PROJET AUTOBLOG


Pixellibre.net

Site original : Pixellibre.net
⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Angleterre : et si c’était la fin des communications privées ?

lundi 12 janvier 2015 à 20:05

C’est l’idée suggérée aujourd’hui par le premier ministre anglais, David Cameron.

Cette réaction fait suite aux drames dans les locaux de Charlie Hebdo, à celui de Montrouge et dans ceux d’une épicerie casher, où les victimes étaient juives.

« Dans notre pays, voulons-nous autoriser un moyen de communication entre les gens, que même dans les cas extrêmes avec un mandat signé personnellement par le ministre de l’intérieur, nous ne puissions pas lire ? »

- David Cameron, premier ministre anglais. -

Dans une société qui prend peu à peu conscience de l’ampleur de la surveillance des communications, cette déclaration fait l’effet d’une petite bombe qui, j’imagine, sera pourtant saluée par de nombreuses personnes.

Ma résolution de 2015, c’est d’écrire le plus souvent possible avec la tête froide, nous allons donc analyser les propos du premier ministre anglais.

Dans un monde « post-Snowden » où de plus en plus d’entreprises chiffrent directement leurs communications et celles de leurs clients, cette déclaration est brutale. Il faut se demander si les moyens proposés par Cameron sont réellement justifiés et adaptés.

Et, à mon avis, la réponse est non.

Il va de soi qu’il faut faire quelque chose et j’ose penser que vous serez d’accord avec moi. Cependant, cela ne doit pas se faire au détriment de la liberté qu’à chacun de pouvoir chiffrer ses communications afin de protéger un peu ses données personnelles et son intimité.

Nous pouvons également remettre en doute l’efficacité des moyens suggérés par Cameron. La traque aux terroristes, c’est un peu comme le jeu du chat et de la souris : lorsque le chat est assez compétent pour traquer la souris, cette dernière a déjà mis au point une autre technique pour ne pas se faire attraper.

J’ai déjà eu l’occasion de « traquer » des délinquants sur les Internets, des pédophiles aussi, et une chose est sûre : si le fait de chiffrer ses communications devient illégal, les terroristes & Co. iront voir ailleurs, plus loin, plus profondément dans les tréfonds des Internets.

A ma connaissance, la majorité de la population en capacité de protéger ses communications n’a pas l’envie de tuer son prochain, alors pourquoi vouloir appliquer quelque chose d’aussi violent à l’ensemble de ladite population ?

L’Angleterre, et Cameron en particulier, est connue pour sa politique de surveillance extrêmement étendue et, pour être moi-même anglais, je sais exactement de quoi je parle. La surveillance, c’est un des fers de lance de Cameron, comme ça l’est pour Nicolas Sarkozy ici.

Dans les faits, Cameron « surfe » sur un acte assez rare dans « notre bonne vieille Europe » et odieux pour justifier des choses qui, normalement, ne pourraient pas arriver. Il profite de l’instant et sans doute de l’émotion pour proposer le pire car, littéralement ou presque, le monde entier est en émoi.

Je doute que de telles déclarations, dans un climat aussi compliqué, soient une bonne chose.

S’il marque un point en déclarant qu’il faut faire quelque chose, sa proposition doit être modérée et analysée avec énormément de recul : Cameron est en campagne, les prochaines élections auront lieu au plus tard avant mai 2015 et David Cameron représentera le parti conservateur, en perte de vitesse face au parti UKIP, très nationaliste.

Cameron n’hésitera d’ailleurs pas à déclarer que « ceci arrive dans des cas extrêmes », alors que dans un même temps les lois anglaises sont extrêmement intrusives, sans pour autant être efficaces.

Résumons donc : Cameron a fait une déclaration, il souhaite interdire le chiffrement des communications, au titre de la protection de la nation. Ses déclarations font suite à des attentats et il « profite » de l’instant pour proposer quelque chose de totalement incohérent et disproportionné.

Espérons que ces déclarations ne restent que des déclarations… déclarations que vous pouvez regarder ici (en anglais)

Source : http://pixellibre.net/2015/01/angleterre-et-si-cetait-la-fin-des-communications-privees/


C’est quoi « SS7 » ?

mardi 6 janvier 2015 à 01:01

La semaine dernière, lors du 31C3 (le Chaos Communication Congress), deux chercheurs en sécurité ont présenté leurs travaux sur SS7, ou plutôt les failles qui permettent d’exploiter SS7.

