reflets.info

source: reflets.info

10 raisons de mettre ou remettre son gilet jaune

Fri, 20 Sep 2019 08:44:36 +0200 - (source)

Le 21 septembre devrait marquer la "rentrée" du mouvement

Samedi 21 septembre, dans les rues, il y aura des gens en lutte pour le climat, des syndicats contre la réforme des retraites et des gilets jaunes. Tous ont des raisons d'y être... Tout le monde évoque une possible convergence des luttes.

Manifestation en mars dernier - © Reflets

1) La mort de Zineb Redouane, de Steve Maia Caniço ne doit pas nous laisser indifférents.

L'IGPN a montré ses limites et ressemble plus à une machine à blanchir les membres des forces de l'ordre qu'à un service d'enquête indépendant. Le Canard Enchaîné a montré par exemple que la police judiciaire qui enquête désormais sur la mort de Steeve Maia Caniço met à mal la version de l'IGPN :

Au mieux, c’est une erreur ; au pire, un mensonge... Dans son « rapport de synthese », rendu public le 30 juillet par Edouard Philippe et Christophe Castaner, l’IGPN, la police des polices, ecrit, au sujet de Steve Maia Canico, disparu la nuit de la Fete de la musique et retrouve le 29 juillet noye dans la Loire : "Le telephone de la personne disparue declenchait un dernier relais telephonique a 3 h 16 le 22 juin 2019." Sous- entendu : soit le telephone n’avait plus de batterie, soit le jeune homme etait tombe a l’eau avec son mobile, qui avait alors cesse d’emettre. Dans cette hypothese, sa chute se serait donc produite plus d’une heure avant l’intervention musclee des forces de l’ordre sur le quai Wilson, a Nantes – manœuvre destinee a faire cesser la musique.

Pas de chance, la PJ a consulté toutes les données téléphoniques concernant Steeve et son portable a continue d’emettre jusqu’a 4 h 33... soit treize minutes apres le debut de l’intervention policiere... Il "bornait" encore à cette heure là. C'est à dire qu'il se révélait aux tours...


G7 : Sous la chape de plomb

Sat, 14 Sep 2019 12:51:15 +0200 - (source)

Glacis policier, dissensions militantes et psyop au Pays Basque

Pour Macron, ce G7 était le test de rentrée. Une tribune internationale pour prouver que le mouvement social était bel et bien achevé. L'état "en marche" avait jeté toute ses ressources dans la bataille, pas question que se reproduisent les événements de Hambourg.

Voilà les choses telles qu'elles devaient se passer - G20 à Hambourg en 2017 - barfi.ch

Le dernier coup d’œil à Twitter avant de partir pose le décor. Le mouvement anarchiste Indar Beltza a annoncé sa sortie de la plateforme G7 EZ dénonçant un événement minutieusement organisé par l'Etat. Un compromis "pacifique", dont la plateforme se voit imposé la responsabilité par les autorités. Un compromis qui élude "les paramètres de dangerosité de l’événement dû au déploiement extraordinaire des forces de répressions de l’État sur le territoire basque". Une zone d’exclusion s’étend de Dax jusqu’aux Pyrénées. Tous les campings loués le sont par l'état du 15 août au 15 septembre. Bayonne mise sous cloche, des caméras haute définition récemment installées sur tout le territoire. Des bases militaires sur les hauteurs et des réseaux de téléphonie mise sous "étouffoir". Quelque 700 places dans le centre de rétention à Hendaye. Un lieu du contre-sommet complètement enclavé dans le dispositif. Sur Waze des képis apparaissent sur toutes les routes de la région. Le ton est donné. Mais curieusement, on ne nous mettra pas de bâtons dans les roues pour rejoindre le camp.

Se rendre du camping au lieu où se tiennent les conférences n'est pas chose aisée. D'abord 20 minutes de marche. Puis 20 longues minutes de bus jusqu'au centre ville. Et 15 minutes supplémentaires pour rejoindre Irun, coté espagnol. Les conférences sont pleines. A la tribune, Aurélie Trouvé d'ATTAC, qui se trouve aussi sur le camp. Philippe Martinez de la CGT,...


La grosse crise, c'est à partir de combien de milliards ?

