PROJET AUTOBLOG


Hashtable

Site original : Hashtable
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Pause et lectures estivales

dimanche 30 juin 2019 à 11:00

Il faudrait être de mauvaise foi pour prétendre que le mois de juin a encore de longues heures devant lui : juillet arrive déjà et avec lui, quelques jours d’une pause bien méritée. Les quelques jours qui suivront ne verront normalement pas de nouveaux billets sur ce blog et j’encourage donc mes lecteurs à éplucher les archives en attendant.

Je dis « normalement » parce qu’on n’est jamais à l’abri d’une nouvelle sensationnelle : Macron pourrait décider de réformer la France pour de vrai, par exemple. Les Français pourraient se réveiller et comprendre que les stupides boulets que nous nous mettons aux pieds, depuis les taxes carbonées jusqu’aux impôts carabinés en passant par les interdictions et autres contraintes administratives artificielles, nous garantissent un déclassement dans la course mondiale où la France semble décidée à prendre une place de plus en plus modeste dans les pays en voie de développement.

Il pourrait y avoir une canicule qui fait des milliers de morts. Ou une vague de froid sans précédent (que nos écohystériques qualifieraient immédiatement de preuve supplémentaire indéniable d’un dérèglement profond du climat et de notre mort future dans d’atroces souffrances). Ou des attentats. Ou Barnier bombardé président à la Commission Européenne. Allez savoir ! On n’est en réalité jamais à l’abri d’une catastrophe…

Mais plus probablement, tout se déroulera comme prévu : la France continuera sa trajectoire vers un embaumement et une momification de première classe, vieux pays jadis grand qui s’engoncera dans ses certitudes que le reste du monde a tort et qu’il détient, seul, la vérité (fiscale et écologique, notamment). Les politiciens, pour le mois à venir, diminueront progressivement le débit d’âneries à mesure qu’ils partiront eux-mêmes en vacances pour ne rouvrir les vannes à conneries que fin août. L’écologie, le collectivisme et le Camp du Bien se dissoudront temporairement dans l’huile solaire et les odeurs de grillades avant de revenir, plus forts et plus invasifs, à la rentrée scolaire.

En somme, la trajectoire étant définie, les obstacles rares, je ne peux que conseiller aussi à mes lecteurs quelques jours de repos. L’occasion se prête d’ailleurs à la lecture et, ça tombe bien, je vous conseille plusieurs ouvrages à ce sujet.

Ainsi, par les temps qui courent, peut-être est-il indispensable de remettre les pieds sur terre et arrêter de croire au catastrophisme ambiant et permanent qui dépeint l’Homme comme une nuisance insupportable dont il faut absolument se débarrasser, si ce n’est par l’atome, au moins par la guerre et/ou la famine et un Etat aussi totalitaire que possible pour faire bonne mesure. En cela, « Toutes ces idées qui nous gâchent la vie », le livre de Sylvie Brunel, géographe, économiste, professeur à la Sorbonne et difficilement qualifiable d’illuminée, remet un peu les pendules à l’heure.

Dans un autre registre, mais tout aussi salvateur dans ce pays où la dépense publique semble aller d’elle-même (dans le sens : « sans plus aucune restriction, ni direction, ni limite »), notons « Le Livre Noir du gaspillage 2019 », le livre de Jean-Baptiste Léon, directeur des publications de Contribuables Associés et rédacteur en chef de Tous contribuables, qui a collecté quelques unes des plus marquantes gabegies que le pays subit dans la plus grande décontraction.

Enfin, je profiterai de l’occasion pour faire la publicité de cet ouvrage destiné aux enfants d’une dizaine d’années, « Je suis un pain au chocolat » de la collection « Petite introduction » à la Librairie des écoles, qui fournit une petite leçon d’économie de base en retraçant tous les trésors d’ingénierie et d’invention que l’humanité a déployé pour permettre à cette pâtisserie d’exister, à la manière d’un « Moi, le crayon » de Milton Friedman.

J’espère que ces lectures feront passer un bon moment d’ici au prochain billet à vous lecteurs que je remercie de votre assiduité, de vos partages sur les réseaux sociaux, de vos nombreux commentaires qui, outre leur bénéfices au travers de joutes croustillantes, permettent aussi d’éclairer l’actualité de nombreuses informations supplémentaires et opinions divergentes… dont l’exercice est, de nos jours, de plus en plus sérieusement menacé.