Alors, SS7, c’est quoi exactement ?

Derrière l’acronyme se cache une panoplie de protocoles de signalisation téléphonique, utilisée sur la quasi-totalité du globe par des opérateurs de téléphonie.

« SS » c’est pour Signaling System ou Système de Signalisation et 7, c’est parce qu’avant, il y avait SS6, puis SS5 …

SS7, c’est un ensemble de protocoles de signalisation téléphonique, en français : c’est un moyen que les éléments du réseau téléphonique utilisent pour échanger des informations, ni plus, ni moins.

Si c’est un peu nébuleux, voici quelques exemples plus explicites :

Dans les grandes lignes, le rôle de SS7 c’est : la signalisation d’appel, l’interconnexion des appels, des réseaux, l’échange d’informations entre les utilisateurs et plein d’autres choses, dont les messages.

Ah, j’oubliais un détail très important : SS7 a aussi pour rôle de faire passer un appel téléphonique à travers les réseaux.

Pour ce faire, il doit impérativement disposer d’un certain nombre d’informations :

SS7 est donc une importante source d’informations puisqu’il doit savoir qui fait quoi, quand, où, avec qui …

Voilà. Vous avez le réseau SS7 dans les (très) grandes lignes mais elles me semblent suffisantes pour la suite.

Reprenons donc… Au 31c3, deux chercheurs venaient présenter leurs travaux sur SS7. Le 29 décembre, le journal Le Monde, via sa chronique Pixels, publiait un article intitulé « Le SS7, le réseau des opérateurs qui permet de surveiller vos téléphones portables ».

Première « erreur » : SS7 ce n’est pas un réseau. C’est un ensemble de protocoles, comme nous avons pu le voir. Bon c’est tout bête comme erreur, mais c’est dommage. J’ai d’abord pensé que c’était compliqué d’expliquer, mais puisque je viens de le faire je pense que c’est accessible.

Que dit cet article ?

Un petit peu trop anxiogène à mon gout, l’article dit qu’il est possible de se faire localiser d’une façon très précise, de se faire intercepter ses SMS et ses appels… Bref, de se servir de ce que fait SS7 à la base.

Les chercheurs ont souligné un point bien plus dérangeant en revanche : l’accès « open bar » à SS7, c’est là qu’il faut s’alarmer, sans pour autant basculer dans la paranoïa, il faut simplement comprendre :

Cet open bar, c’est volontaire ?

Oui et non.

Non car techniquement parlant, SS7 est très ancien, il date de 1975. Depuis, de nombreuses (r)évolutions ont vu le jour et le protocole ne s’est pas spécialement adapté. C’est techniquement faux mais on pourrait dire que SS7 est un protocole de 1975 avec plein de rajouts.

Oui car à l’époque, il y avait une sécurité suffisante avec SS7. Oui également car cette ouverture permet de faciliter bien des choses sur le plan technique.  Pour les opérateurs, qui ont moins de contraintes. Pour faciliter la rapidité des échanges également. Puis c’est pratique pour ceux qui ont besoin d’aller mettre leur nez dedans.

Et ça se corrige ?

A nouveau, oui et non.

Non, ça ne se corrige pas car il faudrait presque repenser un nouveau protocole et que c’est très compliqué, puisque la quasi-totalité des opérateurs téléphoniques passent à un moment ou à un autre avec SS7.

Oui, ça se corrige, mais l’actuel blocage est plus politique et financier que technique. Pourquoi investir des milliards pour refaire quelque chose qui fonctionne actuellement ? Les états, opérateurs et j’en passe n’iront pas investir tant qu’ils n’y seront pas obligés et les pouvoirs politiques n’ont aucune raison de forcer les opérateurs à le faire.

On pourrait également dire qu’à terme, avec l’arrivée de la 4G, SS7 serait de moins en moins utilisé. Les réseaux 4G ne se servent pas de SS7 pour la signalisation téléphonique, mais de SIP, un autre protocole. C’est techniquement faux, puisqu’il y aura toujours SS7 derrière… mais sur le papier, ça serait une jolie solution.

