PROJET AUTOBLOG


Hashtable

Site original : Hashtable
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Un Grand Débat National chaperonné par une équipe de choc

lundi 21 janvier 2019 à 09:00

Petit-à-petit, la Grand-Messe Médiatique se met en route. Le Débat National™, que le gouvernement ne pouvait pas imaginer autre chose que « Grand » (comme l’Emprunt ou les Plans quinquennaux d’antan), occupe progressivement de plus en plus de place dans les Unes des journaux. Compte-tenu de l’importance accordée à ce débat affichée par le Président et le gouvernement, il fallait au moins que ce dernier soit parrainé par une brochette d’élites. Avec la désignation de cinq sages, c’est chose faite.

Et quels sages ! La presse s’est évidemment emparée des cinq noms pour décortiquer les impressionnants CV de nos garants désignés.

Jugez plutôt. On trouve d’abord un solide politologue, un analyste pétri des valeurs populaires françaises et en prise directe avec le peuple dont il dissèque régulièrement le vote. Le suivant est un aimable représentant du Conseil constitutionnel, ancien magistrat, dont on imagine qu’il serait sorti d’une retraite bien méritée à 75 ans pour venir rejoindre le politologue. Le troisième garant est un ex-patron de la RATP et ex-patron de la Poste, nos fleurons nationaux (au moins en terme de jours de grève). Le quatrième est une quatrième puisqu’il s’agit d’une énarque, présidente de la CNIL et ex-de Bull (un autre fleuron national, au moins en terme de tromblons informatiques). Quant au cinquième larron garant, c’est la secrétaire générale de la Ligue de l’enseignement, qui a vogué d’associations en mouvements associatifs, citoyens, festifs et subventionnés par le contribuable.

Devant ces garants, il était difficile pour la presse et ses fiers analystes de ne pas tomber en pâmoison. Rien que du lourd puisqu’on trouve de l’énarque, du polytechnicien, du science-po, du magistrat, bref, absolument tout ce qui fait le peuple français dans toutes ses nuances d’apparatchiks, de cireurs de pompes médiatiques ou autres thuriféraires du tout-à-l’État.

On se rassure en notant que l’audace des élites qui ont désigné ces fiers garants ne les a pas poussés à nous proposer un Juppé ou un BHL dont les noms trouvent toujours (presque miraculeusement) leur place dans ce genre de happenings républicains pleins de petits fours citoyens et d’envolées lyriques à facture latérale salée. Néanmoins, il faut faire preuve d’une naïveté confondante ou d’une épaisseur mentale notable pour imaginer que cette aimable brochette peuvent constituer quelque garantie que ce soit dans le débat qu’on nous propose maintenant avec empressement.

Sur les cinq personnalités, aucun ne provient du monde de l’entreprise. On rira à l’évocation de l’ex-patron de la RATP ou de la Poste qui, en aucun cas, ne peut se targuer d’une expérience même lointaine de ce que peuvent vivre les petits patrons et les indépendants français confrontés à la démence furieuse de l’administration française lorsqu’elle est lâchée après leurs basques. Petits patrons et indépendants qui forment indéniablement une des populations de choix parmi les Gilets Jaunes qui sont, on le rappelle, ceux qui ont déclenché ce frétillant besoin d’un Grand Débat™. Pas de bol pour eux, ils n’auront aucun garant.

De la même façon, aucun des garants présentés ne pourra vaguement représenter le salarié moyen français, qu’il soit celui d’une entreprise petite ou moyenne comme il en existe des dizaines de milliers, ou d’une grosse entité commerciale confrontée à la concurrence du marché français (à-peu-près) libre. Aucun de ces magistrats, énarques, fins lettrés ou associatifs n’a usé ses fonds de culotte dans l’une ou l’autre de ces entreprises. Leur est d’ailleurs complètement étrangère la notion même de perte sèche de son emploi suite à une réduction massive d’activité ou suite à l’arrivée d’un concurrent plus féroce ou d’une technologie qui renverse la donne : tous n’ont jamais travaillé que pour l’État (d’une façon ou d’une autre). Tous n’ont jamais été qu’au crochet du contribuable, aussi louable et pertinent fut leur emploi. En soi, ce n’est pas une tare, mais cela laisse songeur lorsqu’il s’agit de se porter garant d’un débat qui a été initié par des patrons, des indépendants et des salariés très majoritairement du monde privé ou de cette partie du peuple qui a directement été confronté à la rigueur de la vie, loin du protectionnisme douillet offert par le Léviathan.

En fait, si l’on voit bien en quoi nos heureux désignés seront garants de l’idée d’égalité ou de fraternité, tant la première est devenu le crédo indépassable de toutes les bestioles un tant soit peu politiques en France, et tant le second leur a permis de toucher leur salaire, on peine en revanche à voir dans ces garants ceux qui pourraient se porter caution pour l’idée même de liberté en France.