Pour ceux qui le désirent, cette pause sera aussi l’occasion de s’abonner au dossier mensuel du 10ème Homme qui, pour un prix très modique, vous fournira en lecture, en idées décalées et en sujets de conversation pour les repas de famille où il faut absolument terminer en baston générale.

En vous souhaitant un excellent mois de Juillet pas trop plein d’affaires politiques crapuleuses, de polémiques idiotes, de starlettes effarouchées et de nouvelles taxes délirantes, je vous dis donc à bientôt.

père noel à la plage

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/06/30/63949-pause-et-lectures-estivales


Comme prévu, les réformes Macron n’en sont pas

vendredi 28 juin 2019 à 09:00

Les années passent et, malgré tous ces dérèglements climatiques qui amènent un peu de neige en hiver et quelques vagues de chaleur en été, les événements s’enchaînent et se ressemblent dans une France qui peine à se renouveler vraiment. Tout indique même que les tendances sont conservées, notamment les plus néfastes.

Oh, bien sûr, l’emballage change régulièrement : à la faveur d’élections, le vieux château France est régulièrement repeint aux couleurs chatoyantes d’une énième forme de sociale démocratie, sous les concerts de pipeaux joués fortissimo pour couvrir les grognements persistants de la foule.

C’est ainsi que l’avènement d’Emmanuel Macron laissait comme d’habitude espérer un changement de cap dans la politique française, avec une vraie remise à plat des paradigmes qui agitent l’État français depuis plus de 40 ans : promis, cette fois, on allait réformer, vraiment ! Finies les dépenses publiques explosives, finis les impôts paralysants, finies les interdictions, obligations et contraintes débilitantes ! Place à la startup-nation !

Depuis deux ans, les effets d’annonce se sont donc enchaînés.

Il y a un an, Macron prenait même certains par surprise en décidant de réformer le statut de cheminot (réputé intouchable) et de faire passer le ferroviaire français d’une régulation publique du monopole à une régulation tout aussi publique de la concurrence, ce qui augurait d’un printemps ferroviaire fortement agité dans le pays. Cela ne loupa pas : les syndicats, aux taquets et jamais en retard d’une grève, mirent en place une petite grève perlée extrêmement pénible pour les usagers qui purent, une nouvelle fois, goûter aux plaisirs renouvelés de ces services publics que le monde entier nous envie très très modérément.

Depuis, un an s’est écoulé et s’il est probablement trop tôt pour tirer le bilan définitif de ces immMmmmenses réformes opérées par Emmanuel Macron au sein de la SNCF, le temps passé permet déjà de voir les premiers bourgeons de ces changements profonds qui… Ah bah non : c’est globalement un échec.

À l’analyse, il apparaît en effet que rien ne semble altérer la course de la société française de chemins de fer, lancée sur le rail de l’indifférence dans la direction générale des dettes et de la médiocrité. Ses performances sont toujours aussi calamiteuses, que ce soit sur le plan financier ou sur le plan opérationnel.

Là où l’Allemagne rouvre des lignes, là où la concurrence a fait des miracles en Italie, la SNCF se contente d’accumuler des dettes remboursées par les contribuables, de fermer des lignes et, surtout, d’absolument tout faire pour saboter toute possibilité d’ouverture de lignes concurrentes.

Pourtant, la fameuse loi de Pacte ferroviaire du 28 juin 2018 complétait les différentes étapes (de 2009 à 2014) garantissant sur le papier l’indépendance du gestionnaire de l’infrastructure (SNCF Réseau), ce qui aurait empêché la SNCF d’entraver l’accès aux concurrents à son réseau, tout en donnant à ces nouveaux entrants des assurances raisonnables de sécurité et d’opérabilité sur le réseau français.

Las. C’était sans compter sur le génie de la bureaucratie française d’un côté et de la mauvaise volonté de la SNCF de l’autre : les ordonnances et les décrets d’applications de cette « loi de Pacte ferroviaire » détricotent méticuleusement les petites avancées obtenues.