Rajoutons à cela que pour voir cette solution arriver, il faudrait que tout passe par le réseau 4G, tout le temps, sans jamais basculer en 3G ou 2G ou GSM. Autant dire que c’est impossible.

Et je dois être parano ?

Très sincèrement ? Non. Ces accès « open bar » ne datent pas d’hier, un article du Washington Post en parlait déjà au mois d’aout (EN) et, à mon humble avis, ils existaient bien avant.

Ce n’est pas SS7 qui pose problème, c’est sa facilité d’accès, certainement utilisée par des particuliers curieux, par des agences de renseignement, CIA, NSA et j’en passe, qui me dérange. A nouveau, il convient de ne pas sombrer dans la paranoïa, ce n’est pas parce qu’ils peuvent le faire qu’ils espionnent l’ensemble de la planète.

Résumons donc : SS7 est un ensemble de protocoles qui fait ce qu’on lui demande : faire de la signalisation d’appel. Ces protocoles fonctionnent mais l’accès à SS7, lui, est un peu trop ouvert parce que c’est vieux et que ça n’a pas bougé depuis et ça, ce n’est pas génial.

Problème assez sérieux qui ne sera hélas pas corrigé demain, ni dans un an, peut-être même pas dans 10…

Source : http://pixellibre.net/2015/01/cest-quoi-ss7/


Photos : quand Google referme un peu plus (encore) son système.

dimanche 4 janvier 2015 à 21:12

La nouvelle peut sembler anodine, d’ailleurs, vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais Google a modifié un peu sa politique de traitement et de stockage des photos.

En effet, depuis la dernière grosse mise à jour du système Android, aka Lollipop, il est nécessaire d’avoir l’application Google+ pour pouvoir utiliser sa galerie photo.

C’est d’ailleurs pour cette raison que ce point a peut-être échappé à bon nombre de personnes qui, par défaut, n’ont pas désactivé l’application. Il ne semble pas nécessaire d’avoir un compte Google+, du moins, pas pour l’instant.

Si vous êtes dans mon cas, et sur une version officielle ou très spécifiquement modifiée d’Android, vous avez dû avoir ce magnifique message :

L'application "photos" et Google+ ...

L’application « photos » et Google+ …

C’est clair et précis et cela ne se produit que si vous avez désactivé Google+, ou si vous n’avez pas l’application sur votre périphérique, ce qui est mon cas.

J’ai quand-même pu bricoler un peu, pour au moins passer à l’écran suivant :

Combien de personnes vont lire ça ?

Combien de personnes vont lire ça ?

Google laisse donc le choix d’activer ou non la synchronisation des photos sur Google Drive, sa solution « cloud ». Bien entendu, Google ne manque pas de vanter son service, comme le montre la copie d’écran précédente.

Je doute cependant que beaucoup de gens fassent attention à cet écran, c’est la même chose pour les conditions générales d’une application, tout le monde clique sur « je suis d’accord », sans pour autant lire le contenu, ce qui donne des cas intéressants à analyser.

Reprenons donc : Google force ses utilisateurs à passer par l’application « photos », qui remplace l’ancienne galerie. Il propose également d’activer ou non la synchronisation sur le cloud, en sachant que plus de 90% des utilisateurs ne lisent pas et cliquent sur « OK ».

Le tout dans une période assez mouvementée pour la sécurité de nos données privées sur Internet… 2014 a connu des photos de stars nues, des failles de sécurité sur SnapChat, plus d’une faille de sécurité chez Orange avec la fuite de données personnelles, un groupe américain qui a réussi à se faire voler plus de 11 To de données et j’en passe..

Est-ce un choix judicieux ? Selon moi, non. Le monde, du moins, une plus grande partie du monde qu’avant, prend conscience qu’il faut protéger ses données et là, Google va dans le sens inverse de la logique.

Proposer de lier son compte Google+ à ses photos, pourquoi pas. Proposer de publier automatiquement ses photos sur Google+, c’est assez dangereux mais pourquoi pas…

Là, nous avons un Google qui vous impose d’avoir une application activée, sous peine de vous bloquer un accès, et pas le plus petit. Le réflexe photo depuis le téléphone portable est devenu une habitude.

