PROJET AUTOBLOG


MonPuteaux.com (Puteaux 92800)

Site original : MonPuteaux.com (Puteaux 92800)
⇐ retour index

Le n°2 de la police municipale de Puteaux condamné à 3 mois de prison avec sursis pour harcèlement moral

lundi 15 mai 2017 à 16:18

IMG_3594

Jugé pour harcèlement moral, le chef adjoint de la police municipale de Puteaux a été condamné à 3 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nanterre. Il devra également verser un total de 15.000 euros aux 4 policiers municipaux qui ont porté plainte contre lui.

Ni Bruno K., ni son avocat n'étaient présents cet après-midi à l'audience pour entendre le rendu du jugement. Il a 10 jours pour faire appel.

Lors du procès qui s'est tenu en mars dernier, les 4 plaignants avaient raconté les moqueries, les insultes et les menaces physiques dont ils ont été victimes ou témoins. Après le jugement, ils se disent soulagés : "La procédure a duré 7 ans. Ca a été très dur", raconte l'un d'eux. 

La maire Les Républicains de Puteaux soutient Bruno K.

Malgré cette affaire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a refusé de renvoyer le chef adjoint de la police municipale. Celui-ci a été muté à l'office HLM où il est responsable de la sécurité. Un poste spécialement créé pour lui et rémunéré 3.400 euros/mois ! "J'ai pris ma décision", a déclaré la maire lors du dernier conseil municipal. On peut s'interroger sur les raisons de ce soutien.

La gestion de la police municipale de Puteaux reste problématique

Cette condamnation illustre bien les problèmes de la police municipale de Puteaux. Son chef Tony S., visé au départ par la plainte, a bénéficié d'un non lieu. Celui-ci travaille en famille : il a fait embaucher sa femme, qui est secrétaire du service, et son propre frère, qui est son adjoint. Depuis janvier, une quinzaine de policiers municipaux sont partis. Ils n'ont pas pu être remplacés : la réputation de la PM de Puteaux est si mauvaise que personne ne répond aux offres d'emploi lancées par la ville. La police municipale travaille donc depuis des mois en sous-effectif, ce qui empêche un fonctionnement normal du service.

<script src="//platform.twitter.com/widgets.js"> <script src="//platform.twitter.com/widgets.js">

Source : http://www.monputeaux.com/2017/05/police-municipale-puteaux.html


Législatives à Puteaux : Emancipons-nous des vieilles sirènes locales (Sylvie Cancelloni)

dimanche 14 mai 2017 à 21:17

18401885_10155410334909421_6332839036561323060_oNous voici arrivés à la croisée des chemins : un Président est élu, une majorité parlementaire est à trouver.

Beaucoup en sont convaincus désormais : plutôt que de bloquer la France en affrontements sans fin entre droite et gauche, il faut saisir la chance qu'offre ce nouveau Président, qui se dit à la fois social et libéral, en lui offrant une majorité parlementaire, dans un contexte inédit. Car au fond, l'histoire doit-elle sans cesse se répéter pour nous rassurer ?

De ce point de vue, la candidature de Constance LE GRIP, Député européenne LR, est tout sauf une bonne idée. Ce n'est certainement pas un signe de cette "recomposition intelligente" appelée de tous leur voeux par les Français. Elue pour protester, condamnée à s'opposer : elle n'a pas besoin d'exposer son programme pour qu'on en connaisse précisément les limites. Avons-nous vraiment besoin de cela?

Elle commet aussi la lourde erreur d'avoir choisi Vincent FRANCHI comme suppléant . Cela, c'est une vraie mauvaise idée, et la démonstration que la culture des arrangements politiques reste toujours vigoureuse dans notre bonne ville...

Eh quoi ? Il n'y a pas d'autre ressource humaine à Puteaux que, reconditionné chaque fois à une nouvelle sauce, le fils de Joëlle CECCALDI-RAYNAUD ? Ne peut-on tirer les conséquences d'un scrutin qui dit sa lassitude des candidatures de complaisance?

Peut-être que Constance LE GRIP n'a pas eu le choix. Mais ne s'être pas donné les moyens de choisir un suppléant à vraie valeur-ajoutée en dit long sur sa liberté et sa légitimité à innover...

J'encourage mes amis Putéoliens à s'émanciper en juin de ces vieilles sirènes locales dont on peut dire franchement qu'elles ont fait leur temps et qu'elles nous font perdre le nôtre.

Et à s'ouvrir aux nouvelles candidatures dont la formule "issu de la société civile" dit quelque chose de l'importance des enjeux qui se dessinent.

Et sur ces candidatures, j'ai bien l'intention de revenir ces jours prochains !

Sylvie Cancelloni sur Facebook

Source : http://www.monputeaux.com/2017/05/legislatives-puteaux.html


Laurent Zameczkowski, le candidat En Marche pour les législatives à Puteaux - Neuilly, n'a jamais fait de politique

jeudi 11 mai 2017 à 17:35

A-Ucc4sPLe mouvement En Marche a dévoilé le nom de son candidat pour les élections législatives dans la circonscription de Puteaux, Neuilly et Courbevoie. Il s'agit de Laurent Zameczkowski, un habitant de Neuilly. 

Laurent Zameczkowski a 45 ans. Il est chef d’entreprise dans le secteur de l’audiovisuel. Il n'avait aucune expérience politique, avant de devenir il y a quelques mois l'animateur du comité En Marche de Neuilly.

"J’ai été séduit par le discours d'Emmanuel Macron qui sort des clivages habituels, par sa vision des choses et son pragmatisme", expliquait-t-il en janvier dernier au journal Le Parisien. Interrogé alors comme simple militant En Marche, il affirmait "n’avoir jamais voté à gauche".