Ainsi, lorsqu’elle perdra un contrat, le décret de transfert des personnels autorise la SNCF à fixer unilatéralement le nombre et la qualité des salariés transférés ce qui revient aux gagnants du contrat à voir leurs effectifs imposés par la SNCF. Mieux encore : les concurrents ne pourront pas proposer leur propre matériel roulant. Comme l’explique l’article des Échos, tout est fait pour que les lourdeurs, les contraintes idiotes et les habitudes antédiluviennes et de préférence inefficaces de la SNCF soient finalement imposées aux concurrents, ce qui a l’énorme mérite de casser leurs petites pattes : en leur collant suffisamment de boulets, ils ne pourront pas courir plus vite que la SNCF ce qui permettra ensuite à cette dernière de fanfaronner sur ses performances finalement aussi bonnes – voire meilleures – que la concurrence (et pour cause).

Le pompon est atteint lorsqu’on apprend que le projet d’ordonnance concernant la gouvernance du groupe SNCF s’affranchit sans complexes des exigences d’indépendance et de neutralité fonctionnelle de SNCF Réseau. Il ne faudrait pas que la SNCF soit vraiment en concurrence, malheureux, on se rendrait compte qu’on paye cher pour des services pourris, des trains qui roulent mal, partent en retard et n’arrivent pas toujours. Le risque de grogne des clients usagers serait trop grand !

Diluons plutôt cette entité SNCF Réseau au sein du groupe SNCF dont l’État reste bien évidemment propriétaire et décisionnaire unique, ce qui aura le mérite de ne surtout pas changer du monopole actuel. Forcément, ça va bien marcher.

Et bing le train !

La conclusion est sans appel et peut s’appliquer sans mal à toutes les autres réformettes entamées en fanfare par Macron et son équipe : en fait de changement, on assiste à un ripolinage frénétique des lourdeurs bureaucratiques françaises, au changement méthodique du papier-peint des cabinets (toujours fermés de l’intérieur) sans aucune modification fondamentale des grands principes qui semblent animer le pays (collectivisme, immobilisme, endettement).

Cette absence de tout résultat concret, l’ampleur véritablement rikiki des changements opérés n’échappent qu’à la presse française, trop souvent outrée de la fameuse « casse des services publics » (qui n’ont pourtant pas besoin de ces réformes pour s’enfoncer dans leur caca tiède). Pour le reste du monde, en revanche, cet immobilisme et cette pusillanimité consternante finissent par inquiéter franchement, notamment au sein de l’Union Européenne où la France passe de plus en plus comme une mauvaise élève incapable de remettre de l’ordre dans ses affaires, au point de se mettre à dos à peu près tous les pays européens du Nord et de l’Est, associés dans une nouvelle ligue hanséatique bien décidée à ne surtout pas laisser la France pousser ses lubies dans le cadre de la politique européenne…

Finalement, les beaux discours, les formules ampoulées et les brochets projets vibrants de lyrisme de Prisunic ne suffisent pas à redresser l’économie du pays. Les petits bricolages opérés jusqu’à présent n’améliorent en rien la situation et tout indique qu’ils ont même tendance à la compliquer encore. Après plus d’un demi-siècle de sclérose syndicale, corporatiste et collectiviste, après plus de 40 ans de marxisme culturel, de croyance forcenée dans la lutte des classes, d’économie administrée de tous les côtés, de compromissions, d’endettement et d’absence de courage, le pays est maintenant dans une impasse. Plus rien ne bouge.

Non, décidément, les réformes Macron n’en sont pas.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/06/28/63951-comme-prevu-les-reformes-macron-nen-sont-pas


Une canicule prévisible mais insurmontable

mercredi 26 juin 2019 à 09:00

C’est horrible. Nous sommes en Juin 2019 et la France a chaud. Jusqu’à présent cantonnée à des températures idoines aptes à favoriser un travail léger, par exemple dans un bureau climatisé, le pays vient d’être subitement heurté de plein fouet par une canicule aussi imprévisible que catastrophique.

Pensez donc : des températures qui fricotent avec les 34° en plein mois de Juin, c’est ahurissant ! C’est bien simple, pour un peu, on se croirait en été ! À l’évidence et tout en se rappelant bien évidemment que ♩ lorsqu’il fait froid, ♪ ce n’est pas le climat et lorsqu’il fait chaud ♫, ce n’est pas la météo ♬, cet épisode caniculaire abominable est le fruit inévitable d’un dérèglement climatique complètement fou qui provoque de la neige en hiver et des canicules en été.