Google se referme un peu plus, après avoir capté une part extrêmement importante d’utilisateurs à grand coup de « chez nous, c’est ouvert et libre ». Pour une raison qui m’échappe, il force le passage de Google+, c’est peut-être un moyen de forcer la création d’un compte pour faire vivre ce réseau social ?
Quoi qu’il en soit, je trouve que c’est une mauvaise décision, elle peut sembler vraiment insignifiante pour vous, mais pour moi ce n’est pas le cas, c’est une restriction… et je n’aime pas les restrictions.

On pourra me dire : « oui mais tu as telle application qui fait presque pareil », « oui, mais il y a f-droid, tu peux récupérer une application similaire ». C’est vrai, vous avez raison. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait, j’ai au moins accès à ma galerie de photos, même si je ne peux plus les modifier comme avant.

Mais quid des « autres » ?

De ceux qui n’ont peut-être pas la connaissance nécessaire pour réaliser l’opération? De celles et ceux qui ne sont pas des petits geeks et qui peuvent se sentir mal à l’aise avec un téléphone ?

C’est ça, mon inquiétude, pas mon intérêt, mais l’intérêt général… et là, je dois avouer qu’il est un peu abimé par Google.

ps : une fois dans l’application « photos », parce qu’en bricolant vraiment un peu, j’ai réussi à rentrer dedans sans disposer de l’application Google+, bien, c’est un peu le désert… il semble impossible d’éditer de photos ou de rajouter des filtres si Google+ n’est pas présent, je peux simplement recadrer mon image et la couper.

Source : http://pixellibre.net/2015/01/photos-quand-google-referme-un-peu-plus-encore-son-systeme-android-lollipop/


SnapChat est-il un outil sécurisé ?

lundi 13 octobre 2014 à 19:35

Il y a quelques jours, sur 4chan, des pirates déclaraient avoir récupéré plus de 13 Go de données en provenance du service « SnapChat ». Ce service permet, pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, de partager des clichés divers et variés, officiellement de façon temporaire.

Le principe de SnapChat, c’est que le cliché, le « snap » dispose d’une durée de vie limitée. L’application est donc conçue pour transmettre un contenu avec une durée de vie programmée par l’utilisateur qui envoie le contenu.

Une partie de la stratégie de SnapChat repose sur ce principe : la durée de vie des contenus, le second étant la facilité à les partager. En jouant sur ces deux variables, SnapChat souhaite toucher le plus de monde possible, des plus jeunes aux moins jeunes, et permettre le partage de tous types de contenus… de la photo de vacances à la dernière partie de jambes en l’air, en passant par la photo d’adolescents ou d’enfants qui s’amusent, aux photos de famille, d’amis ou encore aux « SnapSex », comme des sextos, mais via SnapChat.

C’est l’argument clef. Du moins, c’est ainsi qu’il est compris et présenté: « je n’ai aucun risque à partager une photo de famille, des enfants, soft, porno, explicite ou autre, puisque les photos ont une durée de vie limitée. »

Et c’est ainsi que des utilisateurs ont fait confiance à une application pour partager des photos. De cul, parfois, oui.

En passant, je vous invite à relire mon billet au sujet des photos de ce type (des photos de cul, comprenez). Ne vous méprenez pas, je ne condamne pas l’usage, mais plutôt le moyen utilisé, ou presque.

Dans les faits, la fuite de ces données n’incombe pas à SnapChat mais plutôt à des applications tierces, proposées par d’autres sociétés, pour satisfaire les demandes des utilisateurs du service. En effet, certains utilisateurs souhaitent conserver les clichés envoyés, fonction que SnapChat ne propose pas, puisque son argument principal repose sur l’aspect éphémère des clichés.

A besoin spécifique, application spécifique. Des sociétés ont vu là un moyen de se faire de l’argent et proposaient des services de réception et de conservation des clichés. C’est ainsi que SnapSave et Snapsaved.com ont vu le jour. Et c’est de là que vient la faille selon Dagbladet.no, site norvégien. Elle vient de snapsaved.com selon le Business Insider.

Premièrement, il faut savoir que ces sociétés ne sont pas liées à SnapChat et que ce dernier déconseille fortement, voire interdit, l’utilisation d’applications tierces, comme c’est indiqué dans leurs conditions générales d’utilisation.

