la La quadrature du net

source: la La quadrature du net

[Europe1] 30 ans après sa création, que faudrait-il changer au Web ?

Mon, 25 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

Matthieu Belliard embarque les auditeurs pour écrire avec lui ce “Grand journal du soir”. Trois heures d’actualité avec toute la rédaction d’Europe 1 et de nombreux invités. Coups de gueule, coups de cœur, témoignages, ils interviennent tout au long de l’émission. A 19h10, Sonia Mabrouk reçoit un invité politique pour une interview sans concession, et à 19h20, Matthieu Belliard poursuit l’échange avec trois débatteurs eux-mêmes questionnés par les auditeurs. Le vendredi, les Grandes Voix le rejoignent pour ce debrief de l’actualité.

NDLRP : débat animé par Matthieu Belliard. Plateau sur la thématique ‘30 ans après sa création, que faudrait-il changer au Web ?‘ avec en invités Daniel Ichbiah, Hugo Travers, et Arthur Messaud de La Quadrature du Net.

https://www.europe1.fr/emissions/votre-grand-journal-du-soir-avec-matthieu-belliard/matthieu-belliard-120319-3872807

NDLRP : Retrouvez sur le peertube de La Quadrature du Net le débat avec Arthur Messaud.

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


[ActeursPublics] Débat : L’État face aux géants du Web

Sun, 24 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

Chaque mois, Écrans publics propose de débattre autour de documentaires qui interrogent les politiques publiques. Ce mois-ci, la diffusion du documentaire Apple, Google, Facebook, les nouveaux maîtres du monde, de Yannick Adam de Villiers, a été l’occasion d’échanger autour du thème « L’État face aux géants du Web« . Un débat animé par Adeline Baldacchino, haute fonctionnaire et écrivaine, avec Yannick Adam de Villiers, réalisateur du documentaire, Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique, Alexis Fitzjean O Cobhthaigh, avocat, membre de La Quadrature du net, et Laurent Gayard, auteur de Darknet, GAFA, Bitcoin. L’anonymat est un choix.

https://www.acteurspublics.com/webtv/2019/03/12/debat-letat-face-aux-geants-du-web-1

NDLRP : retrouvez sur le peertube de La Quadrature du Net des extraits d’Alexis à l’occasion de cet échange.

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


[BFMTV] 30 ans du Web: HTTP, URL… ce que signifient ces acronymes qui nous connectent

Sat, 23 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

Créées à la fin des années 80, ces technologies constituent encore aujourd’hui les bases du Web, tel qu’il est utilisé par la plupart des internautes dans le monde.

Vague, mais prometteur”. C’est ainsi que le projet de Tim Berners-Lee, alors informaticien, fut accueilli le 12 mars 1989 par le Cern, le laboratoire européen pour la physique des particules. L’idée de son système : permettre à tous les chercheurs de partager l’information et d’y accéder à distance. Quelques schémas incompréhensibles pour le profane, qui ont posé les fondations du Web tel que nous le connaissons. Tim Berners-Lee commence par nommer son projet : WorldWideWeb. […]

https://www.bfmtv.com/tech/30-ans-du-web-http-url-ce-que-signifient-ces-acronymes-qui-nous-connectent-1650047.html

NDLRP : retrouvez l’extrait du reportage vidéo avec l’apparition de Benjamin Bayart et d’Arthur Messaud sur le peertube de La Quadrature du Net.

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


[RadioCauseCommune] Règlement terroriste, Pépites libres, Fund the Code!

Fri, 22 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

La seizième émission Libre à vous ! de l’April a été diffusée en direct mardi 12 mars 2019 de 15 h 30 à 17 h 00.

Nous avons commencé par la troisième chronique « Pépites libres » de Jean-Christophe Becquet, président de l’April. Nous avons enchainé avec notre sujet principal qui portait sur le projet de règlement terroriste / censure sécuritaire avec nos invités : Arthur Messaud et Martin Drago de La Quadrature du Net. Nous avons poursuivi par une interview de présentation de l’initiative Fund the Code! avec Louis-David Benyayer. Nous avons terminé par diverses annonces. […]

https://cause-commune.fm/podcast/reglement-terroriste-pepites-libres-fund-the-code/

https://april.org/emission-libre-a-vous-diffusee-mardi-12-mars-2019-sur-radio-cause-commune-reglement-terroriste-pepit

Transcription de l’émission par l’équipe Transcriptions de l’APRIL : https://april.org/libre-a-vous-radio-cause-commune-transcription-de-l-emission-du-12-mars-2019

NDLRP : retrouvez sur le peertube de La Quadrature du Net l’interview d’Arthur et Martin sur la proposition de règlement terroriste et la censure sécuritaire.

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


La Quadrature du Net appelle le Parlement européen à rejeter la directive sur le droit d’auteur !