Or, comme tout ce qui est totalement imprévisible, ces épisodes de folie climatique provoquent des catastrophes en chaîne. Lorsque la neige survient en plein mois de décembre ou de janvier, les services de l’État, complètement pris au dépourvu, peinent à rendre aux routes leur navigabilité.

De la même façon, l’un des pays les plus riches du monde ne peut qu’être complètement désemparé lorsqu’une vague de chaleur survient en plein mois de juin, obligeant les administrations à reporter l’examen du Brevet des Collèges : le fragilisme, cette terrible maladie qui frappe de plus en plus de Français anémiques et sous-vitaminés à force de lire la propagande officielle, vient à nouveau de furieusement démotiver toute un partie de la population qui va entrer en mode « Survie ».

Au passage, on devra hausser un sourcil circonspect sur l’attitude générale de nos gouvernants qui manque un peu de cohérence.

Clamant partout que le réchauffement climatique général va nous frapper durement, on comprend qu’aucune autorité ne décide plus jamais de faire le moindre investissement pour protéger inutilement nos routes des chutes de neige, cette dernière ne continuant de tomber en hiver que pour les faire bisquer (tout le monde sait que c’est une chose du passé qui va disparaître définitivement).

En revanche, ces mêmes autorités ne font pas non plus assaut d’investissements pour nous protéger du chaud dans les établissements ou les transports publics. Il semble que la climatisation, rigoureusement honnie du pays, continuera d’en être bannie. Ce qui veut probablement dire que les examens de fin de cycles scolaires devront avoir lieu en mars, seul moment où il ne fait pas trop chaud, pas trop froid et où les rares technologies encore maîtrisées dans le pays permettent au plus de garantir un toit au-dessus de la tête des élèves.

Vous l’avez compris : c’est un véritable festival foisonnant de niaiseries consternantes dans les médias et chez les politiciens qui semblent tous destinés à nous présenter cette vague de chaleur comme un avant-goût d’Armageddon.

N’hésitant pas à jouer la surenchère à base d’outrances ridicules (« du jamais vu », « sans précédent », …) même si, en pratique, les exemples de précédentes vagues sont bien documentés, la presse s’est décidée à transformer cette canicule de quelques jours en événement cataclysmique auquel on ne survivra qu’avec une chance inouïe et – forcément – l’intervention de tout l’appareil d’État, mobilisé comme un seul homme pour moult initiatives dont le caractère indispensable ne souffre aucune discussion.

Pourtant, c’est bel et bien le froid qui tue davantage que le chaud en France (3,9% de la mortalité totale dans les villes était attribuable au froid et 1,2% à la chaleur, soit trois fois moins).

Malgré cela se multiplient les messages à caractères lourdement informatifs (« Buvez si vous avez soif. Mettez-vous à l’ombre. Prenez des vêtements légers. Ménagez-vous. Ne mangez pas trop gras, trop salé ou trop sucré. Etc. ») qui permettent de rappeler aux Français qu’ils sont considérés comme des abrutis par nos autorités.

Bien évidemment, pour l’ensemble de l’appareil administratif français, le but n’est absolument pas d’accompagner le peuple dans cet épisode climatique un peu inhabituel mais aussi prévisible que surmontable. Non. Le but avec ces assauts d’informations inutiles est de pouvoir annuler toute critique éventuelle si jamais cette canicule devait, ô grand malheur, se traduire par un nombre conséquent de décès surnuméraires.

Un autre avantage non négligeable de cette communication tous azimuts (l’exemple du report d’une épreuve nationale est typique) est d’occuper le temps de cerveau disponible sur des actions à la fois faciles et particulièrement spectaculaires, ce qui permet d’occulter l’inaction complète voire l’incompétence crasse en coulisse. En effet, des pays qui connaissent des conditions caniculaires sont nombreux. Ils ne sont pas tous en voie de développement, ils ne sont pas tous désarmés contre ce type de climat, et ont même pour certains des niveaux de vie supérieurs au niveau français (comme Singapour par exemple).