Ensuite, la société éditrice du logiciel a fait savoir, via un communiqué de presse, qu’elle n’était pas responsable de la fuite de ces données, en profitant d’ailleurs pour rappeler qu’elle s’oppose à l’utilisation d’applications tierces et qu’elle les traque sur les marchés.

Tout va donc pour le mieux, ceux qui utilisent les services de SnapChat et aucune application tierce ne sont pas en danger… enfin, c’est une question de point de vue.

J’ai décidé d’attaquer ce billet sous un angle différent de ce qui est présenté actuellement dans les médias, à savoir le scandale des photos et vidéos dénudées d’adultes, d’adolescents et d’enfants de 13 ans ou plus, puisque SnapChat en compte parmi ses utilisateurs. Qui plus est, les enfants ou ados qui se touchent ce n’est pas spécialement mon truc, et pour les adultes, il y a Youporn.

J’ai décidé d’attaquer mon billet sous l’angle suivant : est-ce que SnapChat est réellement un outil qui protège votre vie privée, du moins, réellement les informations que vous décidez de partager ?

Si la réponse semble évidente pour certains, elle ne l’est sans doute pas pour d’autres, sinon, la fuite de données ne serait jamais arrivée.

Commençons par l’application en elle-même. L’application n’est pas open-source, selon leurs conditions d’utilisations (qui sont en anglais) :

Snapchat Content

You agree that you will not copy, reproduce, republish, frame, download, transmit, modify, display, reverse engineer, sell, or participate in any sale of, rent, lease, loan, assign, distribute, license, sublicense, or exploit in any way, in whole or in part, Snapchat Content, the Services or any related software, except as expressly stated in these Terms.

Prohibited Activities

Reverse engineer any aspect of the Services or do anything that might discover source code or bypass or circumvent measures employed to prevent or limit access to any area, content or code of the Services

Première conclusion : le code source de SnapChat ne semble pas ouvert, nous ne pouvons donc pas savoir comment cela fonctionne, sauf à se mettre en non-conformité avec leurs conditions…

L’application fonctionne sur un principe simple : vous envoyez un « snap » à une personne disposant de l’application. Cet envoi, jusqu’aux dernières versions de l’application, était protégé par une clef de chiffrement identique sur chaque périphérique et contenu, ce qui sous-entend qu’une fois la clef trouvée, il était possible de passer n’importe quelle protection pour récupérer du contenu.

Depuis la dernière mise à jour, l’application fonctionne autrement, elle chiffre chaque contenu avec une clef différente… cependant, il est possible de récupérer ces clefs là et de les tester sur le contenu récupéré, ce qui, personnellement, ne me donne pas franchement confiance dans l’application. Je vous invite à suivre ce lien pour de plus amples explications (c’est un poil technique mais très bien expliqué).

Ensuite, SnapChat copie temporairement vos données sur leurs serveurs :

For example, we collect information when you create an account, use the Services to send or receive messages, including photos or videos taken via our Services (« Snaps”) and content sent via the chat screen (« Chats »), request customer support or otherwise communicate with us

Ce n’est que temporaire, mais c’est déjà suffisant. Pour un service de photos et de chat éphémères, ça fait un peu « tache » d’avoir une copie des contenus sur les serveurs, même temporaire. Certes SnapChat explique qu’une fois que les destinataires ont vu le snap, il est automatiquement effacé des serveurs et leurs services sont programmés pour effacer le snap des périphériques des autres utilisateurs, mais pourquoi les copier, même de façon temporaire, sur leurs serveurs ?

Imaginons un instant une brèche de sécurité chez eux, cette copie temporaire ne représenterait-elle pas un risque pour les échanges aspirés dans ce laps de temps ?

Autre point étrange sur l’application, elle permet de prendre des copies d’écran :

We also cannot prevent others from making copies of your messages (e.g., by taking a screenshot). If we are able to detect that the recipient has captured a screenshot of a Snap that you send, we will attempt to notify you

En français, cela donne : Nous ne pouvons pas vous protéger contre les utilisateurs qui souhaiteraient copier vos messages (en prenant des captures d’écran par exemple). SI nous arrivons à détecter que le destinataire a fait une copie d’écran, nous tenterons de vous le notifier.