Fri, 13 Sep 2019 11:40:42 +0200 - (source)

Près de 17.000 milliards de dollars en obligations à rendements négatifs

La baisse des taux par les banques centrales, pour soutenir artificiellement les marchés actions et le secteur financier, après les crises de 2008 et 2010, ont des effets de bord. Les zinzins payent désormais pour mettre leurs liquidités à l'abri d'une nouvelle crise qu'ils anticipent.

Market Value of Negative-Yielding Bonds in the Bloomberg Barclays Global-Aggregate Index - Bloomberg / Barclays

Il y a des marqueurs... Par exemple, quand les investisseurs institutionnels (les zinzins dans le jargon) acceptent de payer pour que quelqu'un garde leurs liquidités, c'est qu'il y a un gros problème qui approche. Or, c'est ce qui se passe actuellement.

Le volume des obligations à rendement négatif atteint 17.000 milliards de dollars, selon l'indice Bloomberg Barclays Global-Aggregate. Le plus gros de cette dette est européenne.

Volume des obligations à rendement négatif au fil des ans - Bloomberg
Volume des obligations à rendement négatif au fil des ans - Bloomberg

En clair, les investisseurs ont parqué 17.000 milliards de dollars en sachant qu'ils allaient perdre de l'argent. Les zinzins n'attendent même pas un petit rendement, ils ont acté l'idée d'en perdre. C'est dire la confiance qu'ils ont dans la stabilité de l'économie en général et des autres instruments financiers en particulier...

Cela traduit une très grande inquiétude. Un effondrement possible des marchés actions, une nouvelle crise de grande ampleur. Dans la même veine, l'or explose depuis quelques mois.

Cours de l'or - stockcharts.com
Cours de l'or - stockcharts.com

Même si une correction naturelle intervient depuis le début du mois, le cours de l'or montre que cette valeur reste un refuge en cas de crise (à venir).

La plupart des banques centrales ont confirmé qu'elles allaient baisser à nouveau les taux et poursuivre la politique de quantitative easing. Ces mêmes politiques qui ont abouti à la situation actuelle. Plus de baisse des...


La brève la plus courte de l'Histoire

Mon, 09 Sep 2019 16:50:48 +0200 - (source)

L’IA est encore plus près de la connerie réelle que de l’intelligence

Mon, 09 Sep 2019 11:53:24 +0200 - (source)

Mais ce n’est pas vendeur…

Intelligence artificielle, deep learning, blockchain, il faut des buzzwords pour attirer l'investisseur. Ce n'est pas nouveau...

IA Flash - Copie d'écran

Il faut remonter à la fin des années 90 pour comprendre comment fonctionne le secteur économique des start-up. À l’époque, on appelait ça la nouvelle économie. Fini le brick and mortar (briques et ciment), vive le numérique. On allait voir ce qu’on allait voir et des boites n’ayant même pas atteint l’âge de la puberté étaient valorisées plus que Boeing. Vint l’éclatement de la bulle Internet et on remit à plat le délire. Il devenait difficile de vendre du rêve construit sur 15 lignes de code pourri, sous prétexte que personne ne comprenait rien aux technologies en question. Fort heureusement, la nature ayant horreur du vide, apparut le concept marketing de Web 2.0 (grâce à M. O’Reilly) et l’on put recommencer le cercle débile : un type a une idée liée à Internet, de près ou de loin, il la survend à des investisseurs qui n’y comprennent rien et qui vont injecter des fonds massivement. Ces fonds permettent de payer des salaires mirobolants et de valoriser l’entreprise une vraie petite fortune. Mais un concept, ça lasse. Le Web 2.0, ça ne pouvait pas durer. Sont donc arrivés deux ou trois concepts qui permettent à nouveau de payer des salaires mirobolants à ceux qui savent les manier avec doigté devant les parterres d’investisseurs. Par exemple, l’Intelligence artificielle (IA), le Deep Learning ou la Blockchain. Notons, pour la blague, que le perceptron, un algorithme d'apprentissage supervisé, considéré comme un réseau de neurones, a été inventé… en 1957.

Mais parfois,...


« Le passage à une retraite par point est une mauvaise réforme »

Fri, 06 Sep 2019 08:07:38 +0200 - (source)

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT se confie avant la rentrée sociale

Pour le secrétaire général de la CGT, il n'y a eu aucune négociation depuis deux ans et demi. Très critique envers Emmanuel Macron et ses méthodes, il tente un rapprochement avec les mouvements sociaux comme les gilets jaunes ou les grèves pour le climat.