L’absence de moyens des administrations françaises pour équiper leurs bâtiments (notamment scolaires) d’air conditionné ou, au moins, d’une isolation raisonnable, ne provient pas d’un choix délibéré de tenir compte d’un climat tempéré, ce qui aurait le mérite de la cohérence, mais d’un abandon en rase campagne des principes que l’État impose partout ailleurs mais se refuse pour lui-même avec une décontraction caractéristique de celui qui dirige autoritairement en se foutant radicalement de la piétaille qui paye.

Et c’est une attitude d’autant plus facile à observer que les ressources publiques financières rapprochent tous les jours un peu plus la France d’un pays en voie de développement plutôt que du haut de tableau des pays développés, les gabegies, choix économiques désastreux et le socialisme mortifère accélérant la tendance.

En s’imposant partout, en contraignant tous et chacun à des normes plus ou moins idiotes, en tabassant tout le monde de taxes et d’impôts, l’État a consciencieusement poussé deux messages dans la tête de chaque citoyen français : « Vous n’êtes qu’une bande d’irresponsables qu’il faut cornaquer à coups de carotte ou de bâton », et « L’État est omnipotent et s’occupera de vous quoi qu’il arrive ». Moyennant quoi, le citoyen français, appauvri et limité au plus haut point dans ses choix opérationnels, ne peut que se laisser guider, généralement vers l’abattoir fiscal, la prison mentale et la résignation.

Et lorsque survient un événement inattendu (mais pas du tout imprévisible), que ce soit un ouragan dans des îles tropicales ou une canicule en métropole, il se retrouve en slip avec un État indigent qui agite des pseudopodes inutiles en faisant croire à son action.

C’est l’été, il fait chaud et tout a été entrepris pour qu’un épisode banal se transforme en calvaire.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/06/26/63980-une-canicule-previsible-mais-insurmontable


Immobilier : Les Français organisent leur propre misère

lundi 24 juin 2019 à 09:00

Assez paradoxalement, la fin annoncée de la taxe d’habitation est l’occasion d’illustrer comment les Français organisent sciemment leur misère, par idéologie, par méconnaissance de l’économie, et par ce désir immature de toujours vouloir contrôler tout, tout le temps et partout…

Ainsi donc et péniblement, le gouvernement tente de mettre en place la fin de la taxe d’habitation, annoncée à grands renforts publicitaires gouvernementaux depuis la décision de sa suppression à l’automne 2017 par un président Macron survitaminé et encore certain de pouvoir transformer sa parole en actions concrètes. Jusqu’à présent, tout ne s’est pas exactement passé au mieux : entre les maires qui ont multiplié les protestations pour comprendre comment serait compensée la disparition de cette ressource indispensable à l’équilibrage précaire de leurs budgets, le calendrier peu clair de la disparition de la taxe, et les diminutions déjà plus ou moins actées de cette taxe pour une partie seulement des contribuables, le gouvernement a dû faire assaut de pédagogie pour expliquer ce qui allait se passer.

Sur le papier, en 2023, plus personne ne devrait donc payer de taxe d’habitation…

Ce qui ne manque pas de déclencher chez certains une petite crise d’urticaire marxiste : grâce à cette non-taxe, regardez, les riches vont encore gagner de l’argent ! Et c’est même les inénarrables « Décodeurs » qui nous expliquent leurs mathématiques foireuses avec cet aplomb que les cuistres déploient pour embobiner les naïfs : puisque les plus riches ne sont plus assommés de cet impôts, ils vont gagner de l’argent, pardi !

Eh oui, pour les fins mathématiciens Décodeurs du Monde de la Lutte Des Classes, quelqu’un qui paie moins d’impôts s’enrichit, là où n’importe quelle personne sensée comprend qu’elle ne fait que s’appauvrir un peu moins (et ce d’autant plus lorsqu’on voit à quels résultats calamiteux l’impôt aboutit).

Cette idéologie stupide, qui a fini par faire fuir ceux dont le capital sert pourtant à faire tourner les entreprises, créer des emplois, des richesses et financer les services publics, n’est malheureusement qu’un aspect de cette volonté étrange des Français à construire consciencieusement leur propre misère.