"Beaucoup de sensibilités différentes se retrouvent (dans le mouvement En Marche) avec la même volonté de faire bouger les choses. Je n’ai aucun problème à échanger avec des personnes dites de gauche", ajoutait-il.

Le nom de sa suppléante n'a pas encore été communiqué par le mouvement En Marche.

Au 1er tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron est arrivé 2e sur la circonscription avec 29,1% des suffrages exprimés, contre 44,4% pour François Fillon. Les chances de victoire du candidat d'En Marche sont donc en théorie très faibles. Mais il pourrait cependant profiter de la division de la droite qui présente plusieurs candidats, alors que la gauche modérée est sortie lessivée de ce scrutin présidentiel. 

Laurent Zameczkowski incarne le renouveau, selon En Marche. Ce simple citoyen n'a qu'un mois pour rassembler et convaincre du sérieux de sa candidature. Peut-il être un bon député pour les 110.000 habitants de la circonscription ?

(photo : @LaurentZam)

<script src="//platform.twitter.com/widgets.js"> <script src="//platform.twitter.com/widgets.js">

Source : http://www.monputeaux.com/2017/05/laurent-zameczkowski.html


Marie Brannens est la candidate du PS pour les législatives à Puteaux et Neuilly

jeudi 11 mai 2017 à 15:13

8Uci6LD7_400x400

La conseillère municipale socialiste de Neuilly Marie Brannens est confirmée comme candidate du PS pour les élections législatives de juin dans la circonscription de Puteaux, Neuilly et Courbevoie.

Elle aura comme suppléant Francis Poézévara, conseiller municipal PS de Puteaux. Cette campagne s'annonce très difficile pour le PS, dont les électeurs se tournent vers les Insoumis ou En Marche. Au 1er tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon n'a en effet obtenu que 4,6% des suffrages exprimés sur la circonscription (6,5% à Puteaux, 2,09% à Neuilly). La candidate aux législatives devra faire mieux, au moins 5%, pour que sa campagne soit remboursée par l'Etat.

Son site : www.brannens2017.fr

Source : http://www.monputeaux.com/2017/05/marie-brannens-puteaux-neuilly.html


Avant de partir, François Hollande lègue le quartier de la Défense (et sa rénovation) aux collectivités locales

jeudi 11 mai 2017 à 13:17

30134664345_9a09afd1a4_z

C'est l'une des dernières décisions du gouvernement et de la présidence Hollande. Lors du conseil des ministres, mercredi 10 mai, la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, a présenté la création par ordonnance de l'établissement public "Paris la Défense". A partir du 1er janvier 2018, le quartier d'affaires sera géré non plus par l'Etat mais par les collectivités locales. Le département des Hauts-de-Seine, Puteaux et Courbevoie devront alors assumer une première facture de 360 millions d'euros pour un vaste chantier de rénovation... 

Le gouvernement a décidé de regrouper l'Epadesa et Defacto, les deux établissements en charge de l'aménagement et de la gestion de La Défense. Ce nouvel établissement, baptisé "Paris la Défense", sera administré par un conseil d'administration composé majoritairement de représentants du conseil départemental des Hauts-de-Seine auxquels s'ajouteront des représentants d'autres collectivités locales (Courbevoie, Nanterre, Paris et Puteaux, la Région Ile-de-France et la Métropole du Grand Paris) et des personnalités qualifiées.

Le préfet de la région Ile-de-France assistera aux séances du conseil d'administration et disposera de pouvoirs spécifiques afin de préserver les intérêts patrimoniaux de l'Etat.

Puteaux devra payer pour la rénovation de la Défense

Une convention entre les collectivités locales déterminera les contributions financières de chacune d'elles aux charges de gestion de l'établissement. A défaut d'accord, ces charges seront réparties dans des conditions fixées par décret entre le département des Hauts-de-Seine et les communes de Courbevoie et Puteaux.

Dans les 6 mois suivant sa création, prévue au 1er janvier 2018, l'établissement adoptera un premier programme d'investissement d'au moins 360 millions d'euros. Ce programme portera en particulier sur la réalisation des travaux de modernisation et de mise aux normes des ouvrages souterrains de la dalle du quartier d'affaires.

Les biens et droits de l'Epadesa seront transférés au nouvel établissement, à l'exception de l'ensemble des parcs de stationnement qui restera propriété de l'Etat. Ils seront mis à disposition du nouvel établissement gratuitement pour une durée de 60 ans.

Cela fait des années que ce projet est dans les cartons de Bercy. Le ministère de l'économie ne voulait plus assumer la charge financière du quartier d'affaires. A partir de 2018, ce sont donc les villes de Puteaux et de Courbevoie et le département des Hauts-de-Seine qui deviendront les co-propriétaires de la Défense et auront à assumer le fonctionnement et l'entretien de ses infrastructures. Un audit a fixé à 360 millions d'euros la somme nécessaire pour une simple mise aux normes !
Cela fait également des années que nous prévenons de cette révolution : après nous avoir enrichi durant 50 ans, le quartier de la Défense va maintenant nous coûter de l'argent. Or, la ville de Puteaux, qui continue de dépenser sans compter, n'est pas du tout préparée à cela : une grande partie de ce que nous touchons de la Défense sert au fonctionnement de nos "palais". Ce sont des charges fixes. Elles risquent de nous ruiner demain.
Le jour où les caisses seront vides, croyez-le bien, les Ceccaldi partiront très vite, sans s'inquiéter de ce que nous deviendrons.

Christophe Grébert

(photo : Flickr)

Source : http://www.monputeaux.com/2017/05/puteaux-la-defense.html