PROJET AUTOBLOG


MonPuteaux.com (Puteaux 92800)

Site original : MonPuteaux.com (Puteaux 92800)
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

La mairie de Puteaux encore condamnée par la justice

lundi 14 janvier 2019 à 15:04

Puteaux-colonies

La municipalité de Puteaux, dirigée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud, passe régulièrement devant la justice. Cette fois, la commune est condamnée par le Tribunal administratif de Cergy-Pointoise, annonce Le Parisien des Hauts-de-Seine. L'affaire est intéressante. Elle montre que les avantages offerts par la ville - en l'occurence ici des colonies de vacances subventionnées - ne sont pas distribués aux habitants selon des critères transparents et justes.

En mars 2014, un couple de Putéoliens inscrit ses 2 enfants à des séjours en vacances. Le service jeunesse reçoit les dossiers le jour d'ouverture des inscriptions. Mais les 2 demandes sont rejetées. 

Comme le père a été candidat sur la liste de gauche lors de l'élection municipale de mars 2014, il se demande si ses 2 enfants n'ont pas été écartés par la mairie Les Républicains/UDI pour des raisons politiques.

Il demande à la municipalité des explications sur l'attribution de ces séjours. La mairie refuse. Il doit passer par la CADA pour les obtenir. Alors que la municipalité affirme que la règle est de privilégier "systématiquement les demandes de ceux dont les enfants ne sont pas encore partis, ou sont partis il y a quelque temps déjà", il apparait qu'une proportion importante des enfants ayant bénéficié de ces vacances était déjà partie l'année précédente et encore l'année d'avant (6 enfants sur 10 pour le 1er séjour et 2 sur 10 pour le second). 

Ses 2 enfants - qui n'avaient pas bénéficié de vacances de la ville les 3 années précédentes - ont donc été injustement écartées. La ville, qui n'a pas respecté ses propres règles, ne parvient pas à justifier son refus.

Dans son jugement rendu le 10 janvier 2019,  le tribunal administratif de Cergy-Pontoise donne donc raison à ce parent :  la commune est condamnée à verser 1.000 euros en "réparation du préjudice moral subi" par les 2 parents et par leurs enfants pour "refus illégaux". Le tribunal estime que la commune "n’a pas appliqué à la situation de ces 2 enfants des règles semblables à celles dont ont bénéficié les autres participants aux séjours organisés". La ville est aussi condamnée à verser 1.500 euros aux plaignants pour leurs frais de justice.

A Puteaux, tout le monde pense que pour bénéficier des services de la mairie, mieux vaut ne pas être un opposant et être plutôt un adhérent au parti Les Républicains. Combien de Putéoliens m'ont assuré qu'ils "avaient pris la carte" uniquement pour faire avancer leur dossier, pour une demande de HLM, pour une place en crèche ou même pour un parking municipal. Ce jugement semble venir confirmer cette croyance.

Ce clientélisme local enfreint la règle d'égalité à laquelle une majorité de français aspire au niveau national.

Je rappelle que ces colonies de vacances, comme tous les services offerts par la ville, sont largement payées par les impôts des Putéoliens, sans exception. Les attribuer à la tête du client, en écartant certaines familles pour des motifs illégaux, c'est rompre avec cette égalité républicaine. C'est aussi détourner les impôts de tous au bénéfice de quelques uns.

Cette nouvelle condamnation de la justice ne fera malheureusement pas reculer la majorité municipale. Ces pratiques clientélistes injustes sont vieilles et bien ancrées. Ce sont vos votes qui peuvent changer les choses, en mettant en place une nouvelle équipe municipale qui veillera à utiliser les impôts de manière juste.

Christophe Grébert

<script src="https://platform.twitter.com/widgets.js">

<script src="https://platform.twitter.com/widgets.js">

Source : https://www.monputeaux.com/2019/01/mairie-puteaux-condamnee-justice.html


STOP aux hausses des taxes à Puteaux

vendredi 11 janvier 2019 à 13:46

Tribune-fev19

Avant le vote du budget 2019 de la ville de Puteaux, nous publions une tribune pour réclamer une baisse des prélèvements locaux. Ce texte sera publié dans le "Puteaux infos" du mois de février :

Vous avez été nombreux à nous avoir signalé des hausses sur vos derniers avis d'imposition. Effectivement, en 2018, la taxe d’habitation et la taxe foncière de Puteaux ont progressé globalement de 500.000 euros. 


Il n’est pas justifiable que, chaque année, la municipalité demande aux habitants - mais aussi aux commerçants, aux artisans et aux entrepreneurs - de supporter des augmentations d'impôts. 


A l’approche du vote du budget de la ville, nous demandons à la majorité de cesser cette politique d'inflation systématiques des prélèvements.


Nous appelons pour 2019 à une baisse des taxes fixées par la municipalité.

Nous souhaitons également qu’il n’y ait aucune hausse sur les tarifs de la piscine, des sports, du palais de la culture, du conservatoire, des cantines, etc... 


Pour cela, des économies peuvent être facilement réalisées. Nous proposons de réduire le budget communication de la ville.

6a00d8341c339153ef022ad3b7d450200bAinsi, plusieurs millions d’euros seront dégagés pour les familles putéoliennes et les entrepreneurs locaux.

