PROJET AUTOBLOG


Pixellibre.net

Site original : Pixellibre.net
⇐ retour index

Never give up

mardi 19 novembre 2013 à 19:14

Spoiler : j’enfonce des portes ouvertes.

Ce court billet fait suite à quelques papiers et reportages que j’ai pu voir ça et là sur les tubes. Les tubes, aka Internet, cet endroit mal fréquenté présenté comme un fléau pour le monde entier, oui, celui-là.

Je n’ai pas spécialement apprécié ces reportages et ces papiers, soit parce qu’ils ne sont pas objectifs, soit parce que l’éditing du papier est douteux, soit parce que, comme beaucoup, ils sont anxiogènes et représentent Internet comme quelque chose de mauvais, tout court.

Cependant, je constate un semblant d’amélioration qui me fait dire qu’il faut continuer. Il y a des années, les hackers* étaient présentés comme des gens dangereux, peu fréquentables et rares étaient les médias qui débarquaient pour leur demander un avis. Ironiquement, les médias parlaient des hackers sans jamais aller vers eux. Depuis peu, j’ai l’impression que les choses changent en mieux.

Bien sûr, ce n’est pas parfait, loin de là. Il suffit d’aller chercher le dernier reportage d’Envoyé Spécial pour comprendre qu’il reste encore beaucoup, beaucoup de chemin à faire. Cependant, il y a quelques années, l’existence même d’une partie où ce sont des hackers qui parlent était un rêve.

Bien sûr, il y aura toujours un journaliste qui ira vomir sur Internet. Il y aura toujours des gens pour dire qu’Internet c’est le mal, qu’il est la cause de tous les maux de la terre, que les jeux vidéo sont dangereux et que TOR est le pire des endroits des Internets, du moins, il y en aura tant qu’on regardera ces choses-là sans se sortir un peu les doigts du…bas du dos.

C’est cru, je sais. C’est aussi épuisant de dire encore et encore et encore les mêmes choses, c’est fatiguant de tomber sur des gens qui préfèrent le buzz au détriment des faits et de l’information, mais le meilleur moyen de faire en sorte que ça change, ce n’est pas de ne rien dire.

Je ne suis pas de celles ou ceux qui pensent que l’information est réservée à une élite, peu importe le domaine dont il est question. Je sais également, qu’on le veuille ou non, que les médias de masse ne portent pas ce nom pour rien. Une chaîne ou un journal est toujours majoritaire dans la diffusion de l’information et penser qu’on peut changer ça, c’est se tromper (ou avoir quelques années d’avance).

Donc, si monsieur ou madame « tout le monde » ne sait pas chercher l’information, il faut que l’information vienne à lui, au moins au début.

En résumé, si un jour vous voulez avoir un reportage objectif sur un sujet qui touche de près ou de loin aux Internets, il faut faire en sorte que ça arrive.

hackers* : bidouilleurs, je parle ici des gens qui savent, comprennent et sont capables d’expliquer comment ça marche. Je ne m’inclue pas dans cet ensemble.

Source : http://feedproxy.google.com/~r/Pixellibre/~3/CoDdCIlpWY4/


Madame Liane d’Argelier, on vous explique Internet ?

lundi 11 novembre 2013 à 18:00

Edit : j’ai fermé les commentaires, j’ai beau ne pas aimer Liane d’Argelier ni la politique, ce billet n’est pas fait pour basher. Petit point d’ailleurs : à ceux qui tirent à vue parce qu’elle insulte une personne, dites-vous que l’insulter et balancer des critiques sur son physique, c’est du même niveau. Voyant que le débat ne s’élève pas, j’ai donc pris la décision de fermer, mon blog n’est pas une place publique pour pugilats.

Petit billet qui, je précise, est tout sauf politique, le sujet en étant très proche, je préfère prévenir.

J’ai, comme beaucoup de monde, vu et entendu les manifestants de ce matin qui marchaient contre M. le Président de la république. Je passe sur le fait que j’ai été choqué qu’on ne respecte absolument pas ce jour ainsi que la mémoire de celles et ceux morts pour le pays et la liberté. Ceux tombés au combat, celles mortes dans les usines qui fabriquaient les munitions, tuées et toutes les autres atrocités faites, bref, passons ce manque flagrant de respect.

