Je suis perturbé

Posté le 03 janvier 2022 rédigé par Anadrark classé dans Réflexions - Aucun commentaire

Mots clés : aucun

Quelle époque...

J'ai eu l'idée d'écrire ces quelques lignes suite à ce tweet

Ma réaction à chaud, ce n'était pas de l'indignation, ni même de la colère, et bien sûr aucune sympathie d'aucune sorte. Non, ma réaction a été un étrange sentiment d'incompréhension et surtout un très, très grand sentiment d'impuissance.

Je comprends qu'on puisse en vouloir aux médias en général, il y a un manque de confiance flagrant envers la presse, qu'elle soit télévisée, écrite ou diffusée sur les ondes radios. Informations manipulées dans le pire de cas, manque de contexte dans le meilleur, et surtout pas ou peu de prise de recul. Ou du moins c'est mon avis, sûrement biaisé par le fait que je ne m'informe plus du tout par ces canaux, et que ceux que j'utilise sont forcément un peu orienté aussi (je ne vais pas faire une liste, ce serait trop long et hors de propos).

Je comprends qu'on puisse vouloir ne pas se faire vacciner, je ne suis pas du tout de cet avis et pour moi c'est important de l'être, mais j'essaie d'être ouvert et de comprendre les arguments contre. Je ne vais pas non plus faire une liste des bons et surtout moins bons arguments qui vont dans le sens de la non-vaccination non plus, ce n'est pas le propos.

Enfin, je comprends aussi qu'on en veuille au gouvernement français, qui de mon point de vue enchaînent les décisions plus ou moins contradictoire, et pédalent un peu dans la semoule pour trouver des solutions. Même si je suis rarement d'accord avec les solutions prisent, je comprends les logiques derrières, qu'elles soient sanitaires ou politiques. Encore une fois, je ne vais pas faire de liste, je pense que vous pouvez la faire vous-même et elle est hors de propos elle aussi.

Mais je ne comprends pas qu'on puisse vouloir refuser la discussion à ce point. J'admirerai presque ce journaliste qui parvient à garder un calme absolu et qui essaie de comprendre pourquoi ce refus et cet aveuglement, peut-être pour de mauvaises raisons d'audimat et de "buzz", peut-être pour de bonnes raisons d'informations, de compréhension et de contexte.

Je comprends la colère de ces personnes même si je la partage pas. Mais est-ce que s'attaquer au "messager" n'est pas se tirer une balle dans le pied ?

Là où je me sens impuissant, c'est de ne rien pouvoir faire pour appaiser la situation, même parfois dans mon cercle privé. Les mêmes personnes s'échangent les mêmes arguments stériles dans le meilleur des cas, et s'insultent allégrement voir se menacent dans le pire, comme c'est le cas ici. Et j'ai l'impresssion qu'on ne peut rien y faire, que c'est l'ordre des choses, qu'on va irrémédiablement s'autodétruire.

Mais j'essaie de rester optimiste, je me dis que ces gens sont des exceptions, ou bien que ce n'était pas le bon jour pour venir les interviewer pour un micro-trottoir, bref, qu'il y a une explication moins dramatiquement simple que celle qui dit que ce sont vraiment des personnes qui n'hésiterai pas à tabasser un journaliste, et peut-être aussi des gens qui ne partagent pas leurs opinions (ou croyances, comme vous voulez). Je suis pratiquement sûr que ces images ne sont qu'un fragment de ce que sont réellement ces personnes, que ce sont les circonstances de cette captation qui sont à l'origine de cet échange.
Je veux le croire en tout cas, car si ce n'est pas le cas, on a un problème plus profond que le covid à gérer, et ça ne sera pas une quelconque interdiction qui pourra le régler.

Les commentaires sont fermés, pour qu'on évite de détruire ma faible foi en l'humanité