Cette déclaration me laisse pantois. D’autant plus qu’on m’a confirmé à 5 reprises qu’il était bel et bien possible de faire une copie d’écran de SnapChat. L’utilisateur est potentiellement averti, comme nous l’avons vu, mais le simple fait que cette fonction existe me laisse… perplexe.

D’autres applications comme TextSecure savent très bien interdire la copie d’écran, alors pourquoi pas SnapChat ? En y réfléchissant, quand bien même cela serait interdit, il est tout de même possible d’installer d’autres applications pour faire des captures d’écran…

Point positif : si SnapChat détecte cette copie d’écran, il vous le notifie. Ce qui fait que vous êtes au courant de cette copie d’écran, reste à voir si la personne accepte de l’effacer si tel est votre désir ou votre besoin… mais ce n’est plus le problème de SnapChat, c’est le vôtre.

En résumé : une application qui utilise une clef de chiffrement unique, symétrique (identique d’un côté de l’envoi comme de l’autre pour la réception) et facilement utilisable, qui permet la copie d’écran sur des contenus considérés comme éphémères, tout en copiant temporairement des données sur leurs serveurs…

Non, non SnapChat n’est pas un outil sécurisé. Bien que la faute ne leur incombe pas, il est dommage de considérer ce service comme une solution assez protectrice de vos vies privées. Vos, car pour le coup, je ne suis pas utilisateur de cette application.

La bonne solution de sécurité consisterait à chiffrer le message de bout en bout, sur un protocole de chiffrement solide et éprouvé, avec un niveau de sécurité assez élevé pour que cela devienne trop long et couteux de s’y intéresser. Et surtout, ne pas copier de données, même de façon temporaire, sur des serveurs.

La faute incombe à d’autres sites certes, mais la casse aurait pu être limitée par une politique de sécurité plus sérieuse que deux bouts de ficelle et une punaise, même si je conçois que le niveau de sécurité que j’exige ne correspond pas au modèle de menace conçu par SnapChat…

On pourra saluer le paramétrage de SnapChat, qui permet à l’utilisateur de spécifier ses règles de confidentialité sur le partage du carnet d’adresse, la galerie d’images, la localisation ainsi que la gestion des cookies au sein des applications, mais ce n’est pas suffisant pour garantir la protection de ce qui circule dessus.

Dans tous les cas, le mal est fait. Et chez tout le monde.

Pour les utilisateurs, qu’ils soient jeunes ou non, qui vont se retrouver avec des photos et des vidéos de leurs vies exposées çà et là sur les tubes.

Pour les sites qui en dépendaient.

Pour SnapChat lui-même, qui va sans doute essuyer une très vive critique et prendre en pleine tête la colère et la perte de confiance de ses utilisateurs.

Alors, SnapChat, sécurisé ou pas ?

Pour moi, non. Pour eux, sans doute, ils ont monté le niveau de sécurité et l’ont adapté au modèle de menace pensé, mais était-ce suffisant ?

Qu’en pensez-vous ?

Source : http://pixellibre.net/2014/10/snapchat-est-il-un-outil-securise/


Faut-il monétiser nos données personnelles ?

jeudi 2 octobre 2014 à 13:08

Une étude d’Orange [PDF en anglais] estime que nos données personnelles valent entre 170 et 240€. Et qu’une seule donnée vaut, aux yeux des interrogés, entre 15€ et 17€. Cette étude est basée sur une enquête réalisée auprès d’un échantillon de consommateurs, considéré comme représentatif de la population, vous ne vous sentirez peut-être pas concernés si vous êtes déjà conscient de la nécessité de protéger ces données.

Je vous invite à lire l’article de Sébastien Gavois, journaliste chez Next INpact, qui fait un résumé de l’étude.

J’ai décidé de publier sur le sujet car je m’interroge, est-il réellement intéressant de monétiser ses données ?

L’intérêt pour le consommateur est certain, cela facilite la proposition de contenus « adaptés », entendez par là « ciblés », cela facilite l’analyse des comportements des uns et des autres pour proposer de nouveaux produits et des usages de mieux en mieux adaptés…

Mais à quel prix ?