Comme beaucoup donc, j’ai aussi entendu et vu une personne qui d’apparence semble être d’une classe assez aisée, déclarer qu’elle était apolitique (et déclarer à demi-mots qu’elle représentait le peuple).

La dame en question, c’est Liane d’Argelier et, parce qu’Internet n’oublie que très peu de choses, j’ai décidé de vous la présenter. Liane, nous allons parler d’elle ainsi, est tout sauf apolitique : elle fait partie des mouvements sarkozystes et aide, voire gère en partie, le mouvement « Hollande démission », ledit mouvement dispose d’un site Internet mais hors de question de mettre un lien ici.

Pour commencer, Liane gère une section du RPF, le rassemblement pour la France. Je vous laisse juger de l’édition, choix des éléments et couleurs de la photo.

185080_4326107923400_1792571110_n

Ensuite, Liane, la voici (la femme blonde platine avec les grosse lunettes de soleil et le manteau, ça va être utile pour qu’on soit sûr qu’il est bien question de la bonne Liane. (photo récupérée chez @UMPitre)BYzo1nWIgAApp0O.jpg largeAh, premier bémol, Liane déclare qu’elle est apolitique. Étrange lorsqu’on passe une soirée ainsi qu’un dîner avec Jean-François Copé et Michele Tabarot, la secrétaire générale de l’UMP.

1391914_10201692375343659_1585995398_n

Ici, vous pouvez voir que Liane a des amis, c’était hier soir, le 10 novembre, en train de préparer la manifestation de ce matin. L’acte de débarquer, manifester et hurler « Hollande démission » était donc calculé, à croire que Liane ne sait pas ce qu’est le 11 novembre. Ou alors elle s’en moque et n’a aucun respect, c’est plus probable.

Philippe Vardon et LianeToujours sur le côté Apolitique, voici Liane en compagnie de Philippe Vardon. Si ce nom ne vous dit rien, je vais faire un petit refresh : Philippe Vardon est l’ancien président de Nissa Rebela et l’ancien président des Jeunesses Identitaires. C’est une personne d’extrême droite, « adhérent » au mouvement Bleu Marine & Co.

On peut se dire qu’elle ne sait peut-être pas qui c’est, mais en fait si, dixit elle :

« Hommage a Catherine Segurane , figure emblématique de l’histoire de la Ville de Nice qui d’après la légende , montra son cul de lavandière (gros cul ) et fit fuir les Maures en 1543 qui attaquaient la cité phocéenne . On peut avoir fait la campagne de Sarkozy , être double encartée Rassemblement et UMP ..être amie avec Benoît Kandel , soutenir Jacques Peyrat dans son combat contre Estrosi , respecter Rudy Salles pour son humanité et sa gentillesse et aimer le courage des identitaires de Nissa Rebela .. Quand on aime sa Ville , on soutient avant tout les idées et les actions qui portent nos valeurs de patriotes ! Le Rassemblement ce n’est pas une union des droites même si on est a droite et même a la droite de la droite ! Le rassemblement c’est l’union pour défendre nos valeurs de Français , de patriotes ! Soutenir ceux qui s’engagent comme nous nous engageons a nous battre contre l’Islamisation, l’incurie de la gauche , les oukases Européennes ,.,, sauver notre culture , nos coutumes , nos droits et nos devoirs ! La famille ! Notre fierté d’être a la fois Français et souverainistes , Nationalistes et Régionalistes! Les maures dans ce Rassemblement , ne passeront pas ! Alors oui , j’ouvre avec honneur le défilé avec Philippe Vardon qui s’investit contre la politique manichéenne de ma Ville ! Qui s’insurge contre la construction des mosquées et qui est un défenseur de la tradition Française et Nicoise Viva Nissa ! Viva le Rassemblement ! » (source : son Facebook)

Hollande demission

Si vous aviez encore un doute sur son apolitisme, je suis certain que cette image va finir de vous convaincre. Merci Liane pour toutes ces images libres et disponibles sur Facebook aux yeux de tout le monde.

Le RPF

Celle-là c’est pour bien confirmer qu’elle fait partie du mouvement « Rassemblement pour la France », hein.