Économiquement, si on ne peut que se réjouir de la disparition d’une taxe, on doit cependant s’interroger par exemple sur la pertinence de supprimer celle-ci plutôt que la taxe foncière. En effet, la taxe d’habitation, aussi pénible soit-elle, peut se comprendre comme le paiement de services (plus ou moins utiles, plus ou moins efficaces, certes) produits par la commune et donc facturés à ceux qui y vivent. En revanche, la taxe foncière n’est, en définitive, qu’une forme subtile d’expiation financière pour la faute d’être propriétaire.

petit facepalmOn comprend qu’électoralement ce soit la taxe d’habitation qui fut choisie : au vu des puissantes analyses de tout ce que la journalistaillerie contient de fins « décodeurs », supprimer la foncière revenait à « faire un cadeau aux riches », ces riches dont, on le rappelle, la France se passe maintenant comme jadis elle se passa de scientifiques pendant sa Révolution, avec sur le moyen et long termes, des effets tout à fait comparables.

En outre, on s’interroge aussi sur le différentiel de financement provoqué : puisque cet argent sera donc non-ponctionné et ira (après « décodage »), enrichir les plus riche (et probablement appauvrir les plus pauvres si l’on s’en tient à la « méthode » de « décodage » de nos journalistes à la mathématique contrariée), il va falloir trouver un financement ailleurs. Diminuer les dépenses ? Vous n’y pensez pas mon brave ! Il faut conserver le record mondial de prélèvements et de dépenses publiques par habitant, n’est-ce pas !

Bref, malgré les assurances d’un Darmanin confit dans sa propre importance que tout sera compensé par d’autres mécanismes, on comprend que cette disparition ne se fera pas sans douleurs, ces douleurs typiques d’un pays qui souffre lorsqu’on lui retire son cilice.

Et quoi de mieux, lorsqu’on s’enlève des boulets, que d’en remettre de nouveaux pour s’éviter de se sentir libre ?

C’est en tout cas ce à quoi semblent s’employer nos législateurs, frénétiquement lancés dans la course à la taxe, à l’obligation, la contrainte, l’interdiction et la sanction. Quand une taxe s’éteint, d’autres s’éveillent aussi vite que possible, dont le total, n’en doutons pas, sera bien supérieur aux recettes disparues !

Je pourrais ici lister les dernières idées de taxes déjà dans les tuyaux, comme cette nouvelle taxe sur les ordinateurs qui pointe le bout de son nez.

Je pourrais ajouter cette lumineuse idée des députés qui veulent ponctionner 5% du prix des ventes immobilières pour rénover les logements mal isolés : qui, mieux que des députés, sait ce qu’il faut faire avec l’isolation d’un logement ? Ses propriétaires ? Pfff, vous n’y pensez pas ! Ce sont des propriétaires, ils sont donc forcément riches, donc méchants !

Et quand il ne s’agit pas de nouvelles taxes, c’est d’une nouvelle police qu’il s’agira : que diriez-vous d’une petite Police Spéciale du Logement, au départ utilisée pour traquer les propriétaires indélicats louant des logements indécents et dont on sait qu’elle pourrait ensuite servir à repérer les locations inavouables via AirBnB ? Du reste, ce n’est pas comme s’il n’y avait pas déjà tout l’arsenal juridique nécessaire à la répression de ce fléau. Du reste, ce n’est pas comme s’il n’y avait pas une législation outrageusement favorable au locataire, biais si évident qu’il en provoque une pénurie de logements disponibles. Que diriez-vous d’accroître le problème ?

Je pourrais multiplier les exemples.

En réalité, le peuple français se soumet à une sorte d’autoflagellation permanente qui lui permet d’expier des fautes de plus en plus abracadabrantes. Peuple au ventre plein, qui dispose de l’eau, de l’électricité courante, d’un niveau de vie très supérieur à la moyenne mondiale, dont la santé s’améliore envers et contre toutes les mauvaises nouvelles, il semble à la fois ne pas pouvoir accepter les bénéfices de tous ces siècles passés dans les luttes et un travail acharné, et à la fois décidé à dilapider le capital qui lui fut laissé en héritage, ce qu’il fait maintenant avec une application hystérique qui frôle la psychiatrie.

Il lui semble intolérable que nous ayons un tel niveau de vie tant qu’il reste des pauvres, tant qu’il reste des malheureux. Et comme assurer l’égalité dans la richesse suppose des efforts incommensurables, réalisons l’égalité dans la misère.