Ces garants nous font largement comprendre que ce Grand Débat™ sent déjà le rance. Pas ce rance des heures les plus festives, citoyennes et socialistes de notre Histoire, mais plutôt ce rance d’un truc qui a déjà été sorti à plusieurs reprises, pour différentes occasions, ce plat moche fait de restes et de reliefs douteux qui traîne dans le frigo depuis des temps immémoriaux.

Il n’est qu’à voir l’actuelle « tournée » de Macron pour s’en convaincre : entre l’organisation d’une spontanéité calculée (dénoncée à juste titre par un maire présent), jusqu’au choix des sujets et thèmes abordables, rien n’indique un débat.

En réalité, tout indique plutôt une campagne : Macron la bat, Macron l’anime, Macron la dirige. C’est une campagne électorale en forme de représentation, de show typiquement macronien duquel le débat, le vrai, est totalement absent : le Président de la République utilise simplement la colère des Gilets Jaunes et la mise en place de cette mascarade pour pousser ses pions électoraux et des gimmick de campagne. Les médias, dociles, jouent le jeu : le sujet « Gilet Jaune » diminue dans l’actualité, le Président a repris la main médiatique, youpi youpi, et on trouve même un regain de popularité au sémillant quadragénaire qui s’agite, micro à la main, devant des assemblées de citoyens triés sur le volet et à la franchise calculée.

Bref.

On ne va pas parler des sujets qui fâchent, on n’abordera que les thèmes choisis par le gouvernement et certainement pas avec n’importe qui, les garants sont de véritables caricatures de l’apparatchik gouvernemental, et le Président est pisté par des médias avides de petites nouvelles qu’ils comprennent enfin…

Oui, la campagne électorale pour les élections européennes vient de commencer.

Les Gilets Jaunes ? Les dépenses publiques stratosphériques ? L’administratosclérose française ? La pression fiscale dantesque ? Le gouvernement s’en tamponne complètement : il est occupé à repousser l’hydre populiste, pardi.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/01/21/62690-un-grand-debat-national-chaperonne-par-une-equipe-de-choc


[Redite] Licornes et leprechauns : Pénicaud et Schiappa à l’assaut de l’écart salarial hommes-femmes

dimanche 20 janvier 2019 à 11:00

Article initialement paru le 22.01.2018

Il y a un an, le gouvernement avait encore, croyait-il, de solide marges de manoeuvres : les ponctions pouvaient aller bon train, les dépenses publiques pouvaient continuer d’augmenter tranquillement. Tout au plus fallait-il, pour occuper le peuple et s’en assurer l’assentiment sinon vocal au moins passif, lui occuper l’esprit avec ces hochets sociétaux qui sont devenus, au cours des 40 dernières années, la marque de fabrique à la fois du progressisme et d’un État en quasi-faillite, infoutu de faire autre chose que des bricolages marginaux qui s’imposent aux autres et ne lui coûtent rien ou presque.

Depuis, l’année 2018 est passée et avec elle, les belles idées de nos ministricules de lancer l’un ou l’autre chantier d’apparat, l’une ou l’autre Commission Bidule pour lutter contre l’une de ces misères sociales dont l’écrasante majorité du peuple se fout en réalité éperdument. À présent, c’est du sérieux ! Fini ces vaporeuses idées, place au Grand Débat National, scrogneugneu !

Comment tenir occupé un pays de 65 millions d’individus dont le taux de chômage augmente ?

Une première solution consiste à vendre du vent ; cela marche plutôt bien : regardez, des éoliennes poussent partout, et Macron est même devenu président avec ce produit miracle !

Pour continuer la distribution de cadeaux sociaux et permettre que l’argent des riches (de moins en moins riches car de moins en moins nombreux) continue d’aller dans la poche des pauvres (de plus en plus pauvres car de plus en plus nombreux), on peut aussi continuer le bombardement d’impôts.

Là encore, force est de constater qu’Emmanuel Macron persiste avec brio dans la voie empruntée par ses prédécesseurs : en créant pas moins de huit nouvelles ponctions sur le cheptel français, il montre ici sa maîtrise et son attachement à la vraie et seule production artisanale française reconnue réellement partout dans le monde, celle de taxes innovantes, d’impôts précurseurs et de ponctions inspirantes qui se nichent à des endroits toujours plus malins.

Une autre façon d’amuser la galerie d’occuper une population dont l’avenir semble chaque jour plus incertain, c’est bien évidemment de l’occuper à des questions sociétales sinon triviales du moins périphériques à leurs principaux problèmes.