Repas au RPF

Enfin, Liane mange bien et picole un peu, comme vous et moi, elle a même des verres Ikea au siège du RPF. Ah oui, elle est au siège dudit RPF, dixit elle :

Facebook de Liane

Donc, Liane, petit message : faut pas mentir, c’est mal, très mal. En plus, avec Internet c’est assez facile de savoir si vous mentez ou non, voyez-vous ? Vous n’êtes ni apolitique, ni représentante de la France, cette dernière ayant des couleurs que vous refusez de voir.

Dernier point : Liane commence manifestement à supprimer quelques clichés qui dérangent et ça me dérange. Alors, parce que je suis gentil, ces photos sont hébergées directement sur mon blog. Liane, l’effet Streisand, vous connaissez ?

Source : http://feedproxy.google.com/~r/Pixellibre/~3/-5iH0rUwgJE/


[Reponse] Mon point de vue avec NRJ, précisions et explications

mardi 22 octobre 2013 à 12:32

Dans la nuit, l’ami @Cabusar a rédigé un billet dans lequel il affiche sa profonde déception face aux réactions d’hier avec la vidéo publiée par Guillaume Pley, animateur radio sur NRJ. Parce qu’un blog ça sert aussi à répondre et qu’on peut faire ça en public, j’ai décidé de poster ma réponse à son billet ici.

La réponse est construite pour répondre aux points du billet de Cabusar au fil de l’eau, je vous invite donc à le lire en même temps que celui-ci, si vous le souhaitez.

Donc, copain, ton premier passage porte sur la vidéo en soi et je suis d’accord, en partie, avec toi : c’est un mec payé pour faire plaisir à son auditoire, c’est un amuseur public, un guignol sans doute oui.

Le premier point qui coince est tout à ton honneur : tes évidences ne sont pas celles des autres et, là où tu parles d’un monde faux, d’apparences, d’autres y ont vu une réelle méthode de drague, à n’en pas douter. D’ailleurs, si dans ses explications bancales, l’animateur à dit beaucoup de fois « ne le faites pas chez vous », ce n’est sans doute pas pour rien. Le public visé est relativement jeune, ne dépasse pas ou à peine la majorité et, bien que l’âge ne soit pas un critère de sagesse, rares sont ceux qui comprennent « tout » à cet âge-là.

Tu as un minimum de jugeote, oui, et pas qu’un peu à mon humble avis, mais à nouveau, tes évidences ne sont pas celles de Pierre, Paul ou Jacques.

Je passe sur les éventuels accords demandés avant ou après la vidéo, sur le fait que la vidéo soit un fake, ou non ainsi que sur tout cet aspect-là.

Tu abordes ensuite le viol, je préfère parler de la « culture du viol » personnellement. Légalement, puisque ce passage attaque sur l’aspect légal, ce n’est pas du viol mais une agression sexuelle, telle que définie dans l’article L-222-22 du code pénal.

Je sais, c’est assez lourd et fatiguant de parler de choses en prenant en référence la loi, mais dans ce domaine particulier (celui des interactions « boulets versus une personne qui n’a rien demandé ») il n’y a pas spécialement de solutions alternatives :

Toi et moi et, par extension, les hommes, avons le privilège de ne pas trop avoir ces problèmes-là, il est rare qu’une fille m’aborde dans la rue et insiste lorsque je refuse ses avances par exemple.

Bref, donc, beaucoup de moyens existent mais le seul qui semble marcher, c’est de dire « hey, les gens qui ne réfléchissent pas avec leur cerveau, il y a ce petit livre rouge, là, le code pénal, qui dit que ce que vous faites, là, c’est répréhensible. »

C’est moche, je sais, et je déplore le fait qu’on en arrive à là pour se faire respecter, mais c’est plus par nécessité que par choix. Il n’y a que les juristes qui aiment lire le code pénal, et les juristes sont des malades (des bisous à tous les copains juristes au passage).

Est-ce qu’un baiser volé mérite d’être considéré comme un viol ? Sincèrement, selon moi, non.

Est-ce qu’il mérite d’être rattaché à cet ensemble de choses qu’on définit comme « la culture du viol » ? Sincèrement, toujours selon moi, oui.

Oui parce que ces choses-là n’arrivent pas qu’en vidéo et parce qu’une des réactions c’est « boarf, ce n’est pas si grave que ça, va, faut pas en faire tout un fromage », comme une fille qui se fait siffler, qui se prend une main aux fesses, qui se fait serrer dans une ruelle sombre, qui se fait traiter de pute parce qu’elle a refusé des avances, qui… bref, la liste est longue.