Philippe Martinez en 2017 - Ricani16 - CC BY-SA 4.0

Comment caractériseriez-vous les relations avec le Président Macron ?

Les relations avec Macron depuis son arrivée au pouvoir sont nulles. Il pense que les syndicats ne servent à rien et qu’il n’a besoin de personne pour avoir la température du pays. C’est idéologique. Il a une méconnaissance importante de la société française, il n’a jamais été confronté aux syndicats dans son travail et n’a pas jamais été élu avant d’être Président…

Est-ce qu’il n’y a pas un changement dans le dialogue avec les syndicats à la manière dont le pouvoir les appréhende ? C’est à dire dans leur capacité de mobilisation ?

Je pense que Macron connaît mal le syndicalisme. Pour lui, les syndicats doivent être des relais de communication de sa politique. C’est comme dans les grandes entreprises, on ne négocie plus, on nous explique ce qu’on va faire et on nous demande de relayer ces explications. Il est dans cette logique-là. Ça limite la notion de dialogue social… Donc dès qu’on ne veut pas jouer cette partition, on ne les intéresse pas. Soit l'on est d’accord avec lui, soit l'on ne sert à rien.

La crise des Gilets Jaunes a-t-elle changé les choses dans les relations avec les syndicats ?

Je ne pense pas non plus. Il y a une double responsabilité dans la crise des Gilets Jaunes. Partout où les syndicats ne sont pas là – et c’est dans la majorité des entreprises – les gens ont quand même des problèmes, et ils s’organisent d’une manière ou d’une autre. C’est une autocritique vis-à-vis de nos...


Et la palme de l'entreprise la plus faux-cul est attribuée à... Atos !

Thu, 05 Sep 2019 18:04:08 +0200 - (source)

L'éthique à géométrie variable

Il n’est aujourd’hui plus possible de développer des nouvelles technologies sans se demander au préalable si elles sont "souhaitables", selon le PDG d'Atos, Thierry Breton. Il fait mine d'oublier la bienveillance d'Atos vis-à-vis de Philippe Vannier, le patron d'Amesys

Atos : une entreprise responsable - Copie d'écran Novethic

Ce n'est pas du greenwashing, c'est de l'AmesysWashing. Le très médiatique patron d'Atos, Thierry Breton, s'est fendu d'un billet sur Linkedin dans lequel il explique que "nous devons aujourd’hui adjoindre, à la question « est-ce techniquement et juridiquement possible ? », la question « est-ce souhaitable ? » - pour nos collaborateurs, pour notre environnement, pour les sociétés dans lesquels nous évoluons. En matière de technologie, les possibilités créent les responsabilités.". C'est beau. Cela nous ferait presque verser une larme. Enfin un patron qui se pose des questions éthiques : est-ce que mon code va servir à tuer des gens ? A les abimer, leur causer du tort ? Mais au moment de sortir notre mouchoir, on y a vu un noeud. Celui que l'on avait fait pour ne jamais oublier que Thierry Breton avait offert une sorte d'asile politique à Philippe Vannier, l'architecte des technologies Amesys qui ont servi à arrêter, à torturer des opposants politiques dans les pires dictatures de la planète.

Thierry Breton a souhaité intégrer dans les statuts de sa société, Atos, une "raison d'être". Être ou ne pas être ? Et si être, comment et pourquoi ? Vous avez deux heures... Les actionnaires d'Atos, ont eux voté le texte suivant à 99,93% (made in North Korea) :

« Notre mission est de contribuer à façonner l'espace informationnel. Avec nos compétences et nos services, nous supportons [note pour le service de...


« C’est un choix mortifère pour la démocratie de nier l’importance des syndicats »

Wed, 04 Sep 2019 09:22:37 +0200 - (source)

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT se confie avant la rentrée sociale

Alors que la rentrée sociale s’annonce tendue avec la réforme des retraites, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT s’est confié avant la rencontre avec le Premier ministre à la fin de cette semaine.

Laurent Berger - Info-Com CFDT

Comment voyez-vous l’évolution des relations avec le président Macron et son entourage ? On a parlé de lune de miel au départ ?