Thu, 21 Mar 2019 10:20:32 +0000 - (source)

La semaine prochaine, le Parlement européen va devoir se prononcer par un dernier vote sur le sort de la directive Copyright, en discussion depuis plusieurs années. La Quadrature du Net appelle les députés européens à rejeter ce texte, qui provoquerait de graves restrictions à la liberté d’expression et à l’accès à l’information. Loin de rééquilibrer les relations avec les Géants du Net, cette directive conduirait à leur déléguer un inquiétant pouvoir de censure automatisée. Ce texte ne constitue pas la réforme du droit d’auteur dont l’Union européenne a besoin et il ne comporte aucun élément tangible qui améliorerait la situation des créateurs.

Le texte résultant des négociations conduites ces derniers mois par les institutions européennes n’a corrigé aucun des points problématiques qui nous avaient conduit à demander le rejet du texte déjà à plusieurs reprises en 2018. Notre analyse reste la même : les industries culturelles et les grandes sociétés d’ayants droit cherchent en réalité à ramasser les miettes du butin engrangé par les Géants du Net grâce à la surveillance de masse qu’ils mettent en œuvre à travers la publicité ciblée. Sous couvert d’opérer un « partage de la valeur », cette directive constituerait un grave renoncement de l’Union européenne, en liant le financement de la création et de la presse à la violation systématique des droits des individus.

Tout ceci s’accomplira en outre sur le dos des libertés fondamentales, à cause des articles 11 et 13 de la directive qui suscitent l’opposition d’un grand nombre d’acteurs de la société civile. Même si le champ d’application de l’article 13 ne concerne pas dans sa rédaction finale ce que La Quadrature considère comme l’Internet libre et ouvert – à savoir les services décentralisés ou fédérés de type Mastodon ou Peertube – il imposera aux plateformes centralisées et lucratives une obligation de filtrage a priori des contenus à laquelle notre association s’est toujours opposée. L’application de tels procédés est manifestement disproportionnée et la directive n’apporte aucune garantie satisfaisante pour protéger la liberté d’expression. La directive Copyright a ainsi servi de laboratoire aux logiques de censure automatisée que l’on retrouve dans d’autres textes, comme le règlement Anti-terroriste contre lequel La Quadrature du Net est mobilisée (voir notre page dédiée).

L’article 11 est tout aussi problématique, puisqu’en souhaitant instaurer de nouveaux droits pour les éditeurs de presse, il va restreindre l’usage de ces contenus bien au-delà des seuls agrégateurs, type Google News, en affectant aussi potentiellement des acteurs non-lucratifs et tout l’écosystème de l’accès à l’information.

Si la directive Copyright doit être rejetée par le Parlement européen, c’est aussi parce qu’elle ne constitue pas la réforme positive du droit d’auteur dont l’Union a besoin. Les industries culturelles sont parvenues encore une fois à focaliser le débat autour d’un renforcement de la propriété intellectuelle, en occultant le profond besoin d’adaptation des règles du droit d’auteur aux pratiques numériques. Dans son état actuel, la directive contient certes quelques aménagements sous la forme d’exceptions au droit d’auteur, mais ils restent bien trop limités pour apporter un changement significatif.

Aucune de ces mesures ne correspond aux propositions formulées depuis plusieurs années par la Quadrature du Net afin de changer en profondeur le droit d’auteur en réconciliant les artistes et le public. Il aurait fallu pour cela mettre en débat des idées comme la légalisation du partage non-marchand des œuvres, la reconnaissance des pratiques transformatives comme le remix ou le mashup ou de nouvelles formes de financement comme la contribution créative.

En affirmant que ce texte sera en mesure d’améliorer le sort des créateurs en Europe, les industries culturelles qui le soutiennent mentent profondément. Elles ont constamment empêché que des sujets comme les modalités de financement de la création ou les règles de répartition des revenus entre créateurs et intermédiaires soient discutés, alors qu’ils constituent le cœur du problème à régler pour améliorer la condition des auteurs. La France porte une responsabilité particulière dans ce fiasco dans la mesure où les gouvernements successifs et la majorité des eurodéputés français ont constamment fait obstruction sur ces questions tout en poussant les mesures les plus répressives.

Plus largement, c’est tout le processus d’élaboration de ce texte qui a été émaillé d’intrusions, aussi bien de la part du lobby des industries culturelles que de celui des Géants du Net. Ce spectacle navrant porte atteinte à la crédibilité démocratique de l’Union européenne. Mais il ne doit pas occulter la mobilisation importante des personnes et des organisations de la société civile – l’une des plus importantes à ce jour -, qui a constamment été ignorée ou raillée tant par la Commission européenne que par une partie des eurodéputés favorables au texte.