C’est la portée du message, qu’il soit un fake ou non, qui compte et tu l’as compris, le message donné est : « regardez les mecs, ce truc là, ça marche. »

Laisser passer ça, c’est du même acabit que laisser passer un journal qui déclare « un homme mort, la faute aux jeux vidéo et à Internet » : si personne ne réagit, c’est à demi-mots accepter.

La comparaison avec Assange est déplacée en revanche, parce que ce ne sont pas les mêmes cas, mêmes situations et que les déclarations n’ont pas été modifiées deux trois fois, que ce n’est pas arrivé à la suite de plein de publications … le fruit du hasard sans doute. Donc non, sur la comparaison avec Assange, nous ne sommes pas d’accord.

Passons à la partie ou, manifestement, il y a une incompréhension : le CSA. Estimant être ledit copain, je vais te donner une réponse en bien plus de 140 caractères.

Oui, je pense être une personne qui défend des libertés, celle de pouvoir s’exprimer en particulier.

De fait, je suis absolument contre la moindre action de censure sur cette vidéo et, si ça arrivait, il va sans dire qu’elle finirait en Streisand quelque part, y compris sur mon blog.

NON, je ne veux pas qu’on censure une vidéo sur Youtube, sur du web, sur Internet. D’ailleurs, j’ai déjà envie de casser les genoux au CSA alors qu’il n’a pas encore les pouvoirs que le gouvernement souhaite lui conférer, c’est pour dire.

En revanche, le CSA est compétent sur deux choses : la boitâkon, autrement appelée poste de télévision, et la radio.

Ainsi, lorsqu’il était question de signaler un programme, il n’était pas question de censurer quoi que ce soit, mais d’avertir le patron de cet univers là pour qu’il aille coller un taquet à la radio, déjà dans le collimateur du CSA, pour des faits similaires.

A titre d’information d’ailleurs, le CSA a déjà condamné l’émission en question pour des propos qui n’avaient pas leur place sur une antenne.

Rajoutons à cela que, bien que le groupe NRJ soit un groupe privé (radio de classe C et D, pour résumer, ils n’ont pas les mêmes aides que d’autres radios), la portée de ladite radio est assez énorme et le public, comme expliqué juste avant, assez jeune. Il faut donc faire assez attention à tout ce qui se dit car tout le monde n’a pas le recul nécessaire.

Dernier point sur le CSA : il n’est pas compétent sur Internet et j’espère qu’il ne le sera jamais, même si mes espérances risquent d’être déçues d’ici peu…

Quant au fait « vous vous le mangerez dans les dents à un moment ou à un autre », faisant explicitement référence à la censure, évitons puisque c’est basé sur une incompréhension. Je parle en mon nom bien sûr, uniquement en mon nom.

Pour l’avis final : tu as raison, c’est un symptôme et pas le problème, mais on reconnait des problèmes ou une maladie aux symptômes justement.

Enfin, dernier point et pas des moindres : l’éducation est la base de tout, oui. Mais force est de constater qu’un problème existe là et qu’il faut bien faire quelque chose.

Source : http://feedproxy.google.com/~r/Pixellibre/~3/0MQ72dyTFiU/


J’connais quelqu’un qui connait quelqu’un…

lundi 21 octobre 2013 à 20:13

Expliquer que protéger son intimité et sa vie privée, c’est important, ça n’a pas fonctionné.

Expliquer très sérieusement une fois et plus simplement une autre fois que « si, nous avons tous quelque chose à cacher » n’a pas non plus fonctionné.

J’en viens à me demander si quelque chose fonctionne pour, à minima, faire comprendre que  nous sommes potentiellement surveillés.

Le monde vient justement d’en parler et de faire une magnifique explication vidéo, en patates, j’ai souhaité le faire à l’écrit et avec quelques explications supplémentaires.

Tout commence avec le paradoxe de Milgram, ou pour résumer :

« Ah, comme le monde est petit. »

En fait, sans le savoir, vous connaissez tout le monde. Plus exactement, vous connaissez quelqu’un qui connait quelqu’un, qui lui-même connait quelqu’un qui connait quelqu’un. Quatre fois, oui.