C’est bien plus facile à atteindre.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/06/24/63908-les-francais-organisent-leur-propre-misere


[Redite] Dépenses sociales : un pognon de dingue

dimanche 23 juin 2019 à 11:00

Article initialement paru le 25.06.2018

Décidément, les chiffres sont têtus. Heureusement, à ces chiffres têtus répondent des politiciens bornés qui, vaille que vaille et surtout, surtout, coûte que coûte, persistent à appliquer les mêmes recettes foireuses aux problèmes qu’ils ont pourtant créé avec acharnement. Et, youpi, grâce à leur entêtement, la France caracole maintenant en tête des pays les plus socialistes d’Europe, distribuant à ses pauvres (pas toujours pauvres) plus de 720 milliards d’euros pris de force à d’autres pauvres (les riches étant partis depuis un bail). On imagine sans mal que les sommes effectivement collectées sont bien supérieures, les administrations s’étant servies au passage pour mener à bien cette grande opération de ventilation d’argent gratuit ponctionné chez les autres.

Il y a un an, je découvrais que Macron évoquait ces sommes affolantes, pardon ce pognon de dingue. Je notais qu’on continuait à appliquer un système qui avait pourtant amplement démontré sa médiocrité, les résultats étant au mieux mauvais, au pire catastrophiques. En un an, rien n’a changé : on continue d’envisager âprement de ne plus rembourser l’homéopathie (mais rien n’est joué, mes petits amis) ; on découvre toujours des scandales alimentaires, les médicaments un peu trop facilement distribués ; le nombre de chômeurs est toujours fort élevé, dans un pays dont la croissance est mollassonne ; la gestion des retraites est toujours aussi finement huilée, les EPHAD fonctionnent toujours aussi bien, comme les urgences hospitalières.

Bref : un an s’est écoulé. Rien, absolument rien n’a changé. 12 mois de perdus. Si c’est ça, la « République En Marche », on redoute le moment où elle va se retrouver à l’arrêt, devant un mur de dettes…

Stupéfaction il y a quelques jours lorsque, frappé par une lucidité toute calculée, Manu Le Président s’est rendu compte que les dépenses sociales du pays étaient particulièrement dodues mais que les résultats, en face, laissaient amplement à désirer : dans une saillie au franc-parler qui a tout tourneboulé les médias, voilà que le locataire élyséen découvre qu’on dépense « un pognon de dingue ».

Bien évidemment, l’idée pour l’équipe de communicants de Macron consiste à essayer d’amener les médias et le pays après eux à prendre à bras le corps la problématique de ces dépenses sociales, alors que la nécessité d’économies commence à se faire sentir (assez vaguement et pas à une vaisselle ou une piscine près, n’exagérons rien), tout en ne proposant très précisément rien qui puisse, d’une façon ou d’une autre, déclencher quelque prise de conscience que ce soit.

Bien évidemment, quand bien même le constat est correct, la fine fleur du journamisme de piposophie comprend la manœuvre, évidemment politique, qui vise d’après elle à surtout faire oublier le problème migratoire. La dette, les résultats merdiques, la pression fiscale, tout ça n’existe pas réellement.

Pourtant, à 33% du PIB du pays et à hauteur de plus de 700 milliards d’euros, la France représente au niveau mondial et à elle seule 10% des dépenses sociales, comme nous l’apprend un Libération frétillant d’aise que ce ne soit pas 15%, oubliant de bien mesurer l’énormité du chiffre.

Du reste, soyons heureux : la protection sociale du chômage, ça marche très bien ! De plus en plus de chômeurs, une précarité qui s’est installée et se répand malgré les excitations et les agitations spasmodiques de tous les gouvernements, et des cotisations afférentes qui ne font qu’augmenter, voilà véritablement une recette qui a fait ses preuves et que les Français semblent approuver.

L’assurance maladie marche si bien qu’on oblige à présent tous les salariés à disposer d’une complémentaire qui, au final, ne parvient toujours pas à rembourser les frais les plus banals (lunettes, dentisterie de base) ; on continue de se tortiller la nouille pour savoir s’il faut ou pas rembourser l’homéopathie alors qu’aucun bénéfice médical n’a jamais réussi a être prouvé, ce qui coûte un pont au cotisant. On continue de rembourser des trouzaines de séjours en cure et autres aménagements de conforts, des trajets en taxi en lieu et place d’ambulances qui pallient les manques et autres absurdités règlementaires. En collectivisant la santé, on a de facto forcé les uns à payer les vices des autres, on a obligé la population à suivre des recommandations médicales de plus en plus douteuses (depuis la pyramide alimentaire jusqu’aux statines en saupoudrant de scandales médicaux que la dilution de responsabilité et le capitalisme de connivence à tous les étages expliquent fort bien).