Alors que le pays semble assez clairement se débattre dans un marécage administratif tous les jours plus gluant, qu’il doit faire face à des défis techniques, technologiques, économiques, scientifiques et éducatifs de plus en plus importants, qu’il est en proie aux doutes les plus prégnants concernant ses propres valeurs, le gouvernement a choisi de faire porter une partie de ses efforts sur… l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

C’est ainsi que Muriel Pénicaud, l’actuelle ministre du Travail, veut agir pour faire disparaître le fameux écart de salaire de 9% entre femmes et hommes à postes équivalents, qui persiste malgré l’égalité pourtant constitutionnellement reconnue dans la loi. C’est sans doute pour cela qu’elle s’est adjoint les indispensables services de Marlène Schiappa qui va certainement pouvoir frétiller sur ce nouveau créneau comme elle nous y a déjà habitué.

L’idée est fort simple, finalement : comprenant malgré tout qu’une loi ne règle pas tout, nos deux responsables gouvernementales vont lancer un chantier consistant à perfectionner les bidulotrons indicateurs permettant de comparer la situation des hommes et des femmes dans les entreprises. À la suite des écarts évidemment constatés, la ministre proposera des dépliants en quadrichromie et papier glacé avec de vrais « programmes de rattrapage salarial étalés sur plusieurs années » et, certainement, des t-shirts et des porte-clefs pour ceux qui auront réussi à redresser la barre.

Il fallait bien ça : tout le monde sait que les hommes sont mieux payés que les femmes, et tout le monde sait ou, à tout le moins, suppute assez fortement, que l’écart s’explique par (au choix, panachage possible) le machisme des patrons, les habitudes culturelles défavorables aux femmes ou la société occidentale à l’oppression patriarcale permanente (ou presque).

Que voulez-vous ! La réalité statistique n’intéresse réellement personne, d’autant qu’électoralement, elle ne vend pas du rêve puisque, lorsqu’on épluche effectivement les études qui ont été réalisées dans le domaine (ce que font cet article-ci et celui-là), l’écart en question est surtout un artéfact : s’il existe bel et bien, il ne s’explique pas par une quelconque discrimination sexuelle, mais bien par des différences objectives : temps de travail plus faible pour les femmes, parcours de carrière différent, domaines choisis moins rémunérateurs, sélections privilégiée des secteurs aux contraintes sociales moins fortes ou avec moins de prises de risques qui entraînent aussi des salaires plus faibles, etc.

Du reste, l’argument économique le plus simple est surtout le meilleur : si les femmes touchent systématiquement moins que les hommes à travail égal, pourquoi diable les patrons continuent-ils d’employer des hommes, plus cher de 20 à 30% ? Les employeurs seraient donc assez malins pour discriminer activement les femmes et les empêcher d’accéder aux postes mieux rémunérés, mais trop sots pour le faire avec les hommes. Sauf à rentrer dans le mécanisme intellectuel douteux du complot mondial, un tel comportement semble assez mal passer le rasoir d’Occam.

Mais ces considérations logiques, économiques et statistiques n’ont en réalité aucun intérêt.

Comme on l’a compris, il ne s’agit pas ici de résoudre un problème réel, objectif et prégnant dont la population serait victime et que tout le monde s’accorderait à trouver insupportable. Non, ici, il s’agit de trouver une distraction intellectuelle à une administration (celle de Schiappa, de Pénicaud, ou les deux), de fournir aux journalistes quelques éléments de langage qu’ils pourront resservir plus tard dans le cadre d’une grande fresque sur le vrai combat féministe et/ou égalitariste du président Macron, et un magnifique jeton de présence du gouvernement pour les ligues de vertu dont le pays s’est rapidement alourdi ces dernières décennies.

En somme, si la mode avait été à la chasse aux Schtroumpfs, nos ministres auraient décrété trop élevé le taux de Schtroumpfs dans nos campagnes et un nouveau plan de lutte contre les Schtroumpfs aurait été lancé. Ensuite de quoi, une fois ceux-ci disparus ou réduits à leur portion congrue, on se serait rendu compte que a/ les problèmes réels (économiques, techniques, sociaux, éducatifs) n’ont absolument pas disparu (méchants Schtroumpfs  !), b/ la chasse aux Schtroumpfs aura créé ou nourri un climat délétère dans le pays (qui abrite les Schtroumpfs ? À qui doit-on dénoncer ceux qui les laissent vivre ou n’en ont rien à carrer ?) et surtout c/ en éliminant les Schtroumpfs, on aura créé tout un monde de nouveaux casse-têtes que seul le gouvernement se proposera de résoudre…

Oui, décidément, pour tenir occupé un pays de 65 millions d’individus dont le taux de chômage augmente, dont l’économie continue de se dégrader, dont le tissus social se délite, le gouvernement n’est décidément pas désarmé et rien ne vaut les babioles sociétales.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/01/20/62701-redite-licornes-et-leprechauns-penicaud-et-schiappa-a-lassaut-de-lecart-salarial-hommes-femmes