Le Parlement européen dispose encore d’une ultime chance de montrer qu’il est capable de faire preuve d’indépendance en enterrant définitivement ce texte aberrant. Il l’a déjà fait en juillet 2018 pour protéger les libertés fondamentales et il doit le refaire à présent pour les mêmes raisons.

C’est la raison pour laquelle La Quadrature du Net se joint aux autres associations engagées contre ce texte – EDRi, Bits of Freedom, Wikimedia, l’APRIL et bien d’autres ! – en appelant les citoyens à contacter les eurodéputés via la plateforme Pledge2019.


[LaNouvelleRepublique] Face aux pirates, le sport français cherche la parade

Thu, 21 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

La diffusion illégale de contenus sportifs sur Internet a connu une hausse en 2018, notamment pour le football. Les acteurs s’organisent pour riposter. Zoom sur cette problématique. […]

3 – Faut-il s’inquiéter de la volonté affichée de bloquer des sites plus facilement ?

« C’est un vrai problème. Depuis plusieurs années, on étend le domaine de la censure administrative, à chaque fois avec des raisons différentes, certaines vraiment compréhensibles, d’autres beaucoup plus légères, répond Axel Simon, membre de la Quadrature du Net, association de défense des libertés fondamentales dans l’environnement numérique. On contourne les problèmes. On ne s’attaque jamais aux causes, mais aux symptômes… »

Il précise : « A l’heure actuelle, c’est possible de bloquer des sites, sur décision d’un juge. Mais, l’automatiser, c’est beaucoup plus dangereux, car quand on passe par de l’administratif, on se retrouve avec des listes noires et des personnes capables d’en empêcher d’autres de voir quelque chose, sans qu’il y ait de contradictoire. On rentre dans des choses vraiment désagréables et difficiles à accepter au sein d’une société démocratique. Car on ne sait pas qui censure quoi. Qui surveille les surveillants ? »

https://www.lanouvellerepublique.fr/a-la-une/dossier-face-aux-pirates-le-sport-francais-cherche-la-parade

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


[LeDevoir] Il y a 30 ans naissait le Web

Wed, 20 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

« On a connecté le monde, mais on a aussi connecté toute la merde qui allait avec. » Au téléphone, Ben Segal, ingénieur au laboratoire du CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est tout sauf lénifiant lorsqu’il remonte le fil de l’histoire du Web, dont il a accompagné la naissance. […]

« La décentralisation, les protocoles ouverts, c’est l’idée de départ, dit Alexis Fitzjean, membre de La Quadrature du Net, un organisme européen qui milite pour un Web plus proche de son idéologie originelle. Il faut revenir à cette idée de l’internaute producteur et diffuseur de l’information, mais aussi imposer des interfaces de programmation [les fameuses API] ouvertes qui permettraient à un usager de ne plus être captif d’un réseau social et de migrer vers un autre, sans peur de perdre son historique, ses données personnelles ou ses contacts. » […]

https://www.ledevoir.com/societe/549634/ll-y-a-30-ans-naissait-le-web

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


[Contexte] La Quadrature du Net : « Emmanuel Macron n’est pas pour l’Europe des libertés, mais pour l’Europe des Gafam »

Tue, 19 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

[Série] Un an et demi après l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir et alors que se profilent les européennes, Contexte donne la parole à des acteurs privés français impliqués sur les sujets numériques. Quel bilan font-ils de ce début de présidence et du marché unique numérique ? Quels sont leurs souhaits pour la suite ? Sixième volet avec Arthur Messaud et Martin Drago, juristes à La Quadrature du Net. […]

« On entend souvent dire qu’Emmanuel Macron est européen, c’est faux ! Il ne respecte pas l’arrêt Tele2 de la Cour de justice de l’Union européenne, un arrêt protecteur pour les libertés publiques, qui interdit de mettre les acteurs privés au service de la surveillance de masse. Il veut même aller plus loin, avec la loi sur les contenus haineux. Il n’est pas pour l’Europe des libertés, mais pour l’Europe des Gafam et des grosses entreprises. » […]

https://www.contexte.com/article/numerique/la-quadrature-du-net-emmanuel-macron-nest-pas-pour-leurope-des-libertes-mais-pour-leurope-des-gafam_98253.html

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


[20Minutes] Cambridge analytica: « Le scandale a montré que les politiciens sont aussi malhonnêtes que les autres »

Mon, 18 Mar 2019 10:00:00 +0000 - (source)

INTERVIEW. Benjamin Bayart, cofondateur de la Quadrature du Net, revient sur le scandale Cambridge analytica et ouvre les portes à la démocratie du futur. […]

Benjamin Bayart, cofondateur de la Quadrature du Net, animera la conférence « La démocratie à l’épreuve des réseaux sociaux » au Grand Barouf du numérique de Lille le 21 mars. Pour donner un avant-goût à cette réflexion, il revient avec 20 Minutes sur cette manipulation de grande ampleur et ouvre les portes à la démocratie du futur. […]

https://www.20minutes.fr/high-tech/2473643-20190317-cambridge-analytica-scandale-montre-politiciens-aussi-malhonnetes-autres

Soutenons notre internet, La Quadrature a besoin de vos dons.