Franche réussite.

Mais de loin, le pompon reste sans doute tout ce qui concerne la dernière période de notre vie, depuis la retraite jusqu’à l’assistance médicale des personnes âgées dépendantes.

La notion de pension décente est devenue une vaste blague pour une portion croissante de la population : bercée de la douce illusion qu’elle cotisait pour ses vieux jours, la vérité qu’elle ne faisait que payer pour ceux de ses propres anciens a fini par poindre lorsqu’elle a, à son tour, tenté de toucher quelque chose d’un système essentiellement pyramidal dont l’avenir ne dépend que d’une démographie qui n’a plus aucun lien avec la réalité.

Autrement dit : après avoir cotisé toutes ces années, pouf, le réveil est brutal lorsque la pension minuscule (frôlant l’injure) arrive à la fin du premier mois de retraite, lorsque les impôts continuent d’augmenter alors que les pensions baissent, lorsqu’on parle de sucrer les pensions de réversion, lorsqu’on comprend qu’on s’est fait complètement avoir. On n’évoquera pas les pensions grotesques de la plupart des artisans et autres commerçants que leur verse un RSI à la gestion à la fois catastrophique et honteuse.

Bien sûr, le tableau ne serait pas complet si, en parallèle de ces retraites massacrées, on n’y empilait pas d’autres problèmes directement consécutifs de quarante années de gabegie, de laxisme budgétaire, d’impréparation chronique et de désorganisation calculée.

Régulièrement, l’un ou l’autre scandale humain dans un Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) permet de rappeler à tous ce qui nous attend peu ou prou si l’on n’a pas pris de solides dispositions (financières notamment) bien en amont : là encore, le résultat est à la hauteur de tout ce que peuvent produire le capitalisme de connivence, des incitations économiques perverses, l’avalanche de lois, normes et autres règlementations complexes, le collectivisme et la dilution complète des responsabilités dans un tout-à-l’État mortifère.

Il suffit de lire les nombreux témoignages, récurrents, des personnels et des clients de ces établissements pour mesurer l’ampleur du problème. Bien évidemment, lorsqu’il est confronté au problème, le Français moyen (et son gouvernement, tout aussi moyen) s’empresse de réclamer… plus d’État, sans doute parce qu’avec la première place au monde des dépenses sociales, l’État n’en fait pas assez et que tout cet ultraturbolibéralisme, ça commence à bien faire.

parabole de l'aspirine (c) Maître Du Monde

Et heureusement, magie du socialisme oblige, à force de réclamer un accroissement majeur de l’emprise de l’État sur tout le traitement social du début, du milieu et de la fin de vie, le Français l’obtient : alors qu’une journée par an est déjà entièrement consacrée à travailler pour l’État et personne d’autre, on envisage de doubler ce nombre, et ce alors même que les pistes pour faire des économies et tenter de mettre un peu d’ordre dans cette immense foutoir n’ont même pas encore été seulement évoquées.

Le plus beau restant la constatation – effarée – que même avec ce niveau de dépenses sociales complètement affolant et qui, financièrement, ne peut amener le pays qu’à la faillite (Venezuela, nous voilà !), une part importante des Français (autour de 30% !) n’en profite même pas… alors qu’ils pourraient. On imagine sans mal le regain de Bonheur Intérieur Brut si cette nouvelle masse de Français entreprenait subitement les démarches pour bénéficier activement de la manne sociale disponible !

En somme, oui, le pays dépense des montants tous les jours plus élevés pour ses dépenses sociales. Ce faisant, les nécessiteux, loin de s’évaporer, se font tous les jours plus nombreux. Devant la détérioration de la situation et au lieu de prendre du recul et de remettre en cause ce modèle qui ne fonctionne pas, les Français choisissent d’en rajouter.

« Les montants explosent, la pauvreté aussi ? Accélérons le mouvement ! »

Si ça, ce n’est pas dépenser un pognon de dingues, qu’est-ce ?

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/06/23/63954-redite-depenses-sociales-un-pognon-de-dingue