Harsh noise : c'est de la musique ça ?

Posté le 21 mai 2014 rédigé par Anadrark classé dans Non classé

Remarque : j'avais déjà écris sur le sujet. Mais l'article était tellement bâclé et mauvais que je le refais.

Je suis entré récemment dans le monde de la harsh noise, même si je m'en tiens pour l'instant au rôle d'auditeur et de créateur occasionnel. Je n'ai pas encore pris le temps d'échanger vraiment avec les acteurs de ce monde assez méconnu, même dans les branches extrêmes du milieu musical comme le black metal, milieu où j'évolue depuis maintenant presque 8 ans (mais ça, on s'en fout).

La musique dite "noise", qui compte la harsh noise et le harsh noise wall sont des styles "musicaux" qu'on pourrait comparer à l'art contemporain pour la peinture, sans réelle structure ni harmonie.
De fait, ce style (contrairement à ce que j'en ai dit auparavant) est des plus accessible. Il n'y a pas nécessairement besoin d'être talentueux dans un instrument ou bien un bon compositeur pour faire de la noise, il faut juste être un peu imaginatif ou savoir un peu se servir d'un ordinateur. Ce qui implique qu'il y a autant de sons différents qu'il y a de créateur et donc une sacrée richesse sonore.

Les influences peuvent venir de n'importe où, depuis la pop, le rock ou encore le metal, et même le black metal. Mais les artistes les plus reconnus (ou du moins, c'est l'impression que j'en ai) viennent de la scène électronique.
Ça peut faire "vrriiii", "uuuuuu" ou encore "krrrrrrrrrkrrrrrrr", ça peut se barrer dans tous les sens ou être très statique, tout numérique par un PC ou tout analogique avec plein de bidules électroniques, avec un instrument blindé d'effets en tout genre ou avec une perceuse et un jack débranché, bref, on fait du bruit avec ce qu'on veut. Pour donner un exemple, le morceau "Scratch" que j'ai fait avec S4TVR4TI0N a été enregistré avec une feuille de papier et une feuille d'aluminium (et pas mal de bidouillages numériques aussi, mais vous avez l'idée).



Le harsh noise wall est un cas assez particulier, la plupart du temps, les sorties estampillés harsh noise wall sont très statiques et n'ont que peu (voir pas du tout) de variations, le tout se concentrant plus sur la "texture" du son plutôt que sur l'enchaînement de bruit plus ou moins désagréable.
Ce genre joue bien plus sur le ressenti que n'importe quel autre, pour paraphraser Romain Perrot, qui est considéré (à raison) comme un maître dans le style avec son projet Vomir, les personnes qui écoutent peuvent être détendues, ennuyées, nerveuses ou autres. Le ressenti est primordial dans ce style et à force d'écouter toujours et encore la même texture sonore, elle se distord et devient progressivement autre chose, alors que le morceau en lui même ne change absolument pas. Les morceaux changent à chaque fois qu'on les écoute, on n'entendra jamais la même chose malgré le fait que bin... on peut entendre ça sur une radio déréglée.



Concernant les performances live, je ne vais pas trop m'étendre dessus, étant donné que je n'y ai jamais assisté moi même (la plupart du temps, ça se déroule à l'autre bout de la France en fait =( ), mais de ce que j'en ai vu en vidéo, c'est plus ou moins pareil que le son : ça peut se barrer dans tous les sens ou être ultra statique.
Je ne peux pas vraiment en dire plus, des exemples seront plus parlant.






Alors oui, les détracteurs sont nombreux et la plupart des critiques sont justes. Genre les "Mais c'est du bruit"... beh oui patate, évidemment que c'est du bruit.
Je conçois parfaitement qu'on ne puisse pas aimer (voire même écouter), mais si vous recherchez toujours plus de violence auditive, toujours plus extrême, j'ai du mal à concevoir plus extrême que ça.
Ce sera fait, j'en suis sûr, et il me tarde d'écouter ce que ça donne.

Pour allez plus loin :
Interview de Romain Perrot (Vomir)
UltimateNoise : une chaîne Youtube consacrée au harsh noise (je vous recommande celles de Vomir et de Incapacitants, que j'aime beaucoup)
Ici et  : recherche Bandcamp, qui est très certainement une des meilleures façons de découvrir toutes les richesses du style.
Chibre : un projet de harsh noise d'une connaissance (que j'ai pas mal paraphrasé dans ce torchon)
S4TVR4TI0N : mon projet de harsh noise

Si jamais vous avez d'autres sources d'informations, que vous avez un projet de noise ou quoi que ce soit qui soit en rapport avec ce milieu, ou que vous trouvez que je raconte que de la merde et que je mérite juste de mourir, n'ayez pas peur de vous manifester.


Mots clés : Musique

4 commentaires

#1 samedi 15 novembre 2014 @ 02:09 wizard a dit :

j ecoute de la harsh noise depuis maintenant une dizaine d annee, je trouve ton article tres bien fait ! bravo egalement pour s4tvr4ti0n !

#2 dimanche 23 novembre 2014 @ 11:48 Anadrark a dit :

Merci des compliments ^^.

#3 vendredi 05 juin 2015 @ 22:11 Anal cunt save my life ! a dit :

Bonne article ^^ j'aurai aimé que tu nous parle aussi du Harsh Noise Japonais : Hanatarash, Merzbow, Massona, Hijokaidan tout ça ^^ Mais sinon tres bon ^^ et Ultimate Noise n'est pas que consacré au harsh noise ils postent aussi des musique de Grindcore mais bon en generale les gens qui aiment bien le harsh sont fan de grind aussi x) Bref Sinon dit moi j'aimerai beaucoup composer du Harsh Noise moi aussi quel logiciel et equipement utilise tu ?

#4 lundi 06 juillet 2015 @ 11:02 Anadrark a dit :

Je ne connais que Merzbow et Incapacitants en harsh noise japonais, après je parle du genre en général, je n'avais pas envie de rentrer dans les détails de tel ou tel groupe.

En équipement, tout ce que j'ai sous la main. Ça peut être ma guitare comme ma porte qui grince. En logiciel j'utilise Audacity et PureData (je conseille fortement ce dernier, même s'il faut un peu de temps pour l'appréhender).

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot gwvxe ? :