Actuellement, les fournisseurs Internet collectent des données et forcément nos données personnelles, comme le font les fournisseurs de contenus et de services, tous supports confondus. Ce n’est d’ailleurs pas sans intérêt qu’Orange s’apprête à lancer une application de gestion et de collecte des données personnelles, ouverte, disponible, qui pourra s’interconnecter à d’autres services et d’autres entreprises partenaires d’Orange. Comme le dit le patron de l’entreprise, « nous sommes au début de l’ère du Big Data. »

Ces entreprises récupèrent donc déjà nos données personnelles, pourquoi souhaiter les monétiser, si ce n’est « par principe » ? Pour calmer les craintes et tensions liées aux utilisations de nos données ?

Comprenez ma réflexion de la façon suivante : « On te paye pour tes données et tu arrêtes de te plaindre que nous les collectons. », j’ai l’impression qu’on achète le consentement des utilisateurs.

Qui plus est, dans données personnelles, il y a « personnelles », ces données sont donc en lien direct avec la notion d’intimité, ou celle de vie privée. Hors, comme je l’ai expliqué dans une conférence il y a déjà quelques temps, il n’existe pas de de « bonne » définition de la vie privée, puisque l’appréciation de cette chose est propre à chaque personne. J’avais, de mémoire, dit la chose suivante : « il existe autant de définitions qu’il existe d’individus sur terre. »

Selon moi, cet argument s’applique aussi aux données personnelles. J’ai une définition très stricte des données personnelles, la marque du téléphone que j’utilise est une donnée qui peut tomber dans cette catégorie pour moi. Le fait de savoir que j’ai tant de produit de telle marque pouvant donner des informations sur mes goûts en matière de technologie.

Pour d’autres, la marque du téléphone n’est absolument pas une donnée personnelle. Je pense que vous comprenez ce que je souhaite expliquer ici.

La problématique ici est que la monétisation des données personnelles ne peut pas englober l’ensemble des définitions… et je doute fortement qu’une entreprise accepte de payer 15 ou 17 euros pour chaque donnée personnelle. Dès lors, nous avons plusieurs scénarios possibles :

Scénario 1, les entreprises acceptent de payer pour chaque donnée personnelle utilisée, les consommateurs sont satisfaits et un peu plus riches… et la société fait sans doute faillite très rapidement face aux frais engendrés.

Scénario 2, les entreprises arrêtent d’utiliser nos données personnelles. Autant se tirer une balle en pleine tête, ce scénario signe l’arrêt de mort de l’entreprise, devenue incapable de proposer des produits adaptés.

Scénario 3, les entreprises établissent une grille des données les plus utilisées, les monétisent le moins possible pour éviter de perdre trop d’argent, et continuent de récupérer les autres données (celles hors grille) « sous le manteau ». Les consommateurs ont donc l’impression d’être payés pour l’utilisation de leurs données, alors que c’est un énorme écran de fumé.

Régler le problème du traitement et de la gestion des données personnelles de cette façon, c’est, toujours selon moi, comme mettre la poussière sur le tapis : on ne voit plus où est le problème, mais il existe toujours.

La seule bonne solution consisterait, à nouveau selon moi, à refondre en profondeur la façon dont sont traitées les données personnelles par les différentes entreprises, et ce à plusieurs niveaux :

Côté interface, il faudrait avoir une gestion très fine de nos données afin de définir ce que l’on souhaite partager, quitte à indiquer les données vitales dont l’entreprise à besoin.

Côté transparence, il faudrait, pour créer ou rétablir la confiance des utilisateurs, des conditions générales d’utilisations claires et lisibles, où il serait indiqué où vont nos données personnelles, la façon dont sont traitées ces dernières et avec qui elles sont partagées.

Enfin, côté législation, il faudrait s’adapter, pour reconnaître la confidentialité de ces données. Pourquoi pas jusqu’à contraindre et sanctionner les entreprises qui ne respectent pas leurs engagements, dans les cas extrêmes, en gros : donner plus de pouvoir à la CNIL.

Je reste particulièrement méfiant face aux réflexions et aux débats qui semblent s’ouvrir un peu partout sur la gestion et la monétisation de nos données personnelles…

Et vous ?

Source : http://pixellibre.net/2014/10/faut-il-monetiser-nos-donnees-personnelles/