Le paradoxe de Milgram est une théorie qui explique, en résumé, que chaque individu est relié à n’importe quel autre individu par l’intermédiaire de six autres personnes maximum. Cette théorie, bien que fermement critiquée, me semble assez vraie. Il faut savoir que de récentes réflexions avec l’ajout de la variable « réseaux sociaux » font passer cette chaine de contact à 4, d’où les quatre.

Exemple fictif : maillon n°1 connait un journaliste très connu, qui lui-même, maillon n°2, connait une femme dans le milieu de la politique, qui elle-même, maillon n°3, est proche du président de la république et ainsi de suite. Ainsi, il n’est pas faux de dire qu’un ami connait un ami qui connait le président de la république.

Il est possible d’aller très, très loin avec cette réflexion, dans ma région par exemple, tout le monde connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui fait passer du champagne en douce, si j’étais du service des douanes, cette information serait d’une grande importance pour moi car cela me permettrait de très rapidement cartographier un groupe d’individus.

Sans aller jusqu’au bout de l’exemple fictif, vous connaissez au moins une personne qui connait (bref vous avez compris la suite) qui :

  1. pirate des œuvres sur Internet
  2. revend ou consomme de la drogue
  3. est proche d’un milieu observé par les services d’un pays
  4. est proche d’un milieu extrême dans la sphère politique
  5. a voyagé dans un pays du moyen orient
  6. est un hacker. Ne nous étalons pas sur la définition de ce mot et, une fois n’est pas coutume, allons chercher la définition des médias : des gens dangereux. (oui, il y a fort à parier que la réflexion n’aille pas plus loin que ça dans les services de renseignement des états : être avec eux c’est être gentil, refuser de l’être c’est être méchant)

Bref, réfléchissez-y bien et gardez bien ce schéma en tête, de plus en plus vrai avec la progression des réseaux sociaux qui interconnectent les humains bien plus rapidement et bien plus largement que via le monde physique.

Maintenant que ce point est expliqué, réfléchissons un peu à la façon dont la NSA fonctionne. D’ailleurs, arrêtons de ne parler que de la NSA, les autres font pareil. Si la France ne va pas hurler et demande une vraie instruction et de véritables comptes au gouvernement américain, c’est parce qu’elle fait exactement la même chose.

Donc, méthode de réflexion : espionner quelqu’un qui se méfie un peu ou qui fait attention, ce n’est pas  simple, puis ça force à espionner plein de personnes aussi. Autant espionner des intermédiaires, les fameux « degrés de séparation » entre deux contacts.

Les avantages sont nombreux : ces points de contact récupèrent des informations, de petites informations certes, mais beaucoup d’informations. D’ailleurs, ces personnes connaissent peut-être d’autres personnes qui doivent être surveillées.

Si je veux avoir les informations médicales de beaucoup de personnes, je ne vais pas aller chercher dans la vie de chaque cible, je vais taper dans les dossiers du médecin traitant, logique, non ? C’est exactement la même chose ici.

Donc, allons surveiller et espionner ces personnes, ces « degrés de séparation » si vous préférez. Sauf que le degré de séparation, c’est potentiellement vous et vous n’en avez même pas conscience.

Dans un dernier exemple, imaginons que je sois une personne dangereuse, activement surveillée par les services secrets français. Le simple fait de passer sur mon blog vous rend suspects. Le simple fait de m’envoyer un message, qu’il soit public ou privé, sur n’importe quel réseau, vous rend suspect.

Alors ne parlons même pas d’un mail, ou pire encore : un mail chiffré. Non, pire encore : un mail chiffré à un niveau de chiffrement interdit…non, imaginons simplement les gens qui me connaissent derrière cet écran tiens, ça ne demande pas de compétences spécifiques ça. Ca concerne donc tout le monde.

Potentiellement, vous êtes surveillés par un service quelconque, qui cherche à récupérer des informations.

Sans tomber dans la paranoïa pour autant, pensez-y la prochaine fois que vous allez déclarer « je n’ai rien à cacher ».

flattr this!

Source : http://feedproxy.google.com/~r/Pixellibre/~3/RFq4Fm5n8fI/


[Coup de gueule] La politique, toi, moi, nous, eux…

vendredi 18 octobre 2013 à 15:12

J’avais ce billet en réserve, il vient de prendre un petit lifting et, que ça soit dit, j’enfonce des portes ouvertes tout le long du billet. C’est donc un coup de gueule plus qu’autre chose, libre à vous de fermer la page ou de lire, de commenter, tout ça.

