sécurité informatique, ne pas en avoir peur". Petit tour d'horizon :

Les liens piégés :
L'utilisateur de l'outil informatique auquel je pense est humain : il va nécessairement cliquer à un moment ou un autre sur un lien piégé. C'est inéluctable. Même les meilleurs se font prendre : les raccourcisseurs d'URL masquent les vraies URL, des caractères très semblables (issus d'une langue étrangère) permettent de créer des noms de sites web quasi-identiques aux originaux, le ciblage des victimes devient plus fins (les courriers d'hameçonnage ont de moins en moins de fautes), etc. Donc, au lieu de dire à l'utilisateur "ne cliquez pas sur les liens bizarres", alors que pour un utilisateur lambda, tous les liens sont bizarres, je préfère étudier les protections techniques mises en place pour le cas "l'utilisateur a cliqué sur un lien piégé". Cela fera l'objet d'un billet dédié, à destination des débutants en sécurité informatique, et des utilisateurs non spécialistes mais curieux du sujet.

Les attaques :
Le RSSI est attendu au tournant : à la première attaque réussie, tous les regards se tournent vers lui. "ALORS ? Mmmmm... tout ça pour ça ?". Le Conseil d'Administration met la pression sur le Directeur Général, le DG se tourne vers son Directeur des données qui appelle son DSI, lequel convoque le RSSI... Dans une politique de sécurité du système d'information, on appelle cela la chaine de responsabilité. En cas d'attaque réussie (entreprise arrêtée, données dans la nature...) la pression est énorme. Je pense que le succès de la série Chernobyl tient aussi du fait que beaucoup de personnes se reconnaissent dans l'opérateur qui reçoit des ordres qu'il ressent comme aberrant, jusqu'à appuyer sur le bon bouton, et déclencher la catastrophe. toute la hiérarchie le considère comme RESPONSABLE. Et les parapluies sortent très vite ("je ne peux pas être considéré comme responsable, je dormais à ce moment-là"). Pourtant tout le monde connaît la loi de Murphy : "Tout ce qui est susceptible d'aller mal, ira mal". Une attaque informatique réussie arrivera. Les équipes informatiques doivent s'y préparer, et LA HIÉRARCHIE AUSSI. C'est, de mon point de vue, aussi l'objet d'une PSSI. J'y reviendrai dans un billet dédié (teasing :).

Le lien de confiance :
Combien de fois ai-je pu constater que l'utilisateur n'appelle son service informatique qu'en dernier recours... quand il est vraiment VRAIMENT obligé. C'est un problème. D'un côté, le service informatique, souvent en sous-effectif, préfère ne traiter que les cas où sa "valeur ajoutée" prend tout son sens (cas graves, pannes majeures, etc.). De l'autre, l'utilisateur est laissé seul face à son incompétence supposée et développe des stratégies de contournement face à une complexité toujours plus grande. Il reçoit tous les jours des messages de son ordinateur lui indiquant que "Skype souhaite se mettre à jour", "la mise à jour de votre antivirus nécessite le redémarrage de votre poste, merci de cliquer sur OUI TOUT DE SUITE ou sur OUI DANS UNE MINUTE". Alors, il a parfois envie de hurler "MAIS POURQUOI CA CHANGE TOUT LE TEMPS ?". Il faut stabiliser le poste de travail, rétablir un lien de confiance entre l'utilisateur et son service informatique. C'est aussi pour cela que je suis contre les campagnes de faux phishing où le but est de compter combien d'utilisateurs ont cliqué sur un lien piégé forgé par le service informatique, et HA HA ON VOUS AVAIT DIT DE NE PAS CLIQUER SUR N'IMPORTE QUOI ! L'utilisateur doit avoir confiance en son service informatique, qui n'est pas là pour le piéger, mais pour l'aider.

Les mots de passe :
Souvent seule protection à l'accès aux données, le mot de passe est le premier concept de sécurité auquel est confronté l'utilisateur. Quand je me présente comme RSSI, tout le monde, sans exception, me dit : "Ah, vous allez me demander de changer mon mot de passe ?". 50 ans que les services informatiques demandent aux utilisateurs de choisir un mot de passe complexe, ET D'EN CHANGER TOUT LE TEMPS... Il faut arrêter un peu avec ça : plus on demande à l'utilisateur de changer son mot de passe souvent, plus il va choisir un mot de passe simple. La politique de gestion des mots de passe est la clef d'une politique de sécurité. Celle que je préconise fera l'objet d'un billet dédié, lui aussi destiné à l'utilisateur. Je vais tenter de démontrer aux lecteurs de ce blog (avocat, magistrat, secrétaire, autodidacte, et tous les mékeskidis qui atterrissent par hasard ici) qu'on peut avoir autant de mots de passe complexes que de comptes informatiques actifs ET LES MÉMORISER (teasing).

Les sauvegardes :
Beaucoup de services informatiques demandent à leurs utilisateurs de faire des sauvegardes des données de leurs postes, tout en sachant qu'ils ne le feront pas, ou mal, ou pas assez... C'est le boulot du service informatique de faire les sauvegardes des données dans les règles de l'art. Ce n'est pas un savoir faire de l'utilisateur. Le pire en la matière étant de dire aux utilisateurs : "nous ne sauvegardons pas les données locales de vos postes de travail, merci de mettre vos données sur le réseau". Ah oui ? Mais beaucoup d'utilisateurs ont des ordinateurs portables. Qu'on le veuille ou non, les données importantes SONT EN LOCAL sur les postes de travail. Il faut donc les sauvegarder et investir dans une solution de sauvegarde (partielle ou totale) des données locales de l'utilisateur. Là aussi, je vais présenter une solution dans un futur billet de blog, solution destinée aux petites structures (cabinets, autoentreprises...) ou aux particuliers.

Vous l'avez compris, les informaticiens doivent survivre aux utilisateurs en les considérant comme des clients d'un service qui doit les former, les encadrer, les protéger, les aider et les encourager. C'est cette difficulté qui fait la beauté de ce métier.

Source : https://zythom.blogspot.com/feeds/5407882664188541552/comments/default