Poursuivons la discussion sur www.puteauxfutur.com

Christophe Grébert & Bouchra Sirsalane

Source : https://www.monputeaux.com/2019/01/stop-hausses-taxes-puteaux.html


Un grave incendie dans un immeuble à Puteaux fait 2 blessés

vendredi 4 janvier 2019 à 18:23

DwFA8RFW0AYG4o7

Un incendie s'est déclaré vendredi matin dans un immeuble du boulevard Richard Wallace, près de la gare de Puteaux.

Le feu est parti pour une raison inconnue à l'intérieur d'un appartement au 3e étage et s’est ensuite propagé aux niveaux supérieurs.  2 personnes, dont un enfant, ont été légèrement intoxiquées par les fumées. Elles ont été transportées à l’hôpital.

(source : pompiers de Paris)

DwFBHCcXgAAibfH 007-003-19

Source : https://www.monputeaux.com/2019/01/incendie-puteaux.html


Nos victoires en 2018 à Puteaux nous donnent de l'espoir pour le futur. Bonne année 2019 !

jeudi 3 janvier 2019 à 13:53

IMG_0286EN 2018, nous avons enfin obtenu l'installation, dans les rues de Puteaux, d'arceaux pour vélo de meilleure conception, notamment ici rue Jean Jaurès.

Cela faisait des années que la ville installait des attaches pour vélo mal adaptées : 

6a00d8341c339153ef01bb09e2d633970d-800wi

En 2018, nous avons aussi obtenu l'ouverture au public du jardin du théâtre. Celui-ci était fermé en permanence :

IMG_0273
Cette ouverture est une reconnaissance pour notre projet de Nature en Ville.

En 2018, nous avons également obtenu le lancement des travaux de la passerelle piétonne de l'île de Puteaux. Les travaux seront achevés en 2019. Nous avions lancé l'idée en octobre 2007. Il aura donc fallu 12 ans pour que la municipalité la mène à bien ! 

Un regret toutefois : cette passerelle de 12 millions d'euros sera interdite aux cyclistes.

POUR 2019, souhaitons que la municipalité de Puteaux reprenne à nouveau plusieurs de nos propositions, afin de satisfaire, grâce à nous, vos véritables besoins.
Mais si vous voulez que Puteaux évolue à un meilleur rythme, nous avons un suggestion : lors de la prochaine élection municipale, votez directement pour nous. Ainsi, nous mettrons en place toutes nos idées plus rapidement :)

Très bonne année 2019 à tou.te.s !
Christophe Grébert & Bouchra Sirsalane

6a00d8341c339153ef022ad3b7d450200b

<script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8">

Source : https://www.monputeaux.com/2019/01/bonne-annee-2019.html


Logement insalubre : quand Le Parisien recopie les communiqués mensongers de la mairie de Puteaux

vendredi 21 décembre 2018 à 15:10

Capture d’écran 2018-12-21 à 14.54.25

Cela arrive malheureusement  régulièrement : Le Parisien des Hauts-de-Seine recopie les communiqués mensongers de la municipalité de Puteaux, sans enquêter sur la réalité des faits présentés.

Dernier exemple en date, le 19 décembre, le quotidien régional a relayé telle quelle une information du cabinet de la maire de Puteaux sur la mise en place d'un "permis de louer" pour "lutter contre l'habitat insalubre".

Dans cet article, le journal ne s'interroge absolument pas sur la pertinence de cette "information" municipale.

Car si cette mesure, déjà appliquée par d'autres communes d'Ile-de-France, peut paraître utile, soulignons que pour Puteaux  :  

1/ il ne s'agit que d'une expérimentation de 6 mois. Or ce genre de mesure n'a d'efficacité que dans le temps.

2/ l'expérimentation ne concerne qu'un seul quartier (sur 10) de Puteaux. Or, les bâtiments dont nous signalons depuis plusieurs années la vétusté ne sont pas situés dans ce quartier !

3/ Cette mesure n'est accompagnée d'aucune autre action sociale. En effet, à quoi sert-il d'interdire de louer un bien, si la mairie ne s'occupe pas de reloger ceux qui se retrouvent à la rue faute de logement digne disponible ?

LE PARISIEN ne parle pas de notre amendement présenté en conseil municipal le 13 décembre : nous avons soumis au vote un amendement demandant que ce "permis de louer" soit appliqué pleinement (sans phase d'expérimentation inutile) et sur l'ensemble de la ville (pas dans un seul quartier moyennement exposé).

LE PARISIEN aurait pu préciser que la majorité municipale a vote CONTRE cet amendement de bons sens.

LE PARISIEN aurait pu aussi indiquer que cette mesure annoncée soudainement par la municipalité de Puteaux survient - comme une réaction improvisée et ne répondant pas à l'urgence et la gravité du sujet - 3 semaines après la publication de notre tribune demandant d'agir en urgence contre le logement insalubre :

<script src="https://platform.twitter.com/widgets.js">

LE PARISIEN aurait pu enfin signaler que ce soudain intérêt de la municipalité de Puteaux pour la lutte contre le logement insalubre intervient une semaine après la diffusion sur M6 d'une enquête montrant exactement le contraire :

<script src="https://platform.twitter.com/widgets.js">

LE PARISIEN semble donc, dans ce cas, avoir simplement participé à une campagne de désinformation de la municipalité de Puteaux. Nous le regrettons. Car nous croyons encore à la mission des journalistes pour instruire les citoyens sur les manipulations dont ils sont victimes.
Christophe Grébert

<script src="https://platform.twitter.com/widgets.js">

Source : https://www.monputeaux.com/2018/12/le-parisien-92.html