Initialement, le nom de ce billet était « Pourquoi j’ai encore moins confiance dans la politique », sachant que je n’ai déjà pas confiance tout court, je pensais qu’on ne pouvait pas faire pire, et chaque jour me prouve le contraire.

Ensuite, « soyez rassuré(e)s », ce billet dégomme tout le monde, pas de côté, de couleur, de parti politique, gauche, droite, extrêmes, tout le monde va prendre.

Le monde traverse une grosse crise : celle de la perte de confiance dans le système politique. Nous allons parler de la France mais ce que je présente est sans doute valable pour d’autres pays, dans une mesure différente cependant puisque la moitié des pays de la planète de moquent ouvertement du système politique français.

Crise de confiance donc, crise à laquelle les politiciens répondent « c’est la crise, tout le monde va mal », « c’est compliqué en ce moment », « c’est de la faute du Front National / de la gauche bobo / de l’UMP / de la droite / des poneys / chats », de ce que vous voulez pourvu que ça ne soit pas de la vôtre.

Je vous invite à garder à l’esprit que ce billet ne donne que mon point de vue, hein.

Revenons à nos problèmes : de base, je n’ai absolument aucune confiance dans le système politique. Il est fondé sur un modèle qui devrait être représentatif du peuple alors qu’il ne l’est pas et il ressemble plus à un énorme parc pour des enfants payés avec nos deniers qu’autre chose.

C’est assez cru ? C’était pourtant la version gentille.

Les personnes de la scène politique devraient représenter des modèles à suivre, selon les codes de notre société. Ils sortent des grandes écoles, d’une éducation qui se veut exemplaire, d’un parcours envié par beaucoup de gens qui n’auront jamais assez d’argent dans toute leur vie pour offrir le même parcours à un seul enfant.

Des modèles censés représenter l’élite de la nation, des gens qui occupent des postes importants où une décision peut avoir des effets sur des milliers ou des millions de personnes. On attend donc d’eux qu’ils fassent attention, qu’ils soient enfin les modèles de respect attendus, à défaut d’être ceux de l’éducation.

Mais. Parce qu’il faut toujours un mais, dans les faits c’est une autre histoire, pardon d’avance de dire tout haut ce que bon nombre de gens pensent tout bas.

Mais, donc, dans les faits, nous avons droit à un pugilat à la place de l’assemblée nationale, droit à une bataille orientée autour de la forme et pas du fond, centrée sur l’égo des personnes, sur ce qu’ils font de mieux que les autres, sur la maitrise du verbe pour lancer la bonne critique au bon moment.

Nous avons le droit à des données inexactes lorsque des chiffres sont cités, à des politiques qui, lorsqu’ils commencent leur phrase par « Je suis allé parler avec mes citoyens », sont en train de raconter un grossier mensonge. A des critiques de singes en rut idiots lorsqu’une femme s’exprime dans l’hémicycle, préférant critiquer sa robe à pois ou imiter une poule quitte à passer pour des abrutis.

Je passe sur la liste « nous avons droit à » tant elle est longue. Il en résulte que ces prétendus modèles n’en sont pas, ne le sont plus et ne l’ont peut-être jamais été.

Comment peut-on encore avoir confiance dans ce schéma politique quand rien ne donne confiance ? Comment peut-on encore prétendre représenter la nation en étant à ce point déconnecté de la réalité et, encore plus grave, comment peut-on être à ce poste-là, être élu, et claquer l’argent public pour des conneries pareilles ?

Dans n’importe quel secteur privé, un employé qui ne vient pas travailler n’est pas payé, est sanctionné, mis à pied, viré parfois. Pas avec les politiques.

Dans n’importe quel secteur privé, un employé qui se permet une réflexion sur le physique ou la tenue de quelqu’un peut se faire sanctionner, de même s’il se permet une autre et énième remarque déplacée. Pas dans la politique.

Alors, messieurs et mesdames les politiciens, permettez-moi de vous donner mon point de vue : vous êtes minables.