Dépenses publiques : un pognon de dingue, mais pas perdu pour tout le monde

vendredi 18 janvier 2019 à 09:00

Avec un discours fleuve et plus de six heures de direct, le GrRand DébaAat NationaAal est lancé. Enfin, youpi youpi, les Français vont pouvoir exprimer toutes leurs doléances, tous les soucis qui les tracassent, les fins de mois difficiles, la bureaucratie galopante, les vexations fiscales et surtout, surtout, essayer de comprendre où part ce « pognon de dingue ».

Eh oui : avec le tournant de l’année 2018, la France a battu un bien beau record puisqu’elle affiche maintenant plus de 1000 milliards d’euros de prélèvements publics à l’année (1057 milliards pour être précis). Et pour cette coquette somme (qui représente à la louche deux fois et demi le budget de l’État), le citoyen français peut s’enorgueillir d’avoir une administration médiocre, des infrastructures vieillissantes, une police épuisée, une justice débordée, une armée usée, une couverture sociale pleine de trous et des politiciens calamiteux.

Afin d’illustrer la situation avec le brio qu’on lui connaît, les services de l’État se sont même fendus d’une intéressante imagette résumant ces dépenses ce qui permet justement de fournir une explication d’où part tout cet argent, et ce, même si cette explication est loin d’être complète et cache une réalité que certains pourraient qualifier hardiment de sordide.

C’est malgré tout un fort joli tableau qui permet de donner une idée des grandes masses. On y découvre ainsi un régalien particulièrement rikiki, flirtant les 60€ avec tout de même 4€ (sur les 1000 dépensés) pour assurer au citoyen une justice efficace. 60 euros pour disposer d’un état de droit, ce serait véritablement bon marché (à ceci près que l’État français n’en est plus un depuis un moment).

À ces dépenses, on ajoutera probablement un peu de recherche organisée par l’État (même si on se tâte franchement pour mesurer l’impact économique des dernières découvertes de nos brillants chercheurs-fonctionnaires) pour 23€ tout de même, 37€ d’une dette qu’on ferait bien de continuer à rembourser sauf à devoir se frotter vigoureusement au crépi de la réalité et une trentaine d’euros pour le coûts de nos administrations, les 66€ dévolus semblant outrageusement généreux face aux sévices qu’ils sont capables d’offrir.

Ceci nous fait un total de 150 euros et, par contraposée, 850 euros dépensés dans la foultitude de baltringueries diverses et variées, et autres sprinklers à pognons déchaînés qu’on nommera pudiquement « la redistribution sociale à la française », c’est-à-dire cette illusion de couverture sociale, ce mythe rigolo du filet de sécurité collectif et ce pipeautage éhonté d’une solidarité qui s’évapore systématiquement dès qu’on en a besoin et réapparaît dans les discours avec une constance étonnante dès qu’il s’agit d’augmenter les prélèvements, ponctions et autres taxes.

En effet, outre le délabrement complet des services qu’on met généralement en face de cette solidarité à la pointe du fusil fiscal, on ne peut que constater que, pour chaque branche, le secteur privé en concurrence fournit mieux et moins cher. Ce n’est pas un effet de manche : école, santé, retraite et dans bien d’autres domaines, le secteur privé a amplement prouvé, de nombreuses fois en France et partout ailleurs dans le monde, qu’il savait faire mieux et pour un prix bien plus modique que les montagnes d’argent que l’État ponctionne aux Français.

Mais un autre aspect important, caché derrière les chiffres plus ou moins gros de ces dépenses publiques, reste l’invraisemblable quantité d’argent qui est dépensé en pure perte, c’est-à-dire en face duquel on ne retrouve absolument aucune création de valeur, aucun service public, aucune richesse créée en retour pour le contribuable. Ces sommes représentent au final des milliards d’euros de débilités survitaminées mais sont, on le comprend, extrêmement difficiles à évaluer au total.

Dans ces dépenses incontrôlées et incontrôlables, on trouve évidemment la pléthore d’associations lucratives sans but, de commissions bigarrées, de hautotorités rigolotes, de comités Théodule et d’agences creuses dont l’objet n’a jamais été autre chose qu’alimenter les copains et les coquins de la République. La Cour des Comptes produit régulièrement de tristes rapports où s’égrainent la liste de ces coûteuses officines et de leurs dispendieuses idioties. Rassurez-vous, ces rapports n’ont aucun impact.