Il n’y a jamais eu ni lune de miel, ni divorce d’ailleurs. Il y a des divergences. Ce n’est pas tant sur la relation interpersonnelle car il n’y a pas d’affect dans tout ça. C’est plutôt dans la logique des dossiers en cours. Nous avons senti une volonté de nier la place des corps intermédiaires, en tout cas de passer outre. Il y a dans l’entourage de Macron une forme de théorisation, il y a un point aveugle dans le macronisme sur le rôle de la société civile. Il voudrait cantonner le syndicalisme à l’entreprise, ce qui pour la CFDT est un problème. Nous avons toujours pensé que nous avions le droit d’intervenir sur d’autres sujets que ceux du travail, par exemple comme dans la tribune sur le Pacte du pouvoir vivre de mars dernier ou celle sur les migrants. Notre point d’accroche prioritaire c’est le travail, bien sûr. On concentre beaucoup de forces à être avec les travailleurs, et on doit toujours le faire davantage. C’est dans l’entreprise qu’on crée notre légitimité, mais cette légitimité nous renforce pour dire aussi des choses plus globalement. Les salariés ne sont pas que des salariés, ce sont aussi des citoyens. Ils sont intéressés par les questions démocratiques, sociétales.Le gouvernement doit nous écouter aussi sur d’autres sujets.

La CFDT est devenu le premier syndicat de France et pourtant on a l’impression que votre parole importe...


Q : une société qui veut rester discrète

Tue, 03 Sep 2019 13:38:40 +0200 - (source)

Nous étions allés la voir à Milipol...

Q Cyber Technologies chapeaute NSO Group. Les deux entreprises ont été mises en accusation en mai après la découverte d'une faille dans WhatApp exploitée pour hacker les téléphones d'opposants politiques.

Article relatant la découverte de la faille exploitée par Q - Copie d'écran

La faille exploitée par le logiciel Pegasus développé par NSO Group permettait, selon un porte-parole de Facebook (propriétaire de WhatsApp) d’espionner l’ensemble de l’activité d’un téléphone portable, par un simple appel, même si la victime n’y avait pas répondu. NSO a nié farouchement être à la manoeuvre, mais le Financial Times qui a révélé l'affaire estimait que la faille avait été utilisée pour une tentative d'attaque contre le téléphone d'un avocat basé au Royaume-Uni. Le quotidien britannique indiquait qu'il était impliqué dans une action en justice intentée contre NSO Group par des journalistes mexicains, des critiques du gouvernement et un dissident saoudien.

NSO, une société du groupe Q - Copie d'écran
NSO, une société du groupe Q - Copie d'écran

Au cours de nos déambulations lors du dernier salon Milipol, nous avions demandé à un exposant sur le stand Cellebrite (société spécialisée dans le forensic des téléphones portables) s'il produisait des outils permettant de pirater des cellulaires. L'idée étant de pouvoir accéder à des messages localement avant qu'ils soient chiffrés par des applications comme Telegram ou WhatsApp. Réponse : non, mais je connais des gens qui le font.

Et notre exposant de se transformer en gentil organisateur... Il nous emmène sur le stand de Q et fait les présentations. Mais là, tout ne se passe pas comme prévu.

Le représentant de Q n'est pas content du tout de nous voir arriver, il en veut clairement à la personne de Cellebrite de nous avoir...


VSD placé en redressement judiciaire

Mon, 12 Aug 2019 20:30:11 +0200 - (source)

Georges Ghosn - Copie d'écran
Georges Ghosn - Copie d'écran
Le magazine VSD a été placé en redressement judiciaire pour une période de six mois le 6 août. Cette procédure de sauvegarde du journal intervient à peine plus d'un an après la reprise du magazine du groupe Prisma par le Libanais, aventurier de la presse, Gorges Ghosn. En juin 2018, le SNJ-CGT avait reproché à Prisma « de céder le titre à un fossoyeur, bien connu du milieu des médias, afin de ne pas le fermer et de ne pas avoir à assumer les conséquences d'un plan de sauvegarde de l'emploi. » Selon le syndicat, l'hebdomadaire a été cédé pour un euro symbolique, Prisma ayant en outre versé « près de 2 millions au nouveau propriétaire » afin que ce dernier puisse, entre autres, financer les clauses de cession des journalistes. Plusieurs sources disent se réjouir qu'un administrateur indépendant se penche enfin sur les comptes, car les ventes (environ 90.000 exemplaires chaque mois) devraient normalement permettre à VSD d'être à l'équilibre, voir de gagner de l'argent.


Powered by VroumVroumBlog 0.1.31 - RSS Feed
Download config articles