Vous avez oublié une chose de plus en plus vraie : les moyens d’observer vos paroles, faits et gestes, sont de plus en plus nombreux. Les journalistes, les blogs, les réseaux sociaux, le streaming, chaque action de votre vie politique est inspectée et c’est sans doute bien, même si le constat est particulièrement alarmant. Vous faites partie d’un modèle dépassé qui a oublié qu’Internet et le temps du direct existent.

Etes-vous restés bloqués en 1950, lorsque ce qui se disait à l’assemblée restait à l’assemblée ?

A ceux qui se moquent d’une tenue. A ceux qui imitent des poules pour se moquer d’une personne. A ceux qui crient un « salope » et qui tiennent un poste clé et observé, j’ai honte.

Oui, même ce « salope » destiné à Marion Maréchal-Le Pen est déplacé, malgré tout le mal que je pense d’elle, elle est députée, ces insultes ne sont pas acceptées lorsqu’elles viennent d’un citoyen lambda, alors d’une personne de la vie politique censée être un modèle… puis elle est humaine aussi, la moindre chose c’est de la traiter avec respect et de rester sur les faits.

De plus, l’insulter de salope, c’est lui donner une arme gratuitement, elle s’en servira en restant très calme et posée mais en attaquant là où ça fait mal. Il ne faut pas croire que le FN ou Marion Maréchal-Le Pen soient idiots, loin de là, d’ailleurs c’est ce qu’elle a fait :

« Connaissant l’attention particulière que vous portez à la condition de la femme et à la lutte contre la misogynie, comme cela a été relevé lors de l’incident fort regrettable du caquetage à l’Assemblée nationale, je vous saurais gré de mettre vos actes en cohérence avec vos paroles et de sanctionner ce type de propos indignes du débat public », écrit Marion Maréchal-Le Pen, dénonçant « un pas de franchi dans l’attaque sexiste ». (source)

Vous êtes des enfants trop gâtés encore convaincus que vous allez vous en tirer, mais cela se terminera un jour.

En attendant, le Front National, lui, monte. Il monte parce qu’il se sert de toutes vos conneries et les transforme en arme qu’il finit par retourner contre vous. Il monte parce qu’il va taper là où vous n’allez plus avec vos débats.

La crise réduit les besoins et les désirs à leur plus bas échelon sur la pyramide des besoins : les besoins physiologiques et les besoins de sécurité. Les gens ne cherchent plus à s’accomplir, à se faire plaisir, ils n’en ont plus les moyens de toute façons. Mais vous préférez laisser ce terrain à un parti d’extrême droite qui est en train de se tirer la couverture sur lui, de par vos erreurs.

Vous voulez nous donner confiance en vous ? Commencez par vous remettre en question. Est-ce que ce que vous faites est bien ? Est-ce que vous le faites bien ? Est-ce que vous le faites tout court d’ailleurs….

Demandez-vous réellement ce qui fait que j’en viens à écrire ce billet, demandez-vous également si je suis le seul à penser ce que j’écris ou si d’autres pensent pareil… et n’oubliez pas celles et ceux qui n’ont pas de voix / espace pour s’exprimer.

Posez-vous les bonnes questions : pourquoi l’abstention est le plus gros atout du Front National ? Pourquoi une abstention de plus en plus élevée ?

Et si c’était simplement parce que les gens ne trouvaient plus aucune raison de voter ? Voter pour qui ?

Voter pour le meilleur ou parce que c’est « moins pire » que l’autre ?

Voter pour qu’au final rien ne change ?

Voter pour quelqu’un qui dit « je promets ceci », « je m’y engage » et qui, au final, ne fait même pas le tiers de ce qu’il promet ? Ma maman m’a appris qu’on ne faisait pas des promesses si on ne pouvait pas les tenir, j’en viens à penser que vous n’avez pas une si bonne éducation que ça.

Le problème c’est que vous faites tous des promesses dans le vent, surtout à l’approche d’une élection quelconque. Vous pensez réellement que nous sommes encore assez stupides pour ne pas s’en rendre compte ?

Le FN actuel, quant à lui, peut se vanter de faire des promesses, il n’a jamais gouverné, personne ne peut donc dire qu’il ne tient pas ses promesses…

Mais, à force d’être tellement obstinés à foncer dans le mur tout en demandant à ce dernier de se retirer de votre chemin, ça finira par vous exploser en pleine tête.

flattr this!

Source : http://feedproxy.google.com/~r/Pixellibre/~3/FbqM3sd2Q90/