Cependant, pour illustrer mon propos, j’utiliserai l’actualité qui fournit comme il sied une amusante collision avec ce sujet : avant qu’Emmanuel le président débite des poncifs devant des maires, s’est tenu le CES 2019 à Las Vegas. Le CES (Consumer Electronics Show), c’est la grand-messe des gadgets technologiques où sont régulièrement dévoilés les dernières innovations électroniques à la pointe. Or, suite aux excitations politiques – essentiellement pendant le quinquennat hollandesque – autour de la nécessité impérieuse pour la France d’avoir une place importante dans ce show, l’habitude a rapidement été prise d’y envoyer, en « représentation », un maximum des start-up françaises sous le label fumeux de French Tech.

À tel point que cette année fut marquée par la surpopulation française dans les allées du salon : aux 26 start-up sélectionnées par Business France (le côté national), il faut ajouter les 160 autres entreprises que les régions françaises ont invitées à leur frais. Et dans ces entreprises, on en trouve un paquet qui, si elles peuvent aimablement qualifier le produit de gadgets, se demandent même pourquoi elles sont dans ce show. Au final, la délégation française y est maintenant plus présente que la délégation américaine, pourtant réputée pour représenter à la fois la plus grande quantité de start-up dans le monde, et fournir le plus gros contingent de celles qui réussissent de façon plus ou moins spectaculaire.

Autrement dit, la politicaillerie française a, comme prévu, choisi la quantité à la qualité, et a claqué « un pognon de dingue » pour aboutir à une overdose grotesque de French Tech sans intérêt qui a fini par noyer les quelques pépites qui auraient pu sortir du lot. Bien joué.

Ce pognon se retrouve certainement, caché dans les petites lignes de bilan budgétaires qui seront agglomérés en lignes plus grosses puis en lignes énormes, les petits ruisseaux de dépenses idiotes finissant par faire des torrents de gabegies absurdes cachés par des cataractes de redistributions moyennement pertinentes.

En somme, derrière cette répartition des grandes masses proposée par les services de l’État, la facture qui se voit, il y a celle qui ne se voit pas, et qui ne fera l’objet d’aucun débat tant ces affolantes niaiseries sont réparties sur tout le spectre : par une sorte de définition quasi-religieuse, si une dépense publique est engagée, c’est qu’elle n’est pas idiote et qu’elle est même indispensable !

Le GrRand DébaAat NationaAal est donc lancé. Mais avec son cadre déjà fixé dans le credo débile du « pas moins d’État mais mieux d’État » qui oublie commodément toutes les épaves communistes de l’Histoire passée (Russie, Chine) et récente (Venezuela, Corée du Nord, Cuba, …), qui oublie encore mieux qu’aucun pays dans le monde n’a d’État aussi obèse qu’en France, il n’y a réellement aucune chance qu’une prise de conscience s’opère enfin.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/01/18/62673-depenses-publiques-un-pognon-de-dingue-mais-pas-perdu-pour-tout-le-monde


Invendus d’Amazon : chouette, la députaillerie part en guerre !

mercredi 16 janvier 2019 à 09:00

Dans toute religion, il faut une iconographie puissante et inspirante et pour la garnir, de belles images de gentils fort beaux, preux et valeureux, et d’horribles représentations de méchants tous plus laids les uns que les autres. En République du Bisounoursland, la religion qui a cours s’est déjà trouvé pléthore de méchants. Et parmi ceux-là, à côté des actionnaires bedonnants à haut de forme, des ultra-turbo-libéraux qui mangent des enfants communistes, on trouve les Grandes Multinationales Américaines qui font du maïs mutant (comme Monsanto) ou tuent le petit commerce (comme Amazon).

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

En ce début d’année, pouf pouf, pique et pique et colégramme, c’est sur Amazon que l’opprobre est tombée, Monsanto ayant eu sa cargaison de quolibets en 2018 grâce au drame en cinq actes concernant le glyphosate. Avec l’affichage d’une bonne santé réellement insolente dans un pays en déroute, et alors que le petit commerce se meurt d’une conjoncture économique désastreuse que les Gilets Jaunes n’ont guère améliorée, Amazon ne pouvait pas faire autre chose que cible aussi rêvée que dodue pour toute la classe jacassante.

Et alors même que cette classe est actuellement en délicatesse avec le peuple pour l’avoir probablement trop souvent baratiné, la voilà qui relance donc le bastringue avec un nouveau reportage sur « les invendus d’Amazon ».

Il faut dire que les précédents reportages plus ou moins rigolos (et fondamentalement caricaturaux) sur les cadences infernales du logisticien américain ou ses pratiques syndicales abominables avaient surtout déclenché la franche hilarité : on se souvient de reportages poignants où, faisant fi des risques énormes encourus, un héroïque bobo journaliste tentait de travailler pour Amazon et découvrait l’âpre monde des entrepôts, de l’empaquetage et des poinçonnages à la machine, à l’autre bout du hangar. Troporibl.

Cette fois-ci, l’angle est probablement plus facile à faire passer auprès du public, d’autant que la partition du gaspillage est harpée avec frénésie depuis plusieurs gouvernements : l’État français s’est en effet décidé, dès le choc pétrolier de 1973 et depuis, avec une constance qui frise la compulsion, à lutter contre tous les gaspillages (sauf celui d’argent public, soyons sérieux).

Garot, illustre et frétillant inconnu mais qui, en tant que ministricule chargé de la question sous François Hollande, devait absolument agir, avait pondu plusieurs articles de lois aussi idiots qu’à peu près impraticables permettant enfin de combattre ce fléau qui amenait les Français à se débarrasser de près de 60 g de nourriture à la poubelle (un trognon de pomme, en gros) par jour et par personne.

Là, cependant, on ne joue pas dans la même catégorie puisqu’au contraire des lois précédentes qui visaient, on le comprend, à organiser votre cabas, votre frigo et votre potager, il ne semble pas exister de lois suffisamment bien taillées pour contrer l’abominable gaspillage dont s’est évidemment rendu coupable l’hydre Amazon : dans un reportage sans ambiguïté réalisé avec la probité qui sied à la profession, on découvre les coulisses des entrepôts du géant de l’e-commerce et notamment que 3% du stock, pourtant en parfait état mais décidément invendu, sont détruits, soit 3,2 millions de produits en France en 2018.

Si ce comportement n’est pas la marque indélébile d’une malfaisance sans bornes, je ne sais pas ce qu’il faut ; il est dès lors parfaitement logique qu’immédiatement s’élance une député, tel une mouche sur un étron un sauveur vers un naufragé, pour qu’une loi soit promptement rédigée et que cette situation abominable cesse enfin ; Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, s’est ainsi déclarée toute choquée-choquée par ces pratiques et a annoncé qu’elle comptait faire rendre gorge pardon rendre « responsables » les entreprises ayant recours à ces pratiques.

Vilaine Amazon qui se comporte ainsi, gaspillant sans complexe et faisant exprès de jeter aux ordures des biens qu’elle pourrait donner généreusement à tous les nécessiteux que la République produit chérit en son sein !

Enfin… Donner généreusement, cela s’entend dans le respect des lois fiscales qui s’empilent et se ressemblent : comme je le notais dans un précédent billet, le don est sévèrement encadré en France et donner sans bien calculer son coup coût peut valoir un sévère redressement fiscal. Peut-être Brune pourrait-elle en toucher deux mots à ses collègues qui ont récemment lâché les chiens de Bercy sur la France ?

Et puis, entre deux chaleurs législatives, Brune pourra aussi s’interroger sur la gestion de la TVA des dons qui amènent précisément les entreprises à choisir la poubelle plutôt que le don : pour ces dernières, même la marchandise donnée impose de s’acquitter de la TVA. Amazon l’a d’ailleurs fort bien expliqué, il ne s’agit alors plus que d’un simple calcul économique : dans ces conditions fiscales (idiotes) il est plus rentable de jeter que donner et l’acteur économique ne fait qu’appliquer du bon sens dans les contraintes que l’État lui impose. La réaction épileptique de la député (« vite, une loiaargh ! ») revient à ajouter des contraintes à celles déjà existantes, ce qui aboutira, on peut le parier, à de nouveaux effets indésirables comme le législateur nous en pond maintenant avec une obstination pathologique depuis un demi-siècle.

Du reste, est-il nécessaire de rappeler que la revente à perte est très, très, rigoureusement encadrée en France (et pour tout dire quasiment prohibée vu la complexité des textes, de la jurisprudence et du contrôle social de plus en plus fort qui étouffe le pays) et que ce sont toujours nos fiers députés qui, de lois en lois, de luttes véhémentes en luttes virulentes contre les consommateurs foufous de Nutella, ont pondu de la loi pour encadrer une pratique qui, économiquement, reste de toute façon marginale, au point de rendre à présent tout déstockage massif particulièrement dangereux ?

Enfin, on admirera encore une fois toute la pertinence de l’agitation parlementaire à ce sujet : puisqu’Amazon jette massivement, tombons à bras raccourcis sur le géant américain. Comme il fait des bénéfices juteux (et que l’État a grand besoin d’extorquer de l’argent à redistribuer pour calmer la colère des gueux), pondons une loi sur mesure, sanctionnons — financièrement, cela va de soi — l’impétrant et repartons sur notre petit destrier dans le soleil couchant, les poches pleines et l’esprit heureux d’avoir une nouvelle fois fait le Bien et le Bon dans le pays.

Sauf qu’à l’analyse, si Amazon détruit bien des stocks, ce ne sont pas les siens mais, très très majoritairement, celui des fournisseurs tiers qui utilisent (pas trop bien apparemment) sa logistique pour vendre leurs productions : comme l’entreprise l’explique elle-même, « 97% des produits détruits sont ceux des vendeurs indépendants ». Amazon propose en effet aux producteurs de reprendre les stocks qu’il garde pour eux, ou de les leur détruire si le coût de renvoi est trop important.

Notons que des fournisseurs qui calculent leurs stocks au plus juste (et qui ont donc une meilleure logistique) auront moins d’invendus, moins de stock vieillissant, moins de frais et donc moins de gaspillage et plus de bénéfices. Inévitablement, si on tape sur Amazon comme le proposent nos députés économiquement analphabètes, l’entreprise va reporter (disons, à 97% à la louche) les coûts induits sur ses fournisseurs. En somme, on va simplement renchérir les coûts de stockage pour tous ces artisans, vendeurs indépendants et autres boutiques en ligne. Dans le meilleur des cas, on va les inciter à baisser leurs productions ou leurs marges (ce qui fera moins de bénéfices – et moins de taxes pour payer les Poirson et autre députés finauds). Dans le pire, ils fermeront (avec des pertes d’emploi à la clef).

Mais comme je le disais en introduction, l’occasion est trop belle : dans l’iconographie officielle républicaine, Amazon est Le Mal et mérite donc amplement qu’on la saigne d’une façon ou d’une autre. Cela en prend donc le chemin. Les coups vont donc pleuvoir, tomber à côté et frapper les mauvaises cibles. Une fois ceci fait, il sera alors temps de punir les innocents et récompenser les coupables.

Forcément, ça va très bien se passer.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/01/16/62658-invendus-damazon-chouette-la-deputaillerie-part-en-guerre


La crise sociale s’installe ? Vite, les députés lâchent Bercy sur les Français !

lundi 14 janvier 2019 à 09:00

Le mouvement des Gilets Jaunes n’en finit pas d’agiter l’actualité française, au grand dam du gouvernement et des médias qui, incrédules, sont obligés d’en constater la motivation accrue. Le ministère de l’Intérieur calcule d’ailleurs assez pâteusement 84.000 manifestants en alignant proprement 80.000 forces de l’ordre, soit à peu près un gardien de la paix par manifestant (sur les photos des manifestations, c’est d’ailleurs la bousculade et seuls le jaune des gilets et le rouge des brassards « POLICE » permettent de distinguer les uns des autres). On le comprend : la situation est donc tendue.

C’est donc avec un sens du timing particulièrement pointu que ceux qui nous gouvernent ont décidé de voter en bonne et due forme quelques modifications dans les textes de loi fiscale. Ces dernières ajoutent une fois encore une belle tranche de complexité à l’usine à gaz fiscale française qui n’en avait guère besoin, en plus d’introduire une révision assez inique du droit fiscal : en étendant de façon grotesque la notion d’abus de droit fiscal, l’administration fiscale va pouvoir tomber à bras raccourcis sur le contribuable français comme jamais, surtout s’il a tenté la moindre optimisation fiscale légale.

La notion n’est pas simple mais elle mérite d’être précisée : jusqu’à récemment, s’il vous venait l’idée saugrenue d’appliquer des dispositions fiscales légales afin de diminuer votre impôt, l’administration pouvait cependant vous redresser fiscalement si elle jugeait que cette opération était exclusivement fiscale. Autrement dit, mener une opération (immobilière, financière, sociale, que sais-je) ne devait en aucun cas être motivé pour des raisons exclusivement fiscales mais devait aussi remplir d’autres critères (aider son voisin, améliorer une situation familiale particulière, …) sous peine d’être disqualifiée. En somme, l’administration fiscale supportait éventuellement que vous bénéficiez d’une réduction d’impôts suite à une optimisation fiscale si cette dernière n’avait pas été réalisée exclusivement pour cette optimisation.

Las. La jurisprudence, déjà minée et particulièrement complexe pour le contribuable lambda, va se voir complètement chamboulée par le vote cette semaine à l’Assemblée d’un amendement modifiant cette définition de l’abus de droit. À partir du premier janvier 2020, l’abus de droit fiscal ne sera plus caractérisé si l’opération d’optimisation était exclusivement fiscale, mais seulement si elle était principalement fiscale, cette notion étant évidemment à l’appréciation de l’administration fiscale dont on se doute qu’elle ne sera pas du tout laxiste.

Oui, vous l’avez compris : l’administration va pouvoir lancer toute une flopée de nouveaux redressements au seul motif que les optimisations fiscales introduites sont « principalement » fiscale en bénéficiant de l’absence totale de jurisprudence sur cette notion. Jurisprudence qu’il faudra des années (et des milliers de contribuables poursuivis, extorqués et volés) pour établir, ce qui laissera autant de temps au fisc pour sucer tout ce qu’il pourra des contribuables français, notamment sur des opérations jusqu’à présent des plus classiques comme le démembrement de propriétés.

Si l’on peut espérer que le Conseil Constitutionnel censurera ces nouvelles dispositions, rien n’est certain et en attendant, le contribuable devra donc tout faire pour … maximiser son impôt sauf à se voir poursuivi pour ne l’avoir pas fait. Autrement dit, si vous échappez en partie à l’impôt et que ce n’est pas à votre corps défendant, les hordes fiscales seront lâchées sur vos comptes et votre vie privée, pour abus de droit fiscal. Pour un État démocratique avec une petite crise sociale sur les bras, ce n’est probablement pas très malin, mais pour un État dont les dépenses publiques explosent et les finances sont exsangues, c’est évidemment particulièrement efficace.

Et alors que la mobilisation des Gilets Jaunes, jacquerie au départ essentiellement fiscale, ne montre aucun signe d’essoufflement, on trouvera particulièrement piquant de constater que ces modifications dans les codes fiscaux interviennent au moment même où l’on apprend, moyennement goguenard, que la moralisation de la vie politique du côté de nos parlementaires (ceux-là même qui ont voté ces lois fiscales iniques) laisse proprement à désirer, une fois encore : 15 parlementaires ou ex-parlementaires (dont cinq sénateurs et deux députés actuellement en exercice) sont visés par plusieurs enquêtes préliminaires car soupçonnés d’usages illicites de leurs frais de mandat sur la période couvrant 2012 à 2017.

Cette moralisation particulièrement légère de notre vie politique s’accompagne du constat, renouvelé lui aussi avec un timing frisant la perfection aux petits fers, que ces impôts qui s’abattent en pluie toujours plus drue sur le commun des mortels ne semblent pas toucher ces parlementaires avec la même insistance : par d’habiles niches fiscales conçues à peu près seulement pour eux, certains élus parviennent même à ne plus payer d’impôts du tout, voire pour certains à se faire rembourser de coquettes sommes par Bercy pendant que, dans le même temps, la même administration poursuit de ses assiduités, amendes et emprisonnements les Français qui ont eu le mauvais goût de cocher les mauvaises cases de ses cerfas et autres applications internet pourris.

Et lorsqu’en fin d’année dernière, il a fallu revoir ces fameuses niches, au contraire des amendements fiscaux iniques qui sentent bon l’arme de destruction fiscale massive, nos députés y sont allés avec une précision chirurgicale (inventant au passage la niche fiscale de l’espace) en relevant le défi de ne surtout pas toucher à leurs propres avantages : retraite généreuse, chômage adouci et niches fiscales diverses, variées et bien étudiées, le parlementaire français est d’autant mieux choyé qu’il l’est … par lui-même.

À mesure que le mouvement des Gilets Jaunes s’installe durablement dans le paysage, le décalage s’accroît visiblement entre les actions de l’État, des élus et des gouvernants, leurs déclarations et leurs intentions affichées d’un côté et les états d’âme, les aspirations et les revendications des manifestants de l’autre. Tout se déroule comme si deux peuples se faisaient face, l’un persuadé d’agir pour le bien de tous malgré les protestations de plus en plus vives de l’autre, au milieu d’une incompréhension de plus en plus manifeste entre les deux camps.

Jusqu’à la fin de l’année dernière, on aurait pu imaginer donner un peu de crédit à Macron en lui accordant d’avoir tenté quelques réformettes et s’être à nouveau heurté au conservatisme français. Les semaines qui se sont écoulées depuis son allocution télévisuelle robotique retirent absolument tout doute sur la capacité réelle du chef de l’État et de tous ses suiveurs à correctement analyser la situation (et, a fortiori, à en tirer un plan d’action opérationnel), et les exemples consternants fournis dans ce billet l’illustrent fort bien : très manifestement, ce qui se passe actuellement dans le pays échappe complètement à l’entendement du gouvernement et des élus.

On sait qu’un remaniement ministériel est à l’étude. On imagine sans mal qu’une dissolution a été envisagée. Aucun de ces bricolages ne saura résoudre le problème : on est maintenant à court « d’argent des autres », i.e. il n’y a plus un rond dans les caisses, et plus aucun courage pour attaquer les causes de cette crise, à savoir une dépense publique délirante et une administration qui en bénéficie devenue complètement folle.

Dès lors, on se perd complètement en conjecture pour imaginer une sortie de crise « par le haut ».

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Source : http://h16free.com/2019/01/14/62647-la-crise-sociale-sinstalle-vite-les-deputes-lachent-bercy-sur-les-francais