Censure antiterroriste : seconde défaite au Parlement européen

Fri, 15 Mar 2019 14:56:29 +0000 - (source)

Au Parlement européen, les deux commissions appelées à rendre leur avis sur le règlement de censure anti-terroriste ont désormais publié leurs propositions d’amendements. Hélas, de même que l’avis rendu par la commission IMCO la semaine dernière (voir notre réaction), l’avis de la commission CULT (culture et éducation) n’apporte aucun véritable changement à la proposition initiale de la Commission européenne, désastreuse pour nos libertés.

Lire notre dossier sur le règlement.

Julie Ward, rapporteure du texte pour CULT, introduit l’avis en expliquant bien les menaces que représente le texte, de même que nous les dénonçons depuis des mois : le délai d’une heure que la police peut imposer à n’importe quel service pour retirer un contenu qu’elle considère « terroriste », l’élimination du rôle de l’autorité judiciaire, la possibilité pour la police d’imposer aux plateformes des mesures proactives (notamment des filtres automatisés), les amendes considérables pour tous les acteurs de l’Internet qui ne respecteraient pas ces obligations…

Mais presque aucune de ces inquiétudes ne sont matérialisées dans le texte final adopté lundi par la commission CULT. Au contraire.

S’agissant du délai d’une heure, CULT propose de le remplacer par un « sans retard indu ». Ce qui pourrait paraître pour un premier progrès disparaît aussitôt qu’on lit la suite du texte : « les États Membres peuvent prévoir que, lorsqu’un contenu terroriste est manifestement nocif ou constitue une menace immédiate à l’ordre public, les services d’hébergement doivent le supprimer ou en empêcher l’accès dès l’instant où ils reçoivent une injonction dûment justifiée » (notre traduction). Ainsi, contre toute attente, les députés de CULT ont réussi à rendre cette disposition encore plus dangereuse, permettant aux États Membres de donner à leur police le pouvoir d’exiger le retrait immédiat d’un contenu. Tel que nous le rappelons dans chacune de nos analyses, seule une poignée d’acteurs sont capables de respecter une obligation aussi stricte : les géants du Web. Alors que nous pensions que la proposition initiale de la Commission européenne ne pouvait être aggravée, la commission CULT a défié toutes nos attentes.

Aucun progrès non plus du côté de l’autorité compétente qui peut ordonner le retrait de ces contenus : le texte prévoit que les États membres peuvent désigner une autorité judiciaire ou « une autorité administrative indépendante disposant de l’expertise requise ». Néanmoins, une telle notion pourrait concerner de nombreuses autorités administratives et il ne fait aucun doute que certains États interpréteront cette notion de la manière la plus profitable pour eux. L’article 6 dans lequel l’autorité compétente peut imposer des mesures proactives aux hébergeurs est également toujours présent, tout comme les sanctions financières (si la version de la Commission prévoyait que les acteurs pouvaient être sanctionnés jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaires, CULT propose de baisser à 2%…)

Des changements aussi timides ne permettront jamais de régler les principaux dangers qui existent au cœur de ce texte : l’existence de mesures proactives obligatoires avec la menace de lourdes sanctions financières n’aura pour effet que d’encourager les acteurs de l’Internet à adopter une définition de la notion de contenu terroriste aussi large que possible. Cela mènera à une censure de masse des contenus en ligne et à la soumission de l’ensemble de ces acteurs aux outils de modération développés par les géants du Web.

Dernière ligne droite

Il revient maintenant à la commission LIBE (Libertés civiles, justice et affaires intérieures) de voter sa version du texte qui sera présentée en avril à l’ensemble du Parlement européen. Les députés de cette commission et les « shadow rappporteurs » se rencontrent en ce moment régulièrement pour trouver des compromis sur les points les plus problématiques du texte, avec l’objectif d’arriver à une position finale d’ici le 21 mars, jour du vote. Nous craignons malheureusement le pire : les compromis que nous avons pu pour l’instant lire ne sont pas bons du tout, et même aussi mauvais que l’avis de CULT. Ils ne prévoient toujours aucune autorisation judiciaire préalable, remplacent le délai d’une heure par un délai de huit heures (ce qui ne change rien) et promeuvent toujours le filtrage automatique…

Il est plus que jamais nécessaire d’appeler vos députés. Pour cela, nous avons prévu une page dédiée sur notre site avec une analyse du texte et un outil pour contacter les députés en charge du règlement.

Appelez vos députés. Demander le rejet